Marie-Chantal Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie-Chantal Miller

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La princesse Marie-Chantal en juin 2013.

Biographie
Titulature « Princesse royale de Grèce »,
« Duchesse de Sparte »
Princesse de Danemark
Nom de naissance Marie-Chantal Claire Miller
Naissance 17 septembre 1968 (46 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Père Robert Warren Miller
Mère María Clara Pesantes
Conjoint Pávlos de Grèce
Enfants María Olympía de Grèce
Konstantínos de Grèce
Akhilléas de Grèce
Odysséas de Grèce
Aristídis de Grèce

Marie-Chantal Claire Miller (en grec moderne : Μαρί Σαντάλ Μίλλερ), par son mariage « princesse de Grèce et de Danemark et duchesse de Sparte », est née le 17 septembre 1968 à Londres, au Royaume-Uni.

Fille du multimillionaire américain Robert Warren Miller, elle a longtemps été connue comme l'une des trois « sœurs Miller ». Depuis 1995, elle est l'épouse du diadoque Pavlos de Grèce, héritier du trône hellénique, et appartient donc à la famille royale de Grèce. Marie-Chantal Miller est, par ailleurs, une femme d'affaires spécialisée dans la mode et les vêtements pour enfants ainsi qu'une illustratrice de livres pour enfants.

Famille[modifier | modifier le code]

Marie-Chantal est l'une des filles du multimillionnaire américain Robert Warren Miller (1933) et de son épouse l'équatorienne María Clara Pesantes (1940)[1].

Elle a deux sœurs : Pia (1966), qui a épousé Christopher Getty, petit-fils du multimillionaire américain Jean Paul Getty, et Alexandra (1972), qui a épousé le prince Alexandre de Fürstenberg (1970), fils d'Egon et de Diane de Fürstenberg[2].

Le 1er juillet 1995, Marie-Chantal Miller épouse, à la cathédrale orthodoxe Sainte-Sophie de Londres, le diadoque Pavlos de Grèce, fils aîné et héritier de l'ancien roi Constantin II de Grèce (1940) et de son épouse la princesse Anne-Marie de Danemark (1946)[3].

De ce mariage, naissent plusieurs enfants[3] :

  • María Olympía de Grèce (1996), princesse de Grèce et de Danemark ;
  • Constantínos Aléxios de Grèce (1998), prince de Grèce et de Danemark ;
  • Achíleas Andréas de Grèce (2000), prince de Grèce et de Danemark ;
  • Odysséas Kimon de Grèce (2004), prince de Grèce et de Danemark ;
  • Aristidis Stavros de Grèce (2008), prince de Grèce et de Danemark.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marie-Chantal Miller voit le jour à Londres, en 1968, mais c'est à Hong Kong, où son père, le magnat du duty free Robert Warren Miller, a établi sa résidence, qu'elle passe sa petite enfance et va, pour la première fois, à l'école[4].

En 1977, ses parents l'envoient cependant en pensionnat à la prestigieuse école du Rosey, en Suisse. La petite fille y reste jusqu'en 1982, date à laquelle elle intègre l'École active bilingue Jeannine-Manuel de Paris. Enfin, en 1986, elle termine ses études secondaires à la Masters School de Dobbs Ferry, aux États-Unis[5].

Une fois son baccaluaréat obtenu, Marie-Chantal s'inscrit à la New York Academy of Arts[6]. Mais elle peine à trouver sa voie et abandonne finalement ses études en 1988[4],[6]. Elle travaille alors chez Andy Warhol's Factory, gagne une certaine célébrité dans le monde de la mode et s'essaie même à la cuisine et à l'élevage des chevaux[4].

Fiançailles et mariage[modifier | modifier le code]

En 1993, Marie-Chantal rencontre le diadoque Pavlos de Grèce, lors d’une fête privée à La Nouvelle-Orléans[7]. Le jeune homme est le fils aîné et l'héritier de l'ex-roi des Hellènes Constantin II, déposé en 1974. Rapidement, Marie-Chantal et Pavlos tombent amoureux et le prince finit par demander la jeune femme en mariage lors d'un séjour à Gstaad en décembre 1994[8].

L'ex-famille royale de Grèce étant interdite de séjour dans son pays depuis la Dictature des colonels, le couple se marie à Londres le 1er juillet 1995[9]. Marie-Chantal porte une robe du couturier Valentino[5] et 2 500 personnes (dont une douzaine de députés grecs issus de la Nouvelle démocratie) sont invitées à la cérémonie[10].

Mais, malgré la distance, l'union provoque un grave scandale politique à Athènes. Le gouvernement grec fait en effet pression sur le Royaume-Uni pour qu’il interdise que le mariage ait lieu sur son sol et demande aux monarques européens de ne pas assister à l’événement, sans succès[N 1]. Dans le même temps, une télévision privée grecque achète le droit de retransmettre la cérémonie du mariage, ce qui accentue la colère du gouvernement socialiste. Finalement, quarante-neuf chaînes du monde entier (dont plusieurs grecques) ont diffusé les épousailles de Pavlos et Marie-Chantal[10].

Pour entrer dans la famille royale de Grèce, Marie-Chantal a abandonné sa foi catholique[N 2] et s'est convertie à la religion orthodoxe[8]. Comme ses sœurs, elle a reçu de son père une dot de plusieurs millions de dollars[N 3].

Activités professionnelles et vie familiale[modifier | modifier le code]

Après son mariage, Marie-Chantal travaille quelque temps à New York comme directrice de la Marie-Cha Collection, un ensemble de peintures et de sculptures de la Renaissance appartenant à son père[11], puis travaille dans les cosmétiques[4]. Mais son premier enfant naît en 1996 et c'est sa vie de famille qui concentre toute son attention pendant plusieurs années.

Lorsque Marie-Chantal est enceinte de son troisième enfant, le prince Achíleas Andréas, elle décide de se lancer dans la mode pour enfants. De retour au Royaume-Uni avec Pavlos, elle fonde sa propre ligne de vêtements, Marie-Chantal LLC et, en quelques années, sa société devient florissante. Marie-Chantal met alors en place plusieurs boutiques à son nom à Londres, Paris, Athènes, Los Angelesetc.[4],[6]. Par la suite, Marie-Chantal écrit et illustre aussi plusieurs livres pour enfants[6].

La princesse s'occupe également de différentes organisations culturelles et de bienfaisance. Elle est ainsi, entre autres, présidente de la branche américaine de la Fondation Monde en Harmonie, créée par la princesse Irène de Grèce en 1986[9], et membre fondatrice du Board of Venetian heritage[6].

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Ricardo Mateos Sainz de Medrano, La Familia de la Reina Sofίa, La Dinastίa griega, la Casa de Hannover y los reales primos de Europa, La Esfera de los Libros, Madrid, 2004, p. 383-386 (ISBN 84-9734-195-3)

Presse en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au contraire, la reine Élisabeth II prête même aux nouveaux époux le palais de Hampton Court pour qu'ils y organisent l’événement
  2. Née d'un père protestant et d'une mère catholique, Marie-Chantal avait opté pour le catholicisme et s'était convertie à cette religion en 1986. Bob Colacello « A Royal Family Affair » dans Vanity Fair de février 2008, p. 2.
  3. Ricardo Mateos Sainz de Medrano donne une somme de 1 500 millions de pesetas (plus de 9 millions d'euros), Sabine Durrant 200 millions de livres (plus de 300 millions d'euros) et Bob Colacello 200 millions de dollars.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche généalogique de Marie-Chantal Miller sur The Peerage.Com
  2. Jean-Sébastien Stehli, « Les dessous de la jet set » dans L’Express du 5 juillet 2001.
  3. a et b Fiche généalogique de Pavlos sur The Peerage.Com.
  4. a, b, c, d et e Sabine Durrant, « Marie-Chantal: Grecian earner » dans The Telegraph du 19 octobre 2008.
  5. a et b Bob Colacello « A Royal Family Affair » dans Vanity Fair de février 2008, p. 2.
  6. a, b, c, d et e Fiche d’identité de la princesse sur le Site officiel de la Famille royale de Grèce
  7. Ricardo Mateos Sainz de Medrano, op. cit., p. 384.
  8. a et b « At his parent' home in Hampstead next month's royal bride and groom speak candidly of their romance and the plans for their London wedding » dans Hello Magazine du 24 juin 1995 (archive sur le site des Sœurs Miller).
  9. a et b Ricardo Mateos Sainz de Medrano, op. cit., p. 385.
  10. a et b « "Royal Wedding" reveals deep divisions in Greece », Reuters, 25 juin 1995 (archives sur le site des Sœurs Miller)
  11. « A Royal Wedding » dans Royalty Magazine Volume 14#1.