Clotilde (femme de Clovis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clotilde.

Clotilde de Burgondie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La reine Clotilde (vue d'artiste (XIXe siècle) - vitrail néogothique de l'église Saint-Martin de Florac)

Titre

Reine des Francs

vers 49327 novembre 511
(environ 18 ans)

Prédécesseur Basine de Thuringe
Successeur Ultrogothe
Biographie
Titulature Reine des Francs
Dynastie Maison burgonde
Nom de naissance Crotechildis de Burgundia
Surnom Sainte Clotilde
Naissance vers 474 ou 475
Décès autour de 545
Monastère Saint-Martin de Tours
Père Chilpéric II de Burgondie
Mère Carétène
Conjoint Clovis Ier de France
Enfants Ingomer
Clodomir, Childebert Ier
Clotaire Ier, Clotilde
Sainte Clotilde
Image illustrative de l'article Clotilde (femme de Clovis)
Sainte Clotilde prie saint Martin, Grandes Chroniques de France de Charles V, f.23r
reine des Francs
Décès 3 juin 544, 545 ou 548[1] 
Monastère Saint-Martin de Tours
Nationalité burgonde
Fête 3 juin (Église orthodoxe) ou 4 juin (Église catholique romaine)

Clotilde[2] (du germanique hlod, « gloire » et hild, « combat »[3]), née vers 474 ou 475[4] peut-être à Lyon ou à Genève, morte autour de 545[5] à Tours, est une princesse burgonde, devenue reine des Francs en épousant Clovis, qu'elle contribue à convertir au christianisme.

Elle a été canonisée vers 550 ou 560 ; l'Église orthodoxe et l'ancien martyrologe romain la fêtent le 3 juin (dies natalis), et l'Église catholique le 4 juin[6],[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine familiale[modifier | modifier le code]

Les origines de Clotilde remontent fort loin. « Estonienne » par les Balthes et « norvégienne » par les Burgondes, elle faisait partie d'une famille royale des bords de la mer Baltique entrée dans un clan wisigoth lors d'une soumission des Estes aux Goths[8].

Elle est la fille du roi burgonde Chilpéric II, fils du roi Gondioc et frère de Gondebaud, Godegisile et Gondemar. Le nom de la mère de Clotilde n'est pas connu.

L'enfance et la jeunesse de Clotilde se déroulent à la cour burgonde sous les règnes de Gondioc, mort dans les années 470, puis de Chilpéric 1er, mort vers 480, puis sous le règne conjoint des quatre fils de Gondioc.

Deux d'entre eux, Gondemar et Chilpéric II, père de Clotilde, disparaissent durant les années 480, laissant la place à Gondebaud et Godegisile, seuls rois des Burgondes dans les années 490. Cette disparition de deux des frères est l'objet d'un certain nombre d'interrogations.

La mort du père de Clotilde[modifier | modifier le code]

Dans son Histoire des Francs, Grégoire de Tours donne une version plutôt tragique de la disparition de Chilpéric II :

« Gondioc avait été roi des Burgondes …. Il avait eu quatre fils : Gondebaud, Godégisèle, Chilpéric et Gondemar. Gondebaud égorgea Chilpéric son frère et noya la femme de celui-ci en lui attachant une pierre au cou. Il condamna à l'exil ses deux filles ; l'aînée, qui prit l'habit, s'appelait Croma, la plus jeune Clotilde. Or, comme Clovis envoie souvent des ambassades en Bourgogne, la jeune Clotilde est aperçue par ses ambassadeurs. Comme ils l'avaient trouvée élégante et sage et qu'ils avaient su qu'elle était de famille royale, ils l'annoncèrent au roi Clovis. Sans tarder, celui-ci envoie à Gondebaud une ambassade pour la demander en mariage. Ce dernier n'osant pas opposer un refus la remit aux ambassadeurs, et ceux-ci, amenant la jeune fille, la présentant au plus vite au roi. Quand il l'eut vue, le roi fut rempli d'une grande joie et il se l'associa par le mariage, alors qu'il avait déjà d'une concubine un fils nommé Thierry. »

— Grégoire de Tours, Historia Francorum, livre II, paragraphe XXVIII, traduction Robert Latouche, Les Classiques de l'histoire de France au Moyen Âge, volume 27, p. 116-117, in La Bourgogne au Moyen Âge, Académie de Dijon, Centre régional de recherche et de documentation pédagogique, Dijon, 1972.

Selon Grégoire de Tours, le père et la mère de Clotilde ont donc été exécutés par Gondebaud, mais il ne précise pas pour quelles raisons, ni dans quelles circonstances. Clotilde et sa sœur Croma échappent au massacre. Elles sont condamnées à l'exil, mais apparemment, quelques années après, alors que Croma est devenue nonne, Clotilde est présente à la cour de Gondebaud où des ambassadeurs francs la remarquent et la signalent à Clovis, qui la demande en mariage.

Le récit (très court) du massacre a ensuite été repris par le Liber Historiae Francorum, chronique du VIIIe siècle, qui en augmente la portée tragique en introduisant deux fils de Chilpéric, décapités par l'oncle régicide[9].

Quoi qu'il en soit de la réalité de cet épisode, Clotilde a reçu à la cour de Gondebaud une éducation non seulement soignée mais aussi chrétienne, sans doute transmise par la reine chrétienne Carétène que l'on pense épouse de Gondebaud.

Reine des Francs[modifier | modifier le code]

Statue de sainte Clotilde. Notre-Dame de Corbeil. XIIe siècle.

Elle épouse Clovis vers 493 à Soissons[10].

En dépit d'une époque manquant de sources écrites, la vie de Clotilde en tant que reine des Francs était parfois mentionnée en détail dans une biographie de saint Remi de Reims écrite avant que saint Grégoire de Tours ne naisse et citée fréquemment par ce dernier, de laquelle la plupart de renseignements sont adoptés par les historiens contemporaines[11]. La reine chrétienne était donc effectivement protégée par cet évêque et conseiller.

Selon Grégoire de Tours, elle a exercé une influence pour l'amener au baptême. Avant cet événement, dont la date n'est pas connue avec une absolue certitude[12], elle prend même l'initiative de faire baptiser ses deux premiers fils sans prendre l'avis de son époux. Le premier, appelé Ingomer, meurt immédiatement après le baptême[13]. Grégoire de Tours rapporte que le roi en éprouve de l'amertume et en fait le reproche à la reine[14]. La même chose faillit arriver après la naissance de Clodomir (vers 495), mais ce dernier se rétablit. Le couple a d'autres enfants, d'abord deux fils, Childebert (vers 497) et Clotaire (vers 498), puis une fille, Clotilde, qui sont tous baptisés et parviennent à l'âge adulte[10].

Le baptême du roi Clovis et sa sœur Alboflède fut célébré[11] lors d'un Noël, vraisemblablement entre 496 et 499[15],[16].

Clovis et Clotilde résident le plus souvent à Clichy, Épineuil, Chelles, Rueil ou Bonneuil. Après sa victoire de Vouillé sur les Wisigoths en 507, le roi fait de Paris sa capitale[10].

Avant que Clovis ne meure en 511, le couple souverain avait fait bâtir la basilique des Saint-Apôtres sur la rive gauche de la Seine, où le roi fut inhumé[17],[18].

Le veuvage à Tours[modifier | modifier le code]

Selon Grégoire de Tours, la reine restait encore à Paris, en continuant probablement à influencer ses trois fils, Clodomir, Childebert et Clotaire, mais notamment afin de soutenir Clodomir et sa famille[19].

Puis, vraisemblablement à la suite de la mort de Clodomir en 524, Clotilde se retira à Saint-Martin de Tours.

Femme politique, elle les amena à monter une expédition contre le royaume burgonde des fils de Gondebaud, vraisemblablement pour venger ses parents assassinés (selon Grégoire de Tours). Son fils Clodomir fut tué pendant cette guerre, à la bataille de Vézeronce.

Elle tenta de protéger les trois fils de Clodomir, mais ne put sauver que Clodoald, le futur saint Cloud, tandis que les deux autres étaient massacrés par leurs oncles.

Pour secourir sa fille envoyée en Espagne dès 511 (et également prénommée Clotilde), elle poussa Childebert à attaquer l'époux de celle-ci, le roi wisigoth Amalaric qui la maltraitait. À Tours, elle imposa des évêques burgondes réfugiés auprès d'elle.

Veuve très pieuse, Clotilde est la première reine chrétienne qui ait fondé plusieurs établissements religieux. Si, faute de documents sûrs, certains restent légendaires tel l'ancien couvent royal aux Andelys[20],[21], de nos jours, deux édifices sont certainement attribués à cette reine. D'une part, il s'agit de la basilique Saint-Germain d'Auxerre. Des recherches archéologiques indiquent que l'aménagement de celle-ci remonte à l'époque de Clotilde. Comme elle était une princesse de Bourgogne, ce soutien peut être effectivement expliqué[22],[23]. D'autre part, dans la villa royale située à Chelles près de Paris, elle fonda un oratoire dédié à Saint Georges. Les sources furent soigneusement établies en 1971 par un historien allemand[24]. En raison de cette légitimité, sous le règne des premiers Carolingiens, cet établissement devint l'abbaye royale de femmes la plus distinguée à l'époque, en y accueillant la sœur de Charlemagne, Gisèle[25]. De plus, saint Grégoire de Tours attribuait, d'après des manuscrits, l'origine de l'abbaye royale Saint-Martin de Tours à Clotilde, à la fin de l'Histoire des Francs Livre II[26].

D'ailleurs, il est possible que ses dernières années à Tours aient contribué la naissance de cette précieuse chronologie de Grégoire, écrite pendant l'époque de la décadence des petits-fils de Clovis. Car, pour les habitants de Tours, il s'agissait d'une reine pieuse et d'un témoin de la conversion de Clovis et du peuple barbare à la foi catholique, et non d'un personnage légendaire[27].

Décès[modifier | modifier le code]

Elle termina ses jours dans la piété, auprès du tombeau de saint Martin, à Tours où elle mourut, le 3 juin 544, 545 ou 548. Elle fut inhumée par son fils Childebert à Paris aux côtés de son époux Clovis et auprès de ses parents, dans le sacrarium de la basilique des Saints-Apôtres, future abbaye de Sainte-Geneviève, qu'elle avait contribué à fonder[28].

tombeau de Clovis Ier et Sainte Clotilde

Postérité[modifier | modifier le code]

Vénération[modifier | modifier le code]

Vitrail de l'atelier Charles Champigneulle (1895) représentant Sainte Clotilde - Eglise Notre-Dame de Sablé-sur-Sarthe.

Les chanoines de l'abbatiale, fuyant les invasions normandes au IXe siècle, procèdent à la translation de sa châsse au château de Vivières. Lors du retour de ses reliques à la abbaye Sainte-Geneviève de Paris[29], la paroisse de Vivières garde sa tête et un bras dans un reliquaire désormais abrité dans l'église. Un pèlerinage national, dédiée à sainte Clotilde, est annuellement organisé par la paroisse de Vivières. L'organisation est, plus précisément, déléguée à la confrérie sainte Clotilde[30] qui bénéficie, depuis le milieu des années 1980, du soutien du centre Charlier. Existant depuis 1947, il se déroule généralement le troisième dimanche de juin.

Sainte Clotilde est particulièrement vénérée dans la Collégiale Notre-Dame des Andelys depuis qu'en 1656, l'église reçut en relique une côte de la sainte[31].

En 1793, les restes de Clotilde auraient été brûlés[32] pour éviter aux moines génovéfains, détenteurs de ces reliques, la fureur des sans-culottes et lui épargner la profanation révolutionnaire. Ses cendres sont alors déposées dans l'église Saint-Leu-Saint-Gilles et une partie concédées à la basilique Sainte-Clotilde de Reims.

Statue de Clotilde dans la série Reines de France et Femmes illustres du Jardin du Luxembourg à Paris.

L'église Saint-André de l'abbaye de Chelles conserve également une châsse qui lui est attribuée, de même l'église Sainte-Clotilde de Chambourcy.

Voies publiques[modifier | modifier le code]

  • "Rue Clotilde" : à Paris (5e arrondissement), Issy-les-Moulineaux
  • "Rue Sainte Clotilde" : à Lyon (1er arrondissement)
  • "Rue à Clotilde" : à L'Île-d'Yeu, Vendée
  • "Avenue Sainte-Clotilde": à Genève, (quartier de la Jonction)

Patronne de l'aviation légère de l'armée de terre[modifier | modifier le code]

Depuis 1995 l'Aviation légère de l'armée de terre a choisi sainte Clotilde pour patronne. C'est en effet à ses prières que Clovis put être victorieux à Tolbiac en « submergeant l'ennemi sous le feu du ciel », ce qui est précisément aujourd'hui la fonction des hélicoptères de combat de l'armée française.

Tour Clovis dans l'actuel lycée Henri-IV, à Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources
  • Grégoire de Tours, Historia Francorum, traduction de Robert Latouche, Les Classiques de l'histoire de France au Moyen Âge
Ouvrages généraux
  • Stéphane Lebecq, Les Origines franques, Ve - IXe siècle, Seuil (Nouvelle histoire de la France médiévale, 1), 1990, (ISBN 2-02-011552-2), pages 45-60 (première partie, chapitre 1 : « Clovis (481-511) »)
  • Régine Le Jan, Les Mérovingiens, PUF, coll. « Que sais-je », Paris, 2006, 128 p. [ISBN 2-13-055481-4]
Sur Clovis
Sur Clotilde

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Settipani 1993
  2. Écrite aussi Chrodichild, Chrodechilde, Chrodechildis, en latin Chrodigildis ; les formes médiévales du nom (Chlothilde, Clothilde, Clotilde), sont dérivées de ces noms originels.
  3. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des prénoms, Paris, Larousse,‎ 16 septembre 2009 (ISBN 978-2-03-583728-8), p. 132
  4. selon le Larousse 2011 et également selon Christian Bouyer (Dictionnaire des Reines de France, 1992)
  5. La date traditionnelle de 545 n'est pas certaine ; Stéphane Lebecq, Les Origines franques, page 45, indique 544 (son long veuvage de 511 à 544 ; M. Heinzelmann, "Gallische Prosopographie 260-527", dans Francia, 1982, page 584, indique 548, de façon apparemment mieux étayée.
  6. (en) St Clotilda, Catholic Encyclopedia
  7. Sainte Clotilde sur nominis.cef.fr
  8. Michel Rouche, Clovis, Paris, Éditions Fayard, 1996 (ISBN 2-2135-9632-8), page 242.
  9. Sur cette affaire, voir notamment Michel Rouche, Clovis, Paris, Éditions Fayard,‎ 1996 (ISBN 2-2135-9632-8), p. 229-232.
  10. a, b et c Christian Bouyer, Dictionnaire des Reines de France, Librairie académique Perrin, 1992 ISBN 2-262-00789-6
  11. a et b http://books.google.fr/books?id=f-CjsK1EhR4C&pg=PA219 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Livre II, 31 ; Saint Grégoire de Tours ne donnait ni précision du temps ni lieu. Mais, ce livre suggère qu'il s'agit de Reims où la célébration fut tenue. Il écrivit ce passage selon une biographie de saint Remi de Reims, écrite peu après sa mort (saint Grégoire écrivit : « Nous avons encore aujourd'hui un livre de sa vie, où il est dit qu'il resssuscita un mort. »)
  12. Stéphane Lebecq, page 51, le situe en 498 (sous réserves) ; Régine Le Jan, page 14, en 508.
  13. http://books.google.fr/books?id=f-CjsK1EhR4C&pg=209 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Livre II, 29
  14. Rouche 2013, p. 246
  15. Didier Feuer et Jean d'Hendecourt, Dictionnaire des Souverains de France et de leurs épouses, p. 133, Pygmalion, Paris 2006
  16. Claude Gauvard, Joël Cornette et Emmanuel Fureix, Souverains et rois de France, p. 15, Éditions du Chêne, Paris 2005 : « On ignore à quelle date se situe le baptême de Clovis, en 496 ou en 499, mais on sait que la cérémonie a lieu à Noël, par immersion dans le baptistère de Reims dont on a retrouvé les traces archéologiques dans l'allée centrale de la cathédrale gothique, et que l'évêque Remi en a été l'instigateur et le célébrant. »
  17. http://books.google.fr/books?id=f-CjsK1EhR4C&pg=PA261 Grégoire de Tours, livre II, 43
  18. Didier Feuer et Jean d'Hendecourt, Dictionnaire des Souverains de France et de leurs épouses, p. 134
  19. http://books.google.fr/books?id=f-CjsK1EhR4C&pg=PA317 Livre III, 18
  20. http://sanctuaires.coldev.org/index.php?r=cons&sr=cons&id=461
  21. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84472943/f1
  22. http://www.auxerre.culture.gouv.fr/fr/his/f_bas.htm
  23. Auparavant, avant ces recherches archéologiques, cette attiribution était contestée, faute de documents certains. Par exeple, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1976_num_62_168_1574 p. 210
  24. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1975_num_119_3_13148 p. 371
  25. Godefroid Kurth, Clovis, p. 513, Tallandier, 2000
  26. Selon la traduction de François Guizot. Celle de Joseph Guadet ne mentionnait que son séjour. Donc, cela dépendrait des manuscrits.
  27. http://expositions.bnf.fr/carolingiens/antho/02.htm site officiel de la BNF, Trésors carolingiens
  28. Grégoire de Tours, L'Histoire des Francs, J.-L.-J. Brière,‎ 1823, p. 152
  29. Une châsse opulente conservait ses restes. Source : Acta Sanctorum, t. I, p. 293
  30. Page internet de la Confrérie sainte Clotilde
  31. La sépulture de Clovis et la nécropole royale mérovingienne
  32. Clotilde reine et sainte

Liens externes[modifier | modifier le code]