Bréal-sous-Montfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bréal-sous-Montfort
Clocher de l'église Saint-Malo
Clocher de l'église Saint-Malo
Blason de Bréal-sous-Montfort
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Plélan-le-Grand
Intercommunalité Communauté de communes de Brocéliande
Maire
Mandat
Bernard Éthoré
2014-2020
Code postal 35310
Code commune 35037
Démographie
Gentilé Bréalais
Population
municipale
5 136 hab. (2011)
Densité 152 hab./km2
Population
aire urbaine
15 104 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 55″ N 1° 51′ 55″ O / 48.0486111111, -1.86527777778 ()48° 02′ 55″ Nord 1° 51′ 55″ Ouest / 48.0486111111, -1.86527777778 ()  
Altitude 50 m (min. : 19 m) (max. : 82 m)
Superficie 33,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort
Liens
Site web www.brealsousmontfort.fr

Bréal-sous-Montfort est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Bréal-sous-Monfort est située à environ 15 km de Rennes sur l'axe Rennes-Lorient. Elle est traversée par un cours d'eau: le Meu. Les communes voisines sont : Saint-Thurial, Baulon, Goven, Le Verger, Mordelles.

Communes limitrophes de Bréal-sous-Montfort
Le Verger Mordelles
Saint-Thurial Bréal-sous-Montfort
Baulon Goven

Bréal-sous-Monfort n’est limitrophe de Baulon que sur un cinquantaine de mètres. Par contre, la commune n’est pas limitrophe de Chavagne dont la frontière est distante de deux cents de mètres environ.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Meu constitue la frontière nord-est de la commune, la séparant de Mordelles. De nombreux étangs sont situés le long du Meu. Il a plusieurs petits affluents : le ruisseau de la Roche, le ruisseau de la Chaise, le ruisseau de Rohuel, le ruisseau de la Crublais, etc.

L’étang de la Roche se trouve au sud de la commune, non loin du bourg de Goven. Il se déverse dans le ruisseau de la Roche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bréal est mentionnée dès 1152[réf. nécessaire], le prieuré Sainte-Madeleine dépend de l'abbaye de Paimpont. Bréal dispose du titre de ville au Moyen Âge, qui lui donne le droit de haute justice. La ville possède son auditoire et sa prison. La seigneurie de bréal provient peut-être d'un démembrement de la baronnie de Lohéac. Les nombreux manoirs et les maisons à pan de bois du bourg témoignent du développement médiéval de Bréal.

Le 13 août 1532, François dauphin de France fils de Claude de France et François Ier couche à Bréal. Le lendemain, il sera couronné Duc de Bretagne à Rennes. Les armes de la commune de Bréal reprennent celles de François.

1860, Bréal devient Bréal-sous-Montfort.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé, au premier et au quatrième d’or à un dauphin d’azur, allumé et oreillé d’argent, au deuxième et au troisième d’hermine plain.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2014 Joseph Durand DVD Retraité - Président Communauté de communes de Brocéliande (2001-2008)
mars 2014 en cours Bernard Ethoré DVD Cadre de l'industrie automobile
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 136 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 135 2 117 2 152 2 256 2 196 2 198 2 133 2 158 2 271
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 239 2 258 2 186 2 170 2 185 2 252 2 228 2 272 2 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 128 2 126 2 117 1 757 1 821 1 812 1 793 1 744 1 731
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 616 1 771 2 518 3 117 3 399 3 825 4 484 4 577 5 136
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Transports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bréal-sous-Montfort compte 4 monuments historiques et 233 bâtiments inventoriés[3] :

  • le site gallo-romain de la Bouexière, inscrit par arrêté du 14 mars 2000[4],
  • la croix de l’ancien cimetière, édifiée au XVIe siècle, inscrite par arrêté du 8 mai 1933[5],
  • le Château du Molant, édifié entre 1775 et 1786, classé avec ses dépendances et ses abords par arrêté du 9 septembre 1993[6] ,(Propriété de la famille du Boberil).
  • le Château de la Haute-Forêt, construit de 1858 à 1866 par l’architecte Jacques Mellet ; il a été inscrit avec ses dépendances et son parc par arrêté du 5 juillet 2007[7].

Parmi les autres éléments du patrimoine de la commune, on peut signaler :

  • le Château des Longrais, propriété de la famille du Halgouët,
  • le moulin de la Roche, sur la route de Goven,
  • le manoir de Bernial, construit au XVe siècle,
  • le manoir de Cayer, construit au XVe siècle,
  • une maison à pan de bois, rue de Goven datée du XVIIe siècle,
  • les jardins de Brocéliande,
  • l’église Saint-Malo, construite au XVIIe siècle et rénovée en 1829. Elle vient de faire l'objet d'une étude de restauration de deux retables (lavallois) et du statuaire, y compris toile peinte par l'artiste peintre, restaurateur d'art Alain Plesse.

Festival[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, chaque fin août se tient le festival du Roi Arthur (excepté en 2010). Dans ce festival plusieurs groupes se sont succédé dont les Fatals Picards, Raggasonic, Elmer Food Beat, Shaka Ponk, N&SK, Les Ramoneurs de menhirs, Naive New Beaters et Pierre Perret

Infrastructures et activités[modifier | modifier le code]

  • Deux salles de sport
  • Courts de tennis couverts
  • Deux terrains de football en herbe et un en stabilisé
  • Soccer extérieur (football,basket)
  • System Jeunes
  • McDonald's
  • Carrefour Market
  • Cinema La Bobine, cinéma associatif, équipé de deux salles 3D
  • Le Jardin de Brocéliande est un parc floral avec jeux et activités

Sports[modifier | modifier le code]

  • En baseball, l'équipe des Black Panthers joue à un bon niveau avec plusieurs joueurs jouant en équipe de Bretagne ou bien sélectionnés en équipe de France
  • En football, le GJ (Groupement Jeunes) entre Bréal-sous-Montfort, Chavagne, Saint-Thurial permet de faire jouer plusieurs équipes dans chaque catégories.
  • Un championnat du Monde de moto trial a lieu au terrain bréalais de Cossinade tous les 5 ans (normalement) mais aussi des championnat de France et de Bretagne. Toutes ces épreuves sont dirigées par l'association loi 1901 de l'ACL de Bréal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jéran Bricaud champion de Bretagne de vélo trial.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Lefevre, Bréal-sous-Montfort. Étude démographique 1740-1789, Rennes, 1984, 79 p., (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 389).


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]