Astérix et Cléopâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astérix et Cléopâtre (homonymie).
Astérix et Cléopâtre
6e album de la série Astérix
Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix,
Numérobis, Panoramix

Éditeur Dargaud
Première publication 1965
ISBN 2-01-210138-0

Prépublication 5 décembre 1963
Albums de la série Astérix
Précédent Le Tour de Gaule d'Astérix Le Combat des chefs Suivant

Astérix et Cléopâtre est le sixième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du no 215 (5 décembre 1963) au no 257 (24 septembre 1964). L’album, publié en 1965, a été tiré en 100 000 exemplaires. Il contient de nombreux anachronismes, dont évidemment la date (-47, date des campagnes d'Egypte et pas -50) et une Cleopatre orientale (alors qu'elle était grecque).

L’album a été adaptée en dessin animé en 1968 sous le même titre puis en film en 2002 sous le nom Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L'annonce de Pilote, magazine dans lequel l'histoire est pré-publiée dès décembre 1963, disait de la conception de cet album :

« 14 litres d’encre de chine, 30 pinceaux, 62 crayons à mine grasse, 1 crayon à mine dure, 27 gommes à effacer, 38 kilos de papier, 16 rubans de machine à écrire, 2 machines à écrire, 67 litres de bière ont été nécessaires à la réalisation de cette aventure[1]. »

Adaptations[modifier | modifier le code]

En 1968, soit 5 ans après la conception de l'album, René Goscinny et Albert Uderzo décident d'adapter leur ouvrage en un film d'animation, continuant ainsi le projet lancé une année plus tôt avec le long-métrage d'animation, Astérix le Gaulois. Pour cela, ils collaborent, tout comme donc ils l'avaient fait en 1967, avec Pierre Tchernia, cinéaste et ami des deux auteurs, et les studios Belvision, spécialisés dans l'adaptation à l'écran de bande-dessinées franco-belges. Le film sort le 19 décembre.

En 2001, c'est l'humoriste Alain Chabat qui s'attelle à l'adaptation de l'album pour un film avec de véritables acteurs cette fois-ci. Rédigeant un scénario très librement adapté et s'entourant de multiples comédiens connus et reconnus (Jamel Debbouze, Gérard Depardieu, Christian Clavier, Monica Bellucci, Gérard Darmon, Édouard Baer...) Alain Chabat réalise le film qui deviendra « numéro 1 du box-office annuel en France » en 2002, après sa sortie le 30 janvier, mais qui est aussi un succès critique : César des meilleurs costumes pour Philippe Guillotel, Tanino Liberatore et Florence Sadaune en 2003 et nominations dans les catégories : meilleur décor pour Hoang Thanh At et meilleur acteur dans un second rôle à la fois pour Gérard Darmon et Jamel Debbouze, toujours aux Césars 2003, ainsi qu'au European Film Awards 2002, dans la catégorie meilleur acteur cette fois pour Alain Chabat qui y jouait aussi le rôle de César[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jules César nargue Cléopâtre : les Romains construisent des temples et des forums magnifiques alors que les Égyptiens ne construisent plus rien depuis les pyramides. Vexée, Cléopâtre charge son architecte Numérobis de bâtir un palais pour César en trois mois. Pour Numérobis, sa seule chance de venir au bout de cette tâche malgré l'obstruction des Romains est de demander l'aide de son vieil ami Panoramix. Le druide part donc pour l'Égypte lui prêter main-forte, accompagné d'Astérix et Obélix. À noter, que c'est dans cet album que Panoramix donne pour la première fois de la potion magique à Obélix[1].

Les personnages[modifier | modifier le code]

On peut aussi mentionner le nom du Napadélis, le... bateau de Numérobis.

Analyse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Goscinny et Uderzo ont eu l'idée de l'histoire après avoir vu ensemble le film Cléopâtre, de Joseph L. Mankiewicz, une superproduction sortie en 1963 et mettant en vedette Elizabeth Taylor dans le rôle-titre. L'album fait plusieurs clins d'œil au film :
    • La couverture de l'album (illustration et graphisme) parodie l'une des affiches du film[3] et fait un inventaire du matériel utilisé pour la réalisation de l'œuvre, à l'instar de la liste des moyens colossaux nécessaires à la réalisation du film[1].
    • Plusieurs éléments du décor du film sont reproduits dans l'album : le trône surmonté de la statue du dieu faucon Horus (p. 6), le gigantesque sphinx roulant qui sert aux déplacements « incognito » de la reine (p. 27), le trône à porteurs (p. 43) et la galère royale (p. 46-48).
    • La variété des tenues portées par Cléopâtre tout au long de l'album fait allusion aux très nombreux changements de costumes d'Elizabeth Taylor dans le film (pas moins de 65 robes, un record à l'époque), qui expliquent aussi l'exclamation de la reine en furie à un moment dramatique de l'album (p. 44) : « Je suis sortie du palais en courant, sans prendre le temps de me changer, quand j'ai appris ce qui se passait ! »
  • C'est sous les traits du scénariste Goscinny que le dessinateur Uderzo a représenté le scribe Misenplis.
  • La « situation accroupie » du scribe Misenplis (p. 12) fait référence au scribe accroupi, célèbre sculpture égyptienne exposée au musée du Louvre.
  • « La collation préférée de Cléopâtre : des perles dissoutes dans le vinaigre » (p. 11) : allusion à une anecdote rapportée par les auteurs romains (notamment Pline l'Ancien dans le livre IX de son Histoire naturelle) et selon laquelle Cléopâtre, pour impressionner Antoine par le luxe de ses repas, avait fait dissoudre une énorme perle de très grande valeur dans du vinaigre avant de le boire.
  • Cet album fait référence à la première grève répertoriée de l'histoire, celle-ci ayant eu lieu en Égypte en l'an 29 du règne de Ramsès III (soit bien avant Astérix), à Deir el-Médineh. Les ouvriers chargés de la décoration des monuments de la Vallée des rois protestaient contre le retard de ravitaillement[4].

Éléments humoristiques[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Suit la liste chronologique des principaux éléments humoristiques de l'album[5] :

  • p. 5 : « Si son nez eût été plus court, il eût changé la face du monde. » (à propos de Cléopâtre), allusion au nez de ladite reine d’Égypte et à une citation de Blaise Pascal dans ses Pensées qui plus tard reviendra souvent dans l'album.
  • p. 5 : Allusion au nez de Cléopâtre et jeu de mots avec l'expression « la moutarde lui monte au nez » qui veut dire que l'impatience, la colère la gagne.
  • p. 7 : Jeu de mots entre « dresser » au sens habituer (un être vivant) à faire docilement et régulièrement quelque chose, et « dresser » la table = mettre la table (ou les couverts).
  • p. 7 : Jeu de mots avec la ressemblance phonétique entre « étrange » au sens bizarre et « étranger », personne d'une autre nation que l'énonciateur.
  • p. 7 : Jeu de mots entre « alexandrin » au sens habitant d’Alexandrie et un alexandrin, un vers de 12 syllabes, comme la phrase qui vient d'être prononcée par Numérobis.
  • p. 8 : Première allusion au canal de Suez construit par les Français, d'autre suivront dans l'album.
  • p. 9 : Jeu de mots entre « avoir du talent » au sens être doué et « talent » une monnaie antique. Le jeu de mots est en fait double car le sens actuel du mot « talent » dérive du sens antique, via la parabole des talents (Matthieu 25:14-30).
  • p. 10 : Jeu de mots entre « aller à la mer » au sens se rendre à la mer et le sens « aller à la mer » qui signifie aller dans l'eau, voire couler.
  • p. 10 : Jeu de mots entre « se refaire » au sens réparer sa fortune après des pertes et « être refait » = être dupé, roulé.
  • p. 10 : Allusion au phare d'Alexandrie qui fait partie des Sept merveilles du monde.
  • p. 11 : Jeu de mots entre le vinaigre qui contient réellement des perles et le « vinaigre perlé » qui est quant à lui formé par le vinaigre pendant sa fermentation.
  • p. 11 : Jeu de mots entre « entreprise » = commerce, affaire (le cabinet d'architecte) et « entreprise » = œuvre, aventure (construire le palais).
  • p. 12 : Jeu de mots avec le fait qu'à l'époque ces langues étaient parlées et donc bien « vivantes » et le fait que de nos jours elles ne le sont plus et sont désignées sous le vocable de « langues mortes ».
  • p. 12 : Jeu de mots entre « situation » professionnelle et « situation » au sens position physique.
  • p. 12 : « – Qui proclame avec raison, que si vous savez dessiner, vous savez écrire ! » : Allusion aux hiéroglyphes égyptiens et au slogan d'un cours de dessin par correspondance (École A.B.C. de Paris), « Si vous savez écrire, vous savez dessiner ».
  • p. 12 : plan de l'une des Grandes Pyramides de Gizeh près du Caire accroché au mur.
  • p. 13 : Allusion au proverbe « là où il y en a à manger pour trois, il y en a à manger pour quatre » (ou qc comme ça).
  • p. 13 : Série d'expressions liées à l'idée d'être dévoré (c'est moi qui souligne) : « – Il a la dent dure » : être très sévère, dur dans la critique. / « – Il ne mâche pas ses mots !... » : s'exprimer avec une franchise brutale. / « – Il a une haine dévorante ! » : haine ardente, dévastatrice. / « – Il est mordant ! » : railler avec une violence qui blesse.
  • p. 13 : Contraste, à la dernière case, entre ce qui est dit (« Vous verrez comment on construit ches nous ! ») et ce qui est effectivement vu (la maison qui s'écroule).
  • p. 14 : Jeu de mots entre « on n'arrive plus à se faire servir » au sens on n'arrive plus à trouver des domestiques, et le fait que les esclaves ne sont plus en état de « servitude » puisqu'ils sont « affranchis ».
  • p. 15 : « – Les ouvriers qui font la pause lentilles voient arriver un visiteur inattendu ... » : Allusion à la « pause café », pause de travail où l'on boit généralement une tasse de café. Les Égyptiens n'avaient pas de café et mangent donc une soupe de lentilles.
  • p. 15 : Jeu de mots entre le sens figuré « tourner le sang » = causer une vive émotion (ici l'inquiétude) et le sens propre « tourner le sang » = cailler le sang, ce qui rendrait Numérobis peu mangeable !
  • p. 18 : Jeu de mots entre le fait que les ouvriers « obéissent sans discuter », ils exécutent les ordres sans contester, tout en « discutant » ce qui signifie qu'ils parlent entre eux. Jeu de mots aussi entre le fait que les ouvriers sont originaires du sud de l'Égypte et que le doublage des hiéroglyphes est fait avec l'accent du sud de la France.
  • p. 20 : La manière d'Obélix de tirer les felouques rappelle la façon dont les péniches sont halées (tirées par une corde) par les chevaux sur les canaux.
  • p. 21 : Allusion à la représentation des personnes dans l'art de l'Égypte antique (de profil).
  • p. 22 : Gag visuel : Idéfix renifle... un nez.
  • p. 22 : Allusion aux nombreuses fouilles archéologiques effectuées en Égypte, notamment depuis la Campagne d'Égypte menée par Napoléon.
  • p. 23 : Les pyramides de Gizeh sont effectivement l'une des sept merveilles du monde.
  • p. 23 : Allusion au mot prêté à Napoléon Bonaparte lors de la campagne d'Égypte : « Soldats, du haut de ces pyramides quarante siècles nous contemplent ». Les Gaulois vivaient à peu près vingt siècles avant Napoléon.
  • p. 26 : Allusion à l'un des deux obélisques de Louxor, ramené en France sous le règne de Louis-Philippe et qui se trouve actuellement place de la Concorde à Paris. Jeu de mots entre le nom de cette place, et le verbe « concorder » qui signifie être d'accord.
  • p. 27 : Jeu de mots entre « stade » au sens mesure de longueur de la Grèce ancienne (environ 180 m) et « stade » au sens chacune des étapes distinctes d'une évolution.
  • p. 27 : Jeu de mots entre « pied » une mesure de longueur et les « pieds » d'un vers, syllabes d'un vers, et nouvelle allusion aux double sens d'« alexandrin ».
  • p. 30 : Allusion à l'art antique égyptien, où les personnages sont dessinés le torse de face, la tête les bras et les jambes de profil.
  • p. 31 : Allusion au fait que Cléopâtre a mis fin à ses jours en se faisant mordre par une vipère.
  • p. 32 : Jeu de mots entre « goûter » qui signifie prendre d'une chose dont on n'a pas encore mangé et « dégoûter », ôter l'appétit.
  • p. 32 : Jeu de mots entre « s'empoisonner » au sens se tuer en absorbant du poison et « empoisonner » au sens embêter.
  • p. 32 : Jeu de mots entre « goûter » : collation prise dans l'après-midi (entre le déjeuner et le dîner) et « goûter » au sens prendre de la nourriture pour en tester le goût.
  • p. 33 : Pharaon-Soir : allusion au journal France-Soir, journal égyptien dans lequel on peut lire : Chéri-Bibis (allusion à Chéri-Bibi) et Isis de mon Cœur (allusion à Juliette de mon cœur), transformés d'ailleurs en : Daily Nile (Daily signifiant quotidien et Nile, le long fleuve traversant l'Égypte)avec les bandes dessinées Ptarzan et Pnuts (allusions à Tarzan et Peanuts)[1]
  • p. 35 : Jeu de mots entre « pousser » : inciter, solliciter, et l'opposition « pousser »/« tirer » où les forces sont exercées en sens inverse.
  • p. 35 : « Je vais perdre la face devant Cléopâtre » : nouvelle allusion à la citation de Pascal et à la « face du monde » que le nez de Cléopâtre aurait changée.
  • p. 36 : Jeu de mots entre l'opposition « léger » = poids faible et « lourd » = poids important, et « lourd » = important, dur, pénible.
  • p. 37 : « Je me demande, Ginfis, si tu n'as pas bu autre chose que de la potion » : allusion au nom de Ginfis, qui est un jeu de mots sur gin fizz, nom d'un cocktail à base de gin.
  • p. 38 : « Nous sommes ici par la volonté de Cléopâtre et nous ne partirons que le travail terminé, par Toutatis ! » Cette réplique d'Astérix à l'envoyé de César est une allusion à la célèbre réplique prêtée à Mirabeau, faite à l'envoyé du roi lors de la séance royale du 23 juin 1789 : « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n'en sortirons que par la puissance des baïonnettes. » Par un amusant renversement de situation, la « volonté du peuple » fait ici place à la volonté de la reine.
  • p. 38 : Suivant cinq bulles qui se terminent toutes par une exclamation construite sur le même modèle (« Par Toutatis ! », « Par Jupiter ! », « Par Isis ! », « Par Bélénos ! », « Par Bélisama ! ») la dernière bulle de la page apporte une chute inattendue à cette série (« Par hasard ? »).
  • p. 39 : La « tortue » est effectivement une tactique militaire, quant au « lièvre », c'est une référence à la fable de La Fontaine : Le Lièvre et la Tortue.
  • p. 39 : « Égorge déployé » est un jeu de mots avec « gorge déployée » (rire à gorge déployée qui signifie rire franchement, fou rire).
  • p. 40 : Jeu de mots entre « machine » : dispositif mécanique, « machin » au sens chose, et « machine » qui est le féminin de « machin ». Et jeu de mots entre « guerre » au sens combat et « guère » adverbe qui veut dire peu, pas beaucoup.
  • p. 42 : Jeu de mots entre le fait que le légionnaire s'est fait catapulter dès qu'il est tombé sur la catapulte, et l'expression « ne faire que passer » qui signifie rester très peu de temps quelque part.
  • p. 44 : Nouvelle allusion au nez de Cléopâtre, et jeu de mots avec l'expression « avoir quelqu'un dans le nez » : détester quelqu'un.
  • p. 45 : Jeu de mots entre le sens propre, Numérobis est « couvert » soit recouvert d'or et le sens figuré « couvrir d'or », donner beaucoup d'argent.
  • p. 46 : Jeu de mots entre « de bonne grâce » synonyme de volontiers, de bon gré et « grâce » qui dans ce contexte signifierait plutôt : attrait, charme.
  • p. 46 : Jeu de mots entre « nez » et l'interjection « Na », toujours à propos de ladite reine d'Égypte.
  • p. 47 : Allusion au canal de Suez, construit par le français Ferdinand de Lesseps.
  • p. 48 : Comme à la p. 26, Obélix manifeste son amour des obélisques. Cet attrait est peut-être inconsciemment dû à leur nom. Inconsciemment, car les Gaulois semblent ignorer le mot « obélisque », qui n'est jamais mentionné : à la p. 26, Astérix parle seulement de « cet objet » et, à la p. 48, Abraracourcix reproche à Obélix « la nouvelle forme que tu donnes à tes menhirs ».

Villes et lieux traversés[modifier | modifier le code]

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Alea jacta est !  : Le sort en est jeté
  • Ita diis placuit : Ainsi il a plu aux dieux

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Page de l'albulm sur le site officiel d'Astérix le Gaulois, consulté le 11 mars 2011.
  2. Awards for Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre sur l’Internet Movie Database, consulté le 1é mars 2011.
  3. Affiche du film
  4. DEIR EL-MEDINA sur 2terres.hautesavoie.net, consulté le 11 mars 2011.
  5. Étude de l'album sur un site de fan, consulté le 12 mars 2011.