Lindsay Anderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anderson.

Lindsay Anderson

Nom de naissance Lindsay Gordon Anderson
Naissance
Drapeau de l'Inde Bangalore (Inde)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès (à 71 ans)
Drapeau de la France Angoulême (France)
Profession Réalisateur
Films notables Le Prix d'un homme
If....
Le Meilleur des mondes possible

Lindsay Anderson (Bangalore, Inde, - Angoulême, ) est un metteur en scène de théâtre et de cinéma, documentariste et critique britannique. Il fut un des animateurs du Free cinema anglais, avec Karel Reisz et Tony Richardson.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Cet ancien journaliste de cinéma est surtout connu pour avoir réalisé If...., l'un des films les plus marquants du cinéma britannique, qui remporta la Palme d'or du Festival de Cannes en 1969. Il réalisa par la suite Le Meilleur des mondes possible (O Lucky Man !, 1973), Britannia Hospital (1982) (où l'on retrouve l'acteur Malcolm McDowell révélé par If....) et Les Baleines du mois d'août (The Whales of August, 1987).

D'ascendance écossaise, fils d'un officier de la marine britannique, il est né en Inde du Sud, à Bangalore, et fréquenta le Cheltenham College, où il rencontra son ami et biographe, le scénariste et romancier Gavin Lambert ; plus tard, il fit des études classiques au Wadham College, à Oxford, puis étudia la littérature anglaise au Magdalen College, toujours à Oxford.

Une fois ses études achevées, Anderson travailla pendant la dernière année de la Seconde Guerre mondiale comme cryptographe pour les services de renseignements, au Wireless Experimental Centre, à Delhi.

Avant de se lancer dans le cinéma, Anderson fut un critique de premier ordre pour l'influent magazine Sequence (1947-52), dont il fut le cofondateur avec Gavin Lambert et Karel Reisz ; plus tard, il devait également écrire dans Sight & Sound, la revue du British Film Institute et dans l'hebdomadaire politique de gauche le New Statesman. Dans l'un de ses premiers articles polémiques, resté célèbre, Stand Up, Stand Up, il esquissait les grandes lignes de ses théories concernant l'avenir du cinéma britannique.

En 1950, Anderson fit la connaissance de John Ford, ce qui déboucha sur l’un des ouvrages les plus importants concernant ce réalisateur About John Ford (1981). Basé sur une demi-douzaine d’entretiens réalisés sur une période couvrant plus de deux décennies, et sur une vie d’étude de l’œuvre de Ford, le livre a été décrit comme l’« un des meilleurs livres sur un cinéaste jamais publié par un autre cinéaste »[1]. De ce qui ressort de la lecture des écrits d’Anderson, une autre de ses influences majeures fut Humphrey Jennings, le grand documentariste britannique de la Seconde Guerre mondiale.

À la suite d'une série de projections, organisée au National Film Theatre, de courts-métrages produits de façon indépendante par lui-même, Karel Reisz et d’autres, il développa une philosophie du cinéma qui trouva son expression dans le mouvement aujourd’hui connu sous le nom de Free Cinema, qui vit le jour en Grande-Bretagne à la fin des années 1950. Elle partait de l'idée que le cinéma devait se libérer de ses attitudes de classes et que la ou les classes laborieuses avaient le droit de visibilité sur les écrans britanniques.

Avec Karel Reisz, Tony Richardson, et d’autres, ils rassemblèrent des fonds provenant de différentes sources (dont la succursale de la société Ford en Grande-Bretagne) et chacun d’eux réalisa une série de courts-métrages documentaires socialement novateurs sur plusieurs sujets différents.

Ces films, qui étaient réalisés dans la tradition des documentaires britanniques des années 1930, par des réalisateurs tel que John Grierson, étaient très annonciateurs du réalisme social du cinéma britannique qui fit son apparition dans les années 1960, avec le film du même Anderson Le Prix d'un homme (This Sporting Life, 1963), le Samedi soir, dimanche matin de Reisz, et le film de Richardson : La Solitude du coureur de fond.

L’un des premiers courts-métrages d’Anderson's, Thursday's Child, remporta l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire en 1954. Anderson revint à ses racines de documentariste en 1985, lorsque le producteur Martin Lewis l’invita à faire la chronique de la toute première visite en Chine des artistes du groupe de musique pop Wham!. Cela se traduisit par le film d’Anderson : Foreign Skies : Wham ! In China[2].

Ce pour quoi Anderson reste le plus connu, cependant, c’est sa trilogie de "Mick Travis", trois longs-métrages avec Malcolm McDowell dans le rôle de Travis : If..., Le Meilleur des mondes possible (O Lucky Man !) et Britannia Hospital.

En même temps qu’il tenait à ce que ce soit Malcolm Mcdowell qui interprétât le personnage de Travis, Anderson insista toujours pour qu’Arthur Lowe, acteur « de genre » britannique, célèbre pour son rôle du capitaine Mainwaring dans Dad's Army, un feuilleton de la BBC qui connut un certain succès, fit partie de la distribution de ses films. C’est ainsi que Lowe apparaît dans If..., Le Meilleur des mondes possible et dans Britannia Hospital.

Anderson fut également un directeur de théâtre d’importance en Grande-Bretagne. Longtemps, il fut associé avec le Royal Court Theatre de Londres, où il exerça la fonction de codirecteur en 1969-70, et de directeur artistique associé en 1971-75, et pour lequel il créa, entre autres, les pièces de David Storey.

Anderson était un ami proche de l’actrice Jill Bennett qui se suicida en 1990 et, en 1992, il intégra un épisode émouvant dans Is That All There Is ?, son film autobiographique réalisé pour la BBC : on y voit un bateau descendre la Tamise, avec à son bord plusieurs collègues et amis de l'actrice, et les cendres de celle-ci sont répandues sur l’eau pendant que le musicien Alan Price chante la chanson Is That All There Is ?

Tous les ans, le Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA) donne à un cinéaste réputé l'opportunité d'établir la programmation de ses 10 films favoris. En 2007, le réalisateur iranien Maziar Bahari choisit O Dreamland et Everyday Except Christmas dans sa liste des 10 plus grands classiques de l’histoire du documentaire.

Filmographie[modifier | modifier le code]

fictions

documentaires

télévision

  • 1956 : The Adventures of Robin Hood (série tv, 4 épisodes)
  • 1968 : NET Playhouse (série tv, 1 épisode)
  • 1972 : Play for Today (série tv, 1 épisode)
  • 1979 : The Old Crowd
  • 1989 : Glory ! Glory !

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Lindsay Anderson, About John Ford, éd. Plexus, Londres, 1981. Edition française : John Ford, éd. Ramsay, Collection Ramsay Poche Cinema, numéro 127, janvier 1994, 326 pages, Isbn 2-8411-4041-5

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traduction de l'article consacré à L. Anderson du Wikipedia en anglais.

  1. David Castell, Daily Telegraph, cité sur la jaquette de l’édition anglaise de poche du livre en question
  2. Foreign Skies: Wham! In China, imdb credits

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Alberto Crespi, Lindsay Anderson, Florence, La Nuova Italia, Il Castoro Cinema, 1988, 111 p.
  • (fr) "Les jeunes gens en colère vous parlent" (Ed. Pierre Horay, 1958) avec Doris Lessing, Colin Wilson, John Osborne, ...
  • (en) Margaret Allison Graham, Growth and Enlightenment in the Major Films of Lindsay Anderson, University Microfilms International, 1979, 162 p.
  • (en) Margaret Allison Graham, Lindsay Anderson, Boston, Twayne Publishers, 1981, 171 p.
  • (en) Lester Friedmann et Scott Stewart, « The Tradition of Independence : An Interview with Lindsay Anderson », in Wheeler Winston Dixon (sous la direction de), Re-Viewing British Cinema, 1900-1992. Essays and Interviews, Albany, State University of New York Press, 1994, p. 165-176.
  • (en) Jonathan Hacker et David Price, « Lindsay Anderson », Take 10 Contemporary British Film Directors, Oxford et New York, Oxford University Press, 1991, p. 27-66.
  • (en) Penelope Houston, « Parker, Attenborough, Anderson », Sight and Sound, été 1986.
  • (en) Gavin Lambert (en), « Unrequited Lover », Sight and Sound, octobre 1994, p. 18-19 (nécrologie).
  • (fr) Raymond Lefèvre, « Lindsay Anderson ou la fidélité au Free Cinema », Image et Son, octobre 1982.
  • (en) David Robinson, « Anderson Shooting If... », Sight and Sound, été 1968, p. 130-131.
  • (en) Charles L.P. Silet, Lindsay Anderson : A Guide to References and Resources, G.K. Hall, 1979, 155 p.
  • (en) Elizabeth Sussex, Lindsay Anderson, Londres, Studio Vista, Movie Paperbacks, 1969, 90 p.