Louise de Prusse (1838-1923)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louise de Prusse.
Louise, princesse de Prusse, peinture par Joseph Spelter.

Élisabeth Marie Louise de Prusse, (en allemand : Elisabeth Maria Luise von Preußen) est une princesse de Prusse, devenue par son mariage grande-duchesse de Bade. Elle est née le 3 décembre 1838 à Berlin et morte le 23 avril 1923 à Baden.

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Guillaume Ier d'Allemagne et d'Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le 20 juin 1856, Louise de Prusse épouse à Berlin le grand-duc Frédéric Ier de Bade, (fils du grand-duc Léopold Ier de Bade et de Sophie Wilhelmine de Suède).

Trois enfants sont nés de cette union :

Biographie[modifier | modifier le code]

Louise de Prusse grandit à Berlin et à Coblence, où son père est nommé en 1849 gouverneur général de la Rhénanie. Sa mère, née Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach, lui enseigne les sciences humaines, mais également les différentes occupations d'une princesse de sang royal. Ces occupations concernent des œuvres sociales comme la visite des orphelinats, des hôpitaux, mais également les organisations caritatives et les banquets.

En 1859, Louise de Prusse fonde à Karlsruhe une association féminine.

Famille[modifier | modifier le code]

Membre de la Maison de Hohenzollern, fille du premier Empereur Allemand Guillaume Ier, sœur du second, Frédéric III et tante du troisième, Guillaume II, elle entre par mariage dans la Maison de Zähringen, dont les États, longeant le Rhin, sont frontalier de la France.

Le prince Frédéric de Bade, âgé de 29 ans, est un homme réfléchi, marqué par l'alcoolisme de son père et la folie de son frère, pour lequel il assume la régence du Grand-Duché depuis 1852. Il devient Grand-Duc à la mort de son frère deux ans plus tard. Il soutient la Prusse contre l'Autriche en 1866 avant d'intégrer l'Empire allemand en 1871.

En arrivant à la cour de Bade, la princesse Louise est présentée à la grande-duchesse douairière née Stéphanie de Beauharnais. Agée de 67 ans et souffrant de problème de vue, cette fille adoptive de Napoléon Ier est respectée de tous pour sa droiture et son élégance. Autorisée à pénétrer sur le territoire Français depuis la proclamation du Second Empire, elle meurt à Nice en 1860.

La belle-mère de la princesse Louise n'est pas aussi populaire. Fille du roi détrôné de Suède, la grande-duchesse Sophie a été mariée pour des raisons dynastiques à son grand-oncle le prince Léopold de Hochberg - qui avait 11 ans de plus qu'elle. La famille grand-ducale n'ayant plus d'héritier, ce mariage devait favoriser l'accès au trône de ce prince issu d'un mariage morganatique et par coséquence non dynaste. de plus la grande-duchesse est soupçonnée de complicité dans l'assassinat de Kaspar Hauser. Son mari, dégoûté du pouvoir, a sombré dans l'alcoolisme dont il est mort. Son fils aîné devenu fou la hait. La grande-duchesse Sophie meurt en 1865.

Le grand-duc Frédéric Ier et la grande-duchesse Louise ont trois enfants.

Leur fille Victoria épouse en 1881 le prince héritier de Suède, futur roi Gustave V, apportant à la dynastie Bernadotte le sang "légitime" de la Maison de Vasa provenant de la grande-duchesse Sophie. Son fils épouse en 1885 la princesse Hilda de Nassau dont le père devient grand-duc de Luxembourg en 1890.

L'année 1888 est une année de deuil; La grande-duchesse Louise perd successivement son fils cadet, son père et son frère.

Veuve en 1907, son fils Frédéric II monte sur le trône mais abdique à la fin de la Grande Guerre. La grande duchesse Louise reste dans ses États et meurt à Baden, station thermale huppée, à 85 ans.

Articles connexes[modifier | modifier le code]