Juniperus thurifera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Genévrier thurifère ou Genévrier à encens ( Juniperus thurifera) est une espèce d'arbres de la famille des Cupressacées. C'est une espèce très menacée de genévrier. Il est parfois appelé Cèdre d'Espagne, Genévrier à résine odorante, Genévrier d'Espagne ou Genévrier de France.

Description[modifier | modifier le code]

Le genévrier thurifère est un arbuste ou un petit arbre de 5 à 6 mètres généralement[réf. nécessaire], à croissance très lente mais de grande longévité, et pouvant atteindre 12, voire 15 mètres de haut, et jusqu'à 6 mètres de circonférence à la base[réf. nécessaire], à port compact. Étant données les capacités remarquables de l'espèce, peu communes chez les résineux, de résistance aux agressions climatiques et mécaniques, et de régénération, les vieux individus peuvent avoir des formes très variées, extrêmement tortueuses ou buissonnantes. Une variété rampante a été signalée, notamment sur le site de Saint-Crépin.

Les feuilles, de couleur vert bleuté, à disposition opposée, sont en forme d'aiguilles de 4 mm de long environ[réf. nécessaire] dans leur forme juvénile, et en écaille ovales à pointe libre dans leur forme adulte.

C'est une espèce dioïque. Les fruits sont des galbules, petits cônes globuleux de 8 à 12 mm de diamètre[réf. nécessaire], de couleur pourpre à bleuâtre foncé à maturité, recouvert de pruine.

Le bois, très aromatique, d'où le nom de l'espèce, est pratiquement imputrescible. Il a été utilisé traditionnellement pour produire de l'encens, comme bois de chauffage, ou pour faire des piquets de vigne.

Distribution[modifier | modifier le code]

L'espèce est présente en Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie) et dans le sud-ouest de l'Europe (France, Espagne, Portugal, Sardaigne). On trouve aussi le genévrier thurifère en Inde et plus particulièrement dans la région du Ladakh où il est utilisé pour fabriquer l'encens.

En France, où l'espèce reste rare malgré la protection et l'aménagement des sites répertoriés, on trouve quelques stations essentiellement dans le sud-est du pays, Provence, Dauphiné. La station de Marignac (Haute-Garonne), dans les Pyrénées centrales, a été durement éprouvée par un incendie provoqué par la foudre pendant l'été 2003. L'autre principale station en France est celle de Saint-Crépin (Hautes-Alpes), où l'espèce a été pour la première fois répertoriée en 1786 par le botaniste Dominique Villars. Dans cette station, un sentier aménagé permet de découvrir de nombreux individus âgés de plusieurs siècles, aux formes tourmentées. L'arbre le plus remarquable de Saint-Crépin, et sans doute de France, mesure plus de 7 mètres de circonférence, et son âge est estimé à environ 1000 ans[réf. nécessaire].

Au Maroc, qui abrite les populations les plus nombreuses et les individus les plus remarquables[réf. nécessaire], l'espèce est menacée par la surexploitation.

Écologie[modifier | modifier le code]

Le genévrier thurifère présente des capacités remarquables de résistance aux environnements hostiles. Il ne craint ni la sécheresse, ni le froid, et se contente d'un sol médiocre, voire totalement absent. On voit des individus en pleine santé pousser dans des fissures de rochers, ou sur des versants totalement secs. Par ailleurs, il se régénère très facilement s'il est coupé, brisé par le vent, les troupeaux ou les chutes de pierre, ou encore foudroyé. Sa forte teneur en essences aromatiques semble le protéger efficacement des attaques des insectes, champignons et autres parasites, mais l'un de ses principaux parasites est le Megastigmus thuriferana. Son seul point faible est sa croissance extrêmement lente, et sa faible distribution en France, par exemple, semble essentiellement liée à la concurrence d'espèces à croissance plus rapide comme le Chêne pubescent ou le Pin. Dans les stations où il est protégé de la concurrence par des coupes sélectives, les populations sont en bonne santé et plutôt en expansion. Bien sûr, comme pour toutes les espèces méditerranéennes, le feu reste une menace permanente.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'adjectif spécifique thurifera signifie littéralement « porte encens ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Lathuillère ; Catalogue des références bibliographiques sur le genévrier thurifère ; 365 références en décembre 2009, Office National des Forêts (ONF) (version A, qui sera amenée à être complétée et mise à jour régulièrement); concerne aussi Juniperus phoenicea, Juniperus oxycedrus, avec quelques références plus généralistes d’écologie méditerranéenne ou montagnarde. (Téléchargeable en PDF (64 pages, 571 Ko).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]