Antonio da Sangallo le Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Da Sangallo.
L'église Santa Maria di Loreto à Rome

Antonio Cordiani, dit Antonio da Sangallo le Jeune (Florence, 12 avril 1484 - Terni, 3 août 1546) est un des principaux architectes italiens de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est dénommé le Jeune pour le différencier de Antonio da Sangallo le Vieux, son oncle[1].

Avec ce dernier, il part à Rome en 1503 et devient le disciple de Bramante puis de Baldassarre Peruzzi. Il passera la majeure partie de sa vie à Rome, tout en dirigeant des chantiers à Florence, à Orvieto et ailleurs. Il sera l'un des architectes préférés des papes Clément VII ainsi que de son successeur, le cardinal Alexandre Farnèse, Paul III, qui l'avait chargé dès 1512 des travaux du palais Farnèse auxquels la dernière main sera mise par Michel-Ange.

Son œuvre considérée comme la plus achevée est l'église Santa Maria di Loreto, en briques et travertin, près de la colonne Trajane.

Il complète l'église San Giovanni dei Fiorentini commencée par Jacopo Sansovino, près de la rive Tevere, près de Pont Sant'Angelo.

Nommé par le pape Paul III, architecte de toutes les fabriques pontificales en 1536, il agrandit et réorganise les fortifications du Vatican (dites Mura Leonine du nom du pape Léon IV qui les fit construire) et modernise le Mur d'Aurélien. Près de la porte Cavalleggeri, un Bastione Sangallo est encore visible. Ce pape lui commande également deux grandes pièces du Palais apostolique : la chapelle Paolina (1537-1540) et la plus spectaculaire des salles de réception du palais : la salle royale (1538-1573).

Après le sac de Rome, Antonio travaille principalement en dehors de la ville, surtout comme architecte militaire, pour les fortifications d'Ancone. Le pape Clément VII le charge de réaliser le puits de Saint Patrick à Orvieto. Creusé dans le tuf, profond d'une soixantaine de mètres, ce puits fut réalisé de 1527 à 1537. Il comporte deux rampes hélicoïdales superposées de 242 marches chacune. Durant ses séjours à Orvieto, Sangallo supervise également des réfections et améliorations dans la cathédrale Santa Maria Assunta in Cielo.

Il est mandaté par le pape Paul III, en 1545, pour creuser un autre canal, la Cava Paolina, au lac de Velino près de la cascade des Marmore (cascata delle Marmore) où il meurt pendant les travaux en 1546.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Le Palais Farnèse à Rome

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son père Giuliano da Sangallo et son oncle Antonio obtinrent le nom d'artiste de Sangallo car ils travaillèrent près de la porte Saint-Gall à Florence.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
126 le vite, antonio da sangallo.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :