La Rose et le Glaive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Rose et le Glaive
29e album de la série Astérix
Scénario Albert Uderzo
Dessin Albert Uderzo

Thèmes Féminisme
Personnages principaux Astérix, Obélix, Maestria

Éditeur Les Éditions Albert René
Collection Astérix
Première publication 1991
ISBN 978-2864970538
Nb. de pages 48
Albums de la série Astérix
Précédent Astérix chez Rahàzade La Galère d'Obélix Suivant

La Rose et le Glaive est un album de bande dessinée de la série Astérix, qui a été publié le 18 octobre 1991. Albert Uderzo a écrit le scénario et réalisé les dessins. Un des thèmes principaux de l'album est le féminisme.

  • Tirage original : 2 000 000 exemplaires (France) - 7 000 000 exemplaires (Europe)

Synopsis[modifier | modifier le code]

Affligées par la qualité d'enseignement d'Assurancetourix (qui tient le double rôle de barde et de maître d'école...), les femmes du village décident de le congédier et annoncent l'arrivée de son homologue en version féminine.

Vexé par leurs propos et suite à une altercation avec celles-ci, le barde décide de quitter définitivement le village. Maestria, la remplaçante d'Assurancetourix, prône la parité entre les hommes et les femmes. Son militantisme agressif irrite les hommes du village. Lorsque Bonemine et Maestria prennent le pouvoir, les hommes quittent le village. Au même moment, les Romains s'apprêtent à faire attaquer le village par une centurie composée de femmes, espérant tirer un avantage de ce que la galanterie gauloise empêche les Gaulois de lever la main sur une femme. Les Gaulois s'en sortent puisque Astérix devine que les légionnaires, étant femmes, ne peuvent s'empêcher de faire du shopping.

Cette chute et le ton du reste de l'album ont été utilisés comme exemples du sexisme dans la bande dessinée[1]

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Brunococatrix[modifier | modifier le code]

Cosmétix[modifier | modifier le code]

  • Coiffeur pour dames, présent dans le village gaulois lors de la Grande quinzaine commerciale organisée par les villageoises en vue de dissiper les légionnaires romaines. Il est blond avec une grande natte, et entièrement vêtu de rose.
  • nom : cosmétique.

Diorix[modifier | modifier le code]

  • Créateur de mode lutécien cité par Maestria lors du défilé de mode organisé pour les habitantes du village gaulois. Il a notamment créé les modèles Rose de menhir et Dolmen du soir pour la collection de printemps.
  • nom : Christian Dior.

Herpès[modifier | modifier le code]

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

  • Page 34, l'acteur italien Aldo Maccione est caricaturé sous les traits d'un légionnaire romain qui aimerait servir dans la légion féminine. On le voit dans une pose qu'il affectionne beaucoup dans ses films : la « marche du séducteur »[2].
  • La couverture devait à l'origine montrer Astérix, l'air effrayé, se cramponner à Obélix stoïque, alors qu'il regarde un glaive avec une rose pointée vers lui[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le sexisme dans la bande dessinée I » (consulté en 2008-07-28)
  2. L'encyclopedix : Maccione Aldo
  3. René Goscinny, Albert Uderzo, Le livre d'Astérix le Gaulois, Les Éditions Albert René, Paris 1999, page 128