Hawker Hurricane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hurricane.
Hawker Hurricane
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Hawker
Rôle Avion de chasse
Premier vol 6 novembre 1935
Mise en service décembre 1937
Nombre construits 14232
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Rolls-Royce Merlin
Nombre 1
Type Moteur en ligne (12 cylindres)
Puissance unitaire 1 300 ch
Dimensions
Envergure 12 19 m
Longueur 9 58 m
Hauteur 4 00 m
Surface alaire 23 97 m2
Masses
À vide 2 118 kg
Avec armement 4 175 kg
Performances
Vitesse maximale 511 km/h (Mach 0,41)
Plafond 10 973 m
Rayon d'action 1 480 km
Armement
Interne 8 mitrailleuses Browning de 7,7 mm
Externe 454 kg de bombes ou 8 roquettes anti-char

Le Hawker Hurricane fut le premier chasseur monoplan de la Royal Air Force. Il s'illustra en particulier lors de la bataille d'Angleterre, durant la Seconde Guerre mondiale. Un total de 14 232 exemplaires furent construits, utilisés par plusieurs forces aériennes alliées.

Conception[modifier | modifier le code]

Hawker Fury, prédécesseur du Hawker Hurricane

Pour construire le successeur du Hawker Fury, le bureau d'étude de Hawker choisit naturellement la technique de fabrication qui faisait la réputation de leur firme. Ce procédé, une robuste structure en bois et tubes métalliques entoilés, permit d'obtenir un appareil plus facile à produire, plus résistant et moins coûteux que ses contemporains à revêtement métallique travaillant. Malgré cette conception désuète, son train d'atterrissage escamotable et son armement de huit mitrailleuses Browning 303 en font le chasseur britannique le plus moderne de l'époque.

Sorti quatre mois à peine avant le Spitfire, le Hurricane effectua son premier vol le 6 novembre 1935 sous le nom de K5083. Conçu par Sidney Camm, il était équipé d'un moteur Rolls-Royce Goshawk qui sera rapidement remplacé par le plus puissant PV-12. Manquant cruellement d'un appareil assez rapide pour l'interception des bombardiers, la Royal Air Force commanda 600 exemplaires en juin 1936 et les premiers modèles devinrent opérationnels en décembre 1937 au sein du Fighter Command. L'escadron 111 basé à Northolt (en) reçut les premiers appareils. L'année suivante, les escadrons 3 et 56 reçurent à leur tour des Hurricane.

Au contraire du Spitfire, le Hurricane n'évoluera pratiquement pas par la suite.

Engagement[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale, seulement 500 Hurricane sont en service. Ils seront 2 300 au début de la bataille d'Angleterre, dont 1 451 construits au Canada à cause de la difficulté de les produire au Royaume-Uni suite aux bombardements allemands. Pendant la bataille d'Angleterre, les Hurricane seront chargés de s'occuper des bombardiers allemands, le Spitfire plus performant s'occupant de son côté des chasseurs adverses. Par la suite, le Hurricane aura davantage un rôle de chasseur-bombardier, par exemple sur les plages de Dieppe, ou comme chasseur de char en Afrique du Nord. L'Aéronavale utilisera aussi une version équipée de deux bombes de 114 kilos, appelée Hurribomber.

Bataille de France[modifier | modifier le code]

En réponse à une requête du gouvernement français de fournir un support aérien de 10 escadrons de combat, Hugh Dowding le commandant en chef du RAF Fighter Command insista sur le fait que ceci épuiserait sévèrement les défenses britanniques. Ainsi, seuls 4 escadrons de Hurricane (Nos. 1, 73, 85 et 87) furent relocalisés en France, préservant les Spitfire pour la défense du territoire britannique. Cependant, après l'arrivée de l'escadron no 73 le 10 septembre 1939 puis des trois autres peu après, les escadrons 607 et 615 les rejoignirent. En mai de l'année suivante, les escadrons 3, 79 et 504 renforcèrent le dispositif car le Blitzkrieg allemand concentrait son élan. Le 13 mai 1940, trente-deux Hurricane supplémentaires arrivèrent. Ainsi, les dix escadrons requis furent opérationnels sur le sol français. Au 17 mai, fin de la première semaine de combat, seulement trois des escadrons étaient encore pleinement opérationnels, mais malgré de lourdes pertes, les Hurricane parvinrent à détruire près du double d'appareils allemands.

Le 27 mai 1940, 13 appareils de l'escadron 501 interceptèrent 24 Heinkel He 111 escortés par 20 Messerschmitt Bf 110, et durant la bataille qui s'ensuit, 11 Heinkels furent avérés abattus ou endommagés, avec de petits dommages pour les Hurricane[1].

Bataille d'Angleterre[modifier | modifier le code]

À la fin de juin 1940, après la défaite alliée, la majorité des 36 escadrons de combats de la RAF furent équipés avec des Hurricane. Officiellement, la bataille d'Angleterre s'étendit du 1er juillet 1940 au 31 octobre 1940, mais les plus gros combats survinrent du 8 août 1940 au 21 septembre 1940. Généralement, les Supermarine Spitfire interceptaient les chasseurs et laissaient les Hurricane abattre les bombardiers. Durant cette période, les Hurricane totalisèrent le plus grand nombre de victoires de la RAF.

Front russe[modifier | modifier le code]

Les Hurricane Mk.II jouèrent un rôle dans la défense aérienne en 1941 lorsque l'Union soviétique se retrouva sous la menace de l'armée allemande. En effet, celle-ci s'étendait de Léningrad / Moscou au champ de pétrole au Sud. La décision des Britanniques d'envoyer des vivres par la mer à destination des ports du nord exposait les convois aux attaques de la Luftwaffe basée dans la Finlande voisine. Ainsi, il fut décidé de protéger le convoi à l'aide de Hurricane Mk.IIb des Squadrons 81 et 134. Vingt-quatre d'entre eux furent transportés sur le HMS Argus et arrivèrent à Mourmansk le 28 août 1941. Quinze autres appareils furent transportés sur des navires marchands. Aussi, en plus de leur mission principale, ils escortèrent des bombardiers russes. À partir d'octobre, l'attention ennemie sur la zone déclina. Les pilotes de la RAF entraînèrent les soviétiques à opérer eux-mêmes sur les Hurricane. À la fin de l'année, le rôle de la RAF dans cette zone se termina. Mais ces avions furent les premiers des 2952 avions acceptés par l'Union soviétique[2].

Guerre du désert[modifier | modifier le code]

Pendant la seconde bataille d'El Alamein sur le théâtre d'Afrique du Nord, six escadrons de Hurricane chasseurs-bombardiers affirmèrent avoir détruit 39 chars, 212 camions et véhicules blindés, 26 tankers, 46 canons, 200 véhicules variés et 4 dépôts d'essences et munitions. Cela fut effectué en 842 sorties avec la perte de 11 pilotes[3].

Birmanie, Singapour, et les Indes orientales néerlandaises[modifier | modifier le code]

Hawker Hurricane Mk.II lors d’une attaque le 8 février 1942 pendant la bataille de Singapour

Suite à la déclaration de guerre du Pacifique, 51 Hurricane sont envoyés vers Singapour avec 24 pilotes venants de cinq escadrons. Ils arrivent le 3 janvier 1942, lorsque les escadrons alliés engagés dans la bataille de Malaisie équipés de Brewster F2A Buffalo sont submergés par les forces aériennes japonaises, notamment grâce à leurs Ki-43 Hayabusa, dont les capacités stratégiques et le nombre avaient été sous-estimés[4].

Arrivés par conteneurs, les 51 Hurricane sont assemblés en 48 heures et prêts à être testés. 21 sont aptes au service en trois jours seulement grâce aux efforts de la 151e Unité de Maintenance. Ils souffrent cependant de problèmes de performance. Ils sont équipés de 12 mitrailleuses au lieu de huit, ce qui les rend plus lents à prendre de l’altitude et moins manœuvrables. Cependant ils étaient plus efficaces avec leur puissance de feu[5].

Les pilotes récemment arrivés sont affectés au 232 Squadron RAF, et en addition, au 488(NZ) Squadron, qui était à l’origine un escadron de Buffalo converti en Hurricane. Le 18 janvier, les deux unités forment la base du RAF 266 group. Le 232 devient opérationnel le 20 janvier et endura les premières victoires et défaites d’Hurricane dans l’est asiatique. Entre le 27 et le 30 janvier, 48 autres Hurricane (MkIIa) sont arrivés avec le porte-avions HMS Indomitable (92) et ont volé vers les aérodromes P1 et P2 près de Palembang, Sumatra dans les Indes orientales néerlandaises.

En raison de systèmes d’alertes inadéquats, les Japonais ont pu détruire 30 Hurricane sur le terrain d’aviation de Sumatra, la plupart lors d’un raid le 7 février. Après l’invasion japonaise de Singapour le 10 février, les rescapés des escadrons 232 et 488 se replient sur Palembang.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui il ne reste que douze Hurricane en état de vol, dont six au Royaume-Uni. En particulier, la Royal Air Force en maintient un en état, à RAF Coningsby dans la région du Lincolnshire, pour les grandes cérémonies comme les anniversaires de la bataille d'Angleterre. L'appareil fait partie de la Battle of Britain Memorial Flight (Escadrille commémorative de la bataille d'Angleterre).

Variantes[modifier | modifier le code]

Les versions sont appelées Mk. (Mark) suivi de la référence

Versions britanniques[modifier | modifier le code]

Prototype F.36/34
Un seul prototype fut produit ; le « K5083 ». Il disposait d'un moteur Merlin C (1,025ch). Premier vol le 6 novembre 1935. Équipé par la suite de huit mitrailleuses[6].
Hurricane Mk.I
Première version produite, avec ailes en tissu et moteur Rolls-Royce Merlin II ou III. L'avion est armé de huit mitrailleuses Browning (7,7 mm)[6]. Il fut produit entre 1937 et 1939.
Hurricane Mk.I (revised)
Version révisée du Hurricane I avec une hélice Rotol (en). Les ailes sont recouvertes de métal. En 1939, la RAF commanda 500 unités pour former la colonne vertébrale des escadrons.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Hurricane Mk.IIa Series 1
Hurricane I propulsé par un moteur Merlin XX[6]. Premier vol le 11 juin 1940 et prise de service dans les escadrons en septembre 1940.
Hurricane Mk.IIb (Hurricane IIa Series 2)
Hurricane Mk.IIa Series 1 équipé d'un cône d'hélice légèrement plus long et des ailes supportant douze mitrailleuses Browning (7,7 mm) et autres charges supplémentaires comme des réservoirs additionnels ou des bombes[6]. La première unité fut produite en octobre 1940, et renommée Mk.IIb en avril 1941.
Hurricane Mk.IIb Trop.
Les Hawker Hurricane Mk.IIb dédiés à l'engagement en Afrique du Nord furent « tropicalisés ». Ils étaient équipés de filtres à poussière et les pilotes étaient pourvus de kit de survie en milieu désertique.
Hurricane Mk.IIc (Hurricane IIa Series 2)
Hurricane Mk.IIa Series 1 équipé avec un cône d'hélice légèrement plus long et des ailes supportant quatre canons Hispano Mk II de (20 mm). En juin 1941, le Hurricane Mk.IIa Series 2 devint Mk.IIc. L'avion inclut un emplacement pour deux bombes 250 lb (114 kg), ou 500 lb (227 kg) et par la suite des réservoirs d'essence. Ainsi, il devint en raison de ses performances diminuées un avion d'attaque au sol d'où il tira le surnom de Hurribomber.
Hurricane Mk.IId
Cette version est un Hurricane Mk.IIb armé d'une unité deux canons antichars de 40 mm ainsi qu'une mitrailleuse Browning sous chaque aile[6]. Le premier Mk.IId vola le 18 septembre 1941. Il fut livré en 1942.
Hurricane Mk.IIe
Une modification des ailes furent introduite sur cette version. Les modifications furent assez amples pour changer de « mark ». Ainsi Le Mk.IIe fut produit à 250 exemplaires et fut ensuite renommé en Mk IV.
Hurricane Mk.T.IIc
Une version biplace d'entraînement du Mk.IIc. deux unités furent produites pour l'Iran.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Hurricane Mk.III
Une version du Hurricane II motorisé par un moteur Merlin construit par Packard.
Hurricane Mk.IV
Le dernier changement majeur appliqué sur le Hurricane fut de « rationaliser » les ailes. Elles furent configurées pour être universelles ; c'est-à-dire pour pouvoir monter 2 bombes, 2 canons ou 8 roquettes selon les besoins. Le nouveau design incorporait aussi un moteur amélioré Merlin 24 ou 27 (1 208 ch)[6], équipé de filtres à poussière pour les opérations dans le désert.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Hurricane Mk.V
Deux prototypes Hurricane IV furent équipés avec un moteur Merlin 32 et une hélice à quatre pales Rotol[6].

Versions canadiennes[modifier | modifier le code]

Une partie de la production du Hurricane fut réalisée au Canada par la Canada Car and Foundry Co Ltd (en).

Hurricane X
Propulsé par un moteur Merlin 28 de fabrication Packard (1 300 ch). Armé de huit mitrailleuses Browning (7,7 mm) sur les ailes. Au total, 490 furent construits.
Hurricane XI
150 furent construits.
Hurricane XII
Propulsé par un moteur Merlin 29 de fabrication Packard (1 300 ch). Initialement, armé de douze mitrailleuses Browning (7,7 mm), puis plus tard, remplacés par quatre canons Hispano Mk II (20 mm).
Hurricane XIIA
Propulsé par un moteur Merlin 28 de fabrication Packard (1 300 ch). Armé de huit mitrailleuses Browning (7,7 mm).

Versions Sea Hurricane[modifier | modifier le code]

Sea Hurricane Mk.Ia
Le Sea Hurricane Mk.Ia est Hurricane Mk.I modifié par General Aircraft Limited pour être transporté par des CAM ships Catapult Aircraft Merchantma (navire cargo équipés de catapultes). Les Sea Hurricane sont adoptés par les convois maritimes pour se protéger contre les attaques de l’aviation ennemie. Après avoir effectué leurs missions, les pilotes devaient sauter en parachute ou amerrir car leurs avions n'étaient pas équipés pour être récupérés par les CAM ship[6]. Ils furent surnommés Hurricat.
Sea Hurricane Mk.Ib
Hurricane Mk.IIa Series 2 étaient équipés pour être récupérés par les navires. Ils furent transportés par des MAC ship (en)s (Merchant Aircraft Carrier), un total de 340 appareils furent convertis[6].
Sea Hurricane Mk.Ic
Les Hurricane MkII.B et Mk.IIc conçus pour être récupérés et équipés de quatre canons. À partir de février 1942, 400 appareils furent convertis[6].
Sea Hurricane Mk.IIc
Hurricane Mk.IIc, 400 appareils furent convertis.
Sea Hurricane Mk.XIIa
Hurricane Mk.XIIa converti en Sea Hurricane de fabrication canadienne.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Armement[modifier | modifier le code]

mitrailleuses et canons[modifier | modifier le code]

Bombes[modifier | modifier le code]

  • Mk.IIc - 2 bombes [250 lb (114 kg), ou 500 lb (227 kg)]
  • Mk.IId - 2 bombes [250 lb (114 kg), ou 500 lb (227 kg)]

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Douglas Bader, Fight for the Sky: The Story of the Spitfire and Hurricane, Londres, Cassell Military Books,‎ 2004 (ISBN 0-30435-674-3)
  • Collectif, Grand atlas des avions de légende, Paris, Éditions Atlas,‎ 2002 (ISBN 2-72344-069-9)
  • (en) Brian Cull, Brian Sortehaug et Paul Sortehaug, Hurricanes Over Singapore: RAF, RNZAF and Nei Fighters in Action Against the Japanese Over the Island and the Netherlands East Indies, 1942, London : Grub Street Press,‎ 2004 (ISBN 1-904010-80-6)
  • (fr) Mark Sheppard, Bons baisers de Russie, des Hurricane de la RAF à Mourmansk !, in Avions n°195, Lela Presse, 2013
  • (en) Christopher Shores, Bloody Shambles, The First Comprehensive Account of the Air Operations over South-East Asia December 1941-April 1942. Volume One; Drift to War to the Fall of Singapore, London : Grub Street Press,‎ 1992 (ISBN 0-948817-50-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]