Triptolème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Départ de Triptolème pour son voyage à travers la Grèce, pour apprendre aux hommes l'agriculture, hydrie attique à figures rouges du Peintre de Chicago, v. 450-440 av. J.-C., Staatliche Antikensammlungen de Munich

Dans la mythologie grecque, Triptolème (en grec ancien Τριπτόλεμος / Triptólemos) est le héros grâce à qui l'humanité apprend l'agriculture, et donc la civilisation. Il répand le culte de Déméter et crée les mystères d'Éleusis.

Mythe[modifier | modifier le code]

Selon la tradition principale, il est le fils aîné de Céléos, roi d'Éleusis en Attique, et de sa femme Métanire. Selon Phérécyde d'Athènes, il est le fils d'Océan et de Gaïa, la Terre — ce qui revient à faire de lui un autochtone. Pausanias affirme que « Cercyon et Triptolème étaient tous deux fils d'une fille d'Amphictyon, mais que Raros était le père de Triptolème, et Poséidon celui de Cercyon[1]. »

Triptolème et Coré, coupe attique du Peintre d'Aberdeen, v. 470-460 av. J.-C., musée du Louvre

Selon l’Hymne homérique à Déméter, Céléos fait bon accueil à Déméter alors que, à la recherche de sa fille Perséphone, la déesse a pris l'apparence d'une vieille femme. Il lui propose de prendre soin de l'un de ses fils, Démophon. Pour le rendre immortel, Déméter le place chaque nuit dans le feu mais elle est surprise par Métanire avant d'avoir pu achever le rituel. La déesse se fait alors reconnaître et ordonne à Céléos de lui faire bâtir un temple à Éleusis « pour que, / à l'avenir, par [leurs] saintes pratiques, [les hommes] puiss[ent] se concilier [s]a faveur. »

Ceci fait, ajoute le pseudo-Apollodore, elle donne à Triptolème un char tiré par des dragons et des grains de blé afin qu'il en répande la culture sur toute la terre. Selon Xénophon, il apprend d'abord l'agriculture à Héraclès, puis aux Dioscures. Ovide raconte qu'au cours de son périple, il descend chez Lyncos, en Scythie. Jaloux de la faveur que montre la déesse à Triptolème, Lyncos veut l'attaquer à la nuit tombée mais est métamorphosé en lynx par Déméter.

À son retour à Éleusis, Céléos, jaloux lui aussi, tente d'assassiner Triptolème. Déméter le contraint à abdiquer en faveur de son fils, qui institue les Thesmophories. Dans l’Hymne homérique à Déméter, la déesse en fait également l'un des premiers prêtres des mystères d'Éleusis, avec Dioclès, Eumolpe, Céléos et Polyxène. Selon Pausanias, Triptolème possède son propre temple à Athènes.

Légende de Triptolème, sarcophage romain du IIe siècle, musée du Louvre

D'après une remarque de Platon (Apologie de Socrate, 41a), il semble avoir été considéré comme un quatrième juge aux Enfers, avec Minos, Éaque et Rhadamanthe. On le substitue parfois également à Minos.

Porphyre de Tyr (De l'abstinence, IV, 22) fait de Triptolème l'inventeur du végétarisme. Selon lui, le héros édicte trois règles : « honore tes parents », « honore les dieux par des offrandes de fruits » (ce qui pour les Grecs comprend les céréales) et « abstiens-toi de tuer les animaux ».

Attributs[modifier | modifier le code]

Triptolème est représenté comme un jeune homme portant le pétase, un sceptre ou des épis de blé. Il est accompagné des deux déesses, Déméter et Perséphone, ou de l'une d'entre elles, ou d'un chariot tiré par des dragons.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. I, 14, 3, traduction de Gabriel Gasperazzo, cf. Sources.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Carl Kerenyi :
    • Eleusis: Archetypal Image of Mother and Daughter, Princeton, 1991 (1re édition 1967) (ISBN 0-691-01915-0),
    • avec Carl Jung, Essays on a Science of Mythology: The Myth of the Divine Child and the Mysteries of Eleusis, 1969 (ISBN 0-691-01756-5).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :