Principauté de Capoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'Italie en l'an 1000, montrant la Principauté de Capoue.

La principauté de Capoue (en latin Principatus Capuae ou Capue, en italien Principato di Capua) était un État lombard d'Italie méridionale, indépendant de facto, mais tantôt sous la suzeraineté du Saint-Empire romain germanique, tantôt sous celle de l'Empire byzantin. Elle était à l'origine dirigée par un gastald, puis par un comte, au sein de la principauté de Salerne.

Origine[modifier | modifier le code]

Capoue était une ancienne ville italienne, la plus grande ville romaine du sud, qui, après la chute de l'Empire romain, fut dévastée par les Goths et les Vandales. Bien que cette partie de son histoire soit peu connue, elle constituait le centre d'un gastaldat lombard dans le duché de Bénévent.

Elle entre dans l’histoire comme un État lombard, en 839, à la mort de Sicard, duc de Bénévent, sous Landulf l'Ancien. Celui-ci et ses fils étaient partisans de Siconulf de Salerne.

En 841, Capoue fut entièrement saccagée et détruite par les Sarrasins à la solde de Radelchis Ier de Bénévent. Landulf et son fils ainé, Lando Ier, prirent l’initiative de fortifier la colline voisine de Triflisco sur laquelle fut construite une nouvelle ville, la Capoue contemporaine.

Capoue fut déclarée indépendante par Pando le Rapace, en 862. À sa mort, survenue la même année, la succession du comté fut sujette à dispute. L’évêque Landulf destitua le fils de Pando, puis unifia les pouvoirs ecclésiastique et séculier de la région, comme devait le faire presque en même temps Athanase à Naples. La mort de l’évêque raviva les différends touchant à l’évêché et au comté de Capoue, et la principauté fut l’objet d’une guerre civile qui opposa Pandenulf, le fils déchu de Pando, à Lando III, un autre petit-fils de Landulf Ier. Salerne s’allia avec Lando et le Bénévent avec Pandenulf. Une crise de succession s’ensuivit en 887 et Atenulf fit valoir son statut princier avec l'aide d’Athanase de Naples. Il devait tenter de prévenir les futures crises de succession et de faire valoir les prétentions à l’indépendance de Capoue similaires à celles du Bénévent et de Salerne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]