Martinet (Vendée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martinet.
Martinet
Le parc des Ouches et l'église
Le parc des Ouches et l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton La Mothe-Achard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Achards
Maire
Mandat
Alain Perrocheau
2014-2020
Code postal 85150
Code commune 85138
Démographie
Gentilé Martinézien
Population
municipale
1 020 hab. (2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 39″ N 1° 40′ 41″ O / 46.6775, -1.6780555555646° 40′ 39″ Nord 1° 40′ 41″ Ouest / 46.6775, -1.67805555556  
Altitude Min. 12 m – Max. 63 m
Superficie 18,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Martinet

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Martinet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Martinet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Martinet
Liens
Site web http://www.communedemartinet.fr

Martinet est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de 1811 hectares située sur le plateau du sud du Massif Armoricain, dans le Bas-Bocage vendéen, en arrière du littoral, soit à environ vingt-cinq kilomètre des Sables d'Olonne et de Saint-Gilles Croix de Vie. Ce plateau culmine à 51 mètres près de Bel-Air.

La commune est bordée au nord par le Jaunay qui serpente dans une vallée parfois creuse et bordée de pittoresques coteaux. Les ruisseaux de la Malvergne, du Guy des Noues et de la Garangeoire ont formé d'autres petites vallées qui rejoignent le Jaunay. Par contre, au sud de la commune, l'écoulement des eaux se fait par le ruisseau de Montmarin en direction de l'Auzance.

Le paysage de Martinet est très bocager. Le remembrement ne l'a aucunement affecté et de nombreux espaces boisés, ainsi que des chemins anciens peu retouchés, ont préservé un espace verdoyant et une nature attachante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un habitat préhistorique a sûrement existé sur ce territoire. Des découvertes nombreuses de haches néolithiques ont été faites sur le secteur des Aigrefeuilles et de la Maison Neuve, dans la zone sud de la commune qu'occupe aussi une vaste zone restée boisée, le Bois-Neuf.

L'histoire de Martinet est celle des humbles. On ne note pas de grands événements. Avant la Révolution, les petites seigneuries ont simplement vécu du labeur incessant des hommes de la terre. En 1788, on se plaint de ne pas pouvoir franchir le Jaunay au gué de Garreau, trop souvent rendu impraticable par les inondations et on réclame pont et route. En 1789, le bourg compte toutefois de nombreux artisans ruraux liés aux métiers agricoles.

Durant la Révolution et les Guerres de Vendée, Martinet ne demeure pas en reste. En 1793, ses hommes accompagnent ceux de Jean-Baptiste Joly qui part de la Chapelle-Hermier et en regroupe des centaines d'autres des communes environnantes. Ils participent aux deux attaques manquées du pôle républicain des Sables d'Olonne. Puis ils l'accompagnent plus ou moins régulièrement dans ses diverses campagnes militaires sur le territoire de la Vendée, sous la conduite de leur premier maire et capitaine de paroisse Jacques Martin. Celui-ci est d'ailleurs pris au village du Petit-Bois, alors qu'il est venu acheter du tabac. Il sera interrogé et fusillé le 28 février 1794 à la Mothe-Achard.

Sous l'Empire, Martinet est le lieu où se cache un groupe de réfractaires à la conscription de Napoléon, venu des communes voisines. Un combat entre eux et les gendarmes a lieu près de la Florencière le 4 mars 1814, qui fait trois morts parmi les déserteurs et deux parmi les gendarmes.

Au cours du XIXe siècle, l'agriculture s'améliore. De vastes surfaces de landes sont mises en exploitation et laissent apparaître plusieurs fermes nouvelles. La commune s'organise et progresse peu à peu. La population atteint son maximum en 1911 avec plus de sept cents habitants. Plus de vingt cinq d'entre eux laissent cependant la vie dans les combats de 14-18.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Alain Perrocheau (1950), maire de Martinet depuis 2007.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1801 1830 Victor-Jérôme Gilardeau   propriétaire
1850 1852 Pierre-Thomas Hymène de Fontevaux   propriétaire
1852 1868 Léon Grolleau   propriétaire
1868 1871 Henri Durand   aubergiste
1871 1894 Léon Grolleau   propriétaire
1896 1929 Émile Grolleau   propriétaire
1929 1938 Philémon Babin   propriétaire
1938 novembre 1944 Georges Bougault   propriétaire
novembre 1944 mai 1945 Maximin Buton   propriétaire
1945 1983 Georges Bougault   propriétaire
1983 1995 Maxime Ménard[Note 1]   retraité, ancien secrétaire de mairie
1995 novembre 2007 Pierre Mignen[Note 2]   formateur retraité
novembre 2007 en cours Alain Perrocheau[1]   écrivain, enseignant retraité
vice-président de la Communauté de communes du Pays des Achards
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 902 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1851 1856 1861 1866
553 397 425 483 405 558 562 583 607
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
581 597 639 720 706 733 785 796 768
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
756 755 716 752 720 685 668 610 553
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
527 557 604 689 724 844 902 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Martinet comptait 804 habitants (soit une augmentation de 33 % par rapport à 1999). La commune occupait le 11 395e rang au niveau national, alors qu'elle était au 13 223e en 1999, et le 203e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 20,7 %) ;
  • 47,9 % de femmes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 21,8 %).
Pyramide des âges à Martinet en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
0,3 
9,0 
75 à 89 ans
8,4 
10,9 
60 à 74 ans
13,1 
16,8 
45 à 59 ans
17,0 
23,1 
30 à 44 ans
21,2 
17,7 
15 à 29 ans
18,8 
21,8 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1989.
  2. Réélu en 2001.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
v · d · m
Communauté de communes du Pays des Achards
Liste des communes La Chapelle-Achard · La Chapelle-Hermier · Le Girouard · Martinet · La Mothe-Achard · Sainte-Flaive-des-Loups · Saint-Georges-de-Pointindoux · Saint-Julien-des-Landes · Saint-Mathurin