Eyrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 48′ 25″ N 4° 48′ 03″ E / 44.80694, 4.80083 ()

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Heyrieux.
l'Eyrieux
L'Eyrieux au pont de Saint-Sauveur-de-Montagut.
L'Eyrieux au pont de Saint-Sauveur-de-Montagut.
Caractéristiques
Longueur 83,7 km [1]
Bassin 865 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 15,5 m3/s (Saint-Fortunat-sur-Eyrieux) [2]
Organisme gestionnaire Syndicat Mixte Eyrieux Clair[3]
Régime pluvial cévenol
Cours
Source au nord du lac de Devesset
· Localisation Devesset
· Altitude 1 105 m
· Coordonnées 45° 03′ 46″ N 4° 23′ 24″ E / 45.0628, 4.3899 (Source - l'Eyrieux)  
Confluence le Rhône
· Localisation La Voulte-sur-Rhône
· Altitude 93 m
· Coordonnées 44° 48′ 18″ N 4° 47′ 53″ E / 44.8051, 4.798 (Confluence - l'Eyrieux)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Ardèche
Régions traversées Rhône-Alpes

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L'Eyrieux est une rivière française, qui coule dans le département de l'Ardèche. C'est un affluent de rive droite du Rhône.

Son bassin concerne aussi celui de la Haute-Loire par La Rimande


Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les textes carolingiens, Héronis était le nom donné à l’Eyrieux. Alors qu'au XVIIIe siècle, on l'orthographiait Heyrieux, de nos jours, il devient Eyrieux.

Cependant avant 1950 on trouve aussi l'orthographe « Erieux » sur des cartes de la division administrative (départements) de la France.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 83,7 km de longueur[1], l'Eyrieux, affluent rive droite du Rhône, est l'une des principales rivières cévenoles qui viennent grossir ce fleuve entre Lyon et Avignon. Son bassin d'une superficie totale de 865 km2, représente près des 3/4 de la région dite des Boutières. Il prend sa source près du Lac de Devesset à 1 100 mètres d'altitude.

L'ensemble du bassin est compris entre la chaîne cévenole au sud et à l'est, à laquelle il est adossé (point culminant : Mont Mézenc à 1 754 mètres) et une arête montagneuse moins importante au nord, qui, partant de la chaîne des Boutières, s'abaisse progressivement jusqu'au Rhône. Le point le plus bas du bassin, au confluent avec le Rhône est à la cote 95 mètres NGF et la cote médiane est de 730 mètres.

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Principales bourgades[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit moyen interannuel de l'Eyrieux a été observé et calculé sur une période de 27 ans (1965-1991) à Saint-Fortunat-sur-Eyrieux[4],[2]. Il s'élève à 15,6 m3/s (mètres-cubes par seconde) pour une surface de bassin de 764 km2, soit la grande majorité de son bassin versant (910 km2).

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques du régime pluvial cévenol, avec des hautes eaux d'automne et d'hiver à double sommet, portant le débit mensuel moyen à un premier sommet de 23,7 m3/s en novembre, puis après une chute à 15,9 m3/s en décembre, un nouveau et long sommet allant de 21 à 24,5 m3/s de janvier à mai (avec un maximum en février). S'ensuit une baisse rapide des débits, se terminant en une période d'étiage en juillet-août entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau mensuel moyen de 1,54 m3/s au mois d'août.

Le VCN3 peut chuter jusqu'au très bas niveau de 0,01 m3, soit 10 litres, par seconde en cas de période décennale sèche.

Les crues peuvent être extrêmement importantes. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 435 et 648 m3/s, ce qui est très élevé. Le QIX 10 est de 788 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 920 m3/s. Le QIX 50 n'a pas été calculé suite à la trop courte durée d'observation.

Le débit maximal instantané enregistré à Saint-Fortunat-sur-Eyrieux sur cette période de 27 ans est de 1 350 m3/s, soit plus que le débit moyen du Rhône en aval de Lyon. Mais la crue la plus forte connue sur l'Eyrieux est de 3 600 m3/s en 1857.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 644 millimètres annuellement, soit environ le double de la moyenne française, tous bassins confondus (320 millimètres). Le débit spécifique (Qsp) atteint 20,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire du bassin versant de l'Eyrieux et de ses affluents est le Syndicat Mixte Eyrieux Clair[3].

Principales crues historiques[modifier | modifier le code]

Le Talaron (en bas à gauche) débouchant dans l'Eyrieux
L'Eyrieux aux allants tours de Beauvène
L'Eysse (en bas à gauche) se jette dans l'Eyrieux
VIe siècle
IXe siècle
XIIe siècle
XIIIe siècle
XIVe siècle
XVe siècle
  • 1407 : crue en février
XVIe siècle
  • 1501 en juillet
  • 1508 en juillet
  • 1522 en septembre
  • 1543 le 6 septembre
  • 1559 le 6 septembre
  • 1567 en octobre
  • 1570 en janvier, en juin et décembre
XVIIe siècle
XVIIIe siècle
  • 1700 : le 2 juillet
  • 1711 :
  • 1772 : le 9 septembre
  • 1779 : le 28 septembre
  • 1782 : le 16 septembre
  • 1789 : le 3 septembre
  • 1794 : le 3 septembre
XIXe siècle
  • 1817 : le 26 août avec 5,74 mètres soit environ 2 380 m3/s aux Ollières et 6 mètres avec environ 2 870 m3/s à Saint-Laurent du Pape
  • 1827 : le 11 octobre avec 5,00 mètres soit environ 2 100 m3/s à Saint-Laurent du Pape
  • 1840 : le 26 août avec 5,1 mètres soit environ 2 100 m3/s à Saint-Laurent du Pape
  • 1857 : le 10 septembre avec 9,65 mètres aux Ollières et 7 m à Saint-Laurent du Pape soit 3 600 m3/s environ à Beauchastel.
  • 1859 : le 14 et 15 octobre avec 5,5 mètres aux Ollières et avec 5,5 mètres soit environ 2 500 m3/s à Saint-Laurent du Pape
  • 1890 : le 22 et 23 octobre avec 6,4 mètres aux Ollières, avec 5,5 mètres soit environ 2 500 m3/s à Saint-Laurent du Pape et 7,45 mètres à Beauchastel.
  • 1891 : le 21 octobre avec 4,50 mètres soit environ 1 780 m3/s à Saint-Laurent du Pape.
Depuis le début du XXe siècle

Villes[modifier | modifier le code]

L'Eyrieux près de Saint-Fortunat-sur-Eyrieux

Activités[modifier | modifier le code]

L'Eyrieux est apprécié par les pratiquants du canoë-kayak. Le parcours[5],[6] est très mouvementé sur la partie supérieure (30 km de classe[7] IV/V) et encore soutenu sur la partie basse (14 km de classe II-III), site où se tiennent diverses compétitions.

Le tracé du chemin de fer du Vivarais, aujourd'hui fermé, traverse les gorges de l'Eyrieux[8].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Erieux dans Persée+Orages du Cheylard en 1935

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références