Frédérune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frédérune[1] ou Frérone, née vers 885/887, morte le 10 février 917, est une sœur de l'évêque Beuve II (Bovo, Bovon) de Châlons-en-Champagne, et parente de Mathilde de Ringelheim la deuxième épouse du roi Henri Ier de Germanie[2].

Le 16 avril 907, la noble Frederuna épouse le roi Charles le Simple[3], lui apportant de puissants alliés. Le roi constitue pour elle, au palais d'Attigny, un douaire comprenant le fisc de Corbeny et le palais de Ponthion[4], avec l'ensemble de leurs dépendances[5],[6]. Mais elle ne donne au roi que des filles, ce qui entraîne un réel problème de succession. Son effacement de la scène publique a laissé supposer qu'elle aurait été délaissée par son mari, ce qui est sans fondement.

La France est confrontée aux invasions normandes, le traité de Saint-Clair-sur-Epte accorde à Rollon, chef des Normands, un territoire qui deviendra l'actuelle Normandie. Leur fille, Gisèle, lui est donnée en mariage.

Frédérune décède prématurément le 10 février 917, peut être en couche, et est inhumée dans le chœur de la basilique Saint-Remi de Reims.

Enfants[modifier | modifier le code]

  • Ermentrude de France (908-?), épouse vers 934 le comte Godefroy de Juliers[7] (v.910-v.949), fils du comte Gérard Ier de Metz ;
  • Gisèle de France (908-?), épouse vers 912 Rollon de Normandie
  • Frédérune de France (vers 910-?) ;
  • Rothrude de France (910-?)
  • Adélaïde de France (911-?)
  • Hildegarde de France (914-?)[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Généalogie de Frederuna sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  2. Alain de Sancy, Les ducs de Normandie et les rois de France: 911-1204, Fernand Lanore, 1996, p. 141
  3. Société historique de Compiègne, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Corneille de Compiègne, tome 3, Imprimerie J. Bellin, 1904, p. 9
  4. François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan, Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, École française de Rome, 2002, p. 473
  5. Philippe Depreux, « Princes, princesses et nobles étrangers auprès des rois mérovingiens et carolingiens : alliés hôtes ou otages? » (p. 133-154), in Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, L'Étranger au Moyen Âge, Congrès de la SUMES (Gottingen, juin 1999), Publications de la Sorbonne, 2000, 308 pages, p. 145, note 133 (ISBN 9782859444075).
  6. Annie Renoux (éd.), Palais royaux et princiers au Moyen Âge: actes du colloque international tenu au Mans les 6-7 et 8 octobre 1994, Publications de l'Université du Maine, 1996, 217 pages, p. 109 (ISBN 9782904037221).
  7. (en) Généalogie de Godefroy de Juliers sur le site Medieval Lands
  8. http://www.authome.be/index.php?option=com_content&task=view&id=26

Liens externes[modifier | modifier le code]