Accessibilité aux personnes handicapées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette passerelle est munie de deux ascenseurs pour permettre aux personnes handicapées de franchir la voie en toute simplicité.

L'accessibilité aux personnes handicapées est la possibilité pour les personnes handicapées d'accéder à un lieu physique ou à des informations.

En France, depuis 2006, les pouvoirs publics ont donné une définition à l'accessibilité :

« L’accessibilité permet l’autonomie et la participation des personnes ayant un handicap, en réduisant, voire supprimant, les discordances entre les capacités, les besoins et les souhaits d’une part, et les différentes composantes physiques, organisationnelles et culturelles de leur environnement d’autre part. L’accessibilité requiert la mise en œuvre des éléments complémentaires, nécessaires à toute personne en incapacité permanente ou temporaire pour se déplacer et accéder librement et en sécurité au cadre de vie ainsi qu’à tous les lieux, services, produits et activités. La société, en s’inscrivant dans cette démarche d’accessibilité, fait progresser également la qualité de vie de tous ses membres[1]. »

  • Accessibilité à un lieu physique pour une personne handicapée physique. Par exemple, pour un handicapé en fauteuil roulant, la présence d'une ou de plusieurs marches lui rend l'accès impossible à certains lieux, il est nécessaire qu'il y ait une rampe inclinée ou un ascenseur
  • Accessibilité à des informations pour une personne handicapée sensoriel. Par exemple, un mal-voyant ne pourra pas lire un texte écrit normal, il sera nécessaire qu'il soit en grands caractères sur un fond contrasté ou pour un aveugle converti en texte parlé, ou en texte braille. Un mal-entendant qui regarde la télévision ne pourra pas entendre les dialogues, il sera nécessaire qu'il y ait un sous-titre (ou une personne s'exprimant en Langue des signes française). Dans ces 2 cas, la solution par le braille ou par la langue des signes est séduisante, mais incomplète : certains aveugles ne connaissent pas le braille ; de même, certains mal-entendants ne connaissent pas la langue des signes.

En France, en octobre 2005, il y a eu de nombreux articles (dans les medias, journaux et télévision) sur les handicapés : par exemple, accès aux gares ferroviaires, handisport, football pour aveugles, golf pour handicapés physiques.

Réglementairement, il existe l'arrêté du 1er août 2006 et ses diverses modifications relatives à l'accessibilité des Personnes à Mobilité aux Établissement recevant du public (ERP) et les Installations Ouvertes au Public (IOP) ; les logements sont aussi concernés. Tout permis de construire concernant un ERP/IOP doit être composé d'un dossier spécifique (Plans et Notice) pour répondre aux contraintes réglementaires.

En Europe, l'année 2003[modifier | modifier le code]

L'Union européenne avait décidé en décembre 2001 que l'année 2003 serait année européenne des personnes handicapées.

On entend généralement par Accessibilité l'ensemble des possibilités économiques, matérielles, instrumentales, culturelles ou sociales mises à la disposition d'une personne handicapée

Accessibilité à un lieu physique[modifier | modifier le code]

Pour une personne handicapée physique[modifier | modifier le code]

Zone spécialement aménagée pour permettre la pratique de la pêche aux personnes à mobilité réduite le long de la Mayenne, en France.

L'accessibilité aux personnes handicapées est un problème public inscrit à l'agenda du gouvernement français depuis 1975 via l'adoption de la loi n°75-534 du 30 juin 1975 d'orientation en faveur des personnes handicapées.

  • Deux articles de cette loi prévoient des dispositions concernant le cadre bâti (l'article 49) et les transports (l'article 45). Un processus d'adaptation progressive du cadre de vie fut enclenché.
  • Chaque nouvelle construction d'établissement recevant du public, de bâtiments d'habitation collective et de lieux de travail accueillant plus de 20 personnes devaient être accessibles. Les travaux réalisés dans ces bâtiments devaient être l'occasion d'aménagements.
  • L'obligation juridique concernant les transports fut beaucoup moins forte : la loi d'orientation du 30 juin 1975 renvoyait à des décrets d'application. Un groupe interministériel comportant des représentants des ministères français, des associations de personnes handicapées, des exploitants de transport et des constructeurs décida en 1977 que l'objectif de la loi était irréaliste pour la totalité des personnes handicapées. Il définit deux types de solutions techniques pour deux populations distinctes :
    • l'aménagement des services de transports collectifs pour les personnes handicapées autonomes
    • la création de services spécialisés pour les personnes handicapées non autonomes dont les personnes en fauteuil roulant étaient les stéréotypes.

Dans les années 1970, la mise en accessibilité des moyens de transports collectifs conventionnels n'était qu'un moyen parmi d'autres (taxis, transports spécialisés fonctionnant en transport à la demande, promotion de la voiture personnelle) pour accroître la mobilité des personnes handicapées.

La politique française fut réformée en 2005 par la Loi handicap qui impose la mise en accessibilité du cadre de vie (établissements recevant du public, transports conventionnels) d'ici 2015.

Par ailleurs, la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 (dite Loi Boutin ou Loi Molle) permet à l'administration française de déroger aux règles du document d'urbanisme pour autoriser des travaux nécessaires à l'accessibilité des personnes handicapées à un logement existant[2]. Mais certains relèvent des contradictions dans les dispositions réglementaires[3].

L'automobile et les personnes handicapées[modifier | modifier le code]

Il existe aussi des automobiles adaptées pour certains handicaps physiques. Dans le passé, la marque DAF fabriquait les voitures les plus adaptées pour certains handicaps physiques mineurs.

A Pragues, un exemple de stationnement pour handicapés physique avec passage dédié vers le trottoir.

Aujourd'hui, il existe différentes adaptations pour les handicaps physiques de tous genres, et la technologie a évolué de telle sorte, qu'il est maintenant envisageable de conduire un véhicule, même pour une personne ayant des petits membres supérieurs et très peu de force, par exemple à l'aide d'un petit volant ou d'une manette (joystick) cette dernière solution n'étant pas acceptée dans tous les pays. Mais dans ce cas, il reste le petit-volant, sorte de disque de la grandeur d'une petite assiette, avec une poignée (comme sur le volant d'un véhicule de chantier). Ce système est directement relié à la colonne de direction et fait corps avec le vrai volant de la voiture. Le tout avec une direction assistée poussée à son maximum. Ainsi avec peu de force et avec de très petits mouvements, il est possible de diriger son véhicule de la même manière qu'avec un volant normal.

Il est nécessaire que des places de stationnement de véhicules automobiles soient réservées aux personnes handicapés porteuses de la carte européenne "GIC-GIG" ; ces places doivent être plus larges (3,30 m) pour permettre aux handicapés en fauteuil roulant de sortir de leur véhicule. Les pouvoirs publics ont mis en place des réglementations là-dessus, notamment en France.

Le train et les personnes handicapées[modifier | modifier le code]

  • exemple de dispositifs : wagonlift, pour transporter une personne en fauteuil roulant du quai au train (TGV ou autre)

Les commerces et les personnes handicapées[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2015[4], tous les établissements recevant du public (ERP) devront être en mesure d'accueillir l'ensemble des personnes en situation de handicap, quelle que soit la nature de celui-ci (moteur, auditif, visuel ou mental). A moins de quatre ans de la date butoir, et alors que le délai de 10 ans laissé aux établissements pour se mettre en conformité avec les règles d'accessibilité pouvait paraître raisonnable, les exploitants sont encore nombreux à ne pas avoir procédé aux aménagements requis[5].

Représentation de ce problème auprès du grand public[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode "Le fauteuil roulant" (#18) de la série américaine Totalement jumelles de Mary-Kate Olsen et Ashley Olsen, une des jumelles se faisait passer pour une handicapée en fauteuil roulant et s'indignait du nombre de restaurants inaccessibles pour les handicapés. C'est l'un des rares films où ce problème est évoqué.

Pour une personne mal-voyante[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chien guide d'aveugle.
Bande podotactiles à Yokohama au Japon.

Toutes les écoles affiliées à la Fédération Française des Associations de Chiens guides (FFAC) remettent gratuitement les chiens guides aux personnes aveugles qui leur en font la demande.

Sur les quais de métro, des bandes podotactiles en bord des quais permettent aux personnes mal-voyantes de se mettre à une certaine distance du quai.

Pour le métro à Paris, il existe des cartes en relief dans certaines stations, utilisables par des personnes non-voyantes.

Le tramway est un moyen de transport plus accessible pour les handicapés que le métro et les bus.

Enfants handicapés[modifier | modifier le code]

Accessibilité à une école, une crèche ou un centre de vacances[modifier | modifier le code]

Exemple : Au Canada, la Société pour les Enfants Handicapés du Québec a une garderie et un centre de vacances (le centre Papillon) pour les enfants handicapés.

École primaire et autisme[modifier | modifier le code]

Pour certains cas d'autisme, il est possible de les mettre à l'école, mais une personne supplémentaire peut être nécessaire pour les aider et leur donner l'accès à l'éducation. Ceci existe déjà en France.

Accessibilité à des informations[modifier | modifier le code]

Pour une personne aveugle[modifier | modifier le code]

Il existe des machines à lire. Une machine à lire combine un scanneur qui numérise un texte imprimé, un logiciel de reconnaissance optique de caractères (OCR) qui transforme en texte l’image fournie par le scanneur et une synthèse vocale qui restitue de manière sonore le texte. Certaines bibliothèques sont équipées de telles machines (exemples : la médiathèque de l’Association Valentin-Haüy ou la bibliothèque de Beaugrenelle gérée par la mairie de Paris). Le mode d'emploi de ces machines est écrit en braille.

Éticode : le code-barres au service des personnes handicapées[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la très large utilisation du code-barres dans le secteur de la distribution, il a été entrepris de mettre en œuvre cette technique pour faciliter l’accès à l’information par les personnes aveugles et, plus largement, par les personnes empêchées de lire les documents imprimés. Il s’agit du projet Éticode[6], Le principe est que la personne aveugle utilise un lecteur de code-barres pour lire les codes-barres standards apposés sur tous les articles du commerce et ainsi accéder à l’information relative aux produits. Combinée à la possibilité d’imprimer à bas coût des étiquettes ordinaires permettant de marquer toutes sortes d'objets et/ou documents personnels, cette utilisation des codes-barres permet aux personnes aveugles de

  • reconnaître les articles de consommation courante,
  • organiser leurs effets et objets personnels,
  • archiver et retrouver les documents,
  • prendre en main leur santé (identification des boîtes de médicaments, accès aux données en ligne).

Pour une personne malvoyante[modifier | modifier le code]

Il existe des téléagrandisseurs pour grossir un document (texte ou image) . La personne malvoyante peut régler le facteur de grossissement. Il existe des téléagrandisseurs autonomes et d’autres connectés à un ordinateur. Certaines bibliothèques sont équipées de ce dispositif (exemples : la médiathèque de l’Association Valentin-Haüy ou la bibliothèque de Vaugirard gérée par la mairie de Paris).

Pour une personne mal-entendante[modifier | modifier le code]

Plusieurs administrations françaises[7] ont mis en place des permanences de visio-interprétation, c'est-à-dire une visioconférence avec un interprète diplômé. Ce système permet aux personnes sourdes et malentendantes, communiquant en langue des signes, de se présenter sans rendez-vous pour faire des démarches administratives ou recueillir des renseignements selon les mêmes modalités que le public entendant. De plus, dans le milieu professionnel, existe la solution offerte par les centres relais (notamment par Websourd ouTadeo). Grâce à ces plateformes de communication, un salarié sourd ou malentendant peut émettre et recevoir à des appels téléphoniques, participer à des réunions d'entreprise et suivre des formations professionnelles. Quel que soit le mode de communication choisi par la personne sourde ou malentendante (langue des signes ou transcription instantanée de la parole), les propos de la personne entendante sont traduits par un visio-interprète ou retranscrits à l'écrit par l'intermédiaire d'opérateur en sténotypie ou en reconnaissance vocale. Ce système se fait entièrement à distance et garantit la retranscription intégrale des discours en toute transparence.

La loi handicap du 11 février 2005 s'applique aux services publics et privés qui doivent se rendre accessibles aux personnes handicapées en général et à celles atteintes de surdité en particulier. Partant du même principe que la solution Tadeo ou Websourd, les systèmes Acceo et Elision permettent aux entreprises et aux services publics de répondre à leurs obligations légales et de se rendre accessibles à leurs clients ou usagers sourds et/ou malentendants.

Il est nécessaire que les programmes passant à la télévision puissent être sous-titrés. En France, sur la deuxième chaîne, il existe depuis de nombreuses années un journal télévisé avec une personne à l'arrière-plan qui traduit en langue des signes.

Accessibilité à un ordinateur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Accessibilité du web.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Il est nécessaire que les concepteurs de logiciels ou de sites web prennent en compte l’accessibilité par les personnes handicapées.

Il existe une multitude de claviers ou de dispositifs équivalents à un clavier en fonction des handicaps très différents qui existent (handicaps visuels, moteurs et mentaux).

Il est aussi nécessaire que les handicapés puissent utiliser un ordinateur.
Pour les personnes aveugles ou malvoyantes, il existe des logiciels appelés « lecteur d’écran » ou « revue d’écran » ; certains de ces logiciels sont payants (Jaws[8] est le plus connu) ou gratuits tels NVDA[9] (Non Video Access Desktop). Il y a également Orca, un système d'accessibilité pour Linux intégrant une loupe, un lecteur d'écran, un clavier avec des touches rémanentes, et une distribution GNU/LINUX gratuite nommée Vinux, spécialement conçue pour les personnes aveugles ou malvoyantes regroupant un grand nombre d'outils d'accessibilité[10].
Pour les personnes ayant des difficultés à parler, il existe notamment le logiciel KMouth qui permet de vocaliser un texte écrit.
Pour les épileptiques photosensibles, le fait de travailler longtemps sur un écran peut avoir des effets négatifs. Ceci ne concerne qu'une certaine catégorie d'épileptiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées, septembre 2006.
  2. Articles L 123-5 (5e alinéa)et Article R 431-31 du Code de l'urbanisme
  3. Accessibilité : un rapport dénonce les contradictions de la réglementation
  4. Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées
  5. Rapport du 23 juin 2011 de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris "Mises aux normes d’accessibilité des commerces aux personnes handicapées"
  6. Site du projet Éticode
  7. liste disponible sur http://www.websourd.org
  8. évaluation de JAWS 13 sur le site du CERTAM (Centre d’Évaluation et de Recherche sur les Technologies pour les Aveugles et les Malvoyants)
  9. évaluation de NVDA sur le site du CERTAM (Centre d’Évaluation et de Recherche sur les Technologies pour les Aveugles et les Malvoyants)
  10. VINUX Vinux Project

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]