Festival international de films de femmes de Créteil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Festival international de films de femmes de Créteil, surnommé AFIFF, est un festival cinématographique créé en 1979 et consacré aux films dont la réalisation est confiée à des femmes. Les projections ont lieu notamment à la Maison des arts et de la culture de Créteil.

Genèse du festival[modifier | modifier le code]

  • Un peu d'histoire : Le Festival international de films de femmes de Créteil est né en 1979[1] dans une conjoncture très défavorable aux premières tentatives des réalisatrices. Ce festival soutient les femmes dans leurs premiers films et jusqu’à la sortie en salle. Le nombre des réalisatrices qui représentaient alors 2 % dans la profession en Europe est évalué en 2008 à 12 % en Europe (15 à 20 % en France).

Les fondatrices ont donc eu l’intuition de cette percée, à la fois historique, artistique et sociologique, qui aujourd’hui fait la une des sorties en salle.

  • Les fondatrices : Jackie Buet et Elisabeth Tréhard
  • Les membres du conseil d'administration : Ghaïss Jasser (présidente), Martine Aumaître (secrétaire), Dominique Fargeot (trésorier), Françoise Bossu, Jeanine Chauvet
  • L'équipe : Jackie Buet (directrice), Delphine Collet, Martine Delpon, Marina Mazzotti, Frédérique Royer, Sonia Bressler, Gisèle Abomo, Claire Lemaitre-Smith, Norma Guevara, Roger Bourdeau, Nathalie Coutard.

Déroulement du festival[modifier | modifier le code]

Le festival, pendant 10 jours, propose un ensemble de films mais aussi de dispositifs qui permet à chacun de faire son itinéraire selon ses goûts, ses envies. La grille affiche près de 150 films à voir, à découvrir. Les séances à la Maison des Arts commencent à midi et se terminent vers minuit et demie. Trois salles en continu, des lieux de débats, des rencontres...

  • La compétition : chaque année, cinquante films inédits sont présentés. Avec 10 longs métrages de fiction, 10 longs métrages documentaires, 30 courts métrages.
  • Section thématique ou géographique : dès le début, le festival met en place des sections pour rendre visible le travail des femmes dans le monde du cinéma. Chaque année, un éclairage est fait sur une région du monde, sur un pays ou bien autour d'un métier.
  • Les Vidéos Femmes de Créteil : mises en place par Martine Delpon dans le cadre des actions de quartier réalisées auprès des femmes issues de l'immigration. Chaque année, un stage de réalisation se déroule avant le festival. L'objectif est de permettre à chacune de réaliser un film d'une minute sur un thème (comme les âges, les recettes de cuisine, "insoumises"). Tous les films sont ensuite montrés lors du festival dans une séance spéciale qui regroupe les Vidéos une Minute du monde entier.
  • Graine de Cinéphage : depuis 1990, le festival offre la possibilité aux lycéens et aux collégiens de découvrir l'envers du décor du cinéma. L'équipe du festival leur propose de participer au festival pendant les 10 jours et non-stop. Des ateliers leur sont proposés le matin (avec une initiation aux métiers du journalisme, ou de réalisation, ou d'initiation à un métier du cinéma : son, décor, costume, etc), à l'issue desquels ils doivent produire un film, un reportage, un journal, etc. Pendant 10 jours, ils découvrent le festival. Depuis 2005, l'initiation aux métiers du journalisme leur est proposée. Le Lycée Guillaume Budé de Limeil-Brévannes, participe, chaque année, à la création de Festimages, le journal Télé du Festival. La classe encadrée par leurs enseignants : Sylvie Planchard, Jean-Philippe Jacquemin, Guillaume Poitrat, doit réaliser des reportages (tourner, monter, trouver des sujets, etc.) en vue d'une diffusion à 20h - en prime time. Le lycée Léon Blum de Créteil participe avec une classe à la réalisation du quotidien écrit du festival. Tous les jours les élèves sont au Festival, ils réalisent des interviews, la mise en place du journal, son impression ainsi que sa diffusion à la fois en salle et sur internet.

Pendant 10 jours, le festival essaye ainsi de sensibiliser le public et les jeunes à une cinématographie sensible, inédite, différente. L'équipe met en place et montre ces ateliers afin de faire prendre conscience qu'un festival ce n'est pas seulement dix jours de festivités, c'est aussi une année de travail et de réflexion. C'est aussi pour cette raison que le festival a mis en place un Centre de Ressources IRIS, accessible à l'année.

Lieux du festival[modifier | modifier le code]

  • La Maison des arts et de la culture : Place Salvador Allende 94000 Créteil. Elle accueille la compétition, les grands rendez-vous, les rencontres, les forums (avec les personnalités)... Métro : Créteil Préfecture
  • Le cinéma La Lucarne de Créteil : Séances : 14h30, 16h30, 18h30, 21h / La Lucarne accueille aussi les scolaires pour des séances en matinée

MJC du Mont Mesly 100, rue Juliette Savar - 94000 Créteil Tél. : 01 45 13 17 00 Métro : Créteil Préfecture

  • Les cinémas du Palais (Créteil) : ses trois salles organisent des avant-premières. Les séances de 20h30 sont suivies d’un débat. Centre Commercial du Palais - 40, allée Parmentier – Créteil. Tél. 08 92 68 91 23

Métro : Créteil Université

Éditions[modifier | modifier le code]

  • La 36e édition s'est tenue du 14 au 23 mars 2014. L'autoportrait fut dédié à Maria de Medeiros que l'on a retrouvée de Henry et June (1990) à Je ne suis pas mort (2013). Plusieurs thématiques parsemèrent ce festival : le corps/les femmes/le sport, Vietnam : le cinéma au féminin et les héroïnes inattendues. Parmi les moments phares de ce festival, il y eut la projection en avant-première du film de Hilla Medalia Dancing in Jaffa et la participation de Kate Millett. Hiam Abbass, Laurent Delmas, Claude Duty, Sabine Massenet ont participé au grand Jury.
  • La 33e édition s'est tenue du 25 mars au 3 avril 2011. Comme chaque année, on y a retrouvé la compétition internationale de fiction, de documentaire et de court métrage, l’autoportrait consacré à Carmen Maura. Une sélection de films pour le jeune public, des avant-premières, des débats. Pour cette édition, le festival a accueilli un nouveau programme « La French Touch  », une place faite au nouvel élan cinématographique des Françaises. La sélection parallèle 2011 fut tournée vers l’Europe du Sud : l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Grèce et les Balkans. Prune Engler, Laura Koeppel, Claudine Nougaret et Vincent Paul-Boncour composèrent le Grand Jury.
  • La 32e édition du festival s'est tenue du 2 avril au 11 avril 2010. Afin de fêter le cinquantième anniversaire des indépendances des pays d'Afrique francophone, le cinéma africain fut à l'honneur avec la programmation “Trans-Europe-Afrique” proposant environ 80 films, ainsi qu'avec l'autoportrait consacré à Aïssa Maïga et Sotigui Kouyaté. Les 40 ans du MLF ne furent pas oubliés avec une soirée qui commença à 18H00 pour se terminer à 2H00, avec films, archives et discussions parfois bien animées ! Les membres du Grand Jury furent Laure Adler, Jackie Berroyer, Julien Gester, Marie Pascaud, Olivier Pont et Sabrina Seyvecou.
  • La 29e édition du festival s'est tenue du 23 mars au 1er avril 2007. Cette édition fut riche de rencontres, de mises en place de ponts jetés entre les rives et les cultures. Elle a interrogé avec malice les désirs sous toutes leurs formes. Les festivaliers ont pu dégusté le cinéma britannique. Un véritable bonbon sucré salé qui a donné envie de retraverser la Manche. Charlotte Rampling, a fait l'honneur de revenir et de partager avec les festivaliers le renouveau de sa carrière. Noëlle Châtelet, Daniel Vigne, Loïc Magneron, Philippe Grandrieux, Laura Benson, Marylin Alasset, Maryse Wolinski, ont participé au Grand Jury.
  • La 28e édition du festival s'est tenue du 10 au 19 mars 2006. Avec plus de 140 films venus des quatre coins du monde, le Festival 2006 est placé sous le signe des utopies. Plurielles, elles sont au centre de la réflexion du festival, en image et hors-champ, afin d'interroger nos sociétés et mesurer ce qu'elles sont capables d'inventer pour qu'enfin advienne un monde meilleur. Jane Birkin s'est jointe au festival. Philippe Collin, Marie-France Pisier, Biyouna, Bruno Deloye, Marie Rivière, Jacqueline Victor, Mylène Bresson ont orchestré le grand Jury.
  • La 27e édition du festival s'est tenue du 11 mars au 20 mars 2005. Dix films de longs métrages de fiction, dix longs métrages documentaires et trente courts métrages étaient en compétition. Outre les cinquante films en compétition, plus de 300 films ont été projetés à l'occasion d'un festival attirant sur dix jours plus de 30 000 spectateurs. À noter la présence annoncée de Simone Veil à l'occasion de la diffusion du film hors compétition : « Un siècle au féminin », portrait de Simone Veil. Présence annoncée également pour une dizaine de réalisatrices asiatiques, et les actrices françaises Juliette Binoche, Julie Delpy et Julie Gayet.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Grand prix du Jury[modifier | modifier le code]

Prix décerné à un long métrage de fiction.

Prix du Public Meilleur long métrage fiction[modifier | modifier le code]

Prix du Public Meilleur long métrage documentaire[modifier | modifier le code]

  • 2004 : One of many de Jo Béranger et Doris Buttignol (France / Allemagne)
  • 2005 : Prostitution bag sloret (Prostitution behind the veil) de Nahid Persson (Danemark)
  • 2006 : Zero degree of separation d'Elle Flanders (Canada)
  • 2007 : Resistencia(film)|Resistencia de Lucinda Torre (Espagne)
  • 2008 : Babel Caucase toujours ! de Mylène Sauloy (France)
  • 2009 : Slingshot Hip Hop de Jackie Reem Salloum (États-Unis)
  • 2010 : The sun behind the clouds de Ritu Sarin et Tenzing Sonam (Inde / Royaume-Uni)
  • 2011 : Agnus Dei d'Alejandra Sánchez (Mexique / France)
  • 2012 : Con mi Corazón en Yambo de María Fernanda Restrepo (Équateur)
  • 2013 : Même un oiseau a besoin de son nid de Christine Chansou et Vincent Trintignant-Corneau (France)
  • 2014 : No Burqas Behind Bars de Maryam Ebrahimi et Nima Sarvestani (Suède)

Prix du Public Meilleur court métrage français[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Le Lion volatil d'Agnès Varda
  • 2005 : Le Léopard ne se déplace jamais sans ses taches d'Héléna Klotz
  • 2006 : Les princesses de la piste de Marie Hélia
  • 2007 : La Promenade de Marina de Van
  • 2008 : Ata de Cagla Zencirci et Guillaume Giovannetti
  • 2009 : Profanations de Lucia Sanchez
  • 2010 : Un transport en commun de Dyana Gaye
  • 2011 : L'invention des jours heureux de Sandrine Dumas
  • 2012 : Planet Z de Momoko Seto
  • 2013 : La Femme côtelette de Mariette Auvray
  • 2014 : Kijima Stories de Laetitia Mikles

Prix du Public Meilleur court métrage étranger[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Aurora Boréalis de Lisbeth Dreyer (Norvège)
  • 2005 : Moustache de Vicky Sugars (Australie)
  • 2006 : Sindrome de la linéa blanca de Lourdès Villagomez (Mexique)
  • 2007 : Deweneti de Dyana Gaye (Sénégal)
  • 2008 : Hush de Dena Curtis (Australie)
  • 2009 : Passages de Marie-Josée Saint-Pierre (Québec / Canada)
  • 2010 : Me and my nose de Ziska Szemes (Danemark / Suède)
  • 2011 : Little children, big words de Lisa James Larsson (Suède)
  • 2012 : Baldguy de Maria Bock (Norvège)
  • 2013 : Temporary de Jüraté Samulyonité (Lituanie)
  • 2014 : Joanna d'Aneta Kopacz (Pologne)

Prix Canal +[modifier | modifier le code]

Les courts métrages sélectionnés sont tous passés sur la chaîne.

  • 2004 : Zeke de Dana Buning (États-Unis)
  • 2005 : Hoi May / Salut Maya de Claudia Lorenz (Suisse)
  • 2006 : Stalk de Leigh Hodgkinson (Royaume-Uni)
  • 2007 :
  • 2008 : Un hombre tranquilo de Arantzazu Gomez Bayon (Espagne)
  • 2009 : Oh, my God ! d'Anne Sewitsky (Norvège)
  • 2010 : Drean Walker de DJ Chen Yin-Jung (Taïwan)
  • 2011 : Chacun son goût de Hyun Hee Kang (France)
  • 2012 : Hombre máquina de Roser Corella et Alfonso Moral (Espagne)
  • 2013 : Le Mariage de Marina Seresesky (Espagne)

Prix de l'Association Beaumarchais[modifier | modifier le code]

Prix décerné à un court métrage francophone.

Prix du jury Graine de Cinéphage[modifier | modifier le code]

Prix AFJ[modifier | modifier le code]

Prix décerné par l'Association des femmes journalistes.

  • 2004 : Du Ska Nog se att Det Gar Over (Don’t Worry it will Probably Pass) de Cecilia Neant-Falk (Suède)
  • 2005 : Prostitution bag sloret (Prostitution behind the veil) de Nahid Persson (Danemark)
  • En 2006 le prix devient Prix ACRIF Docs-Lycéens

Prix ACRIF Docs-Lycéens[modifier | modifier le code]

Ce prix remplace celui de l'AFJ, il est désormais attribué par un jury de lycéens

Prix Anna Politkovskaïa[modifier | modifier le code]

Ce prix remplace celui de l'ACRIF Docs-Lycéens. Il est décerné par un jury constitué de journalistes presse et radio à un long métrage documentaire.

  • 2009 : Kommunalka de Françoise Huguier (France)
  • 2010 : War and love in Kabul d'Helga Reidemeister (Allemagne)
  • 2011 : Goodnight nobody de Jacqueline Zünd (Suisse)
  • 2012 : Con mi Corazón en Yambo de María Fernanda Restrepo (Équateur)
  • 2013 : Elena de Petra Costa (Brésil)
  • 2014 : Lame de Fond de Perrine Michel (France)

Prix du jury Paris XII[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, le jury de l'université Paris 12 Val de Marne récompense un court métrage européen.

  • 2004 : Meine Eltern (Mes Parents) de Neele Vollmar (Allemagne)
  • 2005 : Mercy de Candida Scott-Knight (Royaume-Uni)
  • 2006 : A Song for Rebecca de Norah McGettigan (Pologne)
  • 2007 : Embrace Me (Przyl Mnie) de Kim Hye-Jee (Pologne)
  • 2008 : Milan de Michaela Kezele (Serbie / Allemagne)
  • 2009 : September d'Esther May Campbell (Royaume-Uni)
  • 2010 : Me and my nose de Ziska Szemes (Danemark / Suède)
  • 2011 : Little children, big words de Lisa James Larsson (Suède)
  • 2012 : Flying Anne de Catherine Van Campen (Pays-Bas)
  • 2013 : Liza, Go Home ! d'Oksana Buraja (Lituanie / Estonie)
  • 2014 : Joanna d'Aneta Kopacz (Pologne)

Prix du scénario Le Manuscrit[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2008, les éditions Le Manuscrit ont soutenu l'écriture du cinéma féminin en publiant le scénario d'une auteure choisie par un jury de professionnels du livre et du cinéma.

Iris - Centre de Ressources[modifier | modifier le code]

Iris est un lieu pluriculturel d’information, de consultation, d’édition, de diffusion, d’échanges et de confrontation sur l’image des femmes. Son rôle est de mettre à disposition l’ensemble de ses ressources documentaires et de les rendre accessibles au plus grand nombre grâce aux technologies les plus avancées.

  • Iris dispose d’une médiathèque (12 000 films en VHS, umatic ou beta), d’archives papier (20 000 dossiers de films inscrits au festival avec photos, dossiers de réalisatrices, dossiers de films) et d’une bibliothèque (publications du festival et catalogues de presque 300 autres festivals du monde depuis 1985).
  • Iris gère son fonds à l'aide d'une base de données professionnelle informatique (4D). Ces fonds enrichis en permanence proposent des services adaptés à toutes les demandes.
  • Iris est un espace ouvert à destination d’un large public :

Festivals de cinéma, salles de cinéma, vidéothèques, médiathèques, bibliothèques, centres d’archives, universités, chercheurs, associations féminines, artistiques, culturelles et sociales, MJC, médias, mairies, ministères, ambassades, comités d’entreprises, écoles, centres de formation…

Activités[modifier | modifier le code]

  • Conseil en programmation et en organisation
  • Recherches des ayants droit et localisation des copies
  • Documentation sur les films (synopsis, photos…)
  • Recherche d’adresses
  • Possibilité d’utilisation des sous-titres français (système-électronique DUNE)
  • Catalogues existants des festivals

Éditions[modifier | modifier le code]

Actuellement disponible :

  • "Films de Femmes - six générations de réalisatrices", 1999
  • "L'épopée des femmes dans le 7e art, en Europe", 1996,
  • "20 ans de théories féministes sur le cinéma", 1993, Cinémaction,
  • Catalogues du festival de 1982 à 2007

En préparation :

  • Une collection vidéo (en 2000) de films primés depuis 1985
  • Un dictionnaire des réalisatrices européennes sur papier et CD-Rom
  • Les programmes thématiques du centre sur K7 vidéo et CD-Rom

Productions vidéo[modifier | modifier le code]

Les leçons de cinéma : ce sont des leçons enregistrées pendant le Festival. Chaque année, Jackie Buet, la directrice et créatrice du Festival, réalise des entretiens avec l'ensemble des réalisatrices présentes au festival. Toutes sont filmées, cela donne ainsi une magnifique vision de la réalisation. Dans nos archives nous avons des leçons de réalisatrices connues comme d'autres méconnues. Catherine Breillat, Mirjam Kubescha, Agnès Varda, Marie Mandy, Ruth Beckermann, Mira Nair, Laetitia Masson, Margarethe von Trotta, Dominique Blanc, Carine Alder, Collectif Amber...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Historique », sur www.filmsdefemmes.com (consulté le 2 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]