Knut II de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Knut.
Knut le Grand
Monnaie de Knut
Monnaie de Knut
Titre
Roi d'Angleterre
30 novembre 101612 novembre 1035
18 ans, 11 mois et 13 jours
Couronnement 6 juin 1017 à Londres
Prédécesseur Edmond II
Successeur Harold Ier
Roi de Danemark
1018 – 1035
Prédécesseur Harald II
Successeur Knut III le Hardi
Roi de Norvège
1028 – 1035
Prédécesseur Olaf II
Successeur Magnus Ier
Biographie
Date de naissance v. 985-995
Date de décès 12 novembre 1035
Lieu de décès Shaftesbury
Père Sven Ier
Mère Gunhild ?
Conjoint Ælfgifu de Northampton
Emma de Normandie
Enfant(s) Sven Knutsson
Harold Pied-de-Lièvre
Knut le Hardi
Gunhild de Danemark

Knut le Grand (Knud den Store en danois, parfois Canut ou Knud en français) est né en 994 ou 995 et mort le 12 novembre 1035. Il règne sur l'Angleterre à partir de 1016, ainsi que sur le Danemark à partir de 1018 et la Norvège à partir de 1028. L'empire qu'il s'est taillé à la pointe de l'épée s'étend ainsi sur les deux rives de la mer du Nord, mais il ne lui survit que quelques années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il est le fils du roi Sven Ier barbe-fourchue (en danois Svend Tveskæg), qui a aussi la réputation d'avoir été membre des Vikings de Jomsborg, ordre militaire de mercenaires basé dans une forteresse se trouvant en Pologne actuelle. L'existence des Vikings de Jomsburg est encore sujet à controverse parmi les historiens.

La mère de Knut est Gunhild, antérieurement appelée Swiatoslawa, fille de Mieszko Ier de Pologne. Tandis que son père, Svend (ou Sweyn), reste toute sa vie païen, Knut est élevé par une mère chrétienne dont la propre mère a été retirée d'une institution religieuse, et mariée au premier duc de Pologne, Mieszko (ou Miraslav, Mieczyslaw), qui s'est ensuite converti au christianisme pour des raisons politiques (le prince Mieszko Ier christianise la Pologne après son mariage avec Dobrowa, mère de Swiatoslawa et de Boleslaw Chrobry).

La conquête de l'Angleterre[modifier | modifier le code]

Alors qu'il accompagne son père dans son invasion victorieuse de l'Angleterre en août 1013, Knut est proclamé roi par la flotte danoise, à la mort de Sweyn en février 1014. Mais il retourne au Danemark en avril 1014, lorsque le Witenagemot (conseil des sages) des nobles anglais restaure le roi destitué Æthelred II l'Irrésolu (Æthelred II the Unready).

L'affrontement entre Edmond Côte-de-Fer et Cnut vu par Matthieu Paris au XIIIe siècle.

Envahissant l'Angleterre une fois de plus (en août 1015), Knut mène une série de combats peu concluants contre les Anglais — menés par Æthelred, puis à partir d'avril 1016, par son fils Edmond II — jusqu'à sa victoire écrasante en octobre 1016 à Assandun (aujourd'hui Ashingdon ou Ashdon, dans l'Essex). Lors d'une rencontre sur une île de la rivière Severn, Knut et Edmond s'accordent sur un partage du royaume, mais la mort assez mystérieuse[1] d'Edmond (novembre 1016) laisse à Knut la totalité du pouvoir, ce qui conduit le Witenagemot à le proclamer roi le 6 janvier 1017[2]. Knut renforce sa position de souverain suprême en épousant la veuve d'Æthelred, Emma, fille de Richard Sans Peur, duc de Normandie. Par cet acte, il consolide les liens politiques et commerciaux entre l'Angleterre et la Normandie, tout en établissant ses intentions de régner en suivant le christianisme puisque Emma est très dévote.

Knut règne sur le Wessex. Il donne l’Est-Anglie à son second, Thorkell le Grand, laisse en place en Mercie Eadric Streona, bientôt assassiné sur ordre de Knut, et en Northumbrie le Norvégien Erik de Lade, nommé par Svein.

Knut élimine les dangers extérieurs : il anéantit une série d’équipages vikings qui s’aventurent encore sur les côtes anglaises, refoule les Écossais et les contraint à reconnaître la suprématie anglaise. Les jarls qu’il met en place portent tous des noms scandinaves, mais les lois qu’il promulgue sont conçues et rédigées selon la tradition anglaise, avec l’aide de juristes anglo-saxons. Il gouverne avec énergie, entouré d’une garde nombreuse et bien entraînée, les housecarls, et prenant des mesures fiscales et administratives pour assurer la défense du royaume. Il entretient une flotte permanente. La sécurité en Angleterre lui permet d'effectuer des voyages à l’étranger et s'entrenir diverses missions militaires. Après sa conversion au christianisme en Allemagne, il est reconnu comme roi d’Angleterre par le pape Benoît VIII.

Dans le régime qu'il institue en tant que roi d'Angleterre, Knut combine des institutions et du personnel anglais et danois. Les mutilations qu'il inflige en avril 1014 à des otages capturés par son père comme gage de loyauté vis-à-vis de l'Angleterre sont avant tout considérées comme très différentes de ses habitudes. En codifiant les lois de l'Angleterre (vers 1020), il crée une sorte d'uniformité de l'ensemble de la tradition anglo-saxonne.

En divisant le pays à la manière danoise en 1017, formant ainsi les quatre grands comtés de Wessex, Mercie, East Anglia et Northumbrie, il institue le système de souveraineté territoriale qui reste la base du gouvernement anglais pendant plusieurs siècles. Le dernier Danegeld jamais versé, une somme de 82 500 livres, est payé à Knut en 1018. Il se sent suffisamment en sécurité pour renvoyer la flotte d'invasion au Danemark avec une solde de 72 000 livres, la même année.

Afin d'associer sa lignée avec la dynastie anglaise renversée, et de se prémunir contre une attaque de la Normandie (lieu d'exil des fils d'Æthelred : Édouard et Alfred), Knut épouse (juillet 1017) la veuve d'Æthelred, Emma de Normandie, et désigne par la suite leur fils Hardiknut (Hardacanute, ou Knud II le Hardi) comme héritier, le préférant à Harold, le fils (peut-être illégitime) qu'il a eu de Ælfgifu de Northampton, une concubine.

Roi de Danemark et de Norvège[modifier | modifier le code]

L'« empire » de Knut le Grand en 1028.

En 1018 (ou 1019), Knut succède à son frère aîné Harold II comme roi du Danemark, et en 1028 il conquiert la Norvège avec une flotte de 50 navires anglais : sa tentative de gouverner la Norvège à la faveur de Ælgifu et Harold se solde néanmoins par une rébellion, et la restauration de l'ancienne dynastie norvégienne, représentée par Magnus Ier, le fils du roi qui a été destitué : Olaf II.

Conrad II le Salique, saint empereur romain, entretient des relations amicales avec Knut, et son jeune fils Henri le Noir épouse la fille de Knut, Cunégonde (Gunhilda). L'empereur laisse Knut gouverner sur le Schleswig et la Poméranie. Celle-ci est probablement le fief de Knut, puisque Boleslas Ier le Vaillant envoie son armée aider Knut à conquérir l'Angleterre.

Postérité[modifier | modifier le code]

Armoiries apocryphes attribuées à Knut au XIIIe siècle par Matthieu Paris.

Knut meurt en 1035, à Shaftesbury dans le Dorset, et est enterré à Winchester. À sa mort, Knut le Hardi lui succède sur le trône du Danemark, régnant sous le nom de Knut III. Harold prend le pouvoir en Angleterre, et règne jusqu'à sa mort (1040), après quoi les deux couronnes sont brièvement réunies à nouveau sous le règne de Knut le Hardi.

Knut est généralement considéré comme un roi d'Angleterre sage et bénéfique, toutefois cette image est peut-être partiellement attribuable à ses bonnes relations avec l'Église, qui contrôle ceux qui archivent l'histoire. Ainsi, il est encore décrit, aujourd'hui, comme un homme pieux, en dépit du fait qu'il était en pratique bigame et qu'il fut responsable de nombreux assassinats politiques.

Il reste célèbre peut-être à cause de la légende qui raconte comment il ordonna aux vagues de s'écarter. D'après cette légende, il se lassa un jour des flatteries de ses courtisans. L'un de ces flatteurs prétendit un jour que le roi pourrait même se faire obéir par la mer, Knut lui prouva que c'était faux par une démonstration pratique, montrant ainsi que même le pouvoir d'un roi a ses limites. Malheureusement, cette légende est parfois mal comprise, certains pensant que le roi se pensait si puissant que les éléments naturels lui obéiraient, et que l'échec de sa tentative de commander aux flots le ridiculisa. Il est possible que cette légende relève simplement de la propagande pro-Knut.

Le prince puis roi Knut est l'un des personnages principaux du manga Vinland Saga de Makoto Yukimura.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
Gunhilda
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DNASven Forkbeard
(v. 960 – 1014)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sigríð
Storråda
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DHarald II
(† 1018)
 
Ælfgifu
de Northampton
 
 
 
 
 
DNACnut le Grand
(† 1035)
 
 
 
 
 
Emma
de Normandie
 
Estrid
Svendsdatter
 
Ulf Thorgilsson
(† 1028)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
AHarold Harefoot
(v. 1015 – 1040)
 
NSven Knutsson
(v. 1016 – 1035)
 
DAHarthacnut
(v. 1018 – 1042)
 
Gunhilda
(v. 1020 – 1038)
 
Henri III
(1017-1056)
 
DSven Estridsen
(v. 1019 – 1076)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Béatrice
(nonne)
 
 
 
Rois de
Danemark
 
 
 

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. "le petit Mourre, éd. 1990"
  2. "365 great stories from history for every day of the year" de W.B.Marsh & Bruce Carrick, éditions Icon Books uk/ Totem Books usa