Bletchley Park

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 59′ 47″ N 0° 44′ 34″ O / 51.9965, -0.74276

Bletchley Park

Sis dans la ville de Bletchley faisant partie depuis 1967 de l'agglomération de Milton Keynes, Buckinghamshire, Angleterre, Bletchley Park est un domaine géré par le Bletchley Park Trust, en tant que site historique. Ce site abrite actuellement le musée de Bletchley Park : « The National Museum of Computing (musée national de l'informatique) », des bureaux d'entreprises et plusieurs attractions.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bletchley Park est le principal site de décryptage du Royaume-Uni, le Government Code and Cypher School (GC&CS), où les chiffres et les codes de plusieurs pays de l'Axe sont déchiffrés, dont les plus importants, ceux de la machine allemande Enigma et de la machine de Lorenz. Pour les initiés, c'est « BP »[1],[2]. L'affectation navale des Wrens (Women's Royal Naval Service) embarquées à Bletchley Park est HMS Pembroke V.

Bletchley Park héberge alors une station secrète d'interception radio, mais aussi une station d'émission. L'interception est rapidement déplacée vers d'autres lieux dont la réception est meilleure. La plupart des récepteurs furent réinstallées ailleurs. Le nom de guerre de la station est Station X, London Signals Intelligence Centre et Communications Headquarters. Après la guerre, le GC&CS est rebaptisé GCHQ, Government Communications Headquarters (quartier général des transmissions d'État), il porte encore ce nom[3].

Le renseignement de haut vol obtenu à Bletchley Park, baptisé Ultra, est une composante cruciale de l'effort de guerre des Alliés. Sir Harry Hinsley, vétéran de Bletchley et historien officiel du renseignement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, déclare qu’Ultra aurait raccourci la guerre de deux à quatre ans et que, sans Ultra, l'issue de la guerre aurait été incertaine[4].

Le site est maintenant administré par le Bletchley Park Trust. L'un des locataires est une entreprise, le BPSIC (Bletchley Park Science and Innovation Centre), qui fournit un revenu de location à la fiducie, en échange de bureaux et de services aux jeunes entreprises innovantes[5]. Le BPSIC occupe une partie des anciens bâtiments des casseurs de codes et a contribué à les rénover. Organisation indépendante et bénévole, le Musée national de l'informatique loue un espace à la fiducie pour abriter sa collection d'ordinateurs historiques. Ouvert au public, le musée est géré par le Codes and Ciphers Heritage Trust (fiducie historique des codes et chiffres), organisme indépendant de bienfaisance qui ne reçoit aucun financement gouvernemental ou régional.

Avant la Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les terres du domaine de Bletchley Park faisaient partie de la seigneurie d’Eaton, inclus dans le Domesday Book en 1086. Browne Willis construit un manoir en 1711, mais le manoir est démoli par Thomas Harrison, qui avait acquis la propriété en 1793. Le domaine est, pour la première fois, connu sous le nom de Bletchley Park, lorsque Samuel Lipscomb Seckham en est propriétaire (il l'avait acheté en 1877)[6]. La propriété est vendue, le 4 juin 1883, à Sir Herbert Samuel Leon (1850-1926), financier et député libéral. Leon transforme la ferme qui devient le manoir actuel[7].

Le style architectural, mélange de style gothique victorien, de Tudor et de baroque néerlandais, a fait l'objet de beaucoup de commentaires perplexes des travailleurs et des visiteurs, au cours de la Seconde Guerre mondiale. La propriété de Leon couvre 235 ha, dont Bletchley Park représente environ 22 ha. L'épouse de Leon, Fanny, est décédée dix ans après lui en 1937[8].

En 1938, le site est vendu à un promoteur, qui prévoit de démolir la maison et de reconstruire un domaine. Avant destruction, l'amiral Sir Hugh Sinclair, directeur du renseignement naval et chef du MI6 achète le site. Pour couvrir la véritable destination du site, les premiers visiteurs officiels se font passer pour « la partie de chasse du capitaine Ridley »[9].

Le domaine est bien situé, à portée de marche de la gare de Bletchley, où la ligne « Varsity » entre les villes d'Oxford et de Cambridge, dont les universités fournissent la plupart des décrypteurs, rencontre la West Coast Main Line (principale ligne ferroviaire de la côte Ouest) (puis LMS) entre Londres, Birmingham, Manchester et Glasgow. À partir de 1938, les services du General Post Office installent les câbles dédiés aux nombreux circuits téléphoniques et télégraphiques, à partir de la station-relais de Fenny Stratford (sur Watling Street, route principale reliant Londres au Nord-Ouest, qui sera plus tard, désignée A5).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sellerie et grenier à fourrage convertis en chalets. Les premiers travaux Enigma sont menés ici par Dilly Knox, John Jeffreys et Alan Turing. Les fenêtres du haut de la tour donnent dans une pièce occupée par Turing.

La première vague du déménagement du Government Code and Cypher School (GC&CS) à Bletchley Park date du 15 août 1939. Le gros du GC&CS, avec ses sections Terre-Air-Mer, est au rez-de-chaussée de la maison, un central téléphonique, une salle téléscripteur, une cuisine et une salle à manger. L'étage du dessus est attribué au MI6.

Les huttes de bois préfabriquées sont toujours en construction. Au grand complet, la « partie de chasse » s'entasse dans la maison, les écuries et les cottages. Les cottages sont trop petits, si bien qu'Elmers School internat de garçons voisin, est pris par les sections commerciales et diplomatiques[10].

Les deux machines à rotor électro-mécaniques allemandes, Enigma et la machine de Lorenz, dont les signaux sont décryptés à Bletchley Park[11], auraient été inviolables, à condition d'être correctement mises en œuvre. Les fautes de procédure permirent aux cryptanalystes du GC&CS de lire une partie des messages chiffrés de ces deux machines[12].

Sous le nom de code « Ultra », le renseignement obtenu à partir des décryptages de Bletchley contribue à la victoire alliée de la bataille de l'Atlantique, et lors des victoires navales des batailles du cap Matapan et du cap Nord. En 1941, Ultra a un impact sur la campagne du désert en Afrique du Nord, contre l'Afrika Korps. Le général Claude Auchinleck dit que, sans Ultra, « Rommel serait certainement allé jusqu‘au Caire ». Avant le débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, les Alliés connaissent les positions de toutes les divisions allemandes du front occidental (soit 58), sauf deux. Churchill dit des gens de Bletchley « Ces oies qui pondaient des œufs d'or et jamais ne caquetaient »[13].

Lorsque les États-Unis entrent en guerre, Churchill et Roosevelt conviennent de mettre leurs moyens en commun. Des cryptographes américains sont affectés à Bletchley Park afin d'être mis au courant. Intégrés à la structure Ultra, ils sont affectés à la Hutte 3. À partir de mai 1943, une prudente coopération est établie entre services britanniques et américains[14]. Les secrets de Bletchley Park ne sont jamais partagés avec l'Union soviétique, qui recevra cependant des informations Ultra, soit officiellement, soit par l'intermédiaire d'une taupe au MI6.

Une seule frappe allemande dans le secteur est recensée : trois bombes, qui visaient sans doute la gare de Bletchley, larguées dans la nuit du 20-21 novembre 1940. Une bombe éclate à côté de l'entrée des coursiers. L'arrière de la Hutte 4 (renseignements naval) est soufflé d’une soixantaine de centimètres. Comme la hutte repose sur des fondations de briques, des ouvriers la remettent en place en la soulevant au treuil, tandis que le travail continue à l'intérieur[15].

Recrutement et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1942, le capitaine de frégate Alastair Denniston commande le GC&CS (depuis sa création en 1919), à partir de la salle 40 de l'Amirauté (NID25) et de la salle MI1b du War Office[16]. Le 2 septembre 1939, Denniston écrit au ministère des Affaires étrangères afin de recommander le recrutement d'hommes « du genre professeur »[17]. Les réseaux personnels sont utilisés, en particulier aux universités de Cambridge, Oxford et Aberdeen. Par contacts personnels, des femmes de confiance sont recrutées pour les tâches administratives[18]. On fait de l'esprit : c'est un recrutement de « binoclards et de débutantes »[19]. Ce sont les "Dilly's Fillies (Pouliches de Dilly" (Dilly Knox) ! Les archives où sont affectées la plupart des femmes sont « The Deb's Delight (Délice des Débutantes) ». Churchill est réputé avoir dit à Denniston : « À propos de ce recrutement, je sais que je vous avais dit de ne pas laisser une pierre non retournée, mais je ne pensais pas que vous me prendriez au mot. »[20]

Les cryptanalystes sont sélectionnés pour leur intellect, qu'ils soient linguistes, champions d'échecs, experts en mots croisés, polyglottes, mathématiciens. Le GC&CS est surnommé la "Golf, Cheese and Chess Society (Club Golf, Fromage et Échecs)"[21]. En un cas précis, le test consiste à faire les mots croisés du Daily Telegraph en moins de 12 minutes. Le journal est prié d'organiser le concours, après quoi on demande à chacun des lauréats s'il est prêt à s'engager dans « un type particulier de travail contribuant à l'effort de guerre ». Le grand gagnant est F. H. W. Hawes, de Dagenham, (Essex), qui finit en moins de huit minutes[22].

Les nouveaux venus font leurs classes de briseurs de codes à l'Inter-Service Special Intelligence School (école spéciale de renseignements inter-armées) créée par John Tiltman. D'abord située dans un dépôt de la RAF à Buckingham, l'école est déplacée dans une ex-salle d'exposition de la compagnie du gaz à Ardour House, au 1 Albany Road, Bedford, localement célèbre en tant qu'école d'espions[23].

Inauguré par la Section Air de la Hutte 10, sous la direction de Josh Cooper, le travail en trois tiers (ou bordées), devient rapidement la norme dans le site entier. Les bordées alternent de 16 h à minuit, minuit à 8 heures (quart le plus détesté), et 8 heures à 16 heures. Le personnel, qui travaille six jours par semaine, tourne sur les trois horaires. Trente minutes sont accordées au repas, au milieu du quart. Au bout de trois semaines, les gens arrivent à 8 heures du matin et reviennent à 16 heures et font donc jusqu'à seize heures de travail. L'irrégularité des horaires affecte la santé et la vie sociale. La plupart des employés sont logés à proximité, dans des maisons particulières. Pénible, le travail exige de la concentration. Des filles s'effondrent, elles sont forcées de prendre un congé. Chaque employé a droit à une semaine de vacances, quatre fois par an[24].

En février 1942, Denniston est muté à Londres où il prend la direction d'une division civile et diplomatique, tout en gardant le titre théorique de directeur-adjoint de BP. Il est remplacé par Edward Travis.

En janvier 1945, quelque 9 000 militaires et civils travaillent à Bletchley Park[23]. Plus de 12 000 (dont plus de 80 % de femmes) y ont fait des apparitions, à un moment ou à un autre de la guerre. Un nombre plutôt faible est employé à temps partiel, des hommes qui montent un quart par semaine (par exemple en tant qu'employés des bureaux de poste, experts en morse ou en allemand). Parmi les mathématiciens et cryptanalystes, le plus influent et le plus connu est Alan Turing, unanimement reconnu en tant que « père de l'informatique ».

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le décryptage de chiffres ennemis est une activité très sensible. Les Allemands améliorent la sécurité d'Enigma, ce qui exige du GC&CS des efforts supplémentaires. La Kriegsmarine provoque un trou noir, de février à décembre 1942, lorsqu’elle embarque des Enigma à quatre rotors à bord des U-boot[25].

La moindre amélioration des politiques ou des procédures de mise en œuvre aurait pu mettre en échec le déchiffrement pendant des mois, voire de façon définitive. Sachant que le moindre soupçon aurait pu conduire à un tel tournant, les autorités de BP sont très soucieuses de sécurité[26]. En tant que membres de services spéciaux, tous les gens impliqués signent la loi sur le secret (1939). Ils sont prévenus de ne jamais parler de leur travail, hors de leur section. Un bulletin de sécurité de mai 1942 énumère :

« Ne parlez pas pendant les repas ...
Ne parlez pas dans les transports ...
Ne parlez pas en voyageant ...
Ne parlez pas dans votre cantonnement ...
Ne parlez pas au coin de votre feu ...
Soyez prudent, même dans votre hutte [27]... »

Le strict respect de ces contraintes, l'obligation de ne jamais poser des questions, sont bien acceptés, dans un pays où fleurissent les affiches de propagande Careless Talk Costs Lives (les discussions imprudentes coûtent des vies)[28]. Les gens de BP craignent d'être honnis en tant que planqués[29]. Le secret dure jusqu’à la publication (1974) du livre de Winterbotham, The Ultra Secret[30]. Plusieurs anciens se sentent alors libres de révéler quel fut leur travail du temps de la guerre. Même 70 ans plus tard, d'autres s’estiment encore tenus au silence[31].

Bulletins de renseignement[modifier | modifier le code]

Circulation de l'information à partir d'un message d'Enigma intercepté[32]
Nombre de messages émis par la Hutte 3 quotidiennement [33]

Une menace permanente : que des opérations militaires irréfléchies ou toute autre action des Alliés n'alertent l'ennemi de la possibilité que ses chiffres sont brisés. En tel cas, l'ennemi aurait sans doute introduit des modifications de politique et de procédure, voire du matériel. De telles modifications auraient rendu insuffisantes les méthodes de crypto-analyse, avec les plus graves implications dans la conduite de la guerre.

Il y a une cloison entre le déchiffrement des messages et la diffusion des renseignements obtenus. Dans le cas de la Heer et de la Luftwaffe, le déchiffrage est effectué par la Hutte 6, l'archivage de la traduction et le recoupement, en Hutte 3. C'est seulement alors que les renseignements sont expédiés au Secret Intelligence Service (MI6), aux chefs du renseignement des ministères concernés, et plus tard, aux commandants en chef devant l'ennemi[34].

Les trafics de l'Enigma navale sont traités de façon comparable. Le décryptage est fait par la Hutte 8 et la traduction par la Hutte 4. Les traductions brutes sont envoyées uniquement à la NID, Naval Intelligence Division (division renseignements marine) de l'OIC, Admiralty's Operational Intelligence Centre (centre de renseignement opérationnel de l’Amirauté), complétées par des indications sur la signification des termes techniques et des abréviations, et d'informations recoupées en provenance d'une banque de données de technologie navale allemande[35].

La Hutte 4 lit le chiffre manuel des chantiers navals, ce qui permet à la Hutte 8 d'attaquer au texte clair connu les clefs du jour de l’Enigma navale[36].

Stations d'écoute[modifier | modifier le code]

Équipement d'écoute d’époque dans la salle d’une 'Station X'

Au début, une salle TSF, nom de code Station X, est mise en place à BP, sur le château d'eau de la maison[37], Ce nom de code est parfois employé pour désigner le GC&CS entier. En fait, ce "X" est le chiffre romain «dix», car c'est la dixième station ouverte par le Secret Intelligence Service. Les grandes antennes sont peu discrètes. La station X déménage près de Hall Whaddon[38],[39].

Par la suite, d'autres stations Y, (celles de Chicksands (Bedfordshire), de Beaumanor Hall (Leicestershire), siège du quartier général du groupe "Y" du War Office) et la station Y de Beeston Hill (Norfolk), envoient leurs signaux bruts à BP pour traitement. Transcrits sur papier, à la main, les messages chiffrés sont expédiés à BP par courriers à moto, plus tard par téléscripteur. BP est surtout connu pour avoir cassé des messages chiffrés sur la machine de chiffrement allemande Enigma, mais sa plus grande réussite cryptographique fut peut-être le décryptage du téléscripteur allemand en ligne Lorenz (nom de code anglais Tunny).

Transmissions allemandes[modifier | modifier le code]

Une bombe reconstruite en état de fonctionner. John Harper a dirigé l'équipe qui a construit cette bombe[40]). Elle a été officiellement mise en service, le 17 juillet 2008, par le duc de Kent, directeur de la British Computer Society.

La majorité des messages chiffrés mécaniquement soumis à la cryptanalyse à Bletchley Park est le produit d'une des variantes de la machine de chiffrement Enigma. Cinq semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, à Varsovie, le Biuro Szyfrów dévoile le décryptage partiel de l’Enigma allemande à des agents de services français et britannique[12]. Les Britanniques utilisent les tuyaux et les techniques des Polonais. La copie d’Enigma envoyée en août 1939 permet d'améliorer leur capacité jusqu'alors très limitée de décryptage d'Enigma[41].

La bombe est un engin électromécanique dont la fonction est de trouver les réglages quotidiens des machines Enigma des différents réseaux de télécommunication militaires allemands[42],[43],[44]. La spécification est d'Alan Turing avec une importante contribution de Gordon Welchman. L'ingénierie est le fruit du travail d’Harold 'Doc' Keen de la British Tabulating Machine Company à Letchworth. Chaque machine, qui fait environ 2,1 m (7 pieds) de large, 1,98 m (6 pieds 6 pouces) de hauteur, 0,61 m (2 pieds) de profondeur, pèse environ une tonne[45].

À son apogée, le GC&CS lit environ 4 000 messages par jour[46]. En raison des risques de bombardement aérien[47], les bombes sont dispersées à Adstock, Gayhurst, et Wavendon[48]. Plus tard, les bombes de Wavendon et Adstock sont déplacées à Stanmore et Eastcote, bien que le site Gayhurst ait été retenu. Les quelques bombes laissées à BP servent seulement à des fins de démonstration et de formation[49].

Les trafics de la Luftwaffe sont les premiers à être lus en nombre. La Kriegsmarine avait des procédures beaucoup plus strictes, il a fallu capturer des livres de codes. Lorsque, en février 1942, la Kriegsmarine introduit un quatrième rotor dans l'Enigma des U-Boote de l’Atlantique, le trafic devient illisible pendant dix mois[50]. La Grande-Bretagne produit des bombes modifiées. Dès la mi-1943, la bombe de l’US Navy produite à des centaines d'exemplaires permet de lire l'Enigma des U-Boote jusqu'à la fin de la guerre.

Un ordinateur Colossus Mark 2. Les dix Colossus étaient les premiers ordinateurs électroniques (semi-) programmables au monde, le premier fut construit en 1943.

La téléscripteur de chiffrement en ligne Lorenz (SZ40/42), nom de code à BP « Tunny (thon) », est bien plus complexe qu'Enigma. Mise en service à la mi-1942, elle sert aux trafics entre l'état-major général et les commandements d'armées. Grâce aux erreurs des chiffreurs, l'équipe de Testery (d'après Ralph Tester, son chef) travaille sur la structure logique de cette machine dont nul ne connait l'architecture. Elle conçoit des automates dont l'aboutissement est Colossus, premier ordinateur électronique numérique programmable au monde, conçu et construit par Tommy Flowers et son équipe du centre de recherche des Postes de Dollis Hill. Livré à BP en décembre 1943, le premier est mis en service au mois de février suivant. Des améliorations sont développées pour le Colossus Mark 2, dont le premier exemplaire démarre à BP, le matin du 6 juin 1944. Flowers produit ensuite un Colossus par mois jusqu'à la fin de la guerre, soit un total de dix avec un onzième partiellement construit. Les machines sont armées par des Wrens, dans la section Newmanry (du nom de l'inventeur Max Newman).

Transmissions italiennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cryptanalyse d'Enigma.

Les transmissions italiennes sont écoutées depuis l'agression de l'Abyssinie (1935). Pendant la guerre civile espagnole, la marine italienne utilise le modèle K de l'Enigma commerciale sans tableau de connexions, cassé par Dilly Knox en 1937. Quand l'Italie entre en guerre, en 1940, une version améliorée de la machine est utilisée, mais peu de trafic transite par elle, tandis qu'il y a de "de gros changements" dans les codes et chiffres italiens. Knox fonde une nouvelle section afin de travailler sur les variantes d’Enigma. La section comprend des femmes, « les chouchoutes de Dilly », dont Mavis Lever, 19 ans, qui décrypte les plans opérationnels de la Marine italienne avant la bataille du cap Matapan en 1941. Bien que les employés de BP ne soient normalement pas tenus au courant des résultats de leurs travaux, l'amiral Cunningham visite Bletchley Park en personne quelques semaines plus tard pour les féliciter[51].

En juin 1940, les Italiens utilisent des codes manuels pour la plupart de leurs messages militaires. Seule exception, la marine italienne, qui, après la bataille du cap Matapan commence à utiliser la version C-38 de la machine de chiffrement à rotor Hagelin, notamment pour transmettre aux convois de la marine marchande à destination du théâtre d’Afrique du Nord[52]. En conséquence, JRM Butler recrute et affecte son ancien élève Bernard Willson à une équipe de la Hutte 3, avec deux autres personnes[53],[54]. En juin 1941, Willson parvient le premier à percer le système Hagelin, permettant ainsi à la Royal Navy et à la Royal Air Force de couler les convois de ravitaillement de l'Afrika Korps. À la lecture du trafic intercepté, l'équipe apprit que, entre mai et septembre 1941, les stocks de carburant de la Luftwaffe en Afrique du Nord avaient été réduits de 90%[55]. Après un cours intensif de langue, en mars 1944, Willson se pencha sur les codes basés sur la langue japonaise[56].

Le MEIC, Middle East Intelligence Centre (centre de renseignement du Moyen-Orient), est créé au Caire, en 1939. Quand l'Italie entre en guerre (juin 1940), des retards du transfert des interceptions à Bletchley Park, dus à l'encombrement des fréquences, exigent l’envoi au Caire de cryptanalystes, en juillet et août. Le CBME, Combined Bureau Middle East (bureau combiné du Moyen-Orient) est créé en novembre, quand les autorités du Moyen-Orient émettent des «plaintes de plus en plus acerbes» à l'égard du GC&CS qui, selon elles, donne trop peu de priorité aux chiffres italiens. Toutefois, on persiste, par principe, à concentrer les meilleurs cryptanalystes à Bletchley Park[57]. John Chadwick commença ses travaux de cryptanalyse, en 1942, sur les transmissions italiennes, à la base navale HMS Nile d'Alexandrie. Plus tard, il est au GC&CS du Musée Héliopolis du Caire, puis à la Villa Laurens d'Alexandrie.

Transmissions soviétiques[modifier | modifier le code]

Les transmissions soviétiques sont épiées depuis les années 1920. En 1939-40, John Tiltman (qui travaillait le trafic de l'armée de terre soviétique depuis 1930) met en place deux sections russes à Wavendon (maison de campagne près de Bletchley Park) et à Sarafand, Liban. Deux systèmes de cryptage haute qualité sont brisés, ceux de l’armée de terre soviétique et de la marine. Tiltman passe deux semaines en Finlande, et il obtient le trafic soviétique depuis la Finlande et l'Estonie, en échange de matériel radio. En juin 1941, l'Union soviétique devient une alliée. Churchill ordonne l'arrêt des opérations de renseignement contre elle. En décembre 1941, la section russe est fermée, mais, à la fin de l’été 1943 ou à la fin de 1944, une petite section russe du GC&CS est mise en place à Londres sur Park Lane, puis à Sloane Square[58].

Transmissions japonaises[modifier | modifier le code]

Un avant-poste du GC&CS est installé à Hong Kong dès 1935, le FECB, Far East Combined Bureau (bureau combiné d'Extrême-Orient). En 1940, les marins du FECB déménagent à Singapour, puis à Colombo, à Ceylan, puis à Kilindini, à Mombasa, au Kenya, où ils déchiffrent les codes japonais, grâce à un mélange d'habileté et de chance[59]. Les terriens et les aviateurs vont à Singapour, au Wireless Experimental Centre (Centre expérimental sans fil) à Delhi, en Inde. Au début de 1942, un stage intensif de six mois en langue japonaise, pour 20 étudiants d'Oxford et de Cambridge, est lancé par l’Inter-Services Special Intelligence School (école du renseignement spécial inter-armées) de Bedford, dans un immeuble, face à la poste principale. Ce stage est répété tous les six mois, jusqu'à la fin de la guerre.

La plupart de ceux qui réussissent le stage sont mis aux trafics navals japonais, dans la Hutte 7, sous la direction du colonel John Tiltman. À la mi-1945, plus de 100 personnes avaient participé à cette opération, en coopération étroite avec la CFSB et le US Army Signals Intelligence Service (service du renseignement transmissions de l'armée de terre) d'Arlington Hall, Virginie. Conséquence de ces efforts inter-alliés, en août 1945, la marine marchande japonaise accuse 90% de pertes en mer.

En 1999, Michael Smith écrit « C'est seulement maintenant que les cryptographes britanniques (tels John Tiltman, Hugh Foss, et Eric Nave) commencent à être reconnus pour avoir cassé les codes et chiffres japonais »[60].

Bâtiments supplémentaires[modifier | modifier le code]

La Hutte 1 fut la première baraque construite
Les Huttes 3, 6 et 1 de Blectchley Park

Une grande partie des travaux était conduite à l'intérieur du manoir et de ses dépendances, écuries, cottages des domestiques. D'autres bâtiments sont élevés à mesure du développement du centre. Outre les célèbres « huttes » construites en bois, plusieurs bâtiments de briques, les « blocs» furent construits. Les murs étaient doublés de parapets anti-souffle, tandis que les toits étaient couverts de revêtements de protection contre les retombées d'éclats d'obus antiaériens. Les bâtiments étaient reliés par des couloirs.

Les huttes étaient désignés par des numéros, dans certains cas, le numéro des huttes fut associé au travail qui était réalisé à l'intérieur de ces bâtiments aussi bien qu’aux bâtiments eux-mêmes. Pour cette raison, quand une section était déplacée d'une hutte dans un bâtiment plus grand, elle était toujours désignés par leur nom de code de « Hutte »[61].

Quelques numéros de huttes, et le travail associé[62]:

  • Hutte 1 – la première hutte, construite en 1939[63] servant à abriter la station TSF[37], puis plus tard des fonctions administratives telles que le transport, la dactylographie et la maintenance des bombes. La première bombe, «Victory» fut d'abord installé à l’intérieur[64]
  • Hutte 2 – une hutte de loisirs pour la « bière, le thé et la détente », d'après la petite coursière Mimi Galilée[65].
  • Hutte 3 – renseignements : traduction et analyse de décryptages, Luftwaffe et Heer (armée de terre allemande)[66]
  • Hutte 4 – renseignement naval : analyse de décryptages (Enigma navale et machine C-36)[67]
  • Hutte 5 – renseignement militaire (chiffres italiens, espagnols, portugais) et codes de la police allemande[68]
  • Hutte 6 – cryptanalyse de l'Enigma de la Luftwaffe et la Heer[69]
  • Hutte 7 – cryptanalyse des codes navals et des services de renseignements japonais[70],[71]
  • Hutte 8 – cryptanalyse de l'Enigma navale[35]
  • Hutte 10 – codes du Secret Intelligence Service (SIS ou MI6), départements Air et Météo[72]
  • Hutte 11 – fabrication de bombes[73]
  • Hutte 14 – centre de transmissions
  • Hutte 15 – SIXTA (Hut Six Traffic Analysis): analyse du trafic décrypté dans la Hutte 6
  • Hutte 16 – ISK (Intelligence Service Dilly Knox), trafic radio de l'Abwehr, chiffre Enigma
  • Hutte 18 - ISOS (Intelligence Section Oliver Strachey): trafic radio de l'Abwehr, chiffres manuels.
Bloc "B", actuellement occupé par le musée.

Bâtiments de briques, ou « blocs » :

  • Bloc A – renseignement naval
  • Bloc B – décryptage de codes italiens (aviation et marine) et des codes japonais
  • Bloc C – Stockage de l’essentiel de l’index à cartes perforées
  • Bloc D – Travaux sur Enigma, extension des Huttes 3, 6 et 8
  • Bloc E – émetteurs/récepteurs radio et machines Typex ;
  • Bloc F - analyses (« Newmanry » et « Testery ») et aviation militaire japonaise. Il a depuis été démoli.
  • Bloc G – analyse de trafic et opérations de déception
  • Bloc H – machines Lorenz et Colossus (aujourd'hui National Museum of Computing).

Les circuits[modifier | modifier le code]

Les messages cryptés interceptés par les stations d'écoute britanniques sont transmis à Bletchley Park. Le réseau émetteur est identifié par le discriminant (Kenngruppe), ex: JEU, mentionné par le préambule du message. À chaque discriminant, les Britanniques affectent un mot-code qui distingue le réseau émetteur. Quelques exemples : Red (trafic général de la Luftwaffe), Yellow (liaisons Heer/Lufwaffe en Norvège, 1940), Scorpion (liaisons Afrika Korps/Luftwaffe en Libye, mai 1942), Dolphin (Kriegsmarine), Shark (U-Boot), etc. La coopération inter-armées (terre-air-mer) en vigueur dans la Wehrmacht est telle que le trafic de certains des réseaux de l'une de ces armées fournit des renseignements sur les deux autres armées. Les réglages changent à minuit. Dans de bonnes conditions, les cryptanalystes de service la nuit trouvent pendant leur veille les clefs qui seront exploitées par les équipes de jour.

Hutte 6[modifier | modifier le code]

La Hutte 6 en 2004

Des messages cryptés étiquetés Red arrivent à la Hutte 6 dirigée par Gordon Welchman et Dennis Babbage. Il s'agit de trouver la clé du réseau de trafic général de la Luftwaffe pour ce jour-là. Mais les messages d'une multitude d'autres réseaux pleuvent sur la Hutte 6 dont les cryptanalystes sont débordés.

Les premiers mois, les calculs sont effectués à la main. On essaie les trucs des cryptographes polonais, telle la méthode de l'horloge, la méthode du gril et les feuilles de Zygalski.

John Herivel, extrait de Cambridge où il étudiait les mathématiques, imagine une méthode de simplification, le "Herivel Tip (tuyau d'Herivel)". L'hypothèse de base est qu'un chiffreur Enigma négligent ou débordé ne suit pas la procédure de mise en œuvre, il ne brouille pas l'affichage des rotors en début de journée, la disposition reste à peu près la même que celle de la veille, à quelques lettres près. Si les chiffreurs indisciplinés sont nombreux, alors il n'y a plus une infinité de combinaisons d'affichage des trois rotors, mais une soixantaine seulement. Le lendemain, une trentaine, etc. Pendant plusieurs semaines, les cryptanalystes essaient en vain cette recette. L'enjeu est vital, car les bombes ne sont pas encore en service et les copies d'Enigma sont rares. Dès le début de l'offensive du 10 mai 1940, ça marche et ça dure. Le trafic Red est lu couramment. Herivel est présenté à Churchill.

Dès que les cryptanalystes ont trouvé la clef d'un message, c'est-à-dire, dès qu'ils ont aligné une vingtaine de mots allemands lisibles au moyen de cette clef, ce message et tous les messages originaires du même réseau, le même jour, sont passés à la section de décryptage, avec la bonne clef.

Munis de la clef, les décrypteurs déchiffrent les messages, à l'aide de machines Tipex et de copies d'Enigma. En cas de difficulté, ils consultent les cryptanalystes. Les messages décryptés passent alors à la Hutte 3[74].

Hutte 3[modifier | modifier le code]

Hutte 3 ( en 2009)

Le job de la Hutte 3, dont le premier chef fut le capitaine de corvette Saunders, Royal Navy, est de traduire le sens du message décrypté, de lui affecter un degré d'importance et d'urgence, et de rendre compte à Londres, en fonction de ces paramètres.

La traduction est effectuée par des germanistes classiques parfois déroutés par l'allemand de chambrée et la terminologie technico-militaire, surtout au début de la guerre, avant la constitution de fichiers croisés et de bibliothèques de documents de référence, d'autant qu'il manque souvent des mots ou des bouts de phrase. Les traducteurs sont aidés par des conseillers militaires des trois armées (terre-air-mer) qui mettent à profit des renseignements d'autres sources (service topographique, stations de radiogoniométrie, analyse de trafic, etc.). Ces conseillers militaires décident des priorités.

En une occasion, le conseiller militaire est un jeune et brillant don de Cambridge, quatre mois de peloton d'officier de réserve, qui a appris l'allemand à Munich dont il a étudié l'histoire médiévale pendant un an. Il lui semble, dans un message particulièrement corrompu, que les mots « 21e Panzerdivision » sont associés à un charabia qui pourrait peut-être signifier « Auffrischung (repos et remise en condition) ». Faut-il ou non signaler de toute urgence que Rommel s'apprête invraisemblablement à retirer de Libye la moitié de sa force de frappe[75] ?

RAF Cheadle[modifier | modifier le code]

À Cheadle, une annexe de la Hutte 3. RAF Cheadle traite les signaux tactiques de la Luftwaffe, dont les appareils à long rayon d'action émettent en morse, les autres en phonie. Un millier d'articles (phrases, mots, lettres) sont convertis en nombres de trois chiffres par un livre de code. Chaque groupe de trois chiffres est reconverti en un groupe aléatoire de trois lettres, au moyen d'un tableau imprimé sur une fiche. Le livre de code ne change pratiquement pas, mais les fiches sont remplacées de temps à autre. Presque tout ce trafic est facilement intercepté par des radios expérimentés. Au début, les interceptions sont transmises à BP où elles sont décodées par un binôme (un prof de Cambridge et un Russe à l'accent épouvantable) qui reconstitue les tables de substitutions ensuite utilisées par quatre traducteurs, jeunes diplômés de Cambridge dont l'allemand est parfait. Le système ne marche pas. Les traducteurs partent alors pour Cheadle où ils travaillent avec la RAF. Les messages reçus sont décodés aussi vite par les Anglais que par les Allemands. Les codes ennemis changent alors tous les jours.

Les signaux tactiques donnent toutes sortes de renseignements. Le début des émissions signifie que des aéronefs vont prendre l'air. L'alerte est donnée aux services concernés, défense côtière, batteries anti-aériennes. À l'aller et au retour, les intrus signalent le passage des points de repère, les avaries. Tous les jours, Cheadle fait à BP un rapport complet, route et minutage des raids, trafics interceptés, changements d'indicatifs et de fréquences. Tout est mis à profit, signaux de détresse, fautes de procédure, interrogatoires de prisonniers, documents capturés. La liste des indicatifs (trois caractères alphanumériques) est reconstituée. Cheadle finit par identifier toutes les unités ennemies[76].

Hutte 7[modifier | modifier le code]

La Hutte 7, dirigée par Hugh Foss, excentrique notoire, sous la férule de Frank Birch, chef de la Naval Section du GC&CS, est chargée des codes navals japonais (JN4, JN11, JN40, JN25, etc.). Elle fournit des cryptanalystes et des linguistes aux postes avancés du WEC (Wireless Experimental Centre) de Delhi et du FECB (Far East Combined Bureau) : Hong Kong, Singapour, Colombo, Kilindini (Kenya). Bletchley coopère avec l'US Navy Code and Signals Section ou OP-20-G de Washington, et avec FRUMEL (Fleet Radio Unit Melbourne), unité mixte GB/USA/Australie. La Hutte 7 apporte sa modeste contribution à l'effort massif de l'US Navy.

Dès la fin des années 1920, Eric Nave, trésorier de marine australien, lit les premiers codes navals japonais. En 1934, l'équipe de Hugh Foss casse un chiffre diplomatique nippon. En 1939, le fantassin John Tiltman, qui gagné la Military Cross dans les tranchées, lit le JN25. Au fil des ans, la marine japonaise alterne des dizaines de livres de code et de chiffres manuels, mais aussi des machines électriques de chiffrage, JADE, CORAL, de la même technologie que PURPLE.

Des linguistes et cryptographes potentiels sont contactés à Cambrigde et Oxford, sur recommandation de leurs maîtres. Le candidat recherché est un brillant étudiant en langues rares ou disparues, musicien amateur, champion d'échecs et de mots croisés. Les recrues sont triées sur le volet par une commission qui comprend le colonel Tiltman. Les heureux élus ont à BP un entretien avec leur futur chef de section. En Angleterre, peu de spécialistes du japonais. Il est admis que la formation de linguistes prendrait au moins deux ans. En février 1942, un programme accéléré de six mois est lancé à Londres par le capitaine de vaisseau Oswald Tuck, Royal Navy. Les élèves n'apprennent que les termes et la syntaxe qu'ils trouveront dans les messages à décrypter. Ils ne sauront jamais demander l'heure en japonais. Le stage fournit des interprètes et des traducteurs aux trois armées (terre-air-mer) et au Foreign Office. Ceux qui sont affectés à l'armée de terre subissent un dressage soigné, avant d'être promus sergents-majors, puis officiers, après un peloton plus humain. Certains des lauréats sont affectés à BP, d'autres à Londres pour y travailler avec le capitaine de vaisseau Kennedy. Les décrypteurs sont formés sur le tas. Par la suite, on emploie des cryptanalystes sans qualification de japonais, puisqu'il s'agit essentiellement de manipuler des nombres de quatre ou cinq chiffres. Certains cryptanalystes toutefois recevront plus tard une formation sommaire de langue japonaise.

En août 1942, la « Japanese Naval Section » comprend quarante personnes. D'abord hébergée à Elmer School, près du GC&CS, elle entre à BP, fin 1942. En février 1943, elle est à la Hutte 7. Plus tard, elle s'étend au Bloc B[77].

Hutte 8[modifier | modifier le code]

Hutte 8, en 2008.

Le trafic Dolphin amerrit à la Hutte 8 qui traite les réseaux de l'Enigma navale, sous la direction d'Alan Turing, Hugh Alexander et Peter Twinn. Les manuels allemands de messages courts permettent de résumer, en quelques lettres sibyllines, à peu près toutes les situations. Les textes de la Kriegsmarine sont laconiques, sans répétitions, sans « cillies ». La clef du message n'est pas choisie au hasard, mais codée à partir de tables de bigrammes. L'ordre des rubriques varie d'un message à l'autre. Les alphabets, les nombres, les carroyages cartographiques sont manipulés.

Les cryptanalystes reconstruisent les tables de bigrammes au moyen de « cribs (antisèches)» et d'une « bombe » qui déduit l'ordre des rotors et les permutations du tableau de connexions. La disposition des bagues des rotors, la position initiale des rotors ce jour-là et la clef de chaque message sont calculées à la main. Les rares messages décryptés par chance sont périmés.

Un « Catalogue de Eins » est édité. Exemple : avec les rotors disposés sur ABC, EINS (c'est le chiffre 1) crypté au clavier peut donner LGBT. Les 17 575 versions cryptées de EINS sont alphabétiquement classées dans le catalogue, vis-à-vis des réglages correspondants. Si les cryptanalystes trouvent LGBT dans un texte crypté, il se peut que les rotors aient été disposés sur ABC au moment où le chiffreur avait frappé EINS au clavier.

Le « Banburisme » est une technique manuelle utilisant des feuilles d'un carton fabriqué à Banbury qui permet d'écarter 333 des 336 ordres de rotors d'une Enigma, ce jour-là. Les trois solutions restantes sont triées par une bombe. La procédure permet de gagner un temps précieux, car les bombes sont partagées avec les cryptographes chargés de l'armée et de l'aviation allemandes. Mais cette attaque n'est possible que lorsque les tables de bigrammes sont connues. À l'été 1943, il y aura assez de bombes pour casser l'Enigma des eaux territoriales allemandes en testant les cribs sur les 336 ordres de rotors.

Le jardinage (gardening) consiste à larguer en mer du Nord des mines dont la position est exactement connue, dans l'espoir que le trafic des chasseurs de mines allemands fournira des cribs utilisables.

Les cryptanalystes exploitent d'autres sources, analyse de trafic, documents et matériels capturés. Trois des rotors de l'Enigma de l'U-33 coulé le 11 février 1940 ont été récupérés. À bord du faux chalutier Polares (26 avril 1940), la Royal Navy saisit des textes en clair et leur version cryptée qui permettent à Turing de comprendre certaines particularités de l'Enigma navale. Le 5 mars 1941, saisie, à bord du chalutier Krebs, des clefs Enigma utilisées dans les eaux territoriales allemandes. Le 7 mai 1941, abordage du chalutier Munchen où les Anglais dénichent une feuille de réglages internes pour juin 1941 et deux feuillets de réglages externes.

Le 9 mai 1941, les entrailles de l'U-110 abandonné après grenadage et sabordage livrent une Enigma navale, tous les réglages internes et externes, plus toutes les tables de bigrammes pour mai et juin, le manuel de double cryptage « officiers », le manuel de messages courts et celui de messages météo. Non seulement les décrypteurs peuvent lire tout le trafic de mai-juin 1941, mais encore les cryptanalystes sont désormais en mesure de paramétrer leurs bombes dont le nombre et la capacité restent encore insuffisants. À partir du 1er février 1942, trou noir inexpliqué. En août 1942, capture de l'U-570. On y trouve le boitier d'une Enigma à quatre rotors. Ce trafic illisible est baptisé Shark.

Le trafic des sous-marins n'est réellement lu que pendant les périodes couvertes par les documents capturés. Finalement, la radiogoniométrie est le seul moyen de localisation. Il faudra patienter jusqu'à la mi-1943, quand la capacité combinée des centaines de bombes produites aux États-Unis et au Royaume-Uni permettra de lire Shark. À cette date, les U-Boot ont déjà été chassés de l'Atlantique-Nord par la seule puissance militaire des marines alliées[78].

Hutte 4[modifier | modifier le code]

Hutte 4 (état actuel).

La Hutte 8 fait passer ses décryptages à la Hutte 4 ou Naval Section ou "Z-Watch (Bordée Z)" dirigée par Frank Birch, pour traduction et évaluation des priorités. L'équipe de traduction, animée par Walter Eytan, dit Ettinghausen, germaniste d'Oxford mobilisé dans le Royal Tank Corps, futur ambassadeur d'Israël en France, est divisée en trois groupes qui montent le quart par tiers. L'un des chefs de groupe est un homme d'affaires célèbre pour son sens pratique. Sous sa houlette, un spécialiste des langues modernes et un égyptologue d'Oxford spécialiste de langues mortes. Dans un autre groupe, le chef est un universitaire passionné de papyrologie grecque qui supervise une Wren (marinette) germaniste d'Oxford et un professeur d'allemand de Cambridge.

Les textes allemands décryptés ont été dactylographiés par groupes de cinq lettres (comme les interceptions) sur des rubans collés sur des feuilles de papier. Le no 2 du groupe de quart trie rapidement les messages. Quelquefois, le message porte le degré d'urgence de la Kriegsmarine : soit SSD pour « sehr sehr dringend (très très urgent ) », soit KR ou KRKR pour « ich habe ein Kriegstelegram (j'ai un télégramme de guerre) ». Les plus importants pour l'amirauté britannique sont remis au no 3 qui traduit rapidement en anglais cursif, agrafe la feuille au décryptage, donne un coup de tampon (ex : ZTPG/4793) et fait passer à une WAAF qui faxe à l'amirauté, après avoir ajouté les initiales du no 1.

Quand, pour une raison quelconque, le message a été corrompu entre l'émission et le décryptage, il incombe au traducteur de faire de son mieux, en fonction de sa maîtrise de l'allemand, du contexte et de la situation opérationnelle connue, afin de reconstituer un texte allemand lisible qui sera traduit en anglais clair et simple.

Or nul traducteur n'est marin de métier. La terminologie technique est inconnue dans toutes les langues. Comment traduire le parler matelot allemand, les mots qui se rapportent aux coques, aux machines, à l'armement ? Au fil des ans, un bureau spécialisé (Naval Section VI) de la Hutte 4 compile un dictionnaire allemand-anglais des termes de marine. Une équipe de renseignements crée une bibliothèque d'ouvrages spécialisés, cartes, instructions aux pilotes, dans toutes les langues, manuels anglais, allemands, italiens, français et, plus tard, japonais. Les bibliothécaires enrichissent des fichiers de références croisées au profit d'un petit groupe de chercheurs, universitaires distingués. Les documents techniques ennemis capturés sont décortiqués et expliqués par des réfugiés politiques germanophones, scientifiques et ingénieurs[79].

Hutte 15[modifier | modifier le code]

La Hutte 15 abrite la SIXTA (Hut 6 Traffic Analysis). L'analyse de trafic permet de localiser et de suivre à la trace les unités ennemies, d'établir leurs relations, en vue de reconstituer l'ordre de bataille ennemi, sans qu'il soit pour autant nécessaire d'écouter, décrypter ou traduire les transmissions ennemies. C'est une source de renseignements quant aux intentions de l'adversaire. Le simple silence radio peut signifier que l'ennemi prépare quelque chose. Exemple : la Wehrmacht avant l'offensive du 10 mai 1940. Qui parle à qui ? On reconstitue l'architecture des réseaux, donc l'ordre de bataille. Qui parle quand ? On établit une relation entre la station et l'événement. Les mutations d'opérateurs (identifiés grâce à leur touche) peuvent trahir la peur d'être localisé. L'analyste de trafic est un parent du cryptanalyste qu'il aide à décrypter les indicatifs radio, les termes de topographie, à identifier les unités, les chefs, etc.

Les débuts ont été ingrats. Alors que le porte-avions HMS Glorious rentre de Norvège, l'analyse du trafic de la Kriegsmarine établit que les croiseurs Scharnhorst et Gneisenau ont mis le cap sur la mer du Nord. Homme de liaison du GC&CS, Harry Hinsley téléphone à l'OIC (Admiralty Operational Intelligence Centre) qui fait la sourde oreille. Brillant mais crasseux médiéviste de Cambridge, fils d'un journalier agricole, Hinsley n'est qu'un gamin de 20 ans, cheveux trop longs, pantalon de velours en guenilles. Le porte-avions est coulé. Promu chouchou de l'amirauté, Hinsley se métamorphose en dandy[80].

Hutte 16[modifier | modifier le code]

Dilly Knox est un fleuron d'Eton et de Cambridge, éminent érudit, spécialiste du poète grec Hérodas. Très savant et très distrait, excentrique de la classe d'un Turing, il alimente comme lui les potins de BP. Impliqué dans le décryptage depuis la Grande Guerre, il a lu les Enigma commerciales fournies à Franco avant de participer aux réunions des services du chiffre polonais et français.

Pour lire les Enigma dépourvues de tableaux de connexions, Knox alors installé au « Cottage », écuries désaffectées de BP, s'appuie sur les recherches de Hugh Foss afin de développer un système, le "rodding", approche alphabétique plutôt que mathématique du décryptage. Grâce à cette technique, Mavis Lever, 19 ans, pêchée à London University où elle étudiait les mathématiques, fait la découverte qui permet de lire l'Enigma de la marine italienne, juste avant la victoire du Cap Matapan.

En octobre 1941, Knox perce l'Enigma de l'Abwehr. Une section ISK (Intelligence Services Knox) est mise sur pied dans la Hutte 16 afin de décrypter les trafics de l'Abwehr. Début 1942, Knox très malade est remplacé par Peter Twinn. À la fin de la guerre, l'ISK a décrypté 140 800 messages. Les renseignements obtenus confirment, paraît-il, le succès des opérations de Double-Cross (retournement des agents de l'Axe infiltrés au Royaume-Uni et intoxication du contre-espionnage allemand par des agents alliés sacrifiés en Europe occupée) entreprises par le MI5 et le MI6, et de l'Opération Fortitude, qui visait à persuader au commandement allemand que le débarquement de Normandie n'aurait pas lieu.

Hutte 18[modifier | modifier le code]

La Hutte 18 abrite l'ISOS, "Intelligence Service Oliver Strachey" (les mauvaises langues murmurent que le « I » signifie Illicite) qui traite le trafic phonie et les chiffres manuels de l'Abwehr. Strachey a fait la Grande Guerre comme officier de renseignement de l'armée de terre (MI1), avant d'entrer au GC&CS. En 1934, Strachey and Hugh Foss ont brisé un des nombreux codes japonais, celui des attachés navals. À BP, Strachey est à la tête de sa propre section, décryptant les chiffres manuels de l'Abwehr liés à l'opération « Double Cross ». Le premier décryptage remonte au 14 avril 1940.

Début 1942, Strachey, remplacé par Denys Page, part pour Ottawa, comme chef cryptographe de l'Examination Unit, équivalent canadien du GC&CS. Dans ses bagages, des codes diplomatiques français et japonais, offrande propitiatoire qui lance la coopération anglo-américaine. Strachey ne connait rien au japonais, mais il contribue au décryptage des codes nippons basés sur des manipulations de nombres de quatre ou cinq chiffres

Hutte 5[modifier | modifier le code]

La Hutte 5 traite les chiffres manuels des polices allemandes. Dans les trafics interceptés, six messages émis entre le 18 juillet et le 12 septembre 1941, décryptés sans difficulté. Leur contenu est tel qu'ils sont envoyés à Menzies qui les montre à Churchill. Ces textes, échangés entre Erich von dem Bach-Zelewski, Kurt Daluege et Friedrich Jeckeln, rendent compte du nettoyage des arrières des lignes allemandes en URSS. Il apparaît nettement que les SS, mais aussi les unités de police ordinaire, massacrent, non seulement les soldats isolés et les partisans, mais encore les « pillards juifs » et « bolchéviques juifs ». En juillet, quelques dizaines de meurtres. En août, des milliers. De plus en plus nombreux, ces juifs sont tués parce qu'ils sont juifs. Le ton des rapports implique qu'il ne s'agit pas d'excès de zèle, mais de l'exécution d'ordres reçus.

Le 24 août 1941, Churchill dénonce à la BBC « les très effroyables cruautés perpétrées en URSS occupée », mais il s'en tient aux généralités, de peur de trahir ses sources : « Des districts entiers sont exterminés. Des milliers d'exécutions de sang-froid sont perpétrées par les troupes de police allemande contre les patriotes qui défendent leur sol. Depuis les invasions mongoles de l'Europe, jamais il n'y avait eu de boucherie méthodique, impitoyable, à une telle échelle. Nous sommes en présence d'un crime sans nom. » Peu de temps après, Daluege donne quand même l'ordre d'expédier tous les rapports par courrier[81].

Bloc C[modifier | modifier le code]

Le Bloc C (au début, la Hutte 7) est bien plus qu'un fichier central de cartes perforées (en anglais cartes Hollerith, du nom d'un inventeur, Herman Hollerith). C'est une usine qui emploie plus de trois cents personnes, Wrens (marinettes), plusieurs aviateurs, mais aussi des civils, surtout des femmes, sous la direction de Frederic Freeborn, assisté de Ronald et Norman Whelan, détachés par la Hollerith Company. Plus tard, des officiers de l'US Army. De toutes les huttes affluent les messages qui sont convertis sur des cartes perforées, triées et reliées en accordéon, puis expédiées aux huttes où leur exploitation fait gagner un temps précieux. Un atelier répare les machines Hollerith endommagées. D'autres ateliers fabriquent des carnets de clefs-blocs (one-time pads) pour la Royal Navy et des livres de codes pour la RAF. Ces documents servent à la diffusion très contrôlée des renseignements Ultra.

Bloc F[modifier | modifier le code]

Le Bloc F est chargé de décrypter les trafics du haut-commandement allemand, nom de code anglais « Tunny ». Ces trafics sont cryptés au moyen de la machine de Lorenz. Dès octobre 1941, une équipe animée par le major Ralph Tester, chef comptable d'Unilever, composée du capitaine Jerry Roberts, 21 ans, diplômé en français et en allemand du London University College, du capitaine Peter Ericsson et du major Dennis Oswald (tous parlent un allemand courant). Ils adoptent une méthode de décryptage manuel, baptisée « Testery ». Au bout d'un an de Testery, un million et demi de textes ont été décryptés à la main. L'équipe reçoit le renfort de Max Newman, allemand d'origine, maître de conférences en mathématiques à Cambridge depuis 1924, et ami de Turing.

Dégoûté par cette corvée indigne de ses talents, Newman convainc la hiérarchie qu'il est capable de concevoir un décryptage assisté par des moyens mécaniques. La deuxième phase met en œuvre une étrange machine, la Heath Robinson, du nom d'un auteur de dessins animés fou d'engins bizarres. La méthode est baptisée « Newmanry ». Troisième phase, à compter de février 1944, l'ère du calculateur électronique Colossus, conçu par Newman et construit par Tommy Flowers, ingénieur du Post Office. En 1945, le bloc F héberge plus de cent personnels de toutes qualifications qui travaillent en 3/8, une variété de machines Robinson et dix Colossus.

Les bombes[modifier | modifier le code]

Les premières bombes sont montées à BP, dans une hutte. Les suivantes, beaucoup trop nombreuses, sont délocalisées à Wavendon et à Gayhurst. Gardé par les Royal Marines, chaque centre héberge de 150 à 500 Wrens, grandes et solides filles douées d'une excellente vue. Ces marinettes travaillent par cycle de quatre semaines. La première, de 8 h à 16 h. De 16 h à minuit la seconde. De minuit à 8 h la troisième. La quatrième, huit heures de travail, huit de repos. Enfin, quatre jours de permission.

Les bombes sont des meubles de huit pieds de haut sur sept de large. La face avant porte des rangées de tambours de couleurs, cinq pouces de diamètre sur trois d'épaisseur. Dans chaque tambour, un fouillis de balais métalliques qu'il faut lisser à la pince afin d'empêcher les courts-circuits. La face arrière est une jungle de câbles et de fiches repérées par des lettres et des chiffres. Chaque engin est baptisé du nom d'une ville du royaume ou du Commonwealth. La maintenance est à la charge de la RAF.

Les fameux menus sont des schémas d'enfichage. Les tambours choisis sont désignés par des codes : Shark, Porpoise, Phoenix, etc. Minutieuse, la préparation est effectuée à toute allure. Un mauvais réglage et la machine plante. Les tambours tournent. Chaque rangée à une vitesse différente. Un bruit infernal tue les conversations. Tout d'un coup, une des bombes stoppe. Les combinaisons sont téléphonées à BP qui, parfois, rappelle : « Fin du job. Démonter machine. » Les opératrices de la machine gagnante frissonnent de contentement. Ces recluses savent juste qu'elles testent les clefs de cryptage de différents trafics. Elle ne verront jamais aucun message. Churchill rendra hommage à « ces poules qui pondent si bien sans jamais caqueter »[82].

Hutte 2[modifier | modifier le code]

La Hutte 2 abrite un foyer d'autant plus populaire qu'en Albion assiégée, presque tout est rationné, particulièrement le lait, le thé, le sucre, le beurre. Le chocolat, les cigarettes sont particulièrement recherchés. Les plats et les boissons servis par la cantine ne satisfont personne. Gordon Welchman fait des sauts en ville où l'on trouve encore du Fish & Chips, mais il faut fournir le papier journal. Le buffet de la gare sert un café au goût de venin de serpent. Dans les pubs, plus de gin ni de whisky, juste du sherry.

Au manoir, un lounge où tout le monde peut faire la pause-thé ou café. Le café n'est pas rationné, mais la potion magique des Britons est une denrée rare. Le lait en poudre fait des grumeaux. La porcelaine est rare. Chef de la section Air Force, Josh Cooper boit son café au parc en parlant tout seul et jette les tasses dans le lac. Tout disparaît, la vaisselle et les couverts. Les pratiques sont priées d'apporter leur tasse. Turing enchaîne sa chope de thé à un radiateur.

Le foyer de la Hutte 2 sert de la bière et de petites doses de gin et de whisky, roboratifs vitriols. Pendant les breaks, on chatte de n'importe quoi, sauf du job en cours. Au début, on pouvait y passer la pause-thé ou café de l'après-midi. Mais le couloir d'accès est colmaté par les clients. Les chefs de hutte sont alors tenus de dépêcher à la cantine leurs jeunes qui ramènent des fontaines d'un thé bouilli, orange, capacité 70 tasses. Les fontaines à thé disparaissent. Turing met un baril de cidre en perce dans un coin de la Hutte 4[83]

Après guerre[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, une grande partie de l'équipement est détruite. Les milliers de gens impliqués respectent le Secret Act. La légende de BP n'est pas dévoilée avant 1974. Le site est morcelé entre plusieurs propriétaires, British Telecom, Civil Aviation Authority, PACE (Property Advisors to the Civil Estate). En 1987, le GCHQ (Government Communications Headquarters) quitte BP.

Le siège local de la Poste et l'école de formation de l'Est étaient sis dans le parc. Plus tard une partie du collège national de gestion de British Telecom fut déplacée de Horwood House à BP. Il y eut aussi une école de formation d'enseignants.

En 1991, le site était presque désert. Les bâtiments du GC&CS risquaient la démolition.

Fiducie de Bletchley Park[modifier | modifier le code]

Le 10 février 1992, le Conseil de l’arrondissement de Milton Keynes décrète zone de conservation la plus grande partie du parc. Trois jours plus tard, la fiducie de Bletchley Park (Bletchley Park Trust) est créé afin de conserver le site en tant que musée du GC&CS. Basée sur le bénévolat, la fiducie s'appuie sur le public pour poursuivre ses efforts.

En 1993, le site ouvre aux visiteurs. En juillet 1994, le musée est inauguré par Son Altesse Royale le Duc de Kent, président honoraire. En mars 1998, Christine Large est nommée directrice de la fiducie. Le 10 juin 1999, la fiducie conclut avec le propriétaire un accord qui donne le contrôle d'une grande partie du site à la fiducie[84].

En octobre 2005, le milliardaire américain Sidney Frank fait don de 500 000 £ au Bletchley Park Trust afin de financer un nouveau centre scientifique dédié à Alan Turing[85]. Le 1er mars 2006, la fiducie annonce que Simon Greenish travaillera aux côtés de Mrs Large[86]. Il la remplace, le 1er mai 2006.

En mai 2008, la fondation de Bill & Melinda Gates rejette une demande de fonds parce que BP ne finance pas de projets technologiques basés sur Internet. Comme BP ne reçoit aucun financement externe, il a besoin de soutiens financiers. Directeur du BP Trust, Simon Greenish déclare : « Nous survivons tout juste. L’argent - ou son absence - est notre gros problème. Je pense que nous aurons deux à trois années de survie, mais nous avons besoin de ce temps pour trouver une solution. »[87]

Le 24 juillet 2008, plus d'une centaine d'universitaires signent une lettre au Times condamnant l’indifférence dont est victime le site[88],[89]. En septembre 2008, PGP, IBM et d'autres entreprises technologiques annoncent une campagne de collecte de fonds afin d'entretenir les installations[90].

Le 6 novembre 2008, on annonce que l'English Heritage fait don de 300 000 £ pour aider à l'entretien des bâtiments de BP, et qu'un autre don de 600 000 £ est en négociations[91].

Au début de 2009, le conseil municipal de Milton Keynes organise un vote public pour savoir s’il doit contribuer, la réponse des habitants est un "Yes" massif.

En juillet 2009, le gouvernement annonce que les anciens de BP seraient officiellement honorés par le port d'un insigne commémoratif[92].

En octobre 2009, l’Heritage Lottery Fund annonce un premier financement de la fiducie de Bletchley Park pour le développement des musées et accorde 460 000 £ d'étude détaillée. Les conclusions sont présentées à la mi-2011, afin de sécuriser les 4,1 millions de livres sterling nécessaires aux plans, et sous réserve que la Fiducie lève les 1 000 000 £ nécessaires au cofinancement de l'offre.

Sue Black et d'autres utilisent Twitter et d’autres médias sociaux pour accroître la transparence des financements de BP [93].

En octobre 2011, BP obtient une subvention de 4,6 millions de £ de l’Heritage Lottery Fund, « afin de terminer la restauration du site et de raconter son histoire, par les moyens les plus modernes », à la condition que 1,7 millions de £ soient levés pat la fiducie de BP [94],[95]. En juin 2012, la fiducie a réussi à amasser 2,4 millions de £ afin de débloquer les subventions de restauration des Huttes 3 et 6, et pour développer le centre d'exposition du Bloc C[96].

Fin janvier 2012, le colonel Iain Standen, jeune retraité du Royal Corps of Signals, prend la direction de la fiducie[97].

Les attractions du musée[modifier | modifier le code]

L’arrière de la bombe reconstruite[40]
Statue d'Alan Turing réalisée par Stephen Kettle en 2007

La principale collection, liée à l'effort de décryptage de la guerre, est dans la salle d' exposition du Bloc B. Notamment, une bombe reconstruite[40], et de la collection Enigma. Cette collection comprend une statue grandeur nature (1,5 t) d'Alan Turing par Stephen Kettle, dévoilée en 2007. Cette statue a été fabriquée à partir d'environ un demi-million de morceaux d'ardoise du Pays de Galles, sur commande du milliardaire américain Sidney Frank.

Le parc abrite un certain nombre d'autres expositions[98].

  • Le manoir lui-même, ouvert aux visites le dimanche et les jours où il ne sert pas aux réceptions privées.
  • La collection Churchill : souvenirs de Winston Churchill.
  • Projection d’images de la fiducie : collection de matériel de cinéma d’époque et une petite salle projetant des courts métrages de la Seconde Guerre mondiale.
  • La collection de jouets et de souvenirs : petits soldats, de trains miniatures, modèles réduits de véhicules des années 1930 et autres jouets, poupées et ours en peluche.
  • Le garage de Bletchley Park : voitures dont deux autos Austin Motor Company des années 1930 montrées par le film The Eagle Has Landed.
  • La poste de Bletchley Park : reconstitution du bureau de poste des années 1940, adresse fictive des employés de BP ; la boutique de cadeaux vend des timbres de collection.
  • Le service TSF diplomatique ; authentique équipement fixe de transmission sans fil, tel qu'il était mis en œuvre à BP pendant la guerre.
  • L'exposition du front de l'intérieur : très populaire auprès des groupes scolaires, cette exposition montre le rationnement, l'évacuation des villes, le Blitz, le jour de lessive en temps de guerre, et le « Make Do & Mend (Fais Avec & Ravaude) ».
  • L'exposition maritime : exposition du Leighton Buzzard Model Boat Club qui propose de nombreux modèles réduits de navires de guerre et de commerce.
  • L’American Garden Trail qui célèbre les liens noués à Bletchley Park pendant la guerre, entre le Royaume-Uni et les États-Unis, lesquels liens perdurent encore aujourd'hui.
  • Prise de Pesagus Bridge (pont de Bénouville) par les aéroportés du Oxford & Bucks Light Infantry, nuit du 5-6 juin 1944 : exposition d'objets, documents, souvenirs, maquettes et cartes de cette journée historique.
  • 65e Nachrichten Abteilung : bataillon allemand de transmissions de la Seconde Guerre mondiale, montrant une station d'émission/réception, avec de nombreux articles d'origine, dont une machine Enigma.
  • Les pigeons et la guerre : rôle héroïque des pigeons en temps de guerre. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne en avait environ 250 000.
  • Le coin des enfants.

Musée national de l'informatique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The National Museum of Computing.
Tony Sale devant l'ordinateur Colossus reconstruit

En 2008, le musée signe un bail de 25 ans pour la location du bloc H du parc afin de créer ce musée national de l'histoire de l'informatique. Les deux fiducies sont des entités juridiques distinctes.

Le musée comprend la reconstruction (en cours) d'un ordinateur Colossus par l'équipe d'Tony Sale[99], ainsi que de nombreux exemples intéressants de machines de calcul britanniques[100].

Centre de la radio nationale de la RSGB[modifier | modifier le code]

En avril 2008, le directeur général de la Radio Society of Great Britain annonce que la RSGB va déménager son quartier général public, y compris sa bibliothèque, sa station de radio, son musée et sa librairie, à Bletchley Park[101].

Le RSGB pensait ouvrir le Pavillon RSGB du parc entre la fin de l'été et le début de l’automne 2008. Mais la rénovation du bâtiment alloué aurait coûté trop cher. En avril 2010, il est donc décidé de construire un bâtiment neuf à un endroit différent. Le centre de la radio nationale fut officiellement inauguré le 11 juillet 2012 [102],[103] par Ed Vaizey, ministre de la Culture, de la Communication et des Industries créatives.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Une reproduction à l'échelle d'un U-boot allemand de la Seconde Guerre mondiale, utilisé dans le film Enigma, et plus tard donné au musée de Bletchley Park.
  • BP est la vedette du livre Enigma et son adaptation cinématographique de 2001; bien que le tournage ait eu lieu à Chicheley Hall.
  • Le pilote du sitcom sur les décryptages de la Seconde Guerre mondiale, Satsuma & Pumpkin, a été enregistré à BP en 2003. En vedette, Bob Monkhouse, dans son dernier rôle à l'écran. La BBC a refusé de produire le spectacle et le développer davantage, avant de créer, quelques années plus tard, sur Radio 4, l'émission Hut 33 qui met en vedette certains des mêmes comédiens.
  • Certaines parties non diffusées du pilote ont été montrées par des documentaires concernant Bob Monkhouse, sur ITV et la BBC, en 2010[104].
  • Le sitcom de la station BBC Radio 4 « Hut 33 »[105] et le jeu Breaking the Code (Casser le code) se sont également déroulés à BP.
  • La série Danger UXB de la télé ITV dont la vedette, Steven Mount, cryptanalyste de BP, a été acculée à la dépression nerveuse (peut-être au suicide), tant le rôle était stressant et répétitif.
  • Dans la série Torchwood de la BBC, le personnage de Toshiko Sato révèle avoir un grand-père qui a travaillé à BP jusqu'au bombardement de Pearl Harbor par le Japon.
  • BP est décrit dans le roman Cryptonomicon de Neal Stephenson.
  • BP a été porté à l'attention du grand public par la série documentaire Station X en 1999
  • BP joue un rôle important dans le livre de Connie Willis All Clear.
  • Titrée Bletchley Park, une mission du jeu vidéo russe Death to Spies: Moment of Truth se déroule dans une reconstruction partielle du parc, avec des points de repère et des huttes soigneusement reproduits. Ironiquement, le scénario ne cite pas Enigma, car dans une autre mission du jeu, le joueur est chargé de voler la machine Enigma d'un sous-marin allemand.
  • Enquêtes codées (ITV, 2012), qui relate un mystérieux meurtre perpétré en 1952, raconte comment quatre ex-casseuses de code de BP utilisent leurs compétences afin de traquer un tueur en série[106],[107].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Briggs 2011, p. 1
  2. Welchman 1982, p. 11
  3. Aldrich 2010, p. 69
  4. Hinsley 1996
  5. (en) « BPSIC: Bletchley Park Science and Innovation Centre » (consulté le 25 août 2013)
  6. (en) Kathryn Morrison, « 'A Maudlin and Monstrous Pile': The Mansion at Bletchley Park, Buckinghamshire », English Heritage,‎ 2003 (lire en ligne)
  7. (en) Edward Legg, « Early History of Bletchley Park 1235–1937 », Bletchley Park Trust Historic Guides series, no 1,‎ 1999
  8. (en) Valentin Foss, « Bletchley Park » (consulté le 25 août 2013)
  9. McKay 2010, p. 11
  10. Smith 1999, p. 2–3
  11. Gannon 2006
  12. a et b Milner-Barry 1993, p. 92
  13. Lewin 2001, p. 64
  14. Taylor 1993, p. 71, 72
  15. (en) « The Cafe in Hut 4 », sur www.bletchleypark.org.uk (consulté le 25 août 2013)
  16. Erskine et Smith 2011, p. xiv
  17. Budiansky 2000, p. 112
  18. Hill 2004, p. 13–23
  19. Hill 2004, p. 62–71
  20. McKay 2010, p. 57,76,160
  21. (en) « BBC News UK: Saving Bletchley for the nation »,‎ 2 juin 1999 (consulté le 25 août 2013)
  22. (en) « 25,000 tomorrow », sur The Daily Telegraph,‎ 23 mai 2006 (consulté le 25 août 2013)
  23. a et b Smith 1999, p. 79,82
  24. McKay 2010, p. 70,102,105
  25. Mahon 1945, p. 77
  26. Hinsley et Stripp 1993, p. vii
  27. Hill 2004, p. 128–129
  28. McKay 2010, p. 67
  29. Hill 2004, p. 129–135
  30. (en) F.W. Winterbotham, The Ultra secret: the inside story of Operation Ultra, Bletchley Park and Enigma, London, Orion Books Ltd,‎ 2000 (1re éd. 1974) (ISBN 978-0-7528-3751-2, OCLC 222735270)
  31. (en) Sheila Withers-Green, « audiopause audio: I made a promise that I wouldn't say anything »,‎ 2010 (consulté le 25 août 2013)
  32. (en) « Information flow from German ciphers to Intelligence to Allied commanders. » (consulté le 25 août 2013)
  33. Bennett 1999, p. 302
  34. Calvocoressi 2001, p. 70–81
  35. a et b Calvocoressi 2001, p. 29
  36. Erskine 2011, p. 170
  37. a et b Watson 1993, p. 307
  38. Smith et Butters 2007, p. 10
  39. Pidgeon 2003
  40. a, b et c (en) John Harper, « Bombe Rebuild Project »,‎ 2008 (consulté le 26 août 2013)
  41. Twinn 1993, p. 127
  42. Budiansky 2000, p. 195
  43. Sebag-Montefiore 2004, p. 375
  44. (en) Frank Carter, « From Bombe Stops to Enigma Keys », Bletchley Park Codes Centre,‎ 2004 (lire en ligne)
  45. (en) Graham Ellsbury, The Turing Bombe: What it was and how it worked,‎ 1988 (lire en ligne), chap. 2 (« Description of the Bombe »)
  46. (en) Frank Carter, « The Turing Bombe », sur The Rutherford Journal (ISSN 1177-1380)
  47. (en) « Bletchley Park Jewels - Outstations from the Park » (consulté le 25 août 2013)
  48. (en) Susan Toms, « Enigma and the Eastcote connection »,‎ 2005 (consulté le 25 août 2013)
  49. Welchman 1982, p. 141
  50. Smith 2006, p. 34
  51. Batey 2011, p. 73–92
  52. Hinsley 1996
  53. Dakin 1993, p. 50–56
  54. Wilkinson 1993
  55. (en) « July 1941 », Bletchley Park (consulté le 23 février 2013)
  56. (en) Anna Pukas, « Our family war heroes », Daily Express,‎ 28 avril 2012 (consulté le 23 février 2013)
  57. Hinsley 1979, p. 191–221 & 570-572
  58. Smith 2011, p. 31–33 & 156
  59. (en) Michael Smith, « Mombasa was base for high-level U.K. espionage operation », coastweek.com, Coastweek (consulté le 20 juin 2013)
  60. Smith 2001, p. 127–151
  61. (en) The Bletchley « Park Trust's Roll of Honour », sur www.bletchleypark.org.uk (consulté le 26 août 2013)
  62. Smith et Butters 2007
  63. (en) Tony Sale, « Bletchley Park Tour - Tour 3 », sur www.codesandciphers.org.uk/ (consulté le 26 août 2013)
  64. (en) Tony Sale, « Virtual Wartime Bletchley Park: Alan Turing, the Enigma and the Bombe », sur www.codesandciphers.org.uk/ (consulté le 26 août 2013)
  65. McKay 2010, p. 52
  66. Millward 1993, p. 17
  67. Dakin 1993, p. 50
  68. (en) « Seventy Years Ago This Month at Bletchley Park: July 1941 » (consulté le 26 août 2013)
  69. Welchman 1982
  70. Loewe 1993, p. 260
  71. Scott 1997
  72. Kahn 1991, p. 189–190
  73. (en) Tony Sale, « Bletchley Park Tour - Tour 4 », sur www.codesandciphers.org.uk/ (consulté le 26 août 2013)
  74. Hinsley et Stripp 1993, p. 89-112
  75. Hinsley et Stripp 1993, p. 30-40
  76. Hinsley et Stripp 1993, p. 246-253
  77. Michael Smith, The Emperor's codes, Biteback, 2010
  78. Smith 2011, p. 162-189
  79. Hinsley et Stripp 1993
  80. Sebag-Montefiore 2004
  81. Smith 2011
  82. Hinsley et Stripp 1993, p. 132-137
  83. McKay 2010
  84. (en) « Bletchley Park Trust "Bletchley Park History" »
  85. (en) « Action This Day, Bletchley Park News »,‎ 28 février 2006
  86. (en) « Bletchley Park Trust Appoints Director Designate »,‎ 1er mars 2006
  87. ZDNet "Bletchley Park Faces Bleak Future"
  88. Letters "Saving the heritage of Bletchley Park", The Times.
  89. "Neglect of Bletchley condemned", BBC News.
  90. PGP, IBM help Bletchley Park raise funds
  91. "New lifeline for Bletchley Park", BBC News.
  92. "Enigma codebreakers to be honoured finally", The Daily Telegraph.
  93. Sue Black, Jonathan P. Bowen, and Kelsey Griffin, Can Twitter Save Bletchley Park? In David Bearman and Jennifer Trant (editors), MW2010: Museums and the Web 2010, Denver, États-Unis, 13–17 April 2010. Archives & Museum Informatics.
  94. http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-beds-bucks-herts-15171726 "Bletchley Park wins £4.6m Heritage Lottery Fund grant", BBC News, 5 October 2011. Retrieved 5 October 2011.
  95. http://www.bletchleypark.org/content/contact/donation/support.rhtm
  96. http://www.theregister.co.uk/2012/06/27/bletchley_park_raises_7_million "Bletchley Park gets £7.4m to tart up WWII code-breaking huts", "The Register", 27 June 2012
  97. (en) « Bletchley Park names Iain Standen as new chief executive », sur BBC News,‎ 17 janvier 2012 (consulté le 26 août 2013)
  98. (en) « What to see at Bletchley Park », sur Bletchley Park Trust (consulté le 26 août 2013)
  99. (en) Tony Sale, « The Colossus Rebuild Project » (consulté le 26 août 2013)
  100. (en) « The National Museum of Computing » (consulté le 26 août 2013)
  101. (en) Peter Kirby, « Relocation Update », RadCom, Radio Society of Great Britain, vol. 84, no 5,‎ mai 2008, p. 06
  102. (en) « National Radio Centre Official Opening », RadCom, Radio Society of Great Britain, vol. 88, no 8,‎ août 2012, p. 12
  103. (en) David Summer, « RSGB opens showcase for amateur radio at Bletchley Park », QST, The American Radio Relay League, vol. 96, no 10,‎ octobre 2012, p. 96
  104. (en) Ian Youngs, « Bob Monkhouse's last laugh », BBC News,‎ 19 mars 2004 (lire en ligne)
  105. (en) « BBCRadio 4 — Comedy — Hut 33 » (consulté le 26 août 2013)
  106. (en) Iain Hollingshead, « What happened to the women of Bletchley Park? », The Daily Telegraph,‎ 4 septembre 2012 (lire en ligne)
  107. (en) Malcom Shaw, « Bletchley Park drama to air on television », ITV (consulté le 26 août 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les ouvrages utilisés comme source sont signalés ci-dessous par ce symbole : Document utilisé pour la rédaction de l’article

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard J. Aldrich, GCHQ: The Uncensored Story of Britain's Most Secret Intelligence Agency, HarperCollins,‎ 2010 (ISBN 978-0-00-727847-3)
  • (en) Patrick Beesly, Very Special Intelligence, Chatham Publishing,‎ 2006 (1re éd. 1977 (Hamish Hamilton)), 296 p. (ISBN 978-15-9114924-8)
  • (en) Ralph Bennett, Behind the Battle: Intelligence in the war with Germany, 1939-1945, Londres, Random House,‎ 1999 (1re éd. 1994) (ISBN 978-0-7126-6521-6)
  • (en) Asa Briggs, Secret Days: Code-breaking in Bletchley Park, Londres, Frontline Books,‎ 2011 (ISBN 978-1-84832-615-6)
  • (en) Peter Calvocoressi, Top Secret Ultra, Cleobury Mortimer, M & M Baldwin,‎ 2001 (1re éd. 1980) (ISBN 0-947712-41-0)
  • (en) B. Jack Copeland, Colossus: The Secrets of Bletchley Park's Codebreaking Computers, Oxford, Oxford University Press,‎ 2006, 462 p. (ISBN 978-0-19-284055-4)
    • (en) Michael Smith, « How it began: Bletchley Park Goes to War », dans dans Copeland 2006, p. 18–35
  • (en) Stephen Budiansky, Battle of wits: The Complete Story of Codebreaking in World War II, Free Press,‎ 2000 (ISBN 978-0-684-85932-3)
  • (en) Ted Enever, Britain's best kept secret, Ultra's Base at Bletcley Park,‎ 2010 (1re éd. 1999), 106 p. (ISBN 978-0-7509-2355-2)
  • (en) Ralph Erskine et Michael Smith, The Bletchley Park Codebreakers, Biteback Publishing Ltd,‎ 2011 (ISBN 978-1-84954-078-0)
    • (en) Mavis Batey, « Breaking Italian Naval Enigma », dans dans Erskine et Smith 2011, p. 73-92
    • (en) Ralph Erskine, « Breaking German Naval Enigma on Both Sides of the Atlantic », dans dans Erskine et Smith 2011, p. 165–183
    • (en) Michael Smith, « GC&CS and the First Cold War », dans dans Erskine et Smith 2011, p. 31–33 & 156
  • (en) Paul Gannon, Colossus: Bletchley Parks Greatest Secret, Atlantic Books,‎ 10 janvier 2006, 562 p. (ISBN 978-1843543305)
  • (en) Marion Hill, Bletchley Park People, Stroud, The History Press,‎ 2004 (ISBN 978-0-7509-3362-9)
  • (en) Francis Harry Hinsley, British Intelligence in the Second World War, Volume One: Its Influence on Strategy and Operations, Londres, Her Majesties Stationery Office,‎ 1979, 601 p. (ISBN 0116309334 et 978-0116309334)
  • (en) Francis Harry Hinsley, The Influence of ULTRA in the Second World War,‎ 1996 (1re éd. 1993) (lire en ligne)
  • (en) Francis Harry Hinsley et Alan Stripp, Codebreakers: The inside story of Bletchley Park, Oxford, Oxford University Press,‎ 1993 (1re éd. 1992) (ISBN 978-0-19-280132-6)
  • Ralph Ingersoll, Ultra Secret, La Jeune Parque,‎ 1947, 336 p.
  • (en) David Kahn, Seizing the Enigma: The Race to Break the German U-boat Codes, 1939-1943, Houghton Mifflin Co.,‎ 1991 (ISBN 978-0-395-42739-2)
  • (en) Ronald Lewin, Ultra Goes to War: The Secret Story, Londres, Hutchinson & Co, coll. « Classic Penguin / Classic Military History »,‎ 2001 (1re éd. 1978) (ISBN 978-1-56649-231-7)
  • (en) A.P. Mahon, The History of Hut Eight 1939 - 1945, UK National Archives Reference HW 25/2,‎ 1945 (lire en ligne)
  • (en) Sinclair McKay, The Secret Life of Bletchley Park: the WWII Codebreaking Centre and the Men and Women Who Worked There, Aurum,‎ 2010 (ISBN 978-1-84513-539-3)
    • traduction française : Sinclair McKay (trad. Chr. Billon.), Les casseurs de code, de la seconde guerre mondiale, Ixelles Éditions,‎ 2012, 399 p. (ISBN 978-2-87515-178-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Geoffrey Pidgeon, The Secret Wireless War: The story of MI6 communications 1939-1945, Universal Publishing Solutions Online Ltd,‎ 2003 (ISBN 978-1-84375-252-3)
  • (en) Hugh Sebag-Montefiore, Enigma, the battle for the code, Londres, Weidenfeld & Nicolson,‎ 2004 (1re éd. 2000) (ISBN 978-0-3043-6662-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Norman Scott, « Solving Japanese naval ciphers 1943-1945 », Cryptologia, vol. 21, no 2,‎ avril 1997, p. 149–157 (DOI 10.1080/0161-119791885878)
  • (en) Michael Smith, Station X: The Codebreakers of Bletchley Park, Channel 4 Books,‎ 1999 (1re éd. 1998) (ISBN 978-0-7522-2189-2)
  • (en) Michael Smith, « An Undervalued Effort: how the British broke Japan's Codes », dans Michael Smith et Ralph Erskine, Action this Day, Londres, Bantam,‎ 2001 (1re éd. 1999) (ISBN 978-0-593-04910-5)
  • (en) Michael Smith, The Emperor's Codes, the breaking of Japan's secret ciphers, Penguin Books,‎ 2002 (1re éd. 2000 (Bantam Press)), 335 pages p. (ISBN 978-0-14-200233-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Michael Smith et Lindsey Butters, The Secrets of Bletchley Park: Official Souvenir Guide, Bletchley Park Trust,‎ 2007 (1re éd. 2001)
  • (en) Michael Smith, The secrets of station X : How the Bletchley Park codebreakers helped win the war, Biteback,‎ 2011, 336 p. (ISBN 978-1849540957)
  • (en) Gwen Watkins, Cracking the Luftwaffe Codes, Greenhill Books,‎ 2006, 231 p. (ISBN 978-1-85367-687-1)
  • (en) William Welchman, The Hut Six Story: Brealing the Enigma Codes, Londres, Allen Lane,‎ 1982 (ISBN 0-947712-34-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • F.W. Winterbotham (trad. Théo Carlier), Ultra, Robert Laffont,‎ 1976, 231 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) The Bletchley Archive :
    • (en) John Jackson, The Secret War Of Hut 3, vol. 1, The Military Press,‎ 2002, 115 p. (ISBN 0-85420-321-4)
    • (en) John Jackson, Ultra's Arctic War, vol. 2, The Military Press,‎ 2003, 127 p. (ISBN 0-85420-229-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site de Bletchley Park [1]
  • (en) Decrypt fragments,sur le site ilord.com, consulté le 30 décembre 2013