Michel de Grèce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel de Grèce

Biographie
Titulature Prince de Grèce et de Danemark
Dynastie Maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg
Nom de naissance Mikhaíl tis Elládas
Naissance 7 janvier 1939 (75 ans)
Rome (Italie)
Père Christophe de Grèce
Mère Françoise d’Orléans
Conjoint Marína Karélla
Enfants Alexandra de Grèce
Olga de Grèce

Michel de Grèce (en grec moderne : Μιχαήλ της Ελλάδας / Mikhaíl tis Elládas), prince de Grèce et de Danemark, est né le 7 janvier 1939 à Rome, en Italie. Membre de la famille royale de Grèce et descendant des Romanov et des Orléans, c’est un écrivain de langues française et anglaise ainsi qu’un historien.

Famille[modifier | modifier le code]

Michel de Grèce est le fils unique du prince Christophe de Grèce (1889-1940) et de sa seconde épouse, la princesse française Françoise d’Orléans (1902-1953).

Par son père, le prince Michel est le petit-fils du roi Georges Ier de Grèce (1845-1913) tandis que, par sa mère, il a pour grand-père le prince Jean d’Orléans, « duc de Guise » et prétendant orléaniste au trône de France. Michel de Grèce est donc lié à la plupart des souverains et prétendants européens actuels. Il est notamment le cousin germain du duc d’Édimbourg et du « comte de Paris » ainsi qu’un proche parent de la reine Sophie d’Espagne et du roi Michel Ier de Roumanie.

Le 7 février 1965, le prince Michel épouse l’artiste grecque Marína Karélla (née le 17 juillet 1940), elle-même fille de Theodóros Karéllas et de son épouse Élli Khalikiopoúlou. De ce mariage naissent deux filles :

Biographie[modifier | modifier le code]

À peine âgé d’un an, le prince Michel se retrouve orphelin de père et sa mère, la princesse Françoise, décide alors de passer la guerre auprès de sa famille Orléans, à Larache, au Maroc. Une fois la paix revenue, Michel et sa mère s’établissent quelque temps en Espagne avant de venir vivre à Paris.

En 1953, un nouveau deuil touche le prince. Sa mère meurt et l’adolescent est confié à la garde de son oncle Henri d’Orléans (1908-1999), « comte de Paris » et prétendant orléaniste au trône de France sous le nom d’« Henri VI ».

En 1960, Michel de Grèce obtient, à Paris, un diplôme de Sciences politiques. Une fois ses études terminées, il s’engage dans l’armée grecque, où il sert quatre années durant.

En 1965, le prince épouse l’aquarelliste et sculptrice Marína Karélla, fille d’un industriel grec. Il s’agit là d’une union inégale, ce qui prive le prince et sa descendance de tout droit sur le trône grec. Le couple s’installe aux environs d’Athènes et c’est durant ces années que Michel de Grèce commence à écrire.

Son premier ouvrage Ma sœur l’histoire, ne vois-tu rien venir ? reçoit le prix Cazes en 1970. Mais c’est surtout grâce à ses nombreux romans historiques, fortement inspirés par son histoire familiale, que le prince parvient à se faire connaître. Le Rajah Bourbon, publié en 2007 aux Éditions Jean-Claude Lattès, raconte par exemple la formidable histoire d’un héritier du trône de France, fils caché du connétable de Bourbon, devenu Rajah indien et premier de la lignée des Bourbons des Indes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ma sœur l’histoire, ne vois-tu rien venir ? (1970)
  • La Crète, épave de l’Atlantide (1971)
  • Andronic (1976)
  • La nuit du Sérail (1982)[2] : œuvre également adaptée au cinéma par Jack Smight (1989)
  • Joyaux des couronnes d’Europe (1982)
  • Grèce (1983)
  • La femme sacrée (1984)
  • L’envers du soleil (1984)
  • L’ogre (1986)
  • Le palais des larmes (1988)
  • Le dernier sultan (1991)
  • La Bouboulina (1993)
  • Ces femmes de l'au-delà (1995, Éditions: Plon ISBN 2-259-18236-4)
  • L’impératrice des adieux (1998)
  • La Nuit blanche de Saint-Pétersbourg (2000)
  • Romans orientaux (2000)
  • La conjuration de Jeanne (2002)
  • Mémoires insolites (2004)
  • Le ruban noir de Lady Beresford et autres histoires inquiétantes (2005)
  • Les joyaux des tsars (2006)
  • Le Rajah Bourbon (2007)
  • Le Vol du Régent (2008)
  • Voices of light, Éditions de la hutte, en collaboration avec Marina Karella (2012)
  • Voices of light, Michel de Grèce, Lama Gyurmé & Sébastien Lucas. Cd musical. (2013)
  • Une promenade singulière à travers l’Histoire, Éditions JC Lattès (2012)
  • Les Mystères d'Alexandre le Grand (avec Stéphane Allix), Flammarion (2014)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Nascita reale: una nuova principessa in Casa Savoia », sur Monarchia.it
  2. Anne Bragance avait, en vertu d’un contrat américain par lequel Michel de Grèce lui avait demandé la retranscription écrite du récit original de La nuit du sérail qu’il avait enregistré sur cassette, cédé forfaitairement ses droits patrimoniaux et moraux (dont le droit à la paternité) comme cela est l’usage en droit américain. Après la sortie de l’ouvrage, Anne Bragance a engagé en France une procédure aux fins d’obtenir la nullité de ce contrat, une provision de 1 million de francs et la mention de son nom. Par l'arrêt « Anne Bragance vs Olivier Orban et Michel de Grèce » du 1er février 1989, la Cour d'Appel de Paris a considéré que la convention était valide, tout comme la cession forfaitaire de ses droits patrimoniaux, la déboutant de sa demande de provision, mais a fait application du droit français interdisant la cession du droit à la paternité d’une œuvre de sorte que l’écrivaine, qui avait partiellement collaboré à l’écriture de l’ouvrage, a obtenu le droit de voir, uniquement sur les ouvrages publiés en France, son nom mentionné sur les futures éditions. Voir James J. Fawcett et Paul L. C. Torremans, Intellectual Property And Private International Law, Oxford University Press, Oxford, 1998, p. 517 (lire en ligne) et Christophe Alleaume, « À la croisée des sources de la propriété intellectuelle. L'article 27 de la déclaration des Droits de l'Homme », Université de Caen Basse-Normandie, p. 150 (Université de Caen [PDF])