Courmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courmes (homonymie).
Courmes
Courmes
Courmes
Blason de Courmes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Grasse
Canton Canton du Bar-sur-Loup
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Sophia Antipolis
Maire
Mandat
Richard Thiéry
2014-2020
Code postal 06620
Code commune 06049
Démographie
Gentilé Courmians
Population
municipale
98 hab. (2011)
Densité 6,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 37″ N 7° 00′ 35″ E / 43.7436111111, 7.00972222222 ()43° 44′ 37″ Nord 7° 00′ 35″ Est / 43.7436111111, 7.00972222222 ()  
Altitude Min. 260 m – Max. 1 263 m
Superficie 15,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Courmes

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Courmes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courmes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courmes

Courmes est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont les Courmians ou les Courmois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La cascade de Courmes est un site classé historique et haut lieu de la descente de canyon.

Économie[modifier | modifier le code]

Un projet est à l'étude pour créer un parc photovoltaïque sur la commune permettant aux Courmians et aux habitants de la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis de payer moins d'impôts et de favoriser le développement de l'arrière-pays tant sur le plan pastoral et agricole que touristique.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de « Corma » est cité en 1176. Il était à l'origine implanté sur la Serre de la Madeleine dit « Les Combes », soit à 1,5 km à vol d'oiseau au nord du village actuel. Ce premier village était entouré d'un mur et une maison forte devait exister au point le plus haut.

Le fief est donné en 1235 à Romée de Villeneuve par le comte de Provence. Le fief a ensuite appartenu aux Cormis, aux Lombard et aux Bancillon.

Les épidémies de peste vont entraîner une dépopulation du castrum au XVe siècle.

En 1670, l'évêque de Vence, monseigneur Antoine Godeau rendit visite à Courmes qui jusque-là avait été jugé inaccessible par ses prédécesseurs. Il a fait cette visite en décembre et alla dire la messe dans la chapelle qui servait de paroisse aux dix-sept familles qui vivaient à Courmes après qu'il fut tombé dans la nuit deux mètres de neige.

Courmes a été un hameau dépendant de Coursegoules jusqu'à la Révolution.

En 1944, un maquis va exister à Courmes qui a reçu des armes par parachutages sur le plateau Saint-Barnabé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Courmes Blason D’azur aux deux lions affrontés d’or soutenant un rocher d’argent en chef.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793   Jean-Baptiste Joulian    
An VIII   Thomas Joulian    
1840   Joseph Gazagnaire    
1865   Pierre-Joseph Euzière    
1871   Thomas Joulian    
1876   Antoine Gazagnaire    
1878   Marius Euzière    
1887   Joan-Thomas Truc    
1888   Isidore Joulian    
1900   Casius Laugier    
1908   Marius Isnard    
1913   Jules Euzière    
1925   Gratien Maunier    
novembre 1935 Août 1941 Louis Euzière    
1941   Louis Maunier    
septembre 1944 avril 1945 Louis Euzière    
1947   Marius Euzière    
1965   Paul Sicard    
mars 2001 mars 2014 Françoise Gioanni UDI (NC) Conseillère générale du canton du Bar-sur-Loup depuis 2011
mars 2014   Richard Thiéry    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 98 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180 149 162 181 190 181 162 189 190
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
185 174 152 157 144 130 123 138 113
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
110 134 108 75 51 83 86 62 59
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
34 26 42 60 64 88 88 93 98
2011 - - - - - - - -
98 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Madeleine, datant de 1781. Elle renferme un autel en bois doré et un reliquaire ainsi que le tombeau des seigneurs de Cormis situés sous l'allee centrale Maison-forte avec une porte Renaissance, ancienne maison seigneuriale.
  • Lavoir et four communal.
  • Ruines de l'ancien village avec son château fort sur le serre de la Madeleine.
  • Gorges du Loup, la cascade de Courmes, les cascades des Demoiselles et le saut du Loup
  • la fete patronale de la commune de Courmes est soit le dernier dimanche d'Aout ou le premier dimanche de septembre; Une procession religieuse y a lieu où l'on transposte le bust de StFelix patron du village;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Euzière : maire, conseiller d'arrondissement, fondateur du réseau de Résistance « Robert »
  • Odette Fourcade, première adjointe et secrétaire de Paul Sicard , y a consacréé sa vie de 1967 à 1988, elle est décédee le 10 juin 1988. La commune lui doit beaucoup! Cette exeptionnelle personne qu'était ODETTE FOURCADE a énormément contribuée à l'essort de cette jolie commune . Seule aujourd'hui sa fille détient de nombreux renseignements sur l'histoire de Courmes ainsi que de très anciennes photos!

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Berdery, Un jour j'y serai, Éd. Adichat
  • Louis Euzière, Héros sans gloire dans le pays grassois. Jalons pour une histoire du réseau « Robert » in Devoir de mémoire, Occupation, Résistance, Libération à Grasse et dans le Pays de Grasse, Actes du colloque du 27 novembre 2007, Association Historique du Pays de Grasse, Ed. TAC - Motifs des Régions, 2008
  • Philippe de Beauchamp, Le haut pays méconnu. Villages & hameaux isolés des Alpes-Maritimes, p. 144-145, éditions Serre, Nice, 1989 (ISBN 2-86410-131-9) ; p. 159

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011