Teide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teide
Le Teide enneigé avec le Roque Cinchado au premier plan.
Le Teide enneigé avec le Roque Cinchado au premier plan.
Géographie
Altitude 3 715 ou 3 718 m, El Piton[1],[2],[3]
Massif Tenerife
Coordonnées 28° 16′ 20″ N 16° 38′ 33″ O / 28.272311, -16.64247428° 16′ 20″ Nord 16° 38′ 33″ Ouest / 28.272311, -16.642474  [1]
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Canaries Îles Canaries
Province Santa Cruz de Tenerife
Ascension
Première Edmund Scory au début du XVIIe siècle
Géologie
Roches Basanite, basalte, phonolite, trachyte[3]
Type Volcan rouge
Activité Actif
Dernière éruption 18 au 27 novembre 1909
Code 1803-03-
Observatoire Instituto Tecnológico y de Energí­as Renovables

Géolocalisation sur la carte : Îles Canaries

(Voir situation sur carte : Îles Canaries)
Teide

Le Teide, pic du Teide ou pic de Teide, en espagnol Pico del Teide, est un volcan d'Espagne situé dans les îles Canaries, sur l'île de Tenerife. Avec 3 715 ou 3 718 mètres d'altitude, selon les sources, il constitue le point culminant de cet archipel mais aussi de l'Espagne, dépassant d'environ 300 mètres l'Aneto, plus haut sommet des Pyrénées espagnoles, et d'environ 240 mètres le Mulhacén, plus haut sommet de l'Espagne continentale. Il est également le troisième plus grand volcan du monde depuis sa base, après le Mauna Loa et le Mauna Kea, à Hawaï[4]. Sa forte activité éruptive, les coulées de lave très fluides et la proximité de zones densément peuplées ont décidé les volcanologues à l'inclure dans la liste des volcans de la Décennie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Face nord-est du Teide

Le Teide est aussi appelé pic du Teide ou encore pic de Teide[3], en espagnol Pico del Teide. Dans cette langue, il est aussi appelé Pitón de Azúcar ou Pan de Azúcar[5] en raison de sa ressemblance avec un pain de sucre. Il a été appelé anciennement « pic de Ténériffe »[6].

Le terme Teide proviendrait du terme guanche echeide qui signifie « enfer ». En effet, pour les premiers habitants des îles Canaries, le volcan et ses environs étaient interdits d'accès.[réf. nécessaire] Une autre étymologie dans cette langue donne pour signification « montagne enneigée »[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Animation représentant le Teide en trois dimensions.
Vue d'une coulée de lave descendue du Teide.

Le Teide est situé en Espagne, sur l'île de Tenerife faisant partie des îles Canaries, un archipel situé dans l'océan Atlantique, au large des côtes marocaines et sahariennes. La montagne est constituée d'un cône volcanique en forme de pain de sucre reposant sur le plancher de la caldeira de las Cañadas en fer à cheval ouverte sur l'océan et situé entre 2 000 et 2 200 mètres d'altitude. La montagne culmine à 3 715[1] ou 3 718[2],[3] mètres d'altitude au sommet appelé El Piton ce qui en fait à la fois le plus haut sommet de Tenerife, des îles Canaries, des îles de l'océan Atlantique et d'Espagne[1],[2],[3]. Le Teide mesure huit kilomètres de diamètre à sa base pour un volume de 150 à 200 km3[3].

L'accès au sommet de la montagne est aisé puisque le téléphérique du Teide, emmène les visiteurs depuis le bord de la route jusqu'à une altitude de 3 555 mètres. Le dénivelé restant peut être accompli à pied et permet de découvrir le cratère sommital de 70 mètres de diamètre pour 45 mètres de profondeur et contenant des formations de soufre. Une autorisation doit être obtenue au préalable à Santa Cruz afin d'effectuer la montée des derniers 168 mètres. En effet, cette partie étant protégée, les autorités s'organisent pour limiter le nombre d'ascensions par jour.

Le Teide est inclus dans le parc national du Teide inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et s'étendant aussi sur la caldeira de las Cañadas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Teide a commencé sa formation il y a 500 000 ans en même temps que le Pico Viejo situé sur son flanc sud-ouest et culminant à 3 103 mètres d'altitude[3]. La dernière éruption du Teide s'est déroulée du 18 au 27 novembre 1909 en formant le cône du Chinyero situé au nord-ouest du sommet principal, en bordure de la caldeira de las Cañadas[7],[3].

Lors de sa première traversée de l'océan Atlantique en 1492, Christophe Colomb, en escale aux îles Canaries, assiste à une éruption du Teide[1],[3]. La première ascension connue du Teide aurait été faite par le chevalier anglais Edmund Scory[8] au début du XVIIe siècle (la date souvent donnée de 1582 semble être erronée)[9]. Dans son Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique datant de 1804, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent écrit à propos de ce sommet qu'il appelle « pic de Ténériffe » qu'il s'agit de « l'une des plus belles montagnes du monde »[10].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Selon les croyances des Guanches, ce volcan est habité par le diable Guayota[11].

Une partie des scènes du film Le Choc des Titans de 2010 a été tournée aux pieds du Teide, dans le parc national[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Tenerife », sur http://www.volcano.si.edu/ (consulté le 28 mai 2010)
  2. a, b et c (en) « Pico de Teide, Spain », sur http://www.peakbagger.com/ (consulté le 28 mai 2010)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr) François Girault, Philippe Bouysse et Jean-Philippe Rançon, Volcans vus de l'espace, Paris, Nathan,‎ septembre 1998, 192 p. (ISBN 2092608290), p. 21 à 23
  4. (es) Parque Nacional del Teide
  5. (en) « Synonymes », sur http://www.volcano.si.edu/ (consulté le 28 mai 2010)
  6. Amédée Guillemin, Monde physique, Volume 5, Hachette, 1885, p. 601
  7. (en) « Histoire éruptive », sur http://www.volcano.si.edu/ (consulté le 28 mai 2010)
  8. Antoine François Prévost, récit traduit sous le titre « Description du Pic de Ténérife & recherches sur les Guanches », Histoire générale des voyages, vol. 2, Didot, 1746, pp. 249-253, lire en ligne
  9. Francisco Javier Castillo, « The english Renaissance and the Canary Islands : Thomas Nichols and Edmund Scory » in Proceedings of the II Conference of the Spanish Society for English Renaissance Studies, Universidad de Oviedo, 1992, pp. 57-59, [PDF] lire en ligne
  10. Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique,‎ 1804
  11. (es) La leyenda de Guayota, el dios maligno
  12. (en) « Le choc des Titans (2010) », sur www.imdb.fr (consulté le 14 mai 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]