Adèle de Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alix de Champagne.
Adèle de Champagne
Adèle de Champagne et Louis VII dans une enluminure du XIVe siècle
Adèle de Champagne et Louis VII dans une enluminure du XIVe siècle

Titre Reine consort des Francs
Prédécesseur Constance de Castille
Successeur Isabelle de Hainaut
Autres fonctions régente sous Philippe Auguste
Biographie
Nom de naissance Alice de Champagne
Naissance vers 1140
Décès 4 juin 1206
Paris, Royaume de France
Père Thibaut IV de Blois
Mère Mathilde de Carinthie
Conjoint Louis VII de France
Enfants Philippe Auguste
Agnès de France

Adèle ou Alix ou Alice de Champagne, née vers 1140 et morte le 4 juin 1206 à Paris, est reine consort des Francs par son mariage avec Louis VII de France. Elle est fille du comte de Champagne et de Blois Thibaut IV et de Mathilde de Carinthie.

Elle est donc la sœur du comte de Champagne Henri Ier le Libéral, du comte de Blois Thibaut V, de Guillaume aux Blanches Mains, archevêque de Reims, et d'Étienne, comte de Sancerre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adèle de Champagne devient la troisième épouse de Louis VII le 13 novembre 1160 et est sacrée le jour-même. Ce dernier n'a pas eu de fils de ses deux premiers mariages, le premier avec Aliénor d'Aquitaine qu'il avait fait annuler en 1152 et le second avec Constance de Castille, morte en 1160.

Elle donne au roi deux enfants :

Sa position de mère de l'héritier tant attendu lui donne une influence importante sur son mari et lui permet de favoriser sa famille. Ses frères Henri Ier de Champagne et Thibaut V de Blois deviennent en 1164 les gendres du roi en épousant respectivement Marie et Alix de France, filles de Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine, et son troisième frère Guillaume aux Blanches Mains est pourvu du diocèse de Chartres en 1164.

Avec la maladie du roi, son fils Philippe est sacré roi le 1er novembre 1179 et associé au trône. Une lutte de pouvoir éclate entre la reine et son fils et Philippe négocie son mariage avec Isabelle de Hainaut pour se ménager des alliés au sien des comtes de Flandre et de Hainaut et contrebalancer l'influence du clan de Blois-Champagne. Louis VII meurt le 18 septembre 1180 et Philippe lui succède. Il se réconcilie avec sa mère, qui tente de rompre le mariage avec Isabelle, mais la naissance d'un héritier fait échouer ses manœuvres.

Lors de son absence en croisades, Philippe Auguste lui confie la régence du royaume. Au retour du roi, en 1192, la reine Adèle s'efface et participe à la fondation d'abbayes, telle l'abbaye du Jard. Elle meurt en juin 1206 et est inhumée dans l'église de l'abbaye de Pontigny, près d'Auxerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • BAILLY A. Les Grands Capétiens, Paris, 1952
  • GOBRY I. Louis VII, Paris, 2003
  • MEXANDEAU L. Les Capétiens, lausanne, 1969
  • PACAUT M. Louis VII et son royaume, Paris, 1978
  • PERNOUD R. Aliénor d'Aquitaine, Paris, 1978
  • SASSIER Y. Louis VII, Paris, 1991
  • SUGER, abbé, Histoire du roi Louis VII, Paris, 1887
  • ZELLER B. et LUCHAIRE A. Les Capétiens du XIIe siècle, Louis VI et Louis VII, Extraits de Suger, des chroniques de Saint- Denis, des lettres de saint Bernard, etc., Paris, 1882

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ivan Gobry, Louis VII Le Jeune

Voir aussi[modifier | modifier le code]