Charles XI de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles, prince de Suède.
Charles XI
(sv) Karl XI
Le roi Charles XI
Le roi Charles XI
Titre
Roi de Suède
13 février 16605 avril 1697
&&&&&&&&&&01356637 ans, 1 mois et 22 jours
Couronnement 28 septembre 1675 en la cathédrale d'Uppsala
Prédécesseur Charles X Gustave
Successeur Charles XII
Duc de Palatinat-Deux-Ponts
16811697
Prédécesseur Frédéric-Louis de Deux-Ponts-Landsberg
Successeur Charles XII de Suède
Biographie
Dynastie Maison Palatinat-Deux-Ponts
Nom de naissance Karl von Pfalz-Zweibrücken-Kleeburg
Date de naissance 24 novembre 1655
Lieu de naissance Stockholm
Date de décès 5 avril 1697 (à 41 ans)
Lieu de décès Stockholm
Sépulture Église de Riddarholmen
Père Charles X Gustave
Mère Edwige-Éléonore de Holstein-Gottorp
Conjoint Ulrique-Éléonore de Danemark
Enfant(s) Edwige-Sophie
Charles Red crown.png
Ulrique-Éléonore Red crown.png
Religion Luthérien
Résidence Palais royal de Stockholm

Charles XI de Suède
Monarques de Suède

Charles XI, né le 24 novembre 1655 et mort le 5 avril 1697, est roi de Suède de 1660 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Régence[modifier | modifier le code]

Charles XI est le fils du roi Charles X Gustave et de son épouse Edwige-Éléonore de Holstein-Gottorp. Son père meurt en février 1660, alors qu'il n'a que quatre ans. Il devient roi sous l'autorité d'un conseil de régence comprenant les principaux dignitaires du royaume : le sénéchal Per Brahe, le chancelier Magnus Gabriel De la Gardie, le trésorier Gustaf Bonde, le maréchal Gabriel Gabrielsson Oxenstierna et l'amiral Carl Gustaf Wrangel. Le conseil est théoriquement présidé par sa mère, mais celle-ci ne s'intéresse guère aux affaires du gouvernement[1].

Les traités d'Oliva et de Kardis, conclus en 1660-1661 par le conseil de régence, mettent un terme à la Première guerre du Nord entreprise par Charles X : la Pologne renonce à ses prétentions sur l'Estonie et la Livonie. Dans le domaine de la politique intérieure, l'aristocratie profite des années de régence pour renforcer son pouvoir[2].

La guerre de Scanie[modifier | modifier le code]

Charles XI commence à gouverner seul en 1672. En tant qu'allié de Louis XIV, il se retrouve entraîné dans la guerre de Hollande contre le Brandebourg. Une défaite humiliante à Fehrbellin en juin 1675 incite Christian V de Danemark à déclarer la guerre à la Suède, afin de lui reprendre la province de Scanie[3].

Article détaillé : Guerre de Scanie.

La flotte suédoise subit plusieurs défaites face aux Danois, qui débarquent en Scanie en juin 1676 et progressent jusqu'à Lund, où ils sont arrêtés en décembre par l'armée suédoise menée par Charles XI lui-même. Pendant ce temps, la Poméranie suédoise est occupée par le Danemark et le Brandebourg. Ce n'est que grâce au soutien de Louis XIV qu'une paix blanche finit par être signée (paix de Lund et traité de Saint-Germain-en-Laye) en 1679[3].

Monarque absolu[modifier | modifier le code]

Charles XI bénéficie alors d'une grande popularité. Auréolé du prestige de sa victoire à Lund, il profite du mécontentement de la population envers la noblesse pour bouleverser le gouvernement du pays en 1680 : le roi n'est plus responsable que devant Dieu. En outre, une commission (stora kommissionen) est chargée d'enquêter sur les membres du Conseil de régence, accusés d'avoir détourné de l'argent. Eux ou leurs héritiers sont condamnés à verser de lourdes amendes, ce qui affaiblit les grandes familles du royaume. Charles XI applique également la réduction : autrement dit, le retour à la couronne des terres et domaines concédés à la noblesse lors des décennies précédentes. Cette mesure réduit considérablement l'emprise de l'aristocratie sur l'économie du pays, et renfloue les caisses de l'État[4].

Après la guerre de Scanie, la politique étrangère de Charles XI consiste principalement à se prémunir contre le Danemark, en nouant des liens avec le Holstein-Gottorp et en se rapprochant des Provinces-Unies. Néanmoins, sous l'inspiration de Johan Göransson Gyllenstierna, une ligue de neutralité armée est conclue avec le Danemark en 1691, en pleine guerre de la Ligue d'Augsbourg[5],[6].

Charles XI encourage le commerce et protège les sciences, les lettres et les arts : il fonde le port de Karlskrona et l'université de Lund. Il réforme également l'armée, qui compte environ 40 000 hommes à la fin de son règne[7].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Charles XI se marie le 6 mai 1680 avec Ulrique-Éléonore (1656-1693), fille du roi Frédéric III de Danemark. Ils ont trois enfants :

On prête à Charles XI cette répartie cinglante : à son épouse qui lui reprochait sa politique autoritaire, il aurait répondu : « Madame, nous vous avons épousé pour nous donner des enfants, non des avis… »[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Mousson-Lestang, Histoire de la Suède, Hatier,‎ 1995 (ISBN 2-218-07356-0).
  • Éric Schnakenbourg et Jean-Marie Maillefer, La Scandinavie à l'époque moderne (fin XVe – début XIXe siècle), Belin,‎ 2010 (ISBN 978-2-7011-4676-8).