Royaume lombard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Royaume d'Italie.

Royaume lombard

568 – 774

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Pavie
Histoire et événements
568 Création
774 Dissolution

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume lombard succède au royaume ostrogoth en Italie pendant une époque tardive des Grandes invasions européennes.

L'arrivée des Lombards en 571, un peuple germanique, est à l'origine du toponyme de la région italienne (Lombardie).

Au cours de l'Antiquité, la Lombardie actuelle est sous domination étrusque avant d'être occupée par des peuples Gaulois (IVe siècle av. J.-C.), puis par les Romains (IIIe siècle av. J.-C.). Elle est intégrée à l'Italie romaine avec l'ensemble de la Gaule cisalpine au Ier siècle av. J.-C.. Une fois l'Empire romain foulé aux pieds à la fin du Ve siècle, elle passe sous la domination des Ostrogoths (Royaume ostrogoth d'Italie ayant pour capitale Ravenne), puis des Byzantins et finalement des Lombards.

Les territoires conquis par les Lombards ne se limitent pas seulement à l'actuelle Lombardie. Les Lombards agrandissent leur domination sur des vastes régions de l'Italie, du nord au sud, sans toutefois jamais parvenir à une conquête totale de la péninsule.

Alduin puis Alboïn fondent ce potentat. L'avenir du royaume se joue en 752 sous le règne d'Aistolf lorsque le pape Étienne II introduit les Carolingiens pour régler une crise lorsque les Lombards cherchent à atteindre la suprématie dans la péninsule.

Vingt ans après, ils ont perdu le combat : Charlemagne met fin au royaume en 774 par une invasion suivie d'une dévolution du pouvoir. Cette terre devenue la Lombardie devient une possession du Saint-Empire romain germanique en 952.

Mise en place[modifier | modifier le code]

Le royaume lombard sous Alboïn (568-572)
Le royaume lombard sous Agilulf (591-616)
Le royaume lombard sous Rothari (636-652)
Le royaume lombard sous Liutprand (712-744)

La région d'Italie actuellement nommée Lombardie où se situe la ville de Milan, conserve par son nom le souvenir du royaume lombard en Italie. Entre autres témoignages, la toponymie de la Lombardie centrale atteste la présence de ces envahisseurs germaniques à travers des noms de lieux contenant la racine germanique -fara- ou formés avec le suffixe -engo (du germanique ing(o) : fils, descendant) (dont Marengo, célèbre pour sa bataille). Quant à la langue lombarde elle fut certainement parlée jusqu'au début du VIIIe siècle au moins ; puis elle disparut totalement au IXe siècle.

Quand ils entrent en Italie, les Lombards n'ont jamais connu l'autorité impériale. Ils sont de plus encore probablement en majorité païens, quoiqu'un certain nombre d'entre eux soit touché par l'arianisme. En plus de leurs déprédations et du choc culturel que cause leur venue dans le monde romain du Bas-Empire, leur foi constitue un puissant frein à leur intégration dans la péninsule. Dans les faits, le royaume des Lombards demeure le dernier royaume « hérétique » d'Europe occidentale (même si l'arianisme est encore important dans le royaume wisigoth officiellement catholique, situé sur les terres d'Hispanie) en dépit – ou à cause – de la proximité de Rome et d'une Papauté toujours plus influente.

Ce sont les rois Authari (élu en 584) et surtout Agilulf qui installent véritablement le « royaume lombard » en Italie. Les ducs, surtout dans le nord de la péninsule, les gastaldii (du germanique, signifiant les « hôtes », les « serviteurs ») et les colonies militaires lombardes (les arimannii : du germanique ; signifiant les « hommes libres », c'est-à-dire les « guerriers » pour un peuple germanique) fournissent le premier cadre, politique et militaire, du royaume. Ce cadre, essentiellement rural, constitue la structure dans laquelle vivent des paysans italiens, désormais liés à la terre : les coloni.

Le royaume lombard d'Italie connait ses plus grandes extensions sous les règnes des rois Agilulf (591-615), Rothari (636-652), Grimoald (662-671) et surtout Liutprand (712744), le plus grand des rois lombards, qui amene le royaume à son apogée malgré son échec dans sa tentative d'unification italienne.

À la fin de la rapide conquête franque (774) et avec la suppression des duchés de Toscane (Tuscie), de Spolète et de Cividale (Duché de Frioul) en 776, un seul duché lombard résiste plus ou moins en Italie méridionale : le duché de Bénévent qui se considère comme l'héritier du royaume lombard et qui s'élève en principauté. Relativement proche de Byzance sur le plan culturel (par l'intermédiaire du duché de Naples), il demeure indépendant jusqu'à la conquête normande au XIe siècle, brièvement soumis par les Francs à partir de 787.

La société en Italie à l'époque lombarde[modifier | modifier le code]

Après la restauration de la royauté, les Lombards massacrent les « Romains puissants » (la noblesse). La classe sénatoriale, qui avait conservé son pouvoir sous Odoacre, les Goths et les Byzantins, est laminée. L'efficace administration romaine, préservée autrefois par Théodoric, est anéantie. On ne sait pas si les Romains sont réduits en esclavage ou s’ils conservent leur liberté personnelle. La situation semble varier selon les conditions d’arrivée des envahisseurs. De toute façon, le pouvoir politique leur échappe au profit des guerriers lombards et leurs familles. Les terres d’État (fisc) et celles des dirigeants romains sont confisquées. Les petits propriétaires doivent verser des droits correspondant au tiers des produits de la terre. Peu à peu, ils s’appauvrissent et deviennent en quelque sorte les colons des Lombards. Á la différence des peuples germaniques avant eux tels les Burgondes et les Wisigoths, les Lombards ne partagent pas leurs terres avec les autochtones.

L’Italie de la fin du VIe siècle est dépeuplée par la guerre et la maladie, la famine et les inondations, et la peste fait son apparition au début du VIIe siècle avec son lot de victimes. Les habitations rurales de la plaine sont repoussées vers les collines et les montagnes, les champs et les systèmes d’irrigation sont laissés à l’abandon.

Les rois ariens du début du VIIe siècle mettent en place le second cadre, administratif et juridique, du royaume : l'administration de la cour royale à Pavie, capitale lombarde à partir de 626, supplantant Milan, Monza et Vérone. Il faut attendre le roi Arioald pour que dans la capitale lombarde une administration soit fonctionnelle. Celle-ci s'est beaucoup inspirée de la bureaucratie byzantine.

Le roi Agilulf, arien, se convertit au catholicisme vers 607. La conversion progressive des Lombards au catholicisme favorise leur fusion avec les Romains durant le VIIe siècle jusqu’au début du VIIIe siècle. L’action des papes, de la reine Théodelinde, qui entretient des relations épistolaires avec le pape Grégoire, et celle de Byzance qui envoie des missions de moines d’Orient en Lombardie, active le processus.

En 643, le roi Rothari fait écrire la loi de son peuple par un édit en latin (l'Édit de Rothari), les Leges langobardorum qui coexistèrent avec la loi romaine dans un royaume coupé en deux : Les Lombards, détenant le pouvoir politique et militaire, et les « Italiens » faisant fonctionner l'Église et l'administration.

Au début du VIIIe siècle, la société est entièrement chrétienne, organisée autour des évêchés et des paroisses, au cœur de la vie spirituelle et sociale. On y retrouve les racines antiques de l’Italie des « petites patries ». Les noms deviennent indifféremment lombards ou romains, les mariages mixtes sont autorisés, les Lombards adoptent la langue et les coutumes vestimentaires romaines. Notamment à travers les lois de Ratchis (746) et d'Aistolf (ou Aistulf) (755), l'influence du droit romain grandit à la cour de Pavie ce qui peut nous prouver une certaine romanisation des Lombards, de la noblesse et de la cour royale du moins.

L’économie agricole repose au VIIIe siècle sur la grande propriété terrienne en voie de développement, aux mains de l’aristocratie, des monastères et des églises épiscopales. Les villes conservent un rôle économique et commercial de premier plan, ce qui infirme toute hypothèse d’autarcie des grands domaines. L’aristocratie, solidement implantée sur des bases régionales et municipales, dotée de terres et du monopole des charges publiques, domine, menaçant même le pouvoir royal. Les hommes libres conservent un rôle politique : ils servent dans l’armée et assistent le souverain dans ses fonctions judiciaires et administratives. Des assemblées se tiennent à Pavie au printemps. Le service militaire concerne tous les hommes libres, sans distinction ethnique. Les plus riches servent à cheval avec un équipement complet, les plus pauvres se contentent d’un arc et servent à pied. Ceux qui ne peuvent pas s’équiper effectuent des corvées en remplacement. Ils peuvent parfois tomber dans un état de dépendance quasi servile, annonçant la société féodale.

Géostratégie régionale[modifier | modifier le code]

Un conflit entre trois pouvoirs caractérise l'histoire du royaume lombard en Italie : le pouvoir de Rome, siège apostolique ; le pouvoir byzantin, reliquat de la tentative de reconquête de l'Occident entreprise par le général Bélisaire sous le règne de Justinien et le pouvoir des rois lombards. Aussi, la situation politique de la péninsule ne fut jamais réellement stable sous ces derniers.

Hégémonie lombarde sur l'Italie[modifier | modifier le code]

Contre Byzance, les Lombards emportent d'abord les possessions méridionales qui deviennent les duchés de Spolète et de Bénévent en 570 et 571. Après une timide tentative de reconquête impériale menée en 590, les Lombards prennent ensuite Gênes (sous Rothari, en 650). L'exarchat de Ravenne (enclave byzantine constituée autour de la dernière capitale de l'Empire d'occident), communément appelé Romania, continue cependant d'échapper à leur contrôle jusqu'en 751 et ce, en dépit de plusieurs tentatives de la part de ces derniers. Quant à la Vénétie et à Naples, elles échappent au joug lombard.

Aux VIIe et VIIIe siècles, les relations des Lombards avec l'Église romaine et, durant une période plus courte, avec l'aristocratie romaine, sont quant à elles détestables.

Rome, d'abord officiellement rattachée à l'exarchat de Ravenne et Byzance, voit le pouvoir du pape se substituer à celui d'un empereur lointain et incapable d'intervenir sur le sort de ses sujets péninsulaires, tandis que la primauté du siège apostolique romain s'affirme de plus en plus sur les autres évêchés de la péninsule.

Agilulf est le premier souverain lombard à se convertir à l'orthodoxie non sans entraîner de vives résistances au sein de son peuple. Ses successeurs, en effet, reviennent vite à l'arianisme et le roi Rothari confisque les biens romains de son royaume. Le roi Aripert (653661) se convertit au catholicisme mais il décide de se rattacher à l'Église d'Aquilée qui refuse l'autorité papale sur le Frioul. Le roi Perctarith est finalement celui qui installe l'orthodoxie romaine dans le royaume, sans pour autant que les relations politiques lombardes avec Rome s'améliorent durablement. En 698, un rapprochement a pourtant lieu sous le règne du roi Cunipert : un concile met fin au schisme d'Aquilée et les biens de Rome sont restitués. Liutprand, dans son rêve de gouverner toute la péninsule italienne, met plus tard à profit les divergences entre Rome et Byzance, alors iconoclaste, pour tenter de s'approprier Ravenne.

La réaction papale[modifier | modifier le code]

Finalement, contre des Lombards de plus en plus pressants et menaçants, Rome se tourne vers les Francs, d'abord sans succès avec le Pape Grégoire III, en 739740. Cependant, le successeur de ce dernier, Zacharie, décide d'appuyer la famille carolingienne lorsque cette dernière usurpe la royauté au dernier roi franc mérovingien, Childéric III : cet événement majeur fait basculer les relations entre Lombards et Francs. Après la prise de Ravenne par les Lombards (751), en effet, Aistolf tente de prendre Rome. Le pape Étienne II effectue alors un voyage en Gaule en 754 pour demander l'aide de Pépin le Bref, nouveau roi des Francs. Le roi accomplit alors deux brèves expéditions contre Astolf, en 754 et en 756, plaçant ainsi Rome et la Papauté sous sa protection. Il est probable que le roi franc a évité de trop affaiblir les Lombards afin de les conserver comme alliés éventuels.

Pépin hésite avant d’attaquer le royaume des Lombards. L’Italie lombarde est devenue une grande puissance économique. Elle alimente, par les cols des Alpes, toute l’Europe du Nord-Ouest en produits de luxe orientaux. Elle connaît un renouveau artistique (fresques de Castelseprio, sculptures du tempietto de Cividale) et intellectuel (lettrés laïcs issus des écoles monastiques). Son armée, constituée de tous les hommes libres, y compris les marchands des villes, est puissante. Lutter contre un tel royaume est pour les Francs un changement fondamental de politique, le passage d’une vision nordique et franque à une conception européenne, multinationale et quasi-impériale.

Intégré aux Carolingiens[modifier | modifier le code]

Le dernier roi des Lombards est Desiderius, ou « Didier », qui règne jusqu'en mars 774. Ce souverain au tempérament indécis tente de contrebalancer l'influence franque en se rapprochant du duché de Bavière. En 772, Charlemagne répond à l'appel à l'aide du pape Étienne II, menacé par Didier, et intervient en Italie au printemps 773. Il prend Pavie en mars 774 après un siège difficile mais une conquête rapide et sans résistance notable, mettant ainsi fin au règne de Didier et à la domination lombarde sur l'Italie. Le manque de cohésion entre les différents ducs lombards est l'une des principales causes de leurs trois défaites face aux Francs.

Le jeune souverain carolingien, compte tenu de l'importance stratégique de l'Italie pour l'Église, prend néanmoins à cette occasion le titre de « roi des Lombards », plaçant ainsi la péninsule sous son contrôle direct. Il prélève également une partie du royaume des Lombards pour le siège apostolique, acte qui est à l'origine de la création des États pontificaux et qui existèrent jusqu'au milieu du XIXe siècle. Ainsi, le Franc honore la promesse de protéger Rome comme l'avait fait son père à l'évêque de Rome.

C'est dans ce contexte que le Lombard Paul Diacre (Warnefried de son vrai nom) peut participer à la Renaissance carolingienne et que l'influence du monastère de Bobbio gagne le royaume des Francs.

Quant aux Lombards, ils conservent leurs lois nationales et s'accommodent tant bien que mal du pouvoir carolingien. Le nom de « Langobardorum » pour désigner l'ancien royaume lombard reste en vigueur jusqu'en l'an 817, date à laquelle on proteste pour que la péninsule retrouve son nom d'« Italie » pour devenir le « royaume d'Italie » (Regnum Italicum).

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]