Le Colonel Chabert (film, 1994)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Colonel Chabert (homonymie).

Le Colonel Chabert est un film français réalisé par Yves Angelo, sorti le 9 septembre 1994.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Paris, février 1817, trois ans après la chute de l'Empire, l'avoué Derville reçoit la visite d'un vieillard misérablement vêtu. Il assure être le colonel Chabert, passé pour mort, à la bataille d'Eylau en 1807. Il avait alors contribué à la victoire en conduisant une charge de cavalerie devenue célèbre.

Le vieil homme raconte comment, se réveillant dans un fossé entre des cadavres, il a survécu à ses blessures.

Il revient dix ans après et souhaite réclamer son titre, faire valoir ses droits et revivre avec sa femme. Celle-ci, durant son absence, s'est mariée avec le comte Ferraud.

Mais celle-ci le repousse et refuse de reconnaître son premier mari. L'avocat accepte d'aider le colonel en proposant une transaction à son ex-femme. Celle-ci refuse et tente plutôt de manipuler son ex-mari. Chabert n'est pas dupe, et dégoûté par la corruption des hommes, il sombre dans la folie et la misanthropie, mettant fin à la procédure de divorce/résurrection qu'il avait tant poursuivie.

Repoussé par sa femme, condamné pour vagabondage, le colonel Chabert finira misérablement sa vie à l'asile.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Autres adaptations[modifier | modifier le code]

Il y a eu plusieurs adaptations du Colonel Chabert, nouvelle d'Honoré de Balzac.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Pyramide d'or lors du Festival international du film du Caire 1994.
  • Nomination aux Césars de la meilleure première œuvre, meilleure photographie, meilleurs costumes (Franca Squarciapino), meilleurs décors (Bernard Vézat), meilleur acteur (Gérard Depardieu) et meilleur second rôle masculin (Fabrice Luchini) en 1995.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Bommelaer, « Champs-sur-Marne, l'élégance à la française - Un haut lieu du cinéma », in Le Figaro, mardi 2 juillet 2013, page 29.

Liens externes[modifier | modifier le code]