Bertrade de Laon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthe et Bertrade.

Bertrade de Laon

Description de cette image, également commentée ci-après

Gisant de Bertrade de Laon à la basilique de Saint-Denis, France.

Alias
Berthe au Grand Pied
Naissance 720
Décès
Choisy-au-Bac
Nationalité Franque
Ascendants
Conjoint
Descendants
Charlemagne
Carloman
Gisèle
Pépin
Berthe
Rothaïde
Isbergues
Adélaïde

Bertrade de Laon, ou Berthe de Laon, traditionnellement appelée Berthe au Grand Pied, née vers 720, morte le 12 juillet 783 à Choisy-au-Bac près de Compiègne [1], est une aristocrate franque de l'époque carolingienne, épouse de Pépin le Bref et mère de Charlemagne.

Son surnom de « Berthe au Grand Pied  »[modifier | modifier le code]

Il est attesté au XIIIe siècle par le poème d'Adenet le Roi, Li roumans de Berte aus grands piés [2].

L'origine pourrait être que Bertrade ait été affligée d'un pied-bot [3], bien que cela ne soit pas évoqué dans Li roumans… Il est possible aussi qu’il s’agisse de la reprise d’une légende très ancienne liée à une déesse germanique, Perchta, ce défaut étant attribué à d’autres reines réelles ou fictives nommées Berthe, ainsi qu’à plusieurs saintes chrétiennes et à la mythique reine Pédauque[4],[5]. Pour Carlo Ginzburg, cette caractéristique d'« asymétrie déambulatoire » qu'on retrouve dans de nombreux mythes et légendes d'Europe et d'Asie signale un être qui fait le lien entre notre monde et l'autre monde [6]. Antonio Pasqualino, reprenant cette idée, considère que décrire ainsi la mère de Charlemagne contribue à sacraliser la puissance de ce dernier [7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Elle est la fille du comte Caribert de Laon, dont la mère, Bertrade de Prüm, cofondatrice du monastère de Prüm, est peut-être une fille du roi mérovingien Thierry III[8], et dont le père est probablement apparenté aux Hugobertides[9].

Son mariage avec Pépin[modifier | modifier le code]

Le mariage de Bertrade avec Pépin pose un certain nombre de problèmes.

La documentation contemporaine, étudiée par l'historien Léon Levillain[10] (1870-1952), reprise ensuite par Christian Settipani[11] cite Bertrade comme unique épouse[12] de Pépin le Bref. Certains écrits indiquent cependant que Pépin a d'abord été marié avec Leutburgie ou Leutberga dont il aurait eu cinq enfants[13], totalement inconnus par ailleurs. Cette légende de première épouse vient peut-être de Li Roumans de Berte aus grans piés, dans lequel l'auteur donne effectivement une première épouse nommée Leutburgie à Pépin.

La date de leur mariage a été sujette à discussion. Les Annales de Prüm mentionnent 743 ou 744 et les Annales de Saint-Bertin, écrites une centaine d'années plus tard, indiquent 749[réf. à confirmer][14]. En tout cas, Pépin n'est alors que maire du palais.

La date de la naissance de Charlemagne[15] a également été sujet de discussion. Selon Eginhard[16], dans sa Vita Caroli, Charlemagne avait soixante-douze ans à son décès en 814. Mais il est apparu qu'il paraphrase la Vie des douze Césars de Suétone, ce qui rend son témoignage incertain. En 755, un clerc irlandais du nom de Cathuulf rappelle à Charlemagne que tout le clergé s'était mis en prière pour que le roi et la reine aient un enfant : cela suppose une naissance forcément légitime, pour que le clergé fasse une telle action et plusieurs années après le mariage. Les Annales Petaviani donnent la date de 747, mais elles précisent également que Charlemagne est né après le départ de son oncle Carloman pour Rome, évènement qui a eu lieu après le , car à cette date Carloman signe une charte en faveur de l'abbé Anglinus de Stavelot-Malmédy[17]. De plus, en 747, Pâques tombe le 2 avril et les chroniqueurs n'auraient pas manqué de signaler cette coïncidence. C'est pour ces raisons que la naissance de Charlemagne est probablement à dater du , et le mariage de ses parents à 743 ou 744[18].

Elle donne naissance à Carloman en 751[19], l'année où Pépin le Bref devient roi des Francs après la déposition du dernier roi mérovingien Childéric III. Elle est couronnée avec son mari à Soissons[20].

En juillet 754, lors du sacre de son époux à Saint-Denis[21],[14], elle reçoit la bénédiction du pape Étienne II, ainsi que Charles et Carloman.

Dotée d'un caractère doux et affable, Berthe est très active pendant le règne de son mari à qui elle donne souvent des conseils[réf. nécessaire][22].

Cependant quelques années plus tard, Pépin le Bref envisage de la répudier pour des raisons non connues, mais le pape s'y oppose[23]. Selon Settipani, Pépin voulait épouser une femme nommée Angla, fille de Theodrade[19].

Après la mort de Pépin (768)[modifier | modifier le code]

Charles et Carloman deviennent tous deux rois des Francs, le royaume étant partagé entre eux, conformément à la coutume franque. Bertrade s'efforce de garder une certaine influence sur eux. Elle arrange notamment le mariage en 770 de Charles avec Désirée de Lombardie, mais il la répudie dès 771[24]. Elle tente également de maintenir l'entente entre les deux frères[19].

À la mort de son frère en 771, Charles s'empare de ses possessions au détriment de ses neveux. Il écarte alors sa mère qui quitte la cour[25] pour se retirer à Choisy-au-Bac qui est une résidence royale dès l'époque mérovingienne, lieu d'inhumation de certains rois mérovingiens (dans l'église Saint-Étienne) [26]; près de Compiègne où elle meurt en 783[27].

Elle est inhumée à l'abbaye de Saint-Denis, auprès de Pépin le Bref[28].

Descendance[modifier | modifier le code]

Du mariage de Pépin le Bref et de Bertrade de Laon sont nés[29] :

Inspiration littéraire[modifier | modifier le code]

Berthe a inspiré le trouvère Adenet le Roi, qui écrit en 1270 Li Roumans de Berte aus grans piés. Dans ce poème en alexandrins, il est question d'une substitution lors du mariage de Pépin, qui est trompé et épouse une fausse reine, ressemblant étonnamment à sa promise Berte, princesse de Hongrie. Cette dernière est finalement reconnue grâce à la longueur de ses pieds.

« Berte au grant pié » est également citée dans la Ballade des dames du temps jadis de François Villon, dans la troisième strophe :

« La reine blanche comme lis,
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Biétris, Alis,
Haremburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen
Où sont-ils, Vierge Souveraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?
 »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Viard, archiviste paléographe, conservateur aux Archives nationales Les grandes chroniques de France 1923, p. 51
  2. Auguste Scheler,''Li rouman de Berte aus grands piés, d'après le manuscrit de l'Arsenal, BiblioBazaar, LLC, 2009
  3. Elle est cependant affligée d’un pied bot p. 54. Cette source ne paraît pas fiable à 100 %, ne s'appuyant sur aucune source d'époque.
  4. Grimm, Jacob (1835). Deutsche Mythologie ch.13, p.8 traduction anglaise Grimm’s Teutonic Mythology
  5. Encyclopeadia universalis en ligne Les contes de ma mère l’oye
  6. Carlo Ginzburg Mythes, emblèmes, traces ; morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989 p 206-251
  7. Antonio Pasqualino Le vie del cavalière dall'epica médiévale alla cultura popolare Milano, Bompiani, 1992: 17 cité dans Salvatore D'Onofrio L'esprit de la parenté: Europe et horizon chrétien, 2004, editions de la MSH p230-231
  8. Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne, Paris,‎ 1989, 170 p. (ISBN 2-906483-28-1).
  9. Il est aussi présenté par certains historiens(cf. Settipani 2000, p. 18, et Hervé Pinoteau, La symbolique royale française, Ve - XVIIIe siècle, P.S.R. éditions, 2004, p. 43.) comme un robertien, descendant du comte de Laon Hervé, et probablement oncle de Robert Ier de Hesbaye
  10. Nécrologie- Léon Levillain sur le site Persée
  11. Settipani 1993, p. 180-7.
  12. Léon Levillain,Études mérovingiennes : la charte de Clotilde (10 mars 673), 1944, p. 55
  13. Alix Ducret, Les femmes et le pouvoir dans l'histoire de France, Studyrama, 2007.
  14. a et b Settipani 1993, p. 184.
  15. Voir la page Charlemagne pour une étude détaillée du sujet
  16. Les autres chroniques annonent leur ignorance sur le sujet.
  17. Prosopographie de l'abbé Anglinus de Stavelot-Malmédy
  18. Settipani 1993, p. 188.
  19. a, b et c Settipani 1993, p. 185.
  20. Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique Mémoires couronnés et autres mémoires 1861, p. 97
  21. Guillaume Bernard Introduction à l'histoire du droit et des institutions 2004, p. 91
  22. Ces indications se trouvent dans la Biographie universelle, ancienne et moderne…, datée de 1811, sous la plumeLouis Gabriel Michaud et Joseph-François Michaud (cf. [1], p. 348, mais ne sont pas étayées par des sources d'époque.
  23. Bibliothèque de l'École des chartes Bulletin bibliographique, 1943, p. 59.
  24. Et en 773, Charlemagne entre en guerre contre Didier de Lombardie, devenant roi des Lombards en 774.
  25. En 771, la cour est encore itinérante ; Aix-la-Chapelle devient résidence principale seulement au cours des années 790.
  26. la présence d'une abbaye est signalée, mais de façon pas très claire.
  27. Le 4 des nones de juillet, soit le . Cf Settipani, page 185
  28. Plan des tombeaux de la basilique.
  29. Settipani 1993, p. 185-7.