Abbaye territoriale de Subiaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye territoriale de Subiaco
Image illustrative de l'article Abbaye territoriale de Subiaco
Vue d'ensemble de l'abbaye Sainte-Scholastique
Présentation
Nom local Abbazia di Santa Scolastica
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction VIe siècle
Style dominant Nombreux styles cumulés
Site web www.subiacocongregation.com/index.html
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Commune Subiaco
Coordonnées 41° 55′ 00″ N 13° 07′ 07″ E / 41.9167, 13.1187 ()41° 55′ 00″ Nord 13° 07′ 07″ Est / 41.9167, 13.1187 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Abbaye territoriale de Subiaco

L'Abbaye Sainte-Scholastique (en italien : Abbazia di Santa Scolastica), sise à Subiaco, dans le Latium en Italie, est une abbaye bénédictine fondée au VIe siècle par saint Benoît. C’est dans une grotte de Subiaco que Benoît de Nursie trouva sa première retraite d'ermite.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée du monastère

Au début du VIe siècle saint Benoît, de bonne famille et formé à Rome, se retire près d’une ancienne villa romaine, dans une grotte de Subiaco, dans les montagnes du nord du Latium. Sa renommée comme guide spirituel lui attire rapidement des disciples (beaucoup d’anciens amis de Rome) qui s’installent dans les environs. Au fil des années il y aura pas moins de 13 communautés monastiques autour de Subiaco, dont celle qui prendra plus tard de nom de sainte Scolastique, sœur de Benoît et moniale elle-même. Pour retrouver un peu de solitude saint Benoît quitte les lieux pour s’installer au Mont-Cassin, où la même aventure recommence...

Au IXe siècle le monastère Sainte-Scholastique est dévasté deux fois pas les Sarrazins, en 828-829 et 876-877. Mais il se relève, et s’agrandit, au Xe siècle grâce au soutien financier et à la faveur de nombreux papes, dont plusieurs, en fait sont moines bénédictins.

Comme pour d’autres, ailleurs en Europe, les XIe et XIIe siècles sont l’âge d’or de l’abbaye Sainte-Scholastique : son patrimoine s’étend, le nombre de moines est élevé, les liturgies sont élaborées et fastueuses. Pouvoir économique et influence politique s’étendent loin. Au XIIe siècle, un sanctuaire est construit au-dessus de la grotte qui était le refuge de saint Benoît (le Sacro Speco ou « Sainte Grotte »).

Ses richesses attirent la convoitise, et son prestige lui crée des ennemis. De longues luttes d’influence avec le pouvoir féodal affaiblissent l’abbaye. La décadence s'accélère encore lorsqu’elle est donnée en commende (1456) par Calixte III au cardinal Juan de Torquemada, oncle du fameux inquisiteur. De puissantes familles liées au pouvoir pontifical la contrôlent. Rodrigo Borgia (futur Alexandre VI) en est l’abbé commendataire en 1467. Ce sont ensuite les familles des Colonna (1492), les Borghèse (1608) et les Barberini (1633). Certains prennent à cœur leur abbaye et la restaurent, d’autres (la plupart) se contentent de l’exploiter, sans parfois même la visiter. Peu se soucient de son bien spirituel.

Un redressement paraît en 1753 lorsque Benoît XIV prend la décision de retirer aux abbés commendataires le pouvoir temporel sur leur abbaye, leur laissant cependant la juridiction spirituelle et ecclésiastique. Mais en fin de siècle, avec le passage des français dans les États pontificaux, l’abbaye est supprimée. Pie VII, dès qu’il recouvre la liberté la rétablit. En 1915 Benoît XV lui rend tous ses privilèges d'abbaye nullius.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Premier cloître des XIIe et XIIIe siècles
Deuxième cloître des XIVe et XVe siècles

La communauté monastique est constituée d’une vingtaine de moines, dont onze prêtres, vivant en deux lieux différent, l’abbaye de Sainte-Scholastique (la majorité des moines) et l’abbaye du Sacro Speco, sanctuaire à la mémoire de saint Benoît que l'on peut visiter.

Abbaye Sainte-Scholastique[modifier | modifier le code]

  • Les bâtiments s’organisent autour de trois cloîtres. Le plus ancien (XIIe et XIIIe siècles) est cosmatesque, c’est le plus beau et harmonieux. Le second est gothique, des XIVe et XVe siècles. Le troisième date de la renaissance (fin du XVIe siècle).
  • L’église gothique avec campanile roman fut entièrement refaite en 1771-1776 et a un aspect néo-classique qui détonne dans l’ensemble architectural de l’abbaye.

Le sanctuaire du Sacro Speco (ou « de saint Benoît »)[modifier | modifier le code]

Situé à quelques kilomètres de l’abbaye, le sanctuaire est spectaculairement accroché au flanc de la montagne dont il épouse la courbe. Il est soutenu par neuf hautes arcades ogivales.

  • L’intérieur est fait d’un labyrinthe de chambrettes, chapelles (au-dessus de la grotte même de saint Benoît) et d’étroits passages, certains creusés dans le roc même. Le tout est couvert par endroits de fresques d’époques diverses, les plus anciennes (byzantines) remontant au VIIIe siècle.
  • Le point d’intérêt particulier en est une représentation de saint François d’Assise. C’est le plus ancien portait que l’on connaisse du saint, en fait réalisé avant sa mort. Elle fut réalisée durant le séjour de François d’Assise à Subiaco (1223-1224). On le voit sans stigmates et sans auréole.

La Congrégation de Subiaco[modifier | modifier le code]

L’abbaye Sainte-Scholastique est aujourd’hui, au sein de la confédération bénédictine, à la tête de la Congrégation de Subiaco une fédération de soixante-quatre monastères bénédictins situés sur les cinq continents et à laquelle sont aussi agrégées quarante-cinq communautés féminines.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]