Henri de Laborde de Monpezat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laborde et Monpezat.

Henri de Laborde de Monpezat

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Henrik de Danemark au mariage de la princesse Victoria de Suède.

Titre

Prince consort de Danemark

Depuis le 14 janvier 1972
(42 ans, 10 mois et 15 jours)

Prédécesseur Ingrid de Suède
Biographie
Titulature Prince consort
Prince de Danemark
Dynastie Famille de Laborde de Monpezat
Nom de naissance Henri Marie Jean André de Laborde de Monpezat
Naissance 11 juin 1934 (80 ans)
Talence (France)
Père André de Laborde de Monpezat
Mère Renée Doursenot
Conjoint Margrethe II de Danemark
Enfants Frederik, prince héritier
Joachim de Danemark
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Princes consort de Danemark

Le prince Henri de Danemark (en danois Henrik, Prinsgemalen af Danmark), né Henri de Laborde de Monpezat le 11 juin 1934 à Talence (Gironde), est l’actuel prince consort de Danemark depuis l'accession au trône de son épouse la reine Margrethe II en 1972.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'André de Laborde de Monpezat (1907-1998), dit "comte de Montpezat" (issu d'une famille qui malgré un nom d'apparence noble n'appartient pas à la noblesse[1] [2] [3] [4]), journaliste et planteur, et de son épouse, née Renée Doursenot (1908-2001), divorcée en 1940 de Louis Leuret (1881-1962), ancien prêtre[5]. Il passe ses cinq premières années en Indochine, puis sa famille revient en métropole, à Cahors, de 1939 à 1950. Il est alors élève au lycée Gambetta. Puis il repart pour Hanoï où il obtient le baccalauréat en 1952. De 1952 à 1957, il étudie le droit et les sciences politiques à la Sorbonne, ainsi que le chinois et le vietnamien à l’École nationale des langues orientales vivantes.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille royale danoise.

Après avoir effectué son service militaire en Algérie de 1959 à 1962, il est nommé en 1963 secrétaire à l’ambassade de France à Londres. Le 10 juin 1967, il épouse la princesse Margrethe de Danemark, alors princesse héritière, et devient Son Altesse royale le prince Henrik de Danemark.

Le couple a deux fils, le prince héritier Frederik de Danemark, né le 26 mai 1968, et le prince Joachim de Danemark, né le 7 juin 1969. Ils ont pour l’instant 8 petits-enfants : le prince Frederik et la princesse Mary ont eu deux enfants, le prince Christian (2005) et la princesse Isabella (2007), puis, des jumeaux nés en 2011 : Vincent et Josephine. Leur deuxième fils, le prince Joachim, a d’une précédente union avec la princesse Alexandra, deux fils, les princes Nikolai et Felix. Puis sont nés d’une seconde union avec la princesse Marie, le prince Henrik (2009) et la princesse Athena de Danemark (2012).

Prince consort[modifier | modifier le code]

Le prince Henri s’est souvent plaint publiquement du rôle ingrat de prince consort, critiquant notamment le fait d’être dans l’ombre de son épouse et du prince héritier[réf. nécessaire].

En 2002, la reine Margrethe, souffrante lors de la cérémonie des vœux du Nouvel An, fut remplacée par le prince héritier Frederik, au mépris de la tradition, selon laquelle c’est l’époux du souverain qui reçoit les vœux de toutes les organisations officielles. Le prince consort n’a guère caché ses regrets et ses critiques, se retirant dans ses terres en France et relevant publiquement qu’aucun roi de Danemark n’avait auparavant imposé à son conjoint de telles pratiques. La reine Margrethe et ses deux fils se sont rendus au château de Caïx pour lui présenter leurs excuses[6].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Le blason du prince Henri se décrit ainsi :

Blason Blasonnement :
Écartelé : en 1 et 4, d’or, à neuf cœurs de gueules, posés en trois pals, à trois lions léopardés d’azur, armés et lampassés de gueules, couronnés du champ, brochant sur-le-tout Danemark ; en 2 et 3, de gueules, au lion d’or, accompagnée en chef, de trois étoiles du même de Laborde de Monpezat.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Avec la reine, il a traduit en danois :

Il est l’auteur de :

  • Chemin faisant (poèmes, 1982) ;
  • Destin oblige (biographies, 1996, prix européen de l’Association des écrivains de la langue française (ADELF) 1998) ;
  • Ikke altid Gåselever (livre de cuisine, en coll., 1999) ;
  • Cantabile (poèmes avec illustrations, en coll., 2000) ;
  • Murmures de vent (2004) ;
  • Roue-Libre (poèmes, 2010).

La suite symphonique Cantabile par Frederik Magle est basée sur la recueil de poésies du même nom par prince Henrik[7],[8].

Il est président de l’association européenne Europa Nostra, qui s’occupe de la défense du patrimoine architectural européen, de WWF Danemark et de la Croix-Rouge danoise et de maintes autres organisations.

Il joue du piano et de l’orgue et pratique la chasse, l’équitation, le tennis, le pilotage, la voile et le ski. Il s’occupe également de la production viticole de son domaine de Caïx, dans la région de Cahors en France.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Valynseele "Les Laborde de Monpezat et leurs alliances", 1975
  2. Michel Huberty "L’Allemagne dynastique", 1994
  3. Pierre Marie Dioudonnat "Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence" Editions Sedopols, 1994, page 393.
  4. Charondas "À quel titre", Volume 37, 1970 : « LABORDE de MONPEZAT (de. comte de M) : Faux nobble. — Bas peuple XVII* s. — Non reçu aux états de Béarn pour "prétendu anoblissement" et comme n'ayant jamais eu de noble dans leur famille».
  5. "Intermédiaire des chercheurs et curieux" 1968, page 140
  6. Slim Allagui, « Le Prince danois qui voulait être Roi », sur La Libre,‎ 23 août 2011 (consulté le 22 février 2014)
  7. Stéphanie Surrugue, Enegænger, Politikens Forlag,‎ 2010, 357–358 p. (ISBN 978-87-567-8729-1)
  8. (da) « HKH Prinsgemalens 75-års Galla », Danmarks Radio

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]