Le Fenouiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Fenouiller
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Sables-d'Olonne
Canton Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Maire
Mandat
René Viaud
2014-2020
Code postal 85800
Code commune 85088
Démographie
Gentilé Fénolétain
Population
municipale
4 372 hab. (2011)
Densité 245 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 13″ N 1° 53′ 57″ O / 46.7202777778, -1.8991666666746° 43′ 13″ Nord 1° 53′ 57″ Ouest / 46.7202777778, -1.89916666667  
Altitude Min. 0 m – Max. 32 m
Superficie 17,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Le Fenouiller

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Le Fenouiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Fenouiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Fenouiller

Le Fenouiller est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Commune du Fenouiller est voisine de celle de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Elle apparait comme un trait d'union entre le bocage et le marais. Le petit fleuve la Vie, qui se sépare au nord de Notre-Dame-de-Riez et qui serpente lentement vers saint Gilles Croix de Vie entre des rives vaseuses. La Vie élargit ou rétrécit le marais du Fenouiller sur sa rive gauche, suivant les caprices de ses méandres. C'est la Vie qui marque la limite de la commune avec celles de Notre Dame de Riez, Saint Hilaire de Riez et Commequiers.

Le Fenouiller c'est aussi un paysage de bocage, avec ses fermes éparpillées. Les plus proches de la Vie sont sans doute les plus fertiles. Plus au large, les noms des villages rappellent que le sol chargé d'une poussière olienne était favorable aux landes à végétation spontanée et aux grandes sapinières dont il ne reste aujourd'hui que des lambeaux.

Le Fenouiller c'est encore une route départementale de 5 kilomètres qui traverse le bourg et la commune d'est en ouest. Particularité du bourg et de certaines maisons anciennes : les murettes et autres décors sont réalisées en schiste vert, variété de roche rare. Celle-ci était exploitée sur place : la rue des Carrières mène aux anciens sites d'extractions à ciel ouvert, aujourd'hui mis en eau.

À noter : un quartier résidentiel important en bordure de Saint Gilles Croix de Vie, en bordure de la RD 754, formant les agglomérations du Val de Vie et de la Chabossonière.

Au sein de l'arrondissement des Sables-d'Olonne, elle est située dans le canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie qui s'étend sur 29 192 hectares et regroupe 14 communes[1] : L'Aiguillon-sur-Vie, Brem-sur-Mer, Brétignolles-sur-Mer, La Chaize-Giraud, Coëx, Commequiers, Le Fenouiller, Givrand, Landevieille, Notre-Dame-de-Riez, Saint-Hilaire-de-Riez, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Saint-Maixent-sur-Vie et Saint-Révérend.

De 1997[2] à 2009, elle fait partie de la Communauté de communes Côte de Lumière, structure intercommunale regroupant Brem-sur-Mer, Brétignolles-sur-Mer, Le Fenouiller, Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Saint-Hilaire-de-Riez. Avec la Communauté de communes Atlancia des vals de la Vie et du Jaunay, elle forme le syndicat mixte « Mer et Vie », créé en avril 2001. Cette structure, dont le périmètre correspond exactement au territoire du canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, fait suite au syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM) « Mer et Vie », créé en mai 1987[3].

En 2009, les deux communautés de communes regroupant les quatorze communes du canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Côte de Lumière et Atlancia, décident de fusionner[4] pour donner naissance le 1er janvier 2010 à la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1907 Clément Coutouis    
1907 1919 Pierre Marchand    
1919 1927 Louis Perrocheau    
1927 1934 Augustin Michineau    
1934 1947 Henri Billon    
1947 1971 Georges Dillet    
1971 1977 Joseph Mériau    
1977 1995 Henri Perrocheau[Note 1]    
1995 2008 Patrick Gérardin[Note 2]    
2008 2014 Maryvonne Barc[6]    
2014 en cours René Viaud Divers droite cadre comptable en cabinet
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 372 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
564 542 604 702 734 701 724 782 780
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
775 745 778 786 821 800 832 838 871
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
939 993 934 867 919 958 967 951 1 052
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 175 1 280 1 449 2 279 2 902 3 213 3 912 4 372 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 26,7 %) ;
  • 50,9 % de femmes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 29,4 %).
Pyramide des âges à Le Fenouiller en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
8,6 
75 à 89 ans
9,3 
17,9 
60 à 74 ans
19,3 
21,9 
45 à 59 ans
20,9 
19,1 
30 à 44 ans
19,7 
15,0 
15 à 29 ans
12,3 
17,2 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans le bourg, l'église des XIIIe et XIVe siècles. Son fin clocher d'ardoises en "bec d'hirondelle" est typiquement local. La petite porte latérale montre encore des traces d'effraction, souvenir des troubles des Inventaires des biens de l'Église en 1906.

Partant du bourg, la route qui longe la vallée de la Vie traverse des hameaux au caractère pittoresque (le Plessis, Romainguy, ...) et présente de nombreux points de vue sur les marais.

Le Pas Opton est un ancien gué sur la Vie, la légende veut que le nom de ce lieux viens de napoléon qui en passant lici ordonna à son cheval(Opton) de circuler au pas. Des vestiges d'un port furent mis au jour en 1987 : seul port de la région indiqué sur les cartes de XVIe siècle, des navires y déchargeaient du sel et du blé. À proximité, l'auberge du Pouc'ton fait revivre dans une grange typique les traditions locales comme les noces maraîchines. Sur la Vie un barrage (le barrage des Vallées) fait désormais obstacle à l'océan, qui transformait autrefois le marais en un vaste lac salé jusqu'aux abords d'Apremont. Tout proche, une aire de pique nique a été aménagée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1983 et 1989.
  2. Réélu en 2001.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Canton : Saint Gilles Croix de Vie » sur le site officiel de la Maison des communes de Vendée, consulté le 2 juillet 2009
  2. (fr) « Histoire et Compétences » sur le site officiel de la Communauté de communes Côte de Lumière, consulté le 6 juillet 2009
  3. (fr) [PDF] « Observations définitives concernant la gestion du syndicat mixte Mer et Vie » sur le site officiel de la Cour des comptes, 14 novembre 2005, p.1 & 3
  4. (fr) Ouest-France, « Saint-Gilles-Croix-de-Vie - Une communauté de communes à 14 sur le canton de Saint-Gilles », sur larochesuryon.maville.com,‎ 22 octobre 2009
  5. (fr) Jean-François Marival, « Place au Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie - Saint-Gilles-Croix-de-Vie », sur ouest-france.fr,‎ 7 janvier 2010
  6. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 13 mai 2011)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :