Honda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Honda (homonymie).
Honda Motor Co., Ltd.
Honda Giken Kōgyō Kabushiki-kaisha
本田技研工業株式会社
logo de Honda
illustration de Honda

Création
Fondateurs Drapeau : Japon Soichiro Honda
Drapeau : Japon Takeo Fujisawa
Forme juridique société anonyme
Action TSE : 7267
NYSE : HMC
Slogan « The Power of Dreams »
Au Québec : « La puissance des rêves »
Siège social Tokyo
Drapeau du Japon Japon
Direction Drapeau : Japon Takahiro Hachigo, PDG
Activité Automobile, Moto, Scooter, Quad, Groupe électrogène, Pompe, Motoculteur, Hors bord, Robotique, Avion à réaction, Moteur à réaction, Panneau solaire
Filiales HMSI (en), American Honda Motor Company (en), Honda Canada (en), Honda Taiwan (en), Honda Racing Corporation, Honda Cars India (en), Honda Aircraft Company (en), Honda Manufacturing of Alabama (en), Honda of the UK Manufacturing (en), Honda Aero (en), Dongfeng Honda (en) et Honda Australia (d)
Effectif 211 915 (31 mars 2017)
Site web world.honda.com

Chiffre d’affaires 13 999,2 milliards de yens, soit 117,9 milliards d'euros (31 mars 2017)
Honda CB900F Bol d'Or et son moteur 4 temps.

Honda Motor Company, Limited (本田技研工業株式会社, Honda Giken Kōgyō kabushiki kaisha?, Honda Technology Research Institute Company, Limited), ou plus simplement Honda, est un constructeur d'automobiles, de camions, de motocyclettes, d'ATVs et de scooters ainsi que d'avions d'affaires. C'est également un fabricant de générateurs électriques, moteurs de bateaux, ainsi que d'équipements pour le jardinage et le bricolage. En 2008, Honda a vendu plus de dix-sept millions de moteurs à quatre temps, ce qui en a fait le plus important producteur du monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, Soichiro Honda crée une entreprise fabriquant des segments de pistons, la Tokai Seiki Heavy Industry, qui se fit absorber pendant la Seconde Guerre mondiale par Toyota. Au sortir de la guerre, Honda s'associe à un homme d'affaires, Takeo Fujisawa avec qui il fonde le [1] l'entreprise Honda Motor Company, Limited[2]. Après la guerre, ce dernier récupéra des moteurs de générateurs qu'il greffa sur une bicyclette. Ce petit véhicule économique, appelé Type A, connut du succès et lança la marque. Les motocyclettes furent ensuite de la partie et contribuèrent à la notoriété du constructeur. À partir de 1963, la marque se lança dans la production automobile et produit des voitures à moteur de motos comme la S360 et la S600.

Le siège social de l'entreprise est situé à Tōkyō dans le quartier de Minato. Le président directeur général actuel est M. Takahiro Hachigō, qui a succédé à M. Takanobu Itō en juin 2015[3].

Motocyclettes[modifier | modifier le code]

En compétition, Honda arriva en Europe au début des années 1960, gagnant en 1967 tous les titres mondiaux "constructeur" avec ses machines multicylindres : (50 cm3 à deux cylindres, 125 cm3 à cinq cylindres, 250 cm3 à six cylindres, etc.) toutes équipées de moteur à quatre temps.

Au début des années 1970, Honda deviendra imbattable en endurance en remportant la course de Daytona aux États-Unis, puis par l'intermédiaire de l'écurie montée par l'importateur français Japauto, qui engagera des CB-750 réalésées à 969 cm3, grâce au duo Christian Léon/Jean-Claude Chemarin. Cette dernière sera commercialisée sur le réseau français.

Lorsque Honda voudra revenir en Grand Prix avec un moteur 4-temps, il échouera et devra adopter le moteur 2-temps, comme tous les autres constructeurs (nombreuses victoires et trois titres mondiaux avec Freddy Spencer).

Honda VT 500 E.

En moto de tourisme, Honda sera le premier des grands constructeurs japonais à utiliser d'une manière généralisée le moteur 4-temps, notamment avec une gamme de bi-cylindres vertical twin, les CB 250 et CB 350, à simple arbre à cames en tête. La Honda CB99F fut commercialisée en 1979. C'etait une motocyclettes sportive qui renoua avec un large public celle qui permit de finir la gamme Euro Style, dans les années 1980 sortit la Honda VT 500 E qui fut destinée à remplacer la gamme Honda CX. Honda innovera dans les années 1960 en commercialisant la CB-450 avec un double arbre à cames en tête de 45 ch, rivalisant avec les productions non japonaises du double de cylindrée, comme les Triumph 650 bonneville, 750 Norton, BSA, Moto Guzzi, BMW.. La marque produira également des cyclomoteurs monocylindres 4-temps.

En 1969, Honda frappe un grand coup avec le premier 4-cylindres transversal de grande diffusion, la CB 750 Four (appelée familièrement « Quatre pattes » en France) qui deviendra vite une véritable référence, avec le premier frein à disque hydraulique. Ce modèle traversera les années 1970 en jouissant toujours du même grand succès commercial.

Honda sera le champion du multicylindre, avec la 500 Four, puis la 350, puis les 400 et 550 au début des années 1970. Juste retour des choses, ces modèles seront copiés par Benelli, avec la 750 Sei, en particulier.

Au milieu des années 1970, apparaît la Gold Wing, munie d'un moteur de 1 000 cm3, 4-cylindres boxer à transmission par arbre et refroidissement par liquide. Ce modèle aura, par la suite, plusieurs déclinaisons en 6-cylindres, à 1 500 cm3, et jusqu'à 1 800 cm3.

Honda commercialisera aussi une 1 000 cm3 à six cylindres en ligne, la CBX (refroidissement par air, 24 soupapes).

Honda sera le premier constructeur mondial à commercialiser en série une moto turbo-compressée, la 500 CX Turbo en 1982. Cette première 500 sera suivie d'une 650 Turbo.

En 1986, les premières Honda VFR apparaissent. Elle reprennent des solutions technologiques éprouvées en compétition ce qui leur donne un succès immédiat. Le modèle est toujours commercialisé en 2015.

Devant le manque de compétitivité, Honda finira par commercialiser ses engins tout-terrain avec des moteurs deux-temps.

Parmi les moteurs les plus exceptionnels, citons celui à pistons oblongs équipant la gamme NR : un V4 à 32 soupapes tournant à 14 000 tours par minute, initialement étudié pour la compétition, puis extrapolé sur une machine homologable, la NR-750.

Automobile[modifier | modifier le code]

En 1963, Honda complète sa dotation en se tournant vers l'industrie automobile. Le premier modèle qui sortira des chaînes d'assemblages sera le T360 en juin 1963, suivi quatre mois plus tard par le cabriolet S500[4], puis S600, et enfin S800.

En 1987, Honda produit la première voiture à quatre roues directrices (Prelude 4-WS).

En 1989, Honda innove avec le système VTEC qui permet de faire varier la durée et le moment de levée des soupapes.

En 1999, la S-2000 est la voiture de série dotée de la meilleure puissance spécifique pour un moteur de série atmosphérique : 120 chevaux par litre (125 au Japon). En effet, son moteur atmosphérique 4-cylindres 2.0 VTEC essence développe 240 ch à 8 200 tours par minute. En automobile, ce moteur est également l'un des moteurs (conventionnels) de série dont le régime de rotation maximum est le plus élevé au monde avec 9 000 tr/min (régime de régulation électronique), les versions préparées pouvant aller jusqu'à 10 500 tr/min.

Gamme actuelle[modifier | modifier le code]

Nom Image Classe Date de lancement Nom Image Classe Date de lancement
Vamos
Drapeau du Japon
Honda Vamos Keijidōsha 1999 Zest
Drapeau du Japon
Honda Zest Keijidōsha 2006
Life
Drapeau du Japon
Honda Life Keijidōsha 2008 N-One
Drapeau du Japon
Honda Life Keijidōsha 2012
N Box
Drapeau du Japon
Honda N Box Keijidōsha 2011 Fit
Drapeau du JaponFlag of Canada.svgDrapeau des États-Unis
Jazz
Europe
Honda Fit Citadine / Compacte à hayon 2007
Civic
Europe
Honda Civic Compacte à hayon 2012 Civic
Flag of Canada.svgDrapeau des États-Unis
Honda Civic Berline Compacte + coupé 2012
Insight
Drapeau du JaponEuropeFlag of Canada.svgDrapeau des États-Unis
Honda Insight Compacte semi berline / hayon 2009 Accord
Drapeau du JaponEurope
Accord Euro
Drapeau de l'Australie
Acura TSX
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Accord Berline intermédiaire 2008
Inspire
Drapeau du Japon
Accord
Flag of Canada.svgDrapeau des États-Unis Drapeau de la République populaire de ChineDrapeau de l'Australie
Honda Accord Berline intermédiaire / Routière 2007 Legend
Drapeau du Japon
Acura RL
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Legend Routière / Luxe 2004
CR-Z
Drapeau du JaponEurope Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda CR-Z Coupé 2010 Freed
Drapeau du Japon
Honda Freed Utilitaire léger / Monospace 2008
Stream
Drapeau du Japon
Honda Stream Fourgonnette / Monospace 2006 Stepwgn
Drapeau du Japon
Honda Stepwgn Fourgonnette / Monospace 2009
Elysion
Drapeau du Japon
Honda Elysion Fourgonnette / Monospace 2004 Odyssey
Drapeau du Japon
Honda Odyssey Fourgonnette / Monospace 2008
Odyssey
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Odyssey Fourgonnette / Monospace 2011 CR-V
Drapeau du JaponEurope Flag of Canada.svg Drapeau des États-UnisDrapeau de la République populaire de Chine
Honda CR-V VUS / SUV compact 2011
Pilot
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Pilot VUS / SUV intermédiaire 2008 Accord Crosstour
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Accord Crosstour VUS multisegment / crossover 2010
Ridgeline
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Ridgeline Pick-up 2005 FC-X Clarity
Drapeau du JaponDrapeau des États-Unis
Honda FCX Clarity Berline 2008
Vezel
Drapeau du Japon
HR-V
Europe Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda HR-V VUS / SUV urbain 2014 NSX
Drapeau du Japon Europe
NSX
Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda NSX Sportive 2015
Clarity Hybride
Drapeau du Japon Flag of Canada.svg Drapeau des États-Unis
Honda Clarity Fuel Cell IMG 0301.jpg
Hybride / Electrique 2018

Anciens modèles[modifier | modifier le code]

Berlines[modifier | modifier le code]
  • Honda Vigor
    • Première génération (1981 - 1985)
    • Deuxième génération (1986 - 1989)
    • Troisième génération (1989 - 1995)
  • Honda Legend
    • Première génération (1985 - 1990)
    • Deuxième génération (1991 - 1995)
    • Troisième génération (1996 - 2004)
  • Honda Domani
    • Première génération (1992 - 1997)
    • Deuxième génération (1997 - 2000)
Monospaces[modifier | modifier le code]
Sportives[modifier | modifier le code]
Un Honda S600
  • Honda S500 (1963)
  • Honda S600 (1964)
  • Honda S800 (1966 - 1970)
  • Honda Prelude
    • Première génération (1978 - 1982)
    • Deuxième génération (1983 - 1987)
    • Troisième génération (1988 - 1991)
    • Quatrième génération (1992 - 1996)
    • Cinquième génération (1997 - 2001)
  • Honda CR-X
    • Première génération (1983 - 1986)
    • Deuxième génération (1987 - 1992)
    • Troisième génération (1992 - 1998)
  • Honda Integra
    • Première génération (1985 - 1989)
    • Deuxième génération (1989 - 1993)
    • Troisième génération (1993 - 2001)
    • Quatrième génération (2001 - 2006)
  • Honda Beat (1991 - 1996)
  • Honda S2000 (1999 - 2009)
SUV[modifier | modifier le code]

Course automobile[modifier | modifier le code]

Première F1 Honda, la RA271 de 1964
Article détaillé : Honda Racing F1 Team.

Honda fut la première marque japonaise à entrer dans le monde de la Formule 1 (au Grand Prix d'Allemagne 1964 se courant en août sur le Nürburgring) en construisant sa propre monoplace, comme la Scuderia Ferrari. Fin 1968, Honda se retirera de la Formule 1 pour y revenir en 1983 en tant que simple motoriste.

De 1986 à 1991, Honda fut associé à six titres consécutifs de champion du monde des constructeurs de Formule 1 (deux avec Williams et quatre avec McLaren), sans compter plusieurs victoires avec Lotus, établissant la nette suprématie du motoriste japonais sur la discipline. De grands pilotes tels que Keke Rosberg, Nigel Mansell, Nelson Piquet, Alain Prost et Ayrton Senna contribuèrent alors aux succès de Honda. Fin 1992, Honda se retira à nouveau pour revenir en 2000, en tant que motoriste des écuries British American Racing (de 2000 à 2005) et Jordan Grand Prix (en 2001 et 2002). Après la belle saison 2004 des BAR-Honda (l'équipe termine vice-championne du monde), Honda prit une participation de 45 % dans l'écurie BAR, avant de racheter la totalité de l'écurie fin 2005, afin de donner naissance au Honda Racing F1 Team à partir de 2006. En 2006, Honda motorisa également la toute nouvelle écurie Super Aguri. Le 5 décembre 2008, Honda annonce la cessation de ses activités en F1, à la suite de la crise économique mondiale qui frappe durement l'industrie automobile. L'écurie est mise en vente, elle est reprise par son directeur technique Ross Brawn qui en fait Brawn GP Formula One Team, laquelle remportera les titres de champion du monde des pilotes et des constructeurs de la saison 2009, grâce à la technologie du double diffuseur.

Produits d'équipement[modifier | modifier le code]

Honda est également producteur de moteurs destinés aux activités les plus diverses. Ainsi, il produit des moteurs de hors-bord jusqu'à 250 chevaux, ou encore des moteurs pour toutes les activités liées au jardinage : tondeuses à gazon, tondeuse robot, taille-haie, motoculteurs, tracteurs tondeuses, groupes électrogènes... Son siège européen pour les produits d'équipement a été jusqu'en 2008 à Ormes dans la banlieue d'Orléans (45) en France avant d'être intégré au siège européen Voiture et Moto en Angleterre. Une unité de production de tondeuses à gazon, groupes électrogènes, débroussailleuses, tondeuses robot est toujours implantée à Ormes.

Robots[modifier | modifier le code]

Le P3 et ASIMO

Avions d'affaires[modifier | modifier le code]

Un Honda HA-420 HondaJet

Innovation[modifier | modifier le code]

En 2013, Honda a été classé 13e, par Booz & Company, parmi les 20 entreprises mondiales les plus innovantes. L'entreprise a dépensé 6,8 milliards de dollars de Recherche & développement en 2013, soit 5,7% de son chiffre d'affaires[6].

En décembre 2016, Honda rejoint Google dans la voiture autonome. Le constructeur japonais est en discussion avec Waymo, nouvelle filiale d'Alphabet, chargée du développement de la voiture autonome.[7]

Sites de production[modifier | modifier le code]

Les sites de production en Europe sont les suivants[8] :

  • Swindon (Royaume-Uni) : assemblage de véhicules (Honda CR-V et Honda Civic)[9]
  • Ormes (France) : assemblage de tondeuses, débroussailleuses, groupes électrogènes et de robots tondeuse[10]
  • Atessa (Italie) : assemblage de motocycles (scooters et motos)
  • Bologne (Italie) : fabrication de composants de motocycles
  • Barcelone (Espagne) : Usine Montesa

Problèmes et dysfonctionnements[modifier | modifier le code]

Rappels de véhicules[modifier | modifier le code]

Le groupe Honda s'est trouvé impliqué dans l'affaire des airbags défectueux fabriqués par l'entreprise Takata, dont il était le principal client. Certains de ces airbags peuvent exploser en projetant des éclats de métal. Des accidents se produisent ainsi à partir d'au moins 2004. Fin 2008, Honda procède à un premier rappel limité de véhicules. A partir de 2009, l'attention de la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration), l'agence fédérale américaine de sécurité routière, est attirée[11],[12]. L'affaire prend de l'ampleur en 2014, Honda décidant de rappeler plus de 2 millions de véhicules en juin[13],[14], et 1 million supplémentaire en juillet[15]. En octobre, la NHTSA signale plus de 5 millions de véhicules de marque Honda devant être rappelés (aucune autre marque ne dépassant le million)[16].

Fin 2014, ce sont 5,4 millions de véhicules qui doivent être rappelés rien qu'aux USA, et 13,4 millions à l'échelle mondiale[17].

En juin 2015, le nombre de véhicules de la firme faisant l'objet d'un rappel s'élève à 20 millions[3]. Ce chiffre continue ensuite à monter[18],[19],[20],[21], pour atteindre 51 millions dans le monde en septembre 2016[22], et 11,4 millions aux USA début 2017[23],[24]. En août 2017, la NHTSA indique que Honda a opéré le remplacement de 61,36 % des airbags incriminés[25].

En 2014, alors que l'affaire des airbags prend de l'ampleur, un autre problème s'ajoute : des rappels à répétition des nouveaux modèles hybrides Fit et Vezel, avec cinq rappels d'octobre 2013 à octobre 2014[26],[27],[28]. Bien que les problèmes en cause (logiciel contrôlant la boite de vitesse, bobine d'allumage, unité de régulation de puissance…) n'impactent pas la sécurité, et que les coûts des rappels (16,5 milliards de yens, soit 152,8 millions de dollars) impactent peu les revenus, l'effet défavorable de ces rappels à répétition sur le cours de l'action Honda et sur l'opinion publique vaut une sanction envers le PDG Takanobu Itō (20 % de retenue sur salaire pendant trois mois) ainsi qu'envers 12 cadres dirigeants.

En janvier 2015, la NHTSA  fait savoir qu'elle inflige à la firme Honda 70 millions de dollars de pénalités pour ne pas lui avoir transmis des plaintes de clients concernant plus de 1700 accidents, ainsi que des réclamations faites sous garantie[29],[30].

C'est dans ce contexte qu'en février 2015, Honda annonce que le PDG Takanobu Itō va être remplacé en juin par Takahiro Hachigō[31],[32],[33],[34].

Lors de sa première conférence de presse le 6 juillet 2015, Takahiro Hachigō déclare entre autres qu'il va mettre l'accent sur la sécurité, et d'une manière générale sur la qualité des équipements des véhicules de la firme[35],[36]. Soucieux de rassurer l'ensemble de la clientèle, il y intègre les accessoires des deux-roues motorisés, en termes non seulement de fiabilité mais aussi de confort, prenant notamment l'exemple inattendu des pare-brise de scooters[37]. Les deux-roues motorisés représentent en effet 3 fois plus d'acheteurs que les automobiles, même s'ils participent 5 à 6 fois moins au chiffre d'affaires que les ventes d'automobiles[38].

Dans un premier temps, la firme Honda reste apparemment fidèle à Takata[39], pourtant objet de mises en cause de plus en plus sévères de la NHTSA.

Cependant, dans un document ultérieur consacré à cette affaire aux USA[24], Honda indique s'être avisé au printemps 2015 que Takata avait falsifié des données d'essais, et avait alors communiqué ses informations à la NHTSA. Lorsque celle-ci inflige début novembre 2015 à Takata une amende de 70 millions de dollars, pouvant s'élever à 200 millions, pour défaut de transmission d'informations[40],[41],[42],[43], Honda confirme les falsifications de son équipementier et déclare qu'il n'aura plus recours à son matériel pour les futurs modèles[44].

Fin juillet 2017, 19 morts et 180 blessés en rapport avec les airbags défectueux ont été dénombrés dans le monde[45], la plupart aux États-Unis[46],[24]. Les chiffres mondiaux sont certainement très en dessous de la réalité, les pays ne disposant pas généralement d'un système de recensement adéquat.

En janvier 2017, le groupe Takata accepte de payer 1 milliard de dollars d'amende pour fraude électronique au ministère de la Justice américain, afin de mettre un terme à la procédure pénale[47],[48],[49]. En juin 2017, il annonce son dépôt de bilan et son rachat, sous réserve de l'agrément juridique, par Key Safety Systems, compagnie basée aux USA appartenant au conglomérat chinois Ningbo Joyson Electronic[50],[51].

Les répercussions de l'affaire des airbags (coût des campagnes d'avertissement et des remplacements) impactent les recettes de Honda.

Le rapport annuel 2015 (année fiscale d'avril 2014 à mars 2015) fait déjà état d'une chute de 18 % du bénéfice net[52], et la chute s'élève à 32 % dans le rapport annuel 2016 (année fiscale d'avril 2015 à mars 2016)[53].

Cependant, une fois la crise contenue, le rapport suivant (année fiscale d'avril 2016 à mars 2017) montre un bond de 79 % du bénéfice net de la firme[54], laquelle a par ailleurs mis en œuvre une réduction des coûts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « La fascinante stabilité de Honda », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  2. (en)De Tokai Seiki Heavy Industry à Honda Motor Co, Ltd, sur world.honda.com
  3. a et b (en) Ma Jie, Yuki Hagiwara, Craig Trudell (Bloomberg), « Reeling from recalls, Honda again opts for insider as new CEO », The Japan Times,‎ (lire en ligne)
  4. (fr)La saga Honda, sur motorlegend.com
  5. (en) « EBACE: Honda reveals first production HondaJet », sur Flight Global, (consulté le 20 mai 2014)
  6. Le top 20 des entreprises les plus innovantes du monde - slide 13, Challenges, 22 octobre 2013
  7. « Honda rejoint Google dans la voiture autonome », sur www.linformaticien.com (consulté le 23 décembre 2016)
  8. (en) « Honda World Links », sur Honda Worldwide site (consulté le 15 avril 2017)
  9. (en) « Honda unveils latest made-in-Swindon Civic as it launches US export drive | SWINDON BUSINESS NEWS », sur swindon-business.net (consulté le 15 avril 2017)
  10. Centre France, « L’usine Honda France Manufacturing célèbre cette année ses 30 ans d’existence », www.larep.fr,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Ben Klayman, Yoko Kubota, « Special Report: Deadly airbags backfire on firm that crossed 'dangerous bridge' », Reuters,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Hiroko Tabuchi, « Air Bag Flaw, Long Known to Honda and Takata, Led to Recalls », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Yoko Kubota, Ben Klayman, « Honda and others recall nearly 3 million vehicles over air bag flaw », Reuters,‎ (lire en ligne)
  14. Le Monde.fr avec AFP, « Honda rappelle plus de 2 millions de véhicules pour des airbags défectueux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Christopher Jensen, « Honda Expands Takata Air Bag Inflator Recall », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « Consumer Advisory: Vehicle Owners with Defective Airbags Urged to Take Immediate Action », sur nhtsa.gov (National Highway Traffic Safety Administration),
  17. Karl de Meyer, Yann Rousseau, « Honda tente de contenir la crise des airbags explosifs », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Bloomberg, « Honda adds 4.5 million cars to recalls for Takata airbags », Automotive News,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Clifford Atiyeh, « Honda Adds 2.23 Million Cars to Takata Airbag Recalls », Car and Driver,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Jonathan Soble, « Honda Expands Takata Airbag Recall », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Clifford Atiyeh, « Honda Expanding Takata Airbag Recall by 2.2 Million Cars », Car and Driver,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Naomi Tajitsu, « Honda recalls 668,000 more cars in Japan over Takata airbags », Reuters,‎ (lire en ligne)
  23. (en) Clifford Atiyeh, « Honda Adds 772,000 Vehicles to Takata Airbag Recalls », Car and Driver,‎ (lire en ligne)
  24. a, b et c (en) « Takata Airbag Inflator Recall Factsheet », sur hondaairbaginfo.com,
  25. (en) « Completion Rates », sur nhtsa.gov (National Highway Traffic Safety Administration),
  26. (en) Hans Greimel, « Honda, after 5th Fit recall, appoints first quality czar; top execs take pay cut », Automotive News Europe,‎ (lire en ligne)
  27. (en) Chang-Ran Kim, « Honda executives to take pay cut after fifth Fit hybrid recall », Reuters,‎ (lire en ligne)
  28. Le Monde.fr avec AFP, « Honda rappelle 425 000 véhicules et sanctionne des dirigeants », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « U.S. Department of Transportation Fines Honda $70 Million for Failing to Comply with Laws That Safeguard the Public », sur nhtsa.gov (National Highway Traffic Safety Administration),
  30. AFP, « USA : amende record contre Honda pour avoir caché des plaintes sur des accidents mortels », Le Point,‎ (lire en ligne)
  31. (en) « Honda Motor Co., Ltd. Announces New President & CEO », sur world.honda.com,
  32. (en) Chang-Ran Kim, « Honda CEO to step down, replaced by low-profile engineer », Reuters,‎ (lire en ligne)
  33. Philippe Mesmer, « En perte de vitesse, Honda change de PDG », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  34. latribune.fr, « Le patron d'Honda tire sa révérence après la crise de trop », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  35. (en) « Summary of CEO Speech on July 6, 2015 », sur world.honda.com,
  36. (en) KYODO News, « New Honda chief vows more innovation to deal with recall setbacks », The Japan Times,‎ (lire en ligne)
  37. (ja) Takashi Takada, « ホンダ社長の八郷隆弘氏は2015年7月6日、社長就任後初めての会見を東京都内で開き », Nikkei Technology Online,‎ (lire en ligne)
  38. (en) « Annual Reports », sur word.honda (consulté le 12 septembre 2017)
  39. (en) Kazuaki Nagata, « New Honda chief discusses air bags, Asimo », The Japan Times,‎ (lire en ligne)
  40. (en) « Fact Sheet : NHTSA Consent Order issued to Takata », sur nhtsa.gov (National Highway Traffic Safety Administration),
  41. (en) Hiroko Tabuchi, Danielle Ivory, « Honda Drops Takata as U.S. Issues Huge Fine Over Airbags », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  42. latribune.fr, « Le fabricant d'airbags Takata face aux conséquences d'une amende record », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  43. Yann Rousseau, « Honda lâche finalement Takata, le fabricant d’airbags «explosifs» », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  44. (en) « Statement by Honda Re: NHTSA Consent Order with Takata », sur hondaairbaginfo.com,
  45. (en) David Shepardson, « Honda says Florida crash death may be linked to Takata air bag inflator », Reuters,‎ (lire en ligne)
  46. (en) « Death in Florida crash may be 13th in U.S. involving Takata inflator », sur nhtsa.gov (National Highway Traffic Safety Administration),
  47. (en) « Takata Corporation Agrees to Plead Guilty and Pay $1 Billion in Criminal Penalties for Airbag Scheme », sur justice.gov (Department of Justice),
  48. Paul Lienert et David Shepardson, « Takata conclut un accord de 1 milliard de dollars avec la justice US », Reuters,‎ (lire en ligne)
  49. Le Monde.fr avec AFP, « Airbags défectueux : un milliard de dollars d’amende pour Takata aux Etats-Unis », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  50. (en) Reuters Staff, « Key Safety Systems to buy Takata's assets for $1.57 bln », Reuters,‎ (lire en ligne)
  51. Le Monde.fr avec AFP, « Le numéro 2 mondial de l’airbag, Takata, a déposé le bilan », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  52. (en) « Annual report 2015 - Year ended March 31, 2015 - Honda Motor Co.,Ltd », sur world.honda.com
  53. AFP, « Honda : bénéfice net annuel en chute de 32% sur fond de scandale Takata », Le Point,‎ (lire en ligne)
  54. AFP, « Honda: bond du bénéfice net annuel de 79%, repli attendu en 2017/18 », Le Point,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]