Pistoia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pistoia
La campanile sur la place de la cathédrale
La campanile sur la place de la cathédrale
Noms
Nom italien Pistoia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane 
Province Pistoia 
Maire Samuele Bertinelli
2012-2017
Code postal 51100
Code ISTAT 047014
Code cadastral G713
Préfixe tel. 0573
Démographie
Gentilé pistoiesi
Population 90 288 hab. (31-12-2010[1])
Densité 383 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 00″ N 10° 55′ 00″ E / 43.93333, 10.91667 ()43° 56′ 00″ Nord 10° 55′ 00″ Est / 43.93333, 10.91667 ()  
Altitude Min. 65 m – Max. 65 m
Superficie 23 600 ha = 236 km2
Divers
Saint patron San Jacopo
Fête patronale 25 juillet
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Pistoia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Pistoia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Pistoia
Liens
Site web http://www.comune.pistoia.it

Pistoia est une ville d'environ 90 000 habitants située dans la province de Pistoia en Toscane (Italie).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville s'est longtemps appelée Pistoria (en latin, Pistorium, Pistoria, Pistoriae, formes toutes documentées), terme visiblement dérivé du latin pistor désignant celui qui pile le grain, puis un boulanger. On suppose qu'il y aurait eu sur le site une sorte de moulin primitif permettant de broyer les grains pour nourrir à la fois hommes et bêtes. Par la suite, dans le dialecte toscan, le r s'est amuï au contact du yod, d'où la forme moderne Pistoia. Il semble que la ville de Pistoia soit à l'origine du mot français bistouri par l'intermédiaire du latin médiéval pistorensis, utilisé pour désigner une sorte de couteau fabriqué à Pistoia (en italien moderne pistolese). Par contre, la pistole et le pistolet, contrairement à ce qu'on croit parfois, n'ont apparemment rien à voir avec Pistoia : ils viennent de l'allemand Pistole, lui-même emprunté au tchèque pichtol.

Le nom francisé de la ville est Pistoie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pistoia est située au pied des Apennins, à 37 km au nord-ouest de Florence, dans le centre de l'Italie. Elle appartient à la région administrative de Toscane et est le chef-lieu de la province de Pistoia, l'une des plus petites d'Italie, créée en 1927 par Mussolini.

Histoire[modifier | modifier le code]

Même si on n'en a pas vraiment de preuves, on pense que Pistoia fut d'abord une colonie romaine fondée au IIe siècle av. J.-C. lors des guerres contre les Ligures, avant de devenir un oppidum. Certains vestiges montrent cependant une occupation antérieure des lieux, aussi bien par les Ligures que par les Étrusques.

En 62 av. J.-C., pendant la maladie du consul Antonius, collègue de Cicéron, Petreius Marcus marcha contre Catilina et écrasa son armée dans la terrible bataille de Pistoïa. Catilina et ses compagnons conspirateurs y furent tués.

À la fin du Ve siècle, sous domination byzantine, Pistoia avait son propre évêque, preuve du développement de la ville. Même chose plus tard quand la région fut conquise par les Lombards, qui installèrent aussi dans la ville un administrateur royal appelé gastaldo.

En 1254, Pistoia, ville gibeline, fut conquise par Florence guelfe, mais cela provoqua la division des Guelfes en factions noire et blanche. Pistoia resta sous contrôle florentin, sauf pendant une période brève au XIVe siècle, quand Castruccio Castracani la conquit pour Lucques, et fut officiellement annexée par Florence en 1301. Le poète du XVe siècle Antonio Cammelli est né à Pistoia, d'où son surnom il Pistoia.

Dans la Divine Comédie, Dante Alighieri a mis dans son Enfer Vanni Fucci, personnalité célèbre de Pistoia à la fin du XIIIe siècle. Il le place dans le septième bolge du huitième cercle (le malebolge), là où se trouvent les voleurs d'objets sacrés tourmentés par des serpents. Vanni Fucci avait en effet dérobé des objets dans la sacristie de la cathédrale, laissant condamner un innocent à sa place. De plus, il faisait partie des Guelfes noirs, tandis que Dante appartenait à la faction des blancs, une raison de plus pour l'envoyer en enfer.

Du 18 au 28 septembre 1786, se tint à Pistoia un synode janséniste rassemblé par Scipione de' Ricci, évêque de la ville, avec l'approbation de Léopold Ier, grand-duc de Toscane et l'un des chefs du joséphisme. Ce synode fut suivi d'un concile tenu à Florence en 1787. Les décisions du synode et du concile furent condamnées par le pape Pie VI dans sa bulle Auctorem fidei du 28 août 1794.

Économie[modifier | modifier le code]

Les industries traditionnelles y sont celles du cuir et de la dentelle.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 12 juin 2007 Renzo Berti DS  
12 juin 2007 en cours Renzo Berti PD  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Badia a Pacciana, Bargi, Bonelle, Bottegone, Botro, Canapale, Chiodo, Chiazzano, Chiesina Montalese, Cireglio, Collina, Capostrada, Candeglia, Gello, Le Grazie, Le Piastre, Masiano, Orsigna, Piazza, Piteccio, Pontelungo, Pontenuovo, Pracchia, Ramini, San Felice, Sammommè, Santomato, Saturnana, Spazzavento, Valdibrana, Vicofaro, Vivaio, Sant'Agostino, Torbecchia, Nespolo, Le Querci, Le Fornaci

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Agliana, Cantagallo (Prato), Granaglione (Bologne), Lizzano in Belvedere (Bologne), Marliana, Montale, Piteglio, Porretta Terme (Bologne), Quarrata, Sambuca Pistoiese, San Marcello Pistoiese, Serravalle Pistoiese

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Pistoia[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

La cathédrale ou « Duomo » de Pistoia

Bien que moins visitée que les autres villes en Toscane, les environs industriels étant peu avenants, Pistoia présente un quartier médiéval bien préservé.

La grande Piazza del Duomo, l'une des plus belles d'Italie, aligne des immeubles originaux et attractifs, et est le théâtre en juillet des « joutes de l'ours » (Giostra dell'Orso).

La Giostra dell'Orso se déroule chaque 25 juillet, jour de la fête catholique de saint Jacques le Majeur patron de la ville, et voit s'affronter les quatre quartiers de la ville (dits Rioni) qui sont ceux du Grifone (Griffon), du Leon d'Oro (Lion d'Or), du Drago (Dragon) et du Cervo Bianco (Cerf blanc). Trois cavaliers de chaque quartier (plus une réserve) s'affrontent en duel sur 18 tours. Les meilleurs cavaliers de ces quartiers, lancés à une allure effrayante, doivent frapper avec des lances une cible tenue par un mannequin ayant l'aspect d'un ours. Le quartier ayant engrangé le plus de points gagne la joute et reçoit le Palio (l'étendard) pour l'année. Le meilleur cavalier reçoit lui le Speron d'Oro (l'éperon d'or) pour sa performance.

La première cathédrale de San Zeno brûla en 1108, mais fut rebâtie pendant le siècle suivant, et reçut des améliorations jusqu'au XVIIe siècle. Elle est plus connue sous le nom de Duomo, du fait de la présence d'un dôme roman du XIIe siècle, avec campanile et portique du XIVe. Son point le plus remarquable est l'autel de saint Jacques, chef-d’œuvre d'argenterie commencé en 1287, mais qui ne fut pas terminé avant le XVe siècle. Les diverses sections du retable contiennent 628 figures, le total pesant près d'une tonne. Il faut dire que saint Jacques le Majeur était devenu le patron de Pistoia, depuis qu'une partie de ses reliques avait été acquise par la ville en 1143, ce qui valait bien un tel honneur.

L'Ospedale del Ceppo

Le centre-ville contient environ une douzaine d'églises et d'immeubles médiévaux remarquables, parmi lesquels :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. « Fabroni (Charles) », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  3. Le même jour, son frère aîné, Giovanni Fabbroni, fut également nommé député de l'Arno.
  4. Annuaire des villes jumelées