Astérix légionnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astérix légionnaire
10e album de la série Astérix
Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix, Falbala, Tragicomix

Éditeur Hachette
Première publication en album : 1967
ISBN 2012100104

Prépublication 10 novembre 1966
Albums de la série Astérix
Précédent Astérix et les Normands Le Bouclier arverne Suivant

Astérix légionnaire est le dixième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du n° 368 (10 novembre 1966) au n° 389 (6 avril 1967) et publié en album en 1967. L'album a été tiré en 1 000 000 exemplaires et a été adapté en dessin animé dès 1985 (combinaison des intrigues de Astérix gladiateur et Astérix légionnaire) sous le titre d'Astérix et la Surprise de César.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Obélix tombe amoureux d'une jeune villageoise, Falbala, dont le fiancé Tragicomix vient d’être enrôlé de force par les Romains et expédié en Afrique. Ravalant héroïquement sa déception amoureuse, le livreur de menhirs lui promet de sauver le jeune homme. Les deux inséparables compères, Astérix et Obélix, s’engagent donc à leur tour dans la légion afin de le retrouver, en Afrique, au cœur des querelles entre César et Scipion.

Le canevas d'Astérix légionnaire s'inspire très largement du scénario de Laurel et Hardy conscrits, film qui date de 1939 et dont l'action démarre en France : Hardy tombe amoureux d'une jeune française, lui offre des fleurs, se montre timide à lui déclarer sa passion es est effondré lorsqu'il apprend qu'elle est déjà mariée. Le mari de cette française est un militaire français muté en Afrique du Nord (comme Tragicomix, l'amoureux de Falbala). Pour surmonter son désespoir, Hardy s'engage dans la Légion étrangère, avec Laurel (comme Astérix et Obélix dans les légions romaines). Arrivés sur place, ils ne comprennent pas réellement ce qu'est la légion étrangère, et provoquent une série de quiproquos, à l'instar des autres personnages d'Astérix légionnaire, dont certains croient qu'ils se trouvent dans un club de vacances.

Villes et lieux traversés[modifier | modifier le code]

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Alea jacta est !  : le sort en est jeté
  • Cogito ergo sum : je pense donc je suis
  • Dignus est intrare : il est digne d'entrer
  • Timeo Danaos et dona ferentes : je crains les Grecs, même quand ils font des offrandes
  • Vis comica : le pouvoir de faire rire.

Personnages importants[modifier | modifier le code]

  • Astérix est de nouveau sur les chemins de l'aventure pour sauver un innocent des griffes de la louve romaine.
  • Obélix. Par amour pour Falbala, Obélix n'hésite pas à aller jusqu'en Afrique pour sauver son fiancé.
  • Falbala. Première apparition pour la fille de Plantaquatix, alors revenue de ses études à Condate (Rennes)
  • Tragicomix. Fiancé de Falbala enrôlé de force par les Romains ; son modèle graphique est inspiré de Jean Marais[1].

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Première rencontre avec Falbala et Tragicomix
  • Nouvelle apparition de Pneumatix, le courrier.
  • Dans cet album, Assurancetourix n’est pas attaché à l’arbre habituel pour le traditionnel banquet final, mais dans sa hutte, la place sur l’arbre étant prise par Astérix qui rêve de Falbala.

Clin d’œil[modifier | modifier le code]

  • Les pirates dérivent sur une copie fidèle du Radeau de la Méduse ; l’allusion est expliquée par la bulle du chef des pirates (« Je suis médusé »), page 35. Cette scène est reprise dans le film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.
  • Bien qu'ayant grandi en Argentine, René Goscinny a effectué un service militaire en France, dans lequel il a puisé des souvenirs pour cet album.
  • La huppe de Mouléfix, le légionnaire belge, ressemble beaucoup à celle de Tintin, héros belge de bande dessinée (p. 21, planche 17b, dernière vignette)
  • Le légionnaire espion Acidcloridrix a pour nom de code HCL, qui est la formule chimique de l'acide chlorhydrique (HCl).

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]