Anne-Marie de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anne-Marie de Danemark

Description de cette image, également commentée ci-après

La reine Anne-Marie en 1997.

Titre

Reine consort des Hellènes

6 mars 19641er juin 1973
(&&&&&&&&&&&033749 ans, 2 mois et 25 jours)

Prédécesseur Frederika de Hanovre
Successeur Monarchie abolie
Biographie
Titulature Reine de Grèce
Princesse de Danemark
Dynastie Maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg
Nom de naissance Anne Marie Dagmar Ingrid af Glücksborg
Naissance 30 août 1946 (67 ans)
Copenhague (Danemark)
Père Frédéric IX de Danemark
Mère Ingrid de Suède
Conjoint Constantin II de Grèce
Enfants Alexía de Grèce
Pávlos de Grèce
Nikólaos de Grèce
Theodóra de Grèce
Phílippos de Grèce

Anne-Marie de Danemark (en danois, Anne Marie Dagmar Ingrid af Danmark ; en grec, Άννα Μαρία Βασίλισσα των Ελλήνων / Anna-María Vasílissa ton Ellínon[note 1]), née le 30 août 1946, est un membre de la famille royale danoise, devenue reine de Grèce entre 1964 et 1974 par son époux le roi Constantin II de Grèce.

Famille[modifier | modifier le code]

Parents et ascendants[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille royale danoise.
Les souverains de Danemark Frédéric IX et Ingrid de Suède, alors qu’ils étaient héritiers de Christian X (1935).

Anne Marie Dagmar Ingrid de Danemark est la troisième et dernière fille de Frédéric IX (1899-1972), roi de Danemark et de la princesse Ingrid de Suède (1910-2000).

Par sa mère, la princesse Anne-Marie de Danemark descend des rois de Suède puisque la reine Ingrid appartient à la maison Bernadotte, la famille royale régnant en Suède depuis 1818. Aussi, Anne-Marie a pour grand-mère maternelle Margaret de Connaught, une princesse royale britannique, ce qui la rattache à la maison de Windsor.

Du côté de son père Frédéric, qui devint roi à partir de 1947 jusqu’en 1972, la princesse Anne-Marie appartient à la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, c’est-à-dire une des branches de la maison d’Oldenbourg (la maison royale danoise). De même, la mère de Frédéric, Alexandrine, appartient à la maison de Mecklembourg-Schwerin, ce qui donne à la généalogie d’Anne-Marie des origines allemandes.

Pour une généalogie plus détaillée de la princesse, voir Ascendance.

Descendance[modifier | modifier le code]

Après leur mariage le 18 septembre 1964[1], Anne-Marie de Danemark et le roi Constantin II de Grèce ont eu cinq enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Anne Marie Dagmar Ingrid est née princesse de Danemark, 30 août 1946, au Palais Amalienborg de Copenhague. Elle est la troisième et dernière fille du roi Frédéric IX de Danemark et de la reine Ingrid de Suède. Elle a deux sœurs aînées : la reine Margrethe II de Danemark et la princesse Benedikte.

Ses parrains étaient :

Ses marraines étaient :

Anne-Marie a fait ses études à l'école Zahlé au Danemark de 1952 à 1963. Entre 1962 et 1964, elle fréquente deux écoles situés près de Montreux en Suisse : un pensionnat anglais pour filles (« Chatelard »), puis un pensionnat français (« Le Mesnil »). En 1959, à l'âge de treize ans, Anne-Marie rencontre son futur mari, le diadoque Constantin de Grèce, lors d'une visite officielle d'État de ses parents, le roi Paul Ier de Grèce et de la reine Frederika de Hanovre, au royaume de Danemark. Ils se sont rencontrés une deuxième fois au Danemark en 1961, lorsque Constantin déclara à ses parents son intention d'épouser Anne-Marie. Ils se sont rencontrés à nouveau à Athènes en mai 1962, lors du mariage de Sophie de Grèce, la sœur de Constantin, avec l'héritier du trône d'Espagne le prince Juan Carlos et en 1963 lors des célébrations du centenaire de la monarchie grecque.

Reine des Hellènes (1964-1974)[modifier | modifier le code]

En juillet 1964, l'annonce de leurs fiançailles soulève des protestations de la part des partis de gauche au Danemark. Anne-Marie épouse le 18 septembre 1964 le roi Constantin II des Hellènes, dans la cathédrale orthodoxe d'Athènes. Elle n'a alors que dix-huit ans. En tant que reine de Grèce, Anne-Marie passe alors beaucoup de son temps de travail pour une fondation de bienfaisance appelé « Fonds de Sa Majesté », qui fournit une assistance aux personnes dans les zones rurales de la Grèce.

En décembre 1967, le roi Constantin II tente un contre-coup d'État contre la dictature des colonels qui avaient été assermentés par lui-même après un coup réussi au mois d'avril précédent. Ce contre-coup d'État ayant échoué, le roi est déposé par la junte militaire et doit prendre le chemin de l'exil avec sa famille en Italie. La Grèce reste officiellement une monarchie pendant plusieurs années, sans souverain, avec Georges Zoitakis comme régent. Anne-Marie de Danemark n'a donc été réellement reine de Grèce que pendant trois années.

À la suite de ces événements, Anne-Marie fait une fausse couche. La famille royale vit pendant deux mois dans l'ambassade de Grèce à Rome, puis pendant les cinq années suivantes dans une maison de la banlieue de Rome. En 1973, Anne-Marie déménage avec sa famille en Angleterre. Ils vivent d'abord en Chobham dans le Surrey, puis dans la banlieue de Londres à Hampstead, où ils continuent de vivre actuellement.

À la chute des colonels, la monarchie est abolie en Grèce par un double référendum en 1973 et 1974. Anne-Marie cesse d'être reine des Hellènes.

Ancienne reine (depuis 1974)[modifier | modifier le code]

Le gouvernement grec saisit le palais de Tatoi, ancienne maison privée de la famille royale grecque. C'est seulement après un appel réussi à la Cour européenne des droits de l'homme que le gouvernement grec est contraint de payer une compensation pour cette expropriation. Le roi Constantin II a utilisé cet argent pour mettre en place la « Fondation Anne-Marie ».

Son titre de « Reine de Grèce » n'est pas reconnu par la Constitution républicaine de la Grèce, mais la jurisprudence internationale autorise l'utilisation des anciens titres royaux, à titre gracieux, pendant le reste de leur vie. Ainsi, Anne-Marie continue d'être dénommé « Reine Anne-Marie de Grèce » (ou des Hellènes) par les cours royales du Royaume-Uni, d'Espagne, du Luxembourg, et Jordanie. Elle est appelée « Reine Anne-Marie » (sans désignation territoriale) par les cours royales du Danemark, son pays natal, et de la Suède. Elle est appelée « ancienne reine Anne-Marie de Grèce » par la cour royale des Pays-Bas.

Quand elle se déplace internationalement, Anne-Marie utilise un passeport danois diplomatique avec le nom de « Anne-Marie de Grecia » (son prénom et la forme espagnole des mots « de Grèce »).

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (da) Sara Blaedel, Anne-Marie, Dronning Uden Rige, P. Haase, 2000 (ISBN 8755911463)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis la constitution grecque de 1975, la République hellénique ne reconnaît pas le titre de reine des Hellènes : « Aucun titre de noblesse ou de distinction n’est décerné ni reconnu à des citoyens hellènes » (art. 4, al. 7).
  2. Le 9 juillet 1999, la princesse épouse Carlos Morales Quintana, d’où descendance :
  3. Le 1er juillet 1995, le prince épouse Marie-Chantal Miller, d’où postérité :
  4. Le prince se marie le 25 août 2010 à Tatiana Blatnik, sur l’île de Spetses (en Grèce).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mariage de Constantin de Grèce et Anne-Marie de Danemark », sur Noblesse et royautés,‎ 18 septembre 2012 (consulté le 17 novembre 2012)
  2. Michael MacLagan et Jiří Louda, Les dynasties d’Europe, Bordas, 1995 (ISBN 2-04-027115-5), p. 53