Baulon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baulon
Les Halles et la mairie de Baulon.
Les Halles et la mairie de Baulon.
Blason de Baulon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Guichen
Intercommunalité Vallons de Haute-Bretagne communauté
Maire
Mandat
Jean-Paul Riu
2014-2020
Code postal 35580
Code commune 35016
Démographie
Gentilé Baulonnais
Population
municipale
1 999 hab. (2011)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 10″ N 1° 55′ 50″ O / 47.9861111111, -1.9305555555647° 59′ 10″ Nord 1° 55′ 50″ Ouest / 47.9861111111, -1.93055555556  
Altitude 90 m (min. : 48 m) (max. : 124 m)
Superficie 25,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Baulon

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Baulon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baulon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baulon
Liens
Site web www.baulon.fr

Baulon est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Baulon est située à environ 25 km au sud-ouest de Rennes. Elle est traversée par le Canut.

Communes limitrophes de Baulon
Le Verger Saint-Thurial Goven
Maxent Baulon Lassy
Bovel La Chapelle-Bouëxic Guignen

Du point de vue de la richesse de la flore, Baulon compte parmi les communes du département possédant dans leurs différents biotopes le plus de taxons, soit 517 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1373 taxons (118 familles). On compte notamment 44 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207), 24 taxons protégés et 30 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237) [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la seigneurie appartient aux seigneurs de Baulon. Le blason de Baulon « de vair au sautoir de gueules » est daté de 1378. La famille de Baulon s'éteint à la fin du XVe siècle.

La famille de Brullon succède aux Baulon. Les Brullon font construire des halles et organisent des foires à partir de 1574. En 1584, Pierre Brullon reçoit du roi, Henri III de France, le droit de rendre la justice dans la seigneurie de la Musse. Il fait édifier « la maison de la geôle » qui sert de cour de justice et de prison.

Au XVIIIe siècle trois foires importantes se tenaient à Baulon :

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[2]. Baulon fête aussi la création de la République[3].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1994, la commune de Baulon a adhérée à la communauté de communes du canton de Guichen avec l'adoption du principe de la taxe professionnelle communautaire. Il n'y a pas de zone d'activités sur le territoire de la commune.

Actuellement, la commune compte une quinzaine d'exploitations agricoles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Baulon
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1931 Victor Charpentier -  
1931 1935 Auguste Tournedouet -  
1935 1971 Alphonse de Pioger DvD Conseiller général (1951-1970)
1971 1977 Victor Coignard -  
1977 1989 René Chesnais (1922-2014) - général de Corps Aérien
1989 2006 René Leray - Exploitant agricole
2006 2008 Jean-Paul Théaudin -  
2008 en cours Jean-Paul Riu[4] PS Informaticien
Les données manquantes sont à compléter.

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

En mars 2014 deux listes s'affrontent à Baulon pour les élections municipales. Les listes sont conduites par Jean-Paul Riu, maire depuis 2008 apparenté Parti Socialiste et Divers Gauche (PS) et Stéphane David apparenté Divers Droite DvD, conseiller municipal depuis 2008.

La liste de Jean-Paul Riu (Parti socialiste) obtient 57,93 % des voix et obtient 15 sièges, contre celle de Stéphane David (divers droite) qui obtient 42,07 % des voix et 4 sièges[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 999 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 368 1 478 1 304 1 386 1 416 1 475 1 421 1 489 1 512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 536 1 525 1 543 1 547 1 554 1 613 1 674 1 737 1 778
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 659 1 628 1 567 1 401 1 357 1 345 1 290 1 189 1 072
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 033 893 867 907 1 132 1 324 1 785 1 902 1 999
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Tugdual : construite de 1831 à 1849[8].
  • Le château de la petite Musse : construit à partir du XVe siècle[9].
  • Le château de la Grande Musse : construit dans la seconde moitié du XIXe siècle.
  • La maison de la geôle : construite au XVIe siècle, elle abritait la cour de justice et la prison de la seigneurie de la Musse.
  • Le Moulin à eau, du Pont-au-Prieur : construit au XIXe siècle.
  • Plusieurs manoirs : le Châtellier[10], la Chaise[11]
  • Étang de la Musse, 35 ha, exemple d'étang oligo-mésotrophe en Ille-et-Vilaine[12]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Baulon
  • Description : De vair au sautoir de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  2. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  3. Dubreuil, Fêtes…, p. 401
  4. « Ils ont été élus maires », Dimanche Ouest-France (éd. Ille-et-Vilaine), no 535,‎ 23 mars 2008, p. 10-13 (ISSN 1285-7688)
  5. Résultats officiels sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. « Notice no IA00007401 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no IA00007399 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no IA00007400 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no IA00007398 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 64.

Liens externes[modifier | modifier le code]