Cians

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cians
Les gorges du Cians en 2008.
Les gorges du Cians en 2008.
alt=Arrondissement de Nice dans les Alpes-Maritimes      Images externes    AAPPMA des Alpes-Maritimes         Cians selon AAPPMA
Arrondissement de Nice dans les Alpes-Maritimes
Images externes
AAPPMA des Alpes-Maritimes
Cians selon AAPPMA
Caractéristiques
Longueur 25,3 km [1]
Bassin 167 km2 [1]
Bassin collecteur le Var
Débit moyen 0,71 m3/s (Rigaud) [2]
Régime nivo-pluvial
Cours
Source au sud-est du Mont Mounier (2 817 m)[3]
· Localisation Beuil
· Altitude 1 990 m
· Coordonnées 44° 07′ 29″ N 7° 00′ 12″ E / 44.1247, 7.0033 (Source - Cians)  
Confluence Var
· Localisation Touët-sur-Var
· Altitude 330 m
· Coordonnées 43° 56′ 50″ N 6° 59′ 17″ E / 43.9472, 6.9881 (Confluence - Cians)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche vallon de Pierlas, Arsilane
· Rive droite Challandre, Raton, Cianavelle, Fiou
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Cantons Guillaumes, Puget-Théniers, Villars-sur-Var.
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales villes 1 591 habitants dans la vallée[4]

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro
Localisation du Cians (au centre) dans le Département Alpes Maritimes

Le Cians (Chans en occitan prononcé [tchans]) est un affluent gauche du fleuve le Var, et un cours d'eau de première catégorie dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur (France).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cians est en fait une graphie italiennecia était à lire tcha. Certains, tel André Compan, rétablissent la bonne graphie occitane qui est Chans.

Les formes des hydronymes Cians et Cagne sont là pour rappeler que l'isoglosse ca/cha de l'occitan traverse le département des Alpes-Maritimes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa longueur est de 25,3 kilomètres[1]. Le Cians prend sa source dans la commune de Beuil, au pied et au sud-est du Mont Mounier (2 817 m)[3], à 1 990 m d'altitude[5].

Il se jette dans le Var à l'ouest de Touët-sur-Var[3], à 330 m d'altitude[6]. Il a taillé dans les schistes rouges puis le calcaire des gorges abruptes parmi les plus belles des Alpes. En 25 km, il descend de 1 600 m. Phénoménale, sa force érosive est décuplée au moment des crues.

Les Gorges du Cians, gorges inférieures et gorges supérieures, creusées par le Cians dans des sols de pélite rouge, sont absolument impressionnantes. Elles ont été taillées par le Cians dans l'extrémité est du Dôme de Barrot. Le Dôme de Barrot correspond à une remontée de socle paléozoïque qui fait affleurer une épaisse série permienne[7].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département des Alpes-Maritimes, le Cians traverse cinq communes[1] et trois cantons :

Soit en termes de cantons, le Cians prend sa source dans le canton de Guillaumes, traverse le canton de Puget-Théniers et conflue sur le canton de Villars-sur-Var, le tout dans le même arrondissement de Nice.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Cians a quinze (15) affluents référencés[1] :

  • la Vallon de Conchas, (rg)
  • le Vallon de la Couillole, (rg)
  • le Chaudan, (rg)
  • Le Vallon de Challandre (rd), 6,4 km sur Beuil et Péone avec trois affluents.
  • le Ravin de Royer, (rd)
  • le vallon de l'Escoulière, (rg)
  • Le Vallon de Pierlas (rg), 10,4 km sur Pierlas et Rigaud avec sept affluents.
  • Le Cianavelle (rd), 8,1 km sur Auvare, Puget-Rostang et Rigaud avec un affluent.
  • le ruisseau de Varégoules, (rd) 4,1 km sur les deux communes de Puget-Rostang et Rigaud.
  • le vallon de Maras, (rg)
  • le vallon de l'Aiguestre, (rg)
  • le vallon de Chaudane, (rg)
  • le ruisseau de l'Arsilane, (rg) 8,2 km sur les deux communes de Thiéry et Lieuche avec trois affluents.
  • le ruisseau de Fiou, (rd) 4,5 km sur les deux communes de Puget-Rostang et Rigaud.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le canyonning et la pêche sont pratiqués sur son cours[8],[9].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La station de mesure sur le Cians à Rigaud, a été emporté par la crue de novembre 1977 et non remplacée[2]. Celle-ci se trouvait à 983 mètres d'altitude pour un bassin versant de 70,6 km2 c'est-à-dire la moitié environ du bassin total.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y6115010 - Le Cians à Rigaud (Cadiera) pour un bassin versant de 70.6 km2 et à 983 m d'altitude[2]
(le 08-06-2013 sur 6 ans de 1971 à 1977)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

À cette station le débit instantané maximal a été de 21.80 m3/s le 12 octobre 1972 et le débit journalier maximal de 9.16 m3/s . la hauteur maximale instantanée a été de 164 cm le 8 octobre 1977.

Sur ces cinq communes, la population est de 1 591 habitants pour une superficie de 177 km2 avec donc une densité de 9,0 hab/km2 à 916 m d'altitude moyenne[4]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. a, b, c, d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Cians (Y6110500) » (consulté le 19 août 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Cians à Rigaud (Cadiera) (Y6115010) » (consulté le 4 novembre 2009)
  3. a, b et c Les portes du Mercantour, la montagne des couleurs, « Le Cians » (consulté le 4 novembre 2009)
  4. a et b « Rivière le Cians », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 19 août 2013)
  5. Source du Cians au sud-est du Mont Mounier sur Géoportail. Consulté le 17 octobre 2012.
  6. Confluence du Cians avec le Var sur Géoportail. Consulté le 19 août 2013.
  7. Université de Brest : Le Permien et le Trias du Dôme de Barrot
  8. site personnel, « Cians » (consulté le 4 novembre 2009)
  9. L'Amicale des Pêcheurs du Cians : Pierre Dalmaso, « Le Cians », AAPPMA des Alpes-Maritimes,‎ 2013 (consulté le 19 août 2013)