Saint Placide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Placide (homonymie), Saint-Placide et Placide.
Saint Maur sauvant de la noyade saint Placide à la demande de saint Benoît - (Fra Filippo Lippi)

Saint Placide, saint de l'Église catholique, est un moine bénédictin, disciple de Saint Benoît, qui a vécu au VIe siècle.

Vie[modifier | modifier le code]

Placide est né en 518 dans une ancienne famille de Rome. Il fut confié tout jeune à saint Benoît, pour être élevé à Subiaco. Il va dès lors partager la vie rigoureuse des moines. Il accompagna ensuite saint Benoît au Mont Cassin où il mourut en 542.

On raconte qu'à son arrivée à Subiaco, le jeune Placide, envoyé par saint Benoît chercher de l'eau, allait se noyer dans le lac où il cherchait à puiser l'eau. Saint Benoît s'en apercevant, demanda à son autre disciple saint Maur d'aller lui porter secours. Saint Maur s'élança alors au secours de l'enfant, en marchant sur les eaux et le sauva de la noyade.

La légende[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, des bénédictins de Sicile voulurent faire de Placide un martyr sicilien, parce que saint Benoît l'avait envoyé fonder un monastère dans l'île. Il serait donc venu à Messine où, des pirates auraient envahi le monastère, et torturé les moines qui s'y trouvaient, ainsi que Placide. À la fin du XVIe siècle on retrouva effectivement des squelettes que l'on attribua à l'un ou l'autre des moines martyrisés. Mais cette « Passion » n'a jamais été prouvée historiquement.

Culte[modifier | modifier le code]

Saint Placide est célébré le 5 octobre dans le calendrier de l'Église.

Saint Placide dans l'art[modifier | modifier le code]

Placide est représenté comme un homme jeune, vêtu de la coule bénédictine, avec parfois une palme à la main (en souvenir de son martyr « supposé »). Le thème de saint Maur le sauvant de la noyade est le plus communément représenté :

Mère Geneviève Gallois (1888-1962), moniale de l'abbaye bénédictine Saint-Louis du Temple, rue Monsieur puis à Limon, a écrit et dessiné « La Vie du petit saint Placide », petite présentation humoristique des vertus monastiques.

Patronage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 105

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • La Vie des Saints pour tous les jours de l'année - Abbé L. Jaud - Tours - Mame - 1950.
  • Le petit livre des saints - Rosa Giorgi - Larousse - 2006 - (ISBN 2-03-582665-9)

Lien externe[modifier | modifier le code]