Adam de Brême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adam de Brême (né bien avant 1050; † 1081/1085), est un chroniqueur et géographe germanique du XIe siècle, natif de la Haute-Saxe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adam de Brême vint à Brême vers l'année 1067, et s'y fit successivement nommer chanoine, puis directeur de l'école de la ville. Avant cela, il est probable qu'il ait suivi les enseignements de l'école de la cathédrale de Magdebourg[1].

C'est en exerçant ces fonctions qu'il écrivit, vers 1075[2], une histoire ecclésiastique en quatre livres, la Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, dans laquelle il traite de l'origine et de la propagation de la religion chrétienne dans les pays septentrionaux de l'Europe, et particulièrement dans les diocèses de Brême et d'Hambourg, depuis le règne de Charlemagne jusqu'à l'empereur Henri IV.

Ce grand ouvrage se termine par un petit traité sur la situation géographique du Danemark et des autres pays qui l'avoisinent; il y parle successivement de la nature du pays, de la religion et des mœurs des habitants. Cet intérêt pour les pays scandinaves est naturel dans la mesure où l'archevêché de Hambourg-Brême avait des prétentions sur la Scandinavie. Ces prétentions sont dues notamment aux tentatives qu'Anschaire, archevêque de Hambourg-Brême, avait effectuées dès le IXe siècle pour convertir la Scandinavie, et plus particulièrement la Suède, au christianisme[3].

Ces deux ouvrages sont très estimés et pleins de renseignements curieux, mais quelquefois erronés. Adam ne connaissait pas le pays qu'il décrit; il semble même qu'il n'y soit jamais allé, et que les renseignements dont il s'est servi pour écrire sur les nations du Nord lui ont été fournis par les prédicateurs chrétiens que Rome et l'Allemagne envoyaient souvent vers les peuples septentrionaux, et qui, à leur retour, passaient presque toujours par Brême qui, déjà à cette époque, était une ville importante. Dans l'ensemble toutefois, la fiabilité est meilleure pour les évènements du XIe siècle que pour les plus anciens[4].

Par ailleurs, Adam de Brême adopte dans son œuvre un point de vue hostile à la Norvège. L'historien anglais P. H. Sawyer donne deux raisons à cela[4]: l'influence du roi Sven II de Danemark qui conseilla directement Adam dans la rédaction de son livre et les réticences des Norvégiens à reconnaître l'autorité de l'archevêché de Hambourg-Brême[5].

Ces ouvrages sont également très connus car on y trouve le premier témoignage écrit de la découverte par les Vikings du Vinland, c'est-à-dire vraisemblablement l'Amérique du Nord. Il est à noter que l'ouvrage ne fut connu au Moyen Âge que dans la région de Brême, ce qui limita la diffusion de cette découverte.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (de) Wilhelm Wattenbach: Adam von Bremen, dans: Allgemeine Deutsche Biographie (ADB). Volume 1, Duncker & Humblot, Leipzig 1875, p. 43
  • Régis Boyer, Les Vikings. Histoire et civilisation, Paris, Plon, 1992.
  • Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. G. Waitz (Scriptores rerum germanicarum, 1876 )
  • (fr) Histoire des archevêques de Hambourg, suivie d'une Description des îles du Nord, texte traduit du latin, annoté et présenté par J-B Brunet-Jailly. Gallimard, collection l'Aube des peuples Paris, 1998 (ISBN 978-2-07-074464-0)
  • P. H. Sawyer, Kings and Vikings, Oxon, Routledge, 1982.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Allgemeine Deutsche Biographie, Vol. 1, p. 43.
  2. Boyer, p. 35; Sawyer, p. 17.
  3. Sawyer, p. 17.
  4. a et b Sawyer, p. 17-18.
  5. Ce deuxième motif est confirmé par Régis Boyer, p. 35.

Liens externes[modifier | modifier le code]