Ubaye (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ubaye
Image illustrative de l'article Ubaye (rivière)
Caractéristiques
Longueur 82,7 km [1]
Bassin 1 011 km2 [1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 20,5 m3/s (Le Lauzet-Ubaye) [2]
Régime pluvio-nival
Cours
Source lac du Longet
· Localisation col du Longet
· Altitude 2 641 m
· Coordonnées 44° 38′ 19″ N 6° 56′ 45″ E / 44.638683, 6.945755 (Source - Ubaye)  
Confluence Durance
· Localisation lac de Serre-Ponçon
· Altitude 780 m
· Coordonnées 44° 28′ 00″ N 6° 18′ 50″ E / 44.46678, 6.31402 (Confluence - Ubaye)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Ubayette
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Alpes-de-Haute-Provence
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L'Ubaye ([ybaj][3], en valéian Ubaia) est une rivière torrentielle française qui coule dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est un affluent de la Durance en rive gauche, donc un sous-affluent du Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Confluence entre l'Ubaye et l'Ubayette, prise à partir de Saint-Ours au téléobjectif 135


L'Ubaye prend sa source au col du Longet à 2655 m d'altitude dans le petit lac du même nom et finit sa course après 82,7 km[1] dans un des bras du lac de Serre-Ponçon, où elle rejoint la Durance. Elle donne son nom à la vallée de l'Ubaye. Son principal affluent est l'Ubayette, laquelle prend sa source au lac du Lauzanier.

Gorge au Lauzet

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Ubaye au Lauzet-Ubaye[modifier | modifier le code]

Le module de l'Ubaye a été calculé durant une période de 48 ans au Lauzet-Ubaye (1960-2007) [2]. Il se monte à 20,5 m3/s pour une surface de bassin de 946 km2, soit l'entièreté du bassin.

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime nivo-pluvial, avec des hautes eaux de printemps-été dues surtout à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 48,9 à 53,7 m3⋅/s de mai à juin inclus (avec un maximum en juin) et se terminant en juillet (26,1 m3⋅/s), suivies d'une baisse rapide aboutissant à un court étiage de fin d'été (12,8 et 12,7 m3⋅/s en août et septembre). En automne les débits remontent sous l'effet de précipitations automnales sous forme de pluie (18,1 m3⋅/s et 16,1 m3⋅/s respectivement en octobre et novembre). Ce deuxième sommet est suivi d'une longue période de basses eaux d'hiver, de décembre à mars inclus, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à un minimum de 7,2 m3⋅/s au mois de février.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : X0454010 - l'Ubaye au Lauzet-Ubaye (Roche-Rousse)[2]
(données calculées sur 48 ans)

Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Rafting sur l'Ubaye Attention rapide.jpg

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 3,6 m3, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste consistant.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes à l'instar de presque tous les cours d'eau alpins. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 150 et 210 m3/s. Le QIX 10 vaut 250 m3, le QIX 20 en vaut 290, tandis que le QIX 50 se monte à 340 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré au Lauzet-Ubaye a été de 380 m3/s le 1er novembre 1963, tandis que le débit journalier maximal se montait à 274 m3 le 16 novembre de la même année.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 684 millimètres annuellement, ce qui est élevé et résulte des précipitations abondantes sur l'ensemble de la surface de son bassin. Le débit spécifique (Qsp) se monte ainsi à 21,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Hydronyme[modifier | modifier le code]

Le Lauzet-Ubaye - Pont romain du Lauzet 01.JPG
  • Une étude sérieuse reste à entreprendre pour situer l'apparition de l'hydronyme.
  • Dans son fascicule "VOCABULAIRES et TOPONYMIE des pays de MONTAGNE", Robert LUFT[4],2006, dit que la racine "ab" ou "ub" est celtique et signifie cours d'eau. Il donne pour exemples: Ubaye Ubayette et aussi L'Abéou ( Saint-Paul-lès-Durance 13) ; L'Abéous ( Méolans-Revel 04 et La Grave 05), L'Abeùs ( Eycheil 09).
  • Pour la suite deux hypothèses:
  1. Certains disent qu'il vient "d'ubac"[5] qui lui vient du latin opaca. Une autre hypothèse consistait à dire que le nom du village de l’embouchure "Ubaye" a été éponyme du cours d'eau. La forme originale d'embouchure avait pour direction et provenance un versant d'ubac.
  2. "Tomber à la bail" est rentré dans le langage familier (pour tomber à l'eau en mer). Notre hydronyme auraient des racines communes? Tout le monde remarque qu'en Français la prononciation de "Ubaye" pose problème. Il ne se prononce pas exactement comme il s'écrit. Le néophyte prononcera "Ubai"! L'orthographe a été curieusement choisi et la sonorité est exotique. Au XII siècle, il y a des influences majeurs Basques, Catalanes, Gasconnes et Ibères sur la région. Citons déjà simplement : Raimond Bérenger IV de Provence créateur de Barcelonnette. La famille du Saint Jean de Matha qui reçois le fief de Faucon pour s'être illustré contre les Sarrasins.

En 1867 le professeur A. Baudrimont [6] écrit qu'il pense que notre hydronyme vient du Basque. Il dit aussi qu'"Ubay" (rivière du Pérou) peu se traduire du Basque par « bonne eau ». D'autre disent aussi que l'origine est Basque/Ibère. Ils affirment qu'il provient des mots ayant pour sens: vallée, rivière, gué:

  1. En 1983 Robert Novaretti [7] écrit : Ne prétend-on pas d'ailleurs que le nom d'Ubaye tire son origine du basque « ibara » qui désigne la rivière.
  2. En 2009 Jean-Baptiste ORPUSTAN [8] dit BAI est « cours d’eau, rivière » en ibère, exactement comme dans l’ancienne toponymie basque (Baialde, Baïgorry, Bayonne, Hendaye …), avant de s’être transformé en "ibai" en basque-moderne, sans doute par analogie avec "ibi" (gué) ou "ibarr" (vallée).

Histoire[modifier | modifier le code]

La dernière crue importante de l’Ubaye date de mai 2008, quand la fonte des neiges coïncide avec d’importantes pluies[9].

Les activités de sports d'eau vive[modifier | modifier le code]

Sport d'eau vive au Thuiles

Ne comportant aucun barrage jusqu'à son embouchure, c'est une rivière idéale pour la pratique des sports d'eau vive comme le rafting ou le kayak.
Avec 50 rapides et 9 parcours, il est tout à fait possible de découvrir cette rivière d'une manière originale en toute sécurité, si l'on est expérimenté. Dans le cas contraire, la présence d'une personne ou d'un moniteur expérimenté est souvent nécessaire.

L'Ubaye est une rivière de 1er catégorie. Les sports d'eau vive sont autorisés :

  • de 10h00 à 18h00 du 1er mars au 30 septembre sauf les samedi, dimanche et lundi de l'ouverture de la pêche et les vendredi, samedi et dimanche de la fermeture de la pêche ;
  • du lever au coucher de soleil le reste de l'année.

(source : gendarmerie du Lauzet-Ubaye)

Jonction Ubaye Lac Serre Poncon

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ubaye (X04-0400) » (consulté le 1er septembre 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Ubaye au Lauzet-Ubaye (Roche Rousse) (X0454010) » (consulté le 1er septembre 2013)
  3. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 104.
  4. Club Alpin Français de Nice – Mercantour Nice, juillet
  5. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), ISBN 978-2-87901-442-5, p. 48
  6. né 1806 +1876 « Histoire des basques » (Page 154)
  7. Thèse de doctorat « plantes et médecine populaire en Ubaye »
  8. « L’ibère et le basque : recherches et comparaisons »
  9. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence,Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 25