Brauron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 55′ 35″ N 23° 59′ 37″ E / 37.92639, 23.99361 ()

Sanctuaire d'Artémis Brauronia, anastylose partielle
Plan du sanctuaire d'Artémis Brauronia

Brauron (en grec ancien : Βραυρών, moderne : Βραυρώνα Vravrona) est un lieu de culte historique d'Artémis, sur la côte est de l'Attique, à hauteur d'Athènes. Un musée est installé à proximité.


Histoire[modifier | modifier le code]

Le site doit son importance, à partir de la colonisation du Néolithique (-3500), à son port naturel et à sa position stratégique en direction des Cyclades et de l'Asie Mineure. Le site prospère jusqu'à la période mycénienne (-1100), puis il est abandonné, pour des raisons inconnues.

Il renaît vers -900 ; puis, vers -700 commence la période florissante du sanctuaire, qui s'achève vers -300, après une grande inondation.

Selon la tradition locale, c'est à Brauron que se rassembla la flotte grecque pour l'expédition contre Troie, et qu'Iphigénie fut sacrifiée.

Sanctuaire[modifier | modifier le code]

Vestiges du pont sur l'Érasinos
Stoa du sanctuaire d'Artémis

Pont antique[modifier | modifier le code]

On accédait au sanctuaire, qui couvre une surface d'environ 60 × 80 m, par un pont en dalles de pierre sur le petit fleuve Érasinos : c'est le seul pont qui nous reste de la Grèce classique[1].

Temple et sanctuaire d'Artémis[modifier | modifier le code]

Le temple dorique proprement dit mesure 19,20 × 10,35 m. Il semble qu'il succède à un temple antérieur. C'est autour de l'autel situé devant le temple que se déroulaient les danses rituelles des jeunes filles, comme le montrent les figures d'un cratère du Ve siècle. Des mystères avaient lieu, consistant en une chasse sacrée d'Artémis. Les reliefs de la frise montrent Artémis comme l'ancienne maîtresse ancestrale des animaux, divinité féminine de la nature, de la fécondité, de la vie et de la mort. Des taureaux étaient offerts en sacrifice.

On montrait dans le sanctuaire le tombeau d'Iphigénie qui de Tauride était revenue à Brauron. Ce tombeau avait l'aspect d'une grotte. Ce culte d'Iphigénie était lié à celui d'Hécate : à celle-ci était offerts les vêtements des femmes mortes en couches ; Iphigénie recevait ceux des femmes qui avaient donné une heureuse naissance.

Le plus grand bâtiment du sanctuaire est la « stoa des Arktoi » ou salle des Ourses, dont le plan était en forme de Π, peut-être à la suite d'une réduction du plan initial. On comptait au total 9 chambres, abritant 99 lits de bois. Devant les chambres ont été trouvées de nombreuses statues des filles et des garçons âgés de dix à douze ans.

Festivités[modifier | modifier le code]

Statue de jeune fille (arktos) avec un lapin, -IVe siècle

Les jeunes filles nobles passaient quelque temps au sanctuaire de Brauron comme « arktoi » (« ourses »), s'exerçant à la danse, à la course à pied et à l'art du tissage, afin de mieux se préparer à leur vie d'adulte. Au -IVe siècle, Athènes décida que ses filles devraient désormais toutes passer par ces rites d'initiation appelés « arktéia », avant leur puberté. Elles étaient de plus tenues d'assister aux festivités des « Brauronia », qui avaient lieu tous les quatre ans. Les jeunes filles restaient au service de la déesse jusqu'à l'âge de leur mariage.

Les Brauronia donnaient lieu à de grandes fêtes, avec des concours de musique et d'équitation. De petites festivités locales étaient célébrées chaque année. Pour les grandes Brauronia était organisé un grand défilé très bruyant, qui se mettait en mouvement à partir du Brauronion (sanctuaire d'Artémis Brauronia) situé sur l'Acropole d'Athènes, à l'ouest du Parthénon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Petros G. Themelis, Brauron, le sanctuaire et le musée, Apollo-Verlag, Athènes
  • Jan N. Bremmer, Dieux, mythes et sanctuaires dans la Grèce antique, Berlin 1998, (ISBN 3-548-26537-5)
  • Maria Mavromataki, La Mythologie et les cultes en Grèce, Athènes, 1997
  • Karl Kerenyi, La Mythologie des Grecs I, Munich, 1998, (ISBN 3-423-30030-2)