Saint-Cyr-en-Talmondais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.
Saint-Cyr-en-Talmondais
Blason de Saint-Cyr-en-Talmondais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Moutiers-les-Mauxfaits
Intercommunalité Communauté de communes du Pays moutierrois
Maire
Mandat
Nicolas Passchier
2014-2020
Code postal 85540
Code commune 85206
Démographie
Gentilé Saint-Cyriens
Population
municipale
355 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 41″ N 1° 20′ 08″ O / 46.461389, -1.33555646° 27′ 41″ Nord 1° 20′ 08″ Ouest / 46.461389, -1.335556  
Altitude Min. 0 m – Max. 35 m
Superficie 13,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Cyr-en-Talmondais

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Cyr-en-Talmondais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-en-Talmondais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-en-Talmondais

Saint-Cyr-en-Talmondais est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom pour partie à saint Cyr, jeune martyr chrétien du IVe siècle, fils de sainte Julitte.

Article détaillé : Cyr de Tarse.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Haute-Plaine[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à l'écusson abaissé soudé d'or chargé d'une tour de sable, ouverte, ajourée et maçonnée du champ, accostée en chef de deux coquilles de gueules, deux bécasses affrontées au naturel marchant sur le haut de l'écusson.

Événements historiques[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Arie Maes[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 355 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
371 327 268 447 490 479 524 528 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
569 530 560 592 637 611 598 585 552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
554 558 572 512 475 423 414 432 429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
366 329 283 277 274 301 338 386 349
2011 - - - - - - - -
355 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 11,9 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 23,9 %, plus de 60 ans = 24,5 %) ;
  • 47,9 % de femmes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 9,9 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 30,2 %).
Pyramide des âges à Saint-Cyr-en-Talmondais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
9,7 
75 à 89 ans
10,5 
14,8 
60 à 74 ans
19,1 
23,9 
45 à 59 ans
22,2 
22,7 
30 à 44 ans
20,4 
11,9 
15 à 29 ans
9,9 
17,0 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de la Court d'Aron est un édifice du XVIe siècle modifié au XIXe siècle par Octave de Rochebrune le restaurateur du château de Terreneuve à Fontenay-le-Comte pour l'archéologue Benjamin Fillon. À l'ouest on trouve une grande tour de trois étages à frise de machicoulis, balustrade, lucarne et haute cheminée. Le corps du bâtiment comprend deux étages avec deux fenêtres à meneaux. La porte principale du bâtiment est encadré de pilastres. L'aile orientale comporte aussi deux étages et un toit pyramidal soutenu par des machicoulis avec des lucarnes à fronton ciruclaire. Une grande loggia avec arcature termine l'extrémité sud de cette aile. L'ensemble est très élégant. À l'intérieur une importante partie de l'aménagement et du mobilier sont conservés, cuisine aves vaisselle et cuivre, statue funéraire en marbre blanc de Suzanne Tiraqueau, fille du juriste fontenaisien, vierge de bois polychrome du XVe siècle, miroir Louis XVI, table de marquetterie italienne du XIXe et tapisseries du XVIe siècle. La salle à manger possède une cheminée Louis XIII et du mobilier de la même époque. Le salon présente une cheminée monumentale du XVIIe siècle avec écusson de René Baudouin, capitaine des Gardes-Côtes du Bas-Poitou et deux landiers en bronze. Un important parc floral a été développé et est accessible au public.

L'église de Saint-Cyr-en-Talmondais possède un clocher particulier composé d'un bulbe surmonté d'une flèche effilée couvert d'ardoises. L'ensemble repose sur une coupole sur pendentif (visible de l'intérieur de l'édifice).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :