École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ENSMM)
Aller à : navigation, rechercher
École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques de Besançon
Image illustrative de l'article École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon
Devise Le futur, précisément.
Nom original Institut de Chronométrie et Micromécanique de Besançon
Informations
Fondation 1902
Type École d'ingénieurs (EPA) rattachée à l'Université de Franche-Comté
Budget 15 millions d'euros[1]
Localisation
Coordonnées 47° 15′ 03″ N 5° 59′ 34″ E / 47.250922, 5.992858 ()47° 15′ 03″ Nord 5° 59′ 34″ Est / 47.250922, 5.992858 ()  
Ville Besançon
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Campus 26 rue de l'Épitaphe (site Temis)
Direction
Directeur Bernard Cretin
Chiffres clés
Personnel 150
Enseignants 250[1]
Enseignants-chercheurs 60
Étudiants 1000
Premier cycle 0
Deuxième cycle 370
Troisième cycle 30
Doctorants 34 en 2010[2]
Niveau Bac+8 (Doctorat)
Diplômés/an 400[1]
Divers
Affiliation PRES Bourgogne Franche-Comté, CGE, CDEFI, Polyméca, « Elles Bougent »
Site web www.ens2m.fr

Géolocalisation sur la carte : Besançon

(Voir situation sur carte : Besançon)
École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques de Besançon

L'École Nationale Supérieure de Mécanique et de Microtechniques de Besançon est une École nationale supérieure d'ingénieurs faisant partie du réseau Polyméca.

Pour les anciens élèves, l'ENSMM se prononce « N SEM», ce qui peut amener à confondre cette école avec l'École nationale supérieure d'électricité et de mécanique de Nancy. La majorité des élèves-ingénieurs prononcent, de manière humoristique, E N S Meu Meu, ce qui évite cette confusion.

Les anciens élèves s'appellent entre eux « Chronos » et « Chronottes ». Cette appellation vient de l'ancien nom de l'école : "École Nationale Supérieure de Chronométrie et de Micromécanique". Le symbole des "chronos" est le "µ", tel qu'il figurait dans les années 1960 sur le pin's de l'école, et dans le titre de la revue interne des élèves " Le petit µ ". Il fait référence à l'unité de mesure où l’école est la spécialiste, le micromètre.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

L’ENSMM est un établissement public à caractère administratif rattaché à l’Université de Besançon[3].

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1902 que l'Université de Franche-Comté crée le Laboratoire de Chronométrie, ancêtre de l'actuelle ENSMM. Au fil des compétences accumulées dans ses domaines de recherche, ce qui n'était au départ qu'une annexe de l'université devint en 1928 une école à part entière : l'Institut de Chronométrie et de Micromécanique.

En 1961 elle prend le nom d'ENSCMB (École Nationale Supérieure de Chronométrie et Micromécanique de Besançon) et devient l'année suivante une ENSI. quelques années plus tard, elle quitte les locaux du Lycée Jules HAAG (LTEH) pour emménager dans les locaux neufs de La Bouloie.

Les développements, puis déclins et révolutions industrielles dans le domaine de l'horlogerie amenèrent l'École à se transformer et à réorienter ses activités vers la mécanique, la mécatronique et les microtechniques, devenant ainsi en 1980 l'ENSMM (École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques).

En 1995, l'ENSMM déménage dans un nouveau bâtiment situé sur le site de TEMIS (Technopole microtechnique et scientifique) et bénéficie dès lors de 24 000 m2. Une nouvelle extension du bâtiment (amphi de 400 places) est d'ailleurs à l'heure actuelle en construction. Géographiquement, l'ENSMM est située à côté de la maison des Microtechniques, de l'Institut Pierre Vernier (centre de transfert), du cœur du pôle de compétitivité en Microtechniques et du futur bâtiment de recherche Femto.

Dépassant au début du XXIe siècle les 3 000 ingénieurs diplômés, avec plus de 200 élèves par promotion, l'ENSMM est le premier centre français de formation dans les domaines de l'ingénierie des systèmes micromécaniques et des microtechniques.

Directeurs successifs : Jules Haag, Pierre Mesnage, Raymond Chaléat, Jean-Louis Vaterkowski, Jean-Claude Gelin, Bernard Cretin.

Formation[modifier | modifier le code]

Ingénieur[modifier | modifier le code]

L’ENSMM propose des formations d’ingénieurs habilitées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche après l’avis de la Commission des titres d'ingénieur[4].

Formation initiale[modifier | modifier le code]

Il existe deux manières d'intégrer l'ENSMM dans le cadre d'une formation initiale :

  • Sur concours communs polytechniques après deux ou trois ans de classe préparatoire. Les recrutements se font au sein des filières PSI (29 %), PT (26 %), MP (21 %), PC (13 %) et TSI (11 %) à hauteur d'environ 170 places. En outre, quatre places sont réservées aux étudiants ayant passé le concours national DEUG.
  • Sur dossier pour les titulaires de BTS : 8 places, Diplôme universitaire de technologie|DUT : 20 places], Licence 3 : 14 places] ou Master 1 : 14 places. La porte est également ouverte aux étudiants étrangers dans le cadre de partenariats internationaux avec certaines écoles et universités notamment) et du réseau N+i.

La formation se déroule sur six semestres : trois de tronc commun (1re et 2e années), un de spécialisation ou d'option (3e année) et de deux stages (2e et 3e années).

Le tronc commun permet à l'élève d'acquérir des notions de base en conception mécanique, fabrication et microfabrication, en mécanique du solide et des milieux déformables, en calcul de structures et vibrations des systèmes discrets, en science des matériaux (traitements des métaux, etc.), en informatique (programmation), en automatique, en électronique analogique et numérique, en traitement du signal, en optique géométrique et physique, mais aussi en langue vivante (deux sont obligatoires dont l'anglais et au choix l'allemand, le chinois, l'espagnol, le français langue étrangère, l'italien, le japonais), en sciences humaines et sociales et en économie d'entreprise.

En 2e année, un parcours de découverte permet en outre d'aborder, au choix, deux thèmes : la mécanique et les matériaux d'une part, l'électronique, l'automatique et l'optique d'autre part. Le choix de cet itinéraire ne conditionne pas le choix de l'option de troisième année. L'étudiant ayant choisi l'option mécanique et matériaux pourra étudier trois matières parmi les vibrations des milieux continus, la mécanique des fluides, la conception de MEMS, les matériaux haute performance (biomatériaux, polymères à haute performance, composites, nanotubes de carbone, etc.) ou encore l'étude des surfaces ; l'étudiant qui a choisi l'option EAO pourra quant à lui choisir entre l'électrotechnique (électronique de puissance, moteurs…), l'électronique numérique, l'automatique avancée, la programmation orientée objet et l'optique instrumentale. Durant un semestre, l'étudiant réalise un stage ingénieur "débutant" dans le milieu industriel.

En 3e année, enfin, l'étudiant pourra orienter la totalité de ses études techniques vers l'un des 9 thèmes suivants :

  • Énergie, Transports et Environnement
  • Ingénierie de l'Innovation
  • Matériaux et Surfaces
  • Mécanique, Matériaux, Procédés
  • Mécanique et Environnement
  • Mécatronique
  • Microtechniques et Systèmes Embarqués
  • Ingénierie des Systèmes de Production
  • Microsystèmes et Santé

Les élèves ont également la possibilité d'effectuer leur 3e année dans tout autre établissement du réseau Polyméca à savoir : Enscil (Limoges), Ensi Bourges, Ensiame (Valenciennes), Ensieta (Brest), Ensma (Poitiers), SUPMECA (Paris, Toulon).

Chaque année, un nombre croissant d'élèves effectue une partie de sa scolarité à l'étranger (stage industriel ou en laboratoire, semestre ou année de cours académiques). Il est également possible d'obtenir un double diplôme (diplôme d'ingénieur ENSMM et diplôme d'un établissement étranger tel que la Hochschule Karlsruhe, Politecnico di Torino, Universitat Catalunya Barcelona ou bien encore Tokyo Denki University). En 2010, l'ENSMM a reçu le trophée des Grandes Écoles (catégorie relations industrielles) pour son projet d'intelligence économique à vocation régionale.

Validation des acquis de l'expérience (VAE)[modifier | modifier le code]

Il est possible d'obtenir tout ou partie du diplôme d'ingénieur ENSMM par l'intermédiaire de la procédure de Validation des acquis de l'expérience.

Formation continue[modifier | modifier le code]

Les salariés ayant justifié d'au moins années d'expérience professionnelle ainsi que d'une formation diplômante niveau premier cycle universitaire dans le domaine des sciences de l'ingénieur peuvent postuler à une formation continue de trois semestres à l'ENSMM en partenariat avec l’Institut des techniques d'ingénieur de l'industrie, validés par un quatrième semestre de projet de fin d'études. L'admission se fait sur dossier et après entretien.

Formation par Apprentissage (ITII)[modifier | modifier le code]

Les titulaires d'un BTS, d'un DUT ou d'une Licence peuvent, s'ils ont moins de 26 ans, effectuer six semestres en alternance à l'ENSMM. L'admission se fait sur dossier et après entretien. Deux spécialités existent : depuis 2004 spécialité mécanique (ingénierie des systèmes de production mécanique et microtechnique) et à partir de septembre 2010 microtechniques & design (luxe & précision). Cette formation accueille chaque année 28 élèves dans la 1re spécialité, 14 dans la seconde.

Master[modifier | modifier le code]

L'école propose également deux master spécialité Génie industriel et innovation et Mécanique, Mécatronique, Microsystèmes et Ingénierie.

Recherche[modifier | modifier le code]

L'ENSMM héberge différentes équipes de l'Institut FEMTO-ST (Franche-Comté Électronique, Mécanique, Thermique et Optique — Sciences et Technologies) : l'équipe TF (Temps-Fréquences), l'équipe AS2M (Automatique et Systèmes MicroMécatroniques) et une partie des équipes DMA (Mécanique Appliquée) et MN2S (Micro Nano Sciences et Systèmes). Précédemment, l'ENSMM accueillait trois laboratoires : le Laboratoire d'Automatique de Besançon (LAB), le Laboratoire de Microanalyse des Surfaces (LMS) et le LCEP (Laboratoire de Chronométrie Electronique Piézoélectricité).

Partenariats[modifier | modifier le code]

  • L'ENSMM est membre fondateur du Pôle des microtechniques où elle est représentée par son directeur. Le Pôle des microtechniques est un Pôle de compétitivité régional ; il a pour but le développement des microtechniques à travers le renforcement des collaborations entre les mondes de la recherche, de l'enseignement et de l'industrie. À ce titre, l'ENSMM collabore à plusieurs projets avec des partenaires industriels, comme Alstom ou Peugeot.

Associations[modifier | modifier le code]

La plupart des associations de l'école sont gérées par le Bureau des Élèves (BDE) élu pour un an.

L'ENSMM propose à ses étudiants la pratique d'activités sportives : badminton, basket, capoeira, escalade, football, football Américain, foot féminin,gymnastique, handball, katori, natation, pétanque, rando, roller-hockey, rugby, rugby féminin, squash, street hockey, ultimate, volley, bike-polo et même la pratique aéronautique.

Les autres associations sont µConseil(Micro-entreprise étudiante), µChallenge(Trophée SIA), 4L Trophy (Raid humanitaire), Projet Hélios (Promotion des énergies renouvelables), Les cordées de la réussite (garantir un accès à l'enseignement supérieur identique pour tous en donnant aux enfants issus de milieux défavorisés l'envie de réussir), µRobot également appelé E=Meuh-Meuh[5] (Club de robotique), µ-Drone (développement d'un mini-drone d'observation), µ-Shell (Eco-Marathon Shell), Gala (Préparation du Gala), Ingénieurs sans frontières, Micropromotion (Élaboration des vêtements et objets aux couleurs de l'école), La Besace (préparation du guide de l'étudiant de Besançon), Play-Meuh (jeux en tous genres), ENSMM actu (journal de l'école), µ-rock (club de rock), rallye, µ-bar (organisation de soirées et gestion de la cafétéria du foyer)… Par exemple, le µChallenge, après une première participation en 2007 au trophée SIA, veut renouveler l'expérience en construisant cette fois-ci une voiture entièrement électrique.

Association des diplômés[modifier | modifier le code]

L'AIMM (Association des Ingénieurs en Mécanique et Microtechniques) rassemble l'ensemble des élèves diplômés de l'ENSMM . [1]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c L'ENSMM en chiffres
  2. http://www.letudiant.fr/palmares/classement-ecole-ingenieur-apres-prepa/fiche/ecole-nationale-superieure-de-mecanique-et-des-microtechniques-4191.html
  3. Décret n°86-640 du 14 mars 1986 fixant les règles d'organisation et de fonctionnement de certaines écoles d'ingénieurs rattachées à un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel sur www.legifrance.gouv.fr et Décret n°86-641 du 14 mars 1986 portant création et rattachement d'établissements publics à caractère administratif à un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel sur www.legifrance.gouv.fr
  4. Arrêté du 16 janvier 2009 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé sur www.legifrance.gouv.fr
  5. µRobot

Articles plus généraux[modifier | modifier le code]