Astérix le Gaulois (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astérix (homonymie).
Astérix le Gaulois
1er album de la série Astérix
Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix

Éditeur Hachette
ISBN 2-01-210001-5

Prépublication 29 octobre 1959
Albums de la série Astérix
La Serpe d'or Suivant

Astérix le Gaulois est le premier album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du no 1 (29 octobre 1959) au no 38 (14 juillet 1960) et publié en album en octobre 1961[1]. L'album a été tiré à 6 000 exemplaires, rapidement épuisés[1], et adapté en un dessin animé de même nom en 1967.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 50 avant J.-C., après la défaite de Vercingétorix, toute la Gaule est occupée. Toute ? Non, car un petit village d'Armorique résiste encore aux assauts des légions de Petibonum, Laudanum, Babaorum et Aquarium et Jules César est fort contrarié de voir une petite province mettre en échec son armée. Le guerrier Astérix est en train de sortir du village pour aller chasser, il croise sur sa route quatre légionnaires romains qu'il bat facilement avant de continuer son chemin. Ces derniers rentrent à Petibonum et le centurion Caius Bonus se demande quel est le secret de la force de ces gaulois. Astérix, revenu au village, invite son ami Obélix, un livreur de menhirs à prendre le déjeuner chez lui ; ils vont ensuite à la recherche de Panoramix le druide afin qu'Astérix prenne une ration de potion magique : une potion décuplant la force du consommateur. Le druide sermonne Obélix qui veut en boire aussi en lui rappelant qu'il est tombé dans la marmite lorsqu'il était petit et que les effets de la potion sont permanents chez lui.

À Petibonum, Caius Bonus et son second Marcus Sacapus décident d'envoyer un espion chez les gaulois : devant le peu d'entrain des légionnaires, c'est finalement le petit et frêle Caligula Minus qui est désigné. Après l'avoir déguisé en gaulois et enchaîné, Sacapus et une patrouille de légionnaires se promènent dans la forêt dans l'espoir d'être attaqués. Ce sont Astérix et Obélix, en manque de bagarres, qui délivrent Caligula Minus, ayant pris le pseudonyme de Caliguliminix. L'espion est fort étonné lorsque Astérix arrache sans peine les chaînes qui l'enserrent. Au village, il découvre que le forgeron travaille le fer avec ses poings et qu'Astérix tire une charrette remplie de troncs d'arbres. Pendant le repas il réussit à découvrir l'existence de la potion magique et après un premier refus du druide, aura même la chance de pouvoir y goûter. Caligula Minus constate les effets de la potion lorsqu'il essaye de soulever une grosse pierre mais se voit démasqué quand, pendant une danse gauloise, les danseurs doivent se tirer la moustache, la sienne étant fausse. Caligula Minus parvient à s'échapper et à montrer à Caius Bonus les effets de la potion et leur durée. Tandis que Caligula Minus se fait massacrer par la bande de romains costauds qu'il a battus pour « l'exemple », le centurion songe à de grands projets comme prendre la place de César.

Panoramix décide d'aller cueillir du gui dans la forêt, mais se fait capturer par une patrouille dirigée par l'optione Tullius Octopus. Caius Bonus torture en vain le druide qui préfère taire son secret. Entretemps au village, Astérix s'inquiète de l'absence prolongée de Panoramix et, bien qu'Obélix lui fasse remarquer que la potion magique ne fait plus effet, part à sa recherche, faisant confiance à sa ruse. Il rencontre un marchand de bœufs qui hésite à vendre les siens, car il doit transporter du foin. Après une suggestion d'Astérix, le marchand révèle la destination de Panoramix et se voit intéressé d'aller à Petitbonum (Astérix lui ayant fait croire que Petitbonum était un marché de chars). À l'entrée de Petitbonum, Astérix manque se faire repérer par les romains à cause du marchand à qui il a annoncé vouloir faire une farce en se cachant dans le foin. Puis dans le camp, Astérix part à la recherche de Panoramix et découvre que Caius Bonus et Sacapus ont pour projet de faire tomber Jules César, chacun ayant l'intention d'évincer l'autre pour diriger seul. Lorsqu'Astérix retrouve enfin Panoramix, les deux compères semblent avoir des idées pour se moquer des romains : après qu'Astérix a échappé à la torture grâce à l'aide de Panoramix, ce dernier prépare une potion mais affirme qu'il manque des fraises pour finir la potion. Plusieurs légionnaires sont envoyés en chercher. Finalement, après qu'ils sont rentrés bredouilles, c'est Tullius Octopus qui rapporte des fraises, qui sont bientôt mangées par Astérix et Panoramix.

Le druide prépare finalement une potion mais Caius Bonus, méfiant, décide d'utiliser le marchand de char comme cobaye. La potion semble être vraie et tout le camp de Petitbonum vide rapidement la marmite. Le centurion remarque qu'il ne peut soulever de grosses charges et s'aperçoit que tous les cheveux et barbes des légionnaires poussent à très grande vitesse. Panoramix explique que la potion qu'il a fabriquée est en réalité une lotion capillaire extrêmement puissante. Caius Bonus se résout à pactiser avec les gaulois. Après une série d'expressions parlant des cheveux et des poils, Panoramix accepte de préparer le contrepoison. Le druide veut en réalité préparer la potion magique car les effets de la potion capillaire s'arrêteront le lendemain. Après avoir fait goûter le faux contrepoison aux romains, Astérix et Panoramix s'échappent, mais Petibonum est encerclé. Ils seront finalement sauvés par César qui envoie en Mongolie Inférieure tout le commandement de Caius Bonus.

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

  • Les apparences des personnages ne sont pas encore figées : César est même dessiné sous deux allures très différentes au début et à la fin de l'album.
  • Obélix n'a pas encore de véritable rôle dans cette première aventure : c'est plus Panoramix qui joue le rôle de second du héros aux côtés d'Astérix.
  • Une nouvelle version recolorisée dans une édition de luxe grand format (La Grande Collection) est sortie en décembre 2006.
  • C'est le seul album où Obélix est dessiné avec des poils sur les bras.
  • Des changements paraissent après cet album ; en effet, ici, les Gaulois boivent régulièrement de la potion magique, alors qu'après ils n'en prennent que pour les attaques.
  • Cétautomatix forge son métal avec ses mains dans cet album, mais dans les autres albums, il se sert de son marteau.
  • La hutte de Panoramix est dans la forêt alors que dans les autres albums elle est dans le village.
  • La page 35 de cet album est la seule planche d'Astérix qui n'a pas été dessinée par Albert Uderzo. En effet, la planche ayant été perdue au moment de l'impression, elle fut entièrement redessinée par son frère Marcel[2].

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Alea jacta est ! : Le sort en est jeté
  • Aut Caesar, aut nihil : Empereur ou rien
  • Quid ? : Quoi ?

Adaptation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard de Choisy, Uderzo-Storix, Jean-Claude Lattès, 1991, p. 154
  2. Goscinny-Uderzo, Le livre d'Astérix le gaulois p. 124, Éditions Albert-René, Paris, 1999.