La Tranche-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Tranche-sur-Mer
La plage centrale
La plage centrale
Blason de La Tranche-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Sables-d'Olonne
Canton Moutiers-les-Mauxfaits
Intercommunalité Le Pays né de la mer
Maire
Mandat
Serge Kubryk
2014-2020
Code postal 85360
Code commune 85294
Démographie
Gentilé Tranchais
Population
municipale
2 740 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 38″ N 1° 26′ 18″ O / 46.344013, -1.43831646° 20′ 38″ Nord 1° 26′ 18″ Ouest / 46.344013, -1.438316  
Altitude Min. 0 m – Max. 25 m
Superficie 17,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
La Tranche-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
La Tranche-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Tranche-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Tranche-sur-Mer

La Tranche-sur-Mer est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette station balnéaire est située sur la Côte de Lumière, en face de l'île de Ré. Elle accueille jusqu'à 100 000 touristes en été.

Communes limitrophes :

La Tranche-sur-Mer est accessible :

  • Par train:
    • Gare SNCF de Paris-Montparnasse en TGV Atlantique jusqu'à Nantes.
    • De la gare de Nantes SNCF, TER jusqu'à la gare SNCF La Roche-sur-Yon (direction Les Sables-d'Olonnes).
    • Depuis 2009, plus besoins de changer de train à Nantes, la ligne La Roche-sur-Yon <> Les Sables, a été électrifiée, les TGV peuvent désormais y circuler.
    • Au départ des autres villes de France: un passage en Gare de Nantes SNCF est obligatoire.

Enfin, une fois être arrivé à la gare SNCF de La Roche-sur-Yon, des navettes de cars payantes (Sovetour), amènent les passagers jusqu'à La Tranche-sur-Mer.

Station balnéaire[modifier | modifier le code]

Plage centrale de La Tranche-sur-Mer

La Tranche-sur-Mer offre, le long de ses 13 km de sable fin :

  • un centre aquatique
  • 5 spots de surf permettant aux débutants comme aux plus confirmés de s'adonner aux plaisirs de la glisse. L'un des spots de surf les plus prisés est la plage de la Terrière.
  • un plan d'eau de 6 hectares pour l'initiation à la voile
  • un centre nautique avec une aire de rinçage pour le matériel
  • huit postes de secours.
  • des équipements de mise à l'eau comme un « tiralo » et un « hippocampe » pour les personnes à mobilité réduite
  • des zones de mouillages (430 corps-morts dont 39 équipés (passage à la journée))

Station familiale[modifier | modifier le code]

  • Labellisée « Station Kid » et « Famille Plus »
  • Accueil:
    • Centre aéré
    • Clubs de plage
    • Aires de jeux et de pique-nique
  • Divertissement:
    • Parc d'attractions
    • Centre aquatique
    • École de sports nautiques et un centre nautique pour les enfants
    • Un petit train touristique
    • Un cinéma, 2 salles
    • Une salle de spectacle
    • Une bibliothèque
    • Un mini-golf

Marché :

  • Mardi, jeudi et samedi matin, centre ville de la Tranche-sur-Mer (Place de la Liberté), toute l'année
  • Mercredi matin à la Grière sur le Parking de la Grière, en juillet-août
  • Dimanche matin à la Terrière, rue du Commerce, en juillet-août

Déplacements :

  • Toute l'année, un minibus gratuit circule entre le centre ville, la Terrière, le super marché et la Grière les lundis, mercredis et samedis matin de 8 h 30 à 12 h 30.
  • Un minibus gratuit équipé pour les personnes à mobilité réduite circule sur demande pour desservir médecins, dentiste, kinés, pharmacies, supermarché, ...
  • En juillet-août, 3 lignes de bus gratuites sont ouvertes le matin de 8 h et jusqu'à 1 h la nuit pour celle desservant les boîtes de nuit.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Activités de sport et de loisirs[modifier | modifier le code]

  • La Pétanque avec une aire réservée,
  • La Boule en bois avec un boulodrome couvert,
  • Le Skateboard avec un skate-park en plein air,
  • La planche à voile, le Skimboard et le surf ; de l'anse de du Maupas jusqu'à la jonction avec Longeville sur mer, plusieurs spots sont favorables à une pratique diversifiée de ces activités L'Embarcadère, Casino (pavillon de l'Aunis), Générelles, Phare, Bud-Bud et la plage de la Terrière pour le surf, plages front d'océan ;
  • Le char à voile à la plage de la Terrière,
  • Le Tennis avec un court couvert et trois courts extérieurs,
  • L'aviation avec un aérodrome proposant le survol des îles et des baptêmes de l'air,
  • Deux salles multi-sports
  • La station dispose aussi de :
    • deux discothèques,
    • des sentiers pédestres,
    • 20 km de pistes cyclables sécurisées,
    • un parcours santé de deux kilomètres équipé d'agrès dans la forêt,
    • des parcours thématiques (circuits « des oiseaux », « patrimoine religieux » ou « des plages »),
    • de 440 hectares de forêt composée de (chêne vert, pin maritime, alisier troène, queue de lièvre…) et habitée (écureuil, rouge-gorge…).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1938 : La Tranche devient La Tranche-sur-Mer
  • 1954 : La Faute-sur-Mer se sépare de La Tranche-sur-Mer et devient une commune.
  • 2010 : La Tranche-sur-Mer est l'une des communes de l'ouest de la France les plus touchées par la tempête Xynthia, le 28 février 2010. Malgré de nombreux dégâts sur le littoral, aucun mort n'y est toutefois à déplorer, contrairement à la commune voisine de La Faute-sur-Mer.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion d'or, au chef parti : au premier cousu d'azur au soleil non figuré d'or, et au second cousu de sinople au cœur vendéen d'argent.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de La Tranche-sur-Mer : Sol Omnibus Adest.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jacques Robion    
1791 1808 Jean Denis    
1808 1826 Pierre Denis    
1826 1830 Bienvenu Gauvreau    
1830 1831 Pierre Denis    
1831 1836 Bienvenu Gauvreau    
1836 1866 André Denis    
1866 1870 Louis Guérineau    
05/09/1870 11/11/1871 Charles Chauveau    
1870 1871 Alexandre Denis    
08/05/1871 27/06/1871 Charles Chauveau    
1871 1876 Louis Guérineau    
1876 1884 Alexandre Denis    
1884 1892 Pierre Auguste Martin    
1892 1900 Jean Dodin    
1900 1903 Melchisedech Malthête    
1903 1929 Charles Chauveau    
1929 1945 Louis Senet    
1945 1947 Alphonse Guignard    
1947 1957 Maurice Samson    
1957 1977 Robert Guinet    
1977 1982 Marcel Bousseau UDR pharmacien
député de la Vendée (1962-1973)
conseiller général du canton de Luçon (1970-1976)
1982 1995 Albert Berthomé[Note 1]    
1995 2001 Jean-Michel Gauthey    
mars 2001 2008 Michel Fardin Divers droite retraité
mars 2008 en cours Serge Kubryk[Note 2],[1] UMP expert-comptable diplômé d'état, commissaire aux comptes
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2008, La Tranche-sur-Mer comptait 2 702 habitants (soit une augmentation de 7 % par rapport à 1999). La commune occupait le 3 765e rang au niveau national, alors qu'elle était au 3 692e en 1999, et le 52e au niveau départemental sur 282 communes.

L'évolution du nombre d'habitants depuis 1793 est connue à travers les recensements de la population effectués à La Tranche-sur-Mer depuis cette date. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour La Tranche-sur-Mer, cela correspond à 2006, 2011, etc. Les autres dates de « recensements » (2008, etc.) sont des estimations[2],[Note 3].

Le maximum de la population a été atteint en 2008 avec 2 702 habitants.

En 2011, la commune comptait 2 740 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515 691 628 738 885 919 965 1 029 1 039
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 125 1 248 1 302 1 329 1 368 1 379 1 393 1 417 1 439
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 458 1 553 1 503 1 337 1 386 1 462 1 588 1 697 1 452
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 781 2 040 2 125 2 071 2 065 2 510 2 644 2 740 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (43,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 12,5 %, 15 à 29 ans = 10,6 %, 30 à 44 ans = 15,8 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 39,6 %) ;
  • 53,1 % de femmes (0 à 14 ans = 11,2 %, 15 à 29 ans = 9,2 %, 30 à 44 ans = 13,8 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, plus de 60 ans = 46,1 %).
Pyramide des âges à La Tranche-sur-Mer en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
2,7 
13,0 
75 à 89 ans
18,1 
26,1 
60 à 74 ans
25,3 
21,5 
45 à 59 ans
19,7 
15,8 
30 à 44 ans
13,8 
10,6 
15 à 29 ans
9,2 
12,5 
0 à 14 ans
11,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Taux de chômage : 16,1 % (1999)
  • Revenu moyen par habitant : 19 864 euro / an (1999)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La plage de La Terrière, haut-lieu du surf
  • Le site de la belle Henriette (lagune)
  • La Chapelle de La Grière
  • L'église Notre Dame de Lumière
  • Le Phare
  • L'embarcadère.
    • L'ancien embarcadère (appelé aussi « ponton »), un ouvrage en bois qui datait de 1971, a été détruit à partir de janvier 2008 et reconstruit avec une structure métallique. Il présente une longueur identique mais une largeur double (4.5m). Il devient ainsi, en plus de sa fonction d'accotement pour des croisières (Ile de Ré, La Rochelle, Ile-d'Aix…), un lieu de promenade. Il a été endommagé par la tempête Xynthia du 28 février 2010 et entièrement reconstruit en 2012.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Depuis 1993, la ville est animée au printemps et en été par le festival « La Déferlante ». Diverses manifestations culturelles gratuites sont organisées par l'association éponyme dans neuf stations balnéaires de la région Pays de la Loire : Saint-Brevin-les-Pins, Pornic, Barbâtre, Notre-Dame-de-Monts, Saint-Jean-de-Monts, Saint-Hilaire-de-Riez, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Les Sables-d'Olonne et La Tranche-sur-Mer (du nord au sud)[7].

  • Championnat de France de Skimboard sur la Plage Centrale.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Bad Rippoldsau-Schapbach (Allemagne) depuis avril 1989 (ville située en Forêt-Noire).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1989.
  2. Réélu en 2014.
  3. Par convention, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de présenter :
    * pour 2004 et 2005 la population réelle publiée dans la base Cassini (attribuée par convention à l'année 2006 par l'EHESS) si elle existe ;
    * la population 2006, première population légale connue post-1999 publiée par l’Insee ;
    * les populations suivantes correspondant aux années réelles de recensement publiées par l’Insee ;
    * la dernière population légale publiée par l’Insee.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  2. « Calendrier de recensement », sur insee.fr (consulté le 21 juin 2011)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 21 juin 2011)
  6. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 21 juin 2011)
  7. (fr) « Présentation » sur le site officiel du festival « La Déferlante », consulté le 2 juillet 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :