Illusion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Illusion (homonymie).

Une illusion est une perception déformée d'un sens.

L'illusion sur scène[modifier | modifier le code]

Les arts du spectacle, par les décors, les costumes, les effets spéciaux, etc., permettent aux spectateurs de jouir d'un imaginaire fortement étalé.

Les prestidigitateurs cultivent l'art de l'illusion avec la complicité émerveillée de ceux qui les regardent.

L'illusion à domicile[modifier | modifier le code]

Dans le spectacle musical, le son stéréophonique crée l'illusion auditive de sources de son entre les enceintes acoustiques.

L'illusion comme objet d'étude[modifier | modifier le code]

« On considère généralement les illusions des sens comme des erreurs ou des fautes, de ce fait elles sont loin de représenter des données constitutives d'un savoir ou ayant valeur de vérité. C'est une volte-face que d'accepter les illusions comme des faits essentiels pour une appréhension scientifique de la nature de la science et de l'entendement »

— Richard Gregory De la représentation dans ses rapports avec les illusions sensorielles[1].

En ce qu'elle semble prendre en défaut le fonctionnement usuel des sens, sens, les illusions, lorsqu'elles sont partagées par un grand nombre de personnes qui ne présentent aucune pathologie, fournissent aux chercheurs des questions intéressantes sur le système de la perception. Généralement, elles les obligent à se séparer d'une conception où la perception serait un enchaînement de causes et d'effets allant de la réalité physique à la conscience en passant par des organes spécialisés.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Les illusions sensorielles sont, pour les personnes préoccupées de sécurité, et notamment dans les systèmes complexes comme l'aéronautique[2] où il est reconnu que des erreurs radicales et persistantes peuvent amener à des catastrophes, un objet d'études appliquées. L'illusion sensorielle prospère en compagnie des erreurs radicales et persistantes[3] qui mènent à la catastrophe : l'opinion erronée informe la perception illusoire, qui la renforce.

Selon une statistique américaine, en aviation légère, la désorientation spatiale par illusions sensorielles est responsable de 37% des accidents mortels, et en aviation commerciale, selon une étude britannique, ils sont à l'origine de 12% des accidents[4].

On trouve des préoccupations semblables dans la prévention des accidents de plongée sous-marine et même des accidents chirurgicaux[5].

Classification des illusions[modifier | modifier le code]

Richard Gregory (1923-2010), un neuropsychologue britannique spécialisé dans la perception a entrepris de classer les illusions, c'est-à-dire les occasions où la perception est contradictoire ou en défaut.

Classification des illusions selon Richard Gregory[6]
Genre d'illusion Origine
Physique Physiologique Cognitive
Ambiguïtés Brumes, ombres Chambre d'Ames
Mouvements apparents
Cube de Necker
Inversions figure/fond
Distorsions Stroboscopie
Déviation des rayons lumineux
Adaptations géométriques
Quinconces (Münsterberg)
Effets de contraste
Illusions géométriques
Paradoxes Miroirs Désaccords entre canaux
Effets consécutifs de mouvement
Constances
Figures impossibles
Fictions Arcs-en-ciels
Moirés
Images consécutives
Phosphènes
Contours subjectifs
Remplissage de la tache aveugle

Les limites entre les catégories sont sujettes à discussion. Particulièrement, celles entre le physiologique et le cognitif sont aujourd'hui indécises ; la psychologie s'intéresse à des systèmes très élementaires et la physiologie étend son aire aux systèmes complexes. Les deux disciplines se rencontrent dans les neurosciences, pour lesquelles les illusions constituent des indices du mode de fonctionnement des sens.

Classification des illusions selon Jacques Ninio[7]
Catégorie Prototype visuel Prototype auditif Classification de Gregory
Limites perceptives Disque de Benham Bruit du coquillage Physiologique - Fictions
Contrastes Bandes de Mach Physiologique - Fictions
Effet Rawdon-Smith Physiologique - distorsions
Ségrégations, fusions Illusion d'Ouchi Fission mélodique Cognitive - Ambiguïtés
Complétions Contours subjectifs Restitution auditive Cognitive - fictions
Adaptations Effet Mc Collough Effet Zwicker Physiologique -fictions
Constances Couleur de la lune Physiologique - distorsions
Négligence de la phase Cognitive - paradoxes
Repères, localisations La tête de pigeon Cognitive - paradoxes
Illusion de Deutsch Physiologique - paradoxes
Arbitrages entre canaux Illusions géométriques Cognitive - distorsions
Dominance de l'image Cognitive - paradoxes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Ninio, La science des illusions, Paris, Odile Jacob,‎ 1998.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Gregory, « De la représentation dans ses rapports avec les illusions sensorielles », dans Louis Roux (org.), Dénominateurs communs aux arts et aux sciences, Saint-Étienne (France), Centre Interdisciplinaire d'Études et de Recherche sur l'Expression contemporaine,‎ 1983
  2. Gouvernement français, Ministère des transports, Illusions sensorielles 27 novembre 2013.
  3. Christian Morel, Les décisions absurdes, Paris, Gallimard/NRF,‎ 2002
  4. Dr. Christian Gomez, [espacesaerienslyon.pagesperso-orange.fr/medical/illusionsensorielle.pdf Médecine aéronautique], s.d.
  5. Les chirurgiens peuvent apprendre des pilotes: place du facteur humain en chirurgie.
  6. Ninio 1998, p. 41.
  7. Ninio 1998, p. 44.