Beauvoir-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beauvoir-sur-Mer
L’église Saint-Philibert, inscrite monument historique.
L’église Saint-Philibert, inscrite monument historique.
Blason de Beauvoir-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Sables-d'Olonne
Canton Beauvoir-sur-Mer (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Pays du Gois
Maire
Mandat
Christian Thibaud
2014-2020
Code postal 85230
Code commune 85018
Démographie
Gentilé Belvérin
Population
municipale
3 917 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 01″ N 2° 02′ 29″ O / 46.9169444444, -2.04138888889 ()46° 55′ 01″ Nord 2° 02′ 29″ Ouest / 46.9169444444, -2.04138888889 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 26 m
Superficie 35,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Beauvoir-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Beauvoir-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauvoir-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauvoir-sur-Mer

Beauvoir-sur-Mer est une commune du centre-ouest de la France, située sur la côte de Lumière, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à une cinquantaine de kilomètres environ à l'ouest de La Roche-sur-Yon, à 20 km de Challans, et à 20 km de Noirmoutier par le pont ; praticable à marée basse, le passage du Gois permet de réduire d’une dizaine de kilomètres le trajet.

Environnement[modifier | modifier le code]

Beauvoir-sur-Mer a obtenu sa deuxième fleur au Concours des villes et villages fleuris lors du palmarès 2008.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beauvoir, l'église Saint Philibert vue de la rue des Halles
Blason de François Viète (portail)

Beauvoir-sur-Mer portait le nom d'Ampennum à l’époque gallo-romaine.

Saint Goustan y serait mort en 1040.

Au XVe siècle, la seigneurie de Beauvoir-sur-Mer était rattachée à la vicomté de Thouars qui appartenait à la famille d'Amboise.

Beauvoir-sur-Mer fut l'un des bastions du calvinisme en Vendée.

Au XVIe siècle, Françoise de Rohan, dame de la Garnache, dont les malheurs servent de décors à la Princesse de Clèves, fuit les guerres de religion et les persécutions de la Ligue à Beauvoir-sur-Mer. Elle y accueille Antoine Ier de Portugal, André de Rivaudeau et son ami le mathématicien François Viète, qui y composera une grande partie de son Isagoge.

Le mathématicien écrivit la dédicace de son Algèbre nouvelle à Beauvoir, dans le marais de l'île de Mons. Il y possédait son domaine propre, l’Ardouinière, situé dans la rue des Halles au Château, maison de ville qu’il revendit en 1594 à l'un de ses cousins (homonyme).

Louis XIV fait détruire le château de Beauvoir-sur-Mer en 1689[1]

Napoléon fait construire un des premiers grands axes routiers de Vendée de La Roche-Napoléon à Beauvoir-sur-Mer.

En 2011, le tour de France part de Beauvoir sur mer[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Christian Thibaud[Note 1],[3] Divers droite retraité de l'ostréiculture
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 3 917 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 188 1 963 1 889 2 160 2 356 2 357 2 366 2 596 2 692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 746 2 616 2 668 2 401 2 436 2 384 2 407 2 507 2 534
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 589 2 692 2 649 2 367 2 389 2 241 2 290 2 276 2 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 478 2 798 3 041 3 165 3 277 3 399 3 652 3 725 3 917
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (35,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 16 %, 15 à 29 ans = 14,9 %, 30 à 44 ans = 16,8 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 33 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 13,2 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 16,6 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 37,8 %).
Pyramide des âges à Beauvoir-sur-Mer en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,7 
8,4 
75 à 89 ans
13,5 
24,4 
60 à 74 ans
22,6 
19,3 
45 à 59 ans
20,0 
16,8 
30 à 44 ans
16,6 
14,9 
15 à 29 ans
12,3 
16,0 
0 à 14 ans
13,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Beauvoir1a.JPG

La commune abrite un monument historique :

  • l’église Saint-Philibert, édifiée à l’emplacement de l’église du prieuré rasée par les Normands. On y retrouve une partie construite au Xe siècle (style roman), des parties du XIIe siècle (style gothique naissant) et du XIVe siècle (style gothique pur). Elle a été entièrement rénovée entre 1970 et 1974[8].

Autres sites notables :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la nef d'argent voguant sur des ondes du même mouvant de la pointe, à la voile carrée d'or chargée d'une croix partie de gueules et de sable, au pennon aussi d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. VENDEE 2009: 2010 PETIT FUTE Par Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias,WUILLEME LINDA [lire en ligne (page consultée le 5 mai 2011)].
  2. François Thomazeau, Contre pied, le sport où on ne l'attend pas, [lire en ligne (page consultée le 4 juillet 2011)].
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee.
  7. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  8. « Notice no PA00110037 », base Mérimée, ministère français de la Culture