Montmirey-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montmirey-le-Château
Mairie et monument aux morts de Montmirey-le-Château
Mairie et monument aux morts de Montmirey-le-Château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Montmirey-le-Château
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Nord-Ouest Jura
Maire
Mandat
Monique Vuillemin
2014-2020
Code postal 39290
Code commune 39361
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 28″ N 5° 32′ 07″ E / 47.2244444444, 5.5352777777847° 13′ 28″ Nord 5° 32′ 07″ Est / 47.2244444444, 5.53527777778  
Altitude Min. 204 m – Max. 293 m
Superficie 8,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmirey-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmirey-le-Château

Montmirey-le-Château est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champagney
Pointre
Dammartin-Marpain Rose des vents
Montmirey-la-Ville N Brans
Offlanges
O    Montmirey-le-Château    E
S
Moissey

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Montmirey et son château se trouvaient dans le bailliage de Dole et étaient souvent le lieu de résidence des comtes de Bourgogne comme le prouve plusieurs de leurs chartes souvent datées de cet endroit. Philippe Ier de Bourgogne, dit Philippe de Rouvre donnait cette terre à Amédée IV de Genève ; Hugues II de Chalon-Arlay en devenait propriétaire par son mariage avec Blanche, fille d'Amédée III de Genève. En 1398 le duc Philippe II de Bourgogne, dit Philippe le Hardi, la réunissait à son domaine[1].

Cette terre comprenait un fief qui avait donné son nom à la maison dont était issu les seigneurs de Montmirey dont le premier connu est Guillaume de Montmirey qui était témoin, vers l'an 1092, de la donation faite à l'église de Besançon par Étiennette de Bourgogne, épouse de Guillaume Ier de Bourgogne. En 1136 Hugues de Montmirey contribuait à la fondation de l'abbaye d'Accey avec Renaud III de Bourgogne et Simonin de Montmirey, écuyer se déclarait homme lige de Jean Ier de Chalon-Arlay en novembre 1293[1].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Montmirey-les-Charmes[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1887   Pyot    
1987 2004 Robert Roy[3]    
2004 2010 Gérard Comunetti[4]    
2010 en cours Monique Vuillemin    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 164 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406 416 461 433 436 456 471 475 482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
470 472 423 410 419 386 404 355 324
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
297 275 271 217 191 187 179 180 166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
157 121 137 127 123 145 190 196 168
2011 - - - - - - - -
164 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruine d'un château médiéval datant de Mahaut d'Artois, ennemie jurée du seigneur de Rochefort (début du XIVe siècle).
  • Croix, à la sortie dir. Montmirey-la-Ville, Rue de l'Église et Route de Brans
  • Église de la Nativité-de-la-Vierge, Rue de l'Église
  • Fontaines, Rue de Champagney et à La Ruelle (sur la route de Brans)
  • Lavoir-fontaine, Grande Rue
  • Mairie, Rue de l'Église
  • Monument aux morts, Rue de l'Église
  • Statue mariale, Rue de l'Église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, édition Jean-Antoine Vieille, 1757, p.  280 à 282 books.google.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b histoire généalogique des sires de Salins
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Montmirey-le-Château », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 8 janvier 2013)
  3. Jean Bourge, « Robert Roy salué à son départ de la mairie », La Voix du Jura, 13 janvier 2005, p. 40
  4. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011