La Colle-sur-Loup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir colle (homonymie).
La Colle-sur-Loup
La Colle-sur-Loup
La Colle-sur-Loup
Blason de La Colle-sur-Loup
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Grasse
Canton Canton de Cagnes-sur-Mer-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Sophia Antipolis
Maire
Mandat
Jean-Bernard Mion
2014-2020
Code postal 06480
Code commune 06044
Démographie
Gentilé Collois
Population
municipale
7 701 hab. (2011)
Densité 784 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 14″ N 7° 06′ 16″ E / 43.6872222222, 7.1044444444443° 41′ 14″ Nord 7° 06′ 16″ Est / 43.6872222222, 7.10444444444  
Altitude Min. 10 m – Max. 351 m
Superficie 9,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
La Colle-sur-Loup

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
La Colle-sur-Loup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Colle-sur-Loup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Colle-sur-Loup
Liens
Site web www.lacollesurloup.fr

La Colle-sur-Loup est une commune française membre de la Communauté d'agglomération de Sophia Antipolis située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Collois.

Géographie[modifier | modifier le code]

À la fois proche de la mer et des grandes villes comme Nice (18 km), Antibes et Cannes (25 km) ou Grasse (18 km), et à l'entrée des gorges du Loup, qui permettent de gagner les Préalpes vers Andon ou Gréolières. La commune est bordée à l'ouest par le fleuve côtier le Loup.

L'habitat de La Colle-sur-Loup se disperse sur une superficie de 982 hectares où les espaces verts (400 hectares) et les terres agricoles sont encore très présentes, le site reste donc encore très naturel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois en 1362 (Colla), vient de l’occitan còla, colline ou montagne[1]. Des notes issues d’archives mentionnent que le nom de la rivière « Le Loup » qui borde la Commune à l’Ouest aurait un rapport direct avec l'animal. La vallée encore sauvage en certains lieux était, il y a longtemps et jusqu’en 1860, infestée de loups.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge les habitants de La-Colle-sur-Loup étaient intégrés à la commune de Saint-Paul-de-Vence. Avec l’agrandissement de St-Paul et la construction des nouveaux remparts sous François Ier, de nombreuses demeures ont été détruites et ils se déplacèrent au « bourg de La Colle ». Ce n’est qu’en 1792 que le bourg devint la commune de La-Colle-sur-Loup.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Christian Berkesse, ancien maire de La Colle-sur-Loup.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965   Alex Roubert SFIO  
mars 1989 mars 1995 Pierre Teisseire SE  
mars 1995 mars 2001 Henri Zissler RPR-UDF  
mars 2001 mars 2014 Christian Berkesse PS[2] puis DVG[3] puis UDI[4]  
mars 2014 en cours Jean-Bernard Mion UMP[5]  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 701 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 345 1 316 1 416 1 489 1 551 1 599 1 473 1 528 1 492
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 256 1 267 1 307 1 308 1 278 1 477 1 468 1 431 1 455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 458 1 541 1 559 1 305 1 421 1 563 1 522 1 511 1 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 096 2 611 3 700 4 749 6 025 6 697 7 434 7 546 7 701
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Longtemps commune agricole qui a notamment exploité la rose pour les parfumeries de Grasse, La Colle-sur-Loup est devenue une commune hétérogène au niveau des services et des commerces.

Elle possède aussi une grande quantité d'antiquaires et de créateurs d'arts qui ont fait sa renommée.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle du Canadel : prieuré bénédictin fondé au XIe siècle et classé monument historique
  • L’abbaye : on peut la situer entre les années 1150 et 1200 pour sa construction. Le reste du cloître date du XIIe et XIIIe siècles. Elle servit tout d’abord de gîte d’étapes au père l’abbé chaque fois qu’il se rendait aux assemblées des évêques de Vence. Aujourd’hui l’abbaye est devenue un hôtel-restaurant de prestige.
  • Le château de Monfort : construit en 1523 par René de Savoie. Il est composé d’un corps de bâtiment et d’une tour. À l’intérieur, un escalier à vis exécuté en très belle pierre et un plafond à caisson.
  • L’église paroissiale du XVIIe siècle : les travaux débutèrent en 1573 et furent terminés en 1658. En 1673, le clocher était à son tour édifié.
  • La chapelle des Pénitents blancs : construite en 1808. À la Révolution, elle fut vendue et transformée en appartement.
  • La chapelle Saint-Roch construite en 1843, elle présente une façade classique comportant une porte d’accès plein cintre, un mini clocher surmonte la façade. Deux tableaux modernes constituent la décoration intérieure.
  • La chapelle Saint-Donat : située au bord du Loup elle se trouve sur l’ancien chemin qui reliait Vence à Grasse par Saint-Paul et La Colle où l’on peut encore voir des restes du pont.
  • La chapelle du Rosaire : datant de 1612, elle fut vendue en 1792 comme bien public. Au fil des années la chapelle et le cloître ont été transformés en appartements privés.
  • Ancien hôpital Hôtel-Dieu : créé en 1723 par l’évêque de Vence dans une maison cédée par un chirurgien Collois.
  • Ancienne gare créée en 1910 : ce bâtiment servait de gare pour le tramway qui partait de Cagnes-sur-Mer pour aller à Vence.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • En mai, on célèbre la fête de la rose qui a participé à la renommée de la commune durant de nombreuses années auprès des parfumeurs de Grasse.
  • Durant la saison estivale, de nombreuses manifestations ont lieu comme les nocturnes des antiquaires, des concerts de jazz ou bien des pièces de théâtre.
  • En août, la Fédération française d'aïkido et de budo (FFAB) organise un stage international d'aïkido, dirigé par Nobuyoshi Tamura.
  • En septembre, la commune remonte le temps pour célébrer les métiers d'antan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Colle-sur-Loip

D’azur à la montagne de trois coupeaux d’argent mouvant de la pointe, chargée d’un loup de sable surmonté d’une épée basse d’or brochant sur le coupeau médiant accostée de deux coquilles du même

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194),‎ 1996, 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), § 21 578, p. 1153
  2. Annuaire des mairies des Alpes-Maritimes, EIP, 2006-2007, p. 53 (ISBN 9782352581055) [lire en ligne]
  3. Maires des communes de plus de 3 500 habitants, Observatoire de la vie politique et parlementaire, 17 octobre 2011.
  4. Thierry Suire, « Municipales 2014 : Christian Berkesse s'y colle à nouveau », Nice-Matin,‎ 26 mars 2013 (lire en ligne)
  5. Stéphanie Wiélé, « Municipales à la Colle-sur-Loup: Jean-Bernard Mion veut "signer un contrat avec les Collois" », Nice-Matin,‎ 17 mars 2014 (lire en ligne)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011