Citroën BX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën BX
Citroën BX

Marque Drapeau : France Citroën
Années de production 1982 - 1994
Production 2 315 739 exemplaires
Classe Familiale
Usine(s) d’assemblage Rennes-la-Janais
Moteur et transmission
Énergie Essence et Diesel
Moteur(s) Essence
Diesel
Position du moteur Avant, Transversal
Cylindrée Essence : 1 124 cm3 à 2 141 cm3
Diesel : 1 769 cm3 et 1 905 cm3
Puissance maximale Essence : 61 à 203 ch
Diesel : 60 à 90 ch
Transmission Traction ou intégrale
Boîte de vitesses Manuelle 4 rapports
Manuelle 5 rapports
Automatique 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 885 à 1 280 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline bicorps 5 portes, 5 places
Break 5 portes, 5 ou 7 places
Coefficient de traînée 0.335
Suspensions hydropneumatique
Direction à crémaillère
Freins Av : à disques ou à disques ventilés
Ar : à disques
Dimensions
Longueur 4 230 / 4 390 / 4 510 mm
Largeur 1 690 / 1 690 / 1 830 mm
Hauteur 1 360 / 1 390 / 1 420 mm
Chronologie des modèles
Précédent Citroën GS et GSA Citroën Xantia Suivant
La BX sauvera Citroën de la faillite dans les années 1980. Pour marquer son lancement, elle sera présentée sous la Tour Eiffel à Paris.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (décembre 2016).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

La Citroën BX est une automobile produite par le constructeur français Citroën à 2 315 739[1] exemplaires entre 1982 et 1994. Située dans la gamme Citroën entre la GSA et la CX, la BX est dévoilée aux pieds de la Tour Eiffel et lancée au Salon de l'Automobile de Paris en .

Présentation[modifier | modifier le code]

Citroën BX Sport
BX 4TC

Phase 1[modifier | modifier le code]

Le projet "XB", qui deviendra la BX, est lancé par le Bureau d'Etudes Citroën en 1978. Première véritable nouvelle Citroën de l'ère PSA (les Citroën LN en 1976 et Visa en 1978 n'étaient que des Peugeot maquillées en Citroën), la BX est conçue dans le centre d'étude technique de Vélizy-Villacoublay. Dessinée par Marcello Gandini, responsable du style à la Carrozzeria Bertone (alors dirigée par Nuccio Bertone), le style de la Citroën BX est anguleux et rappelle le prototype anglo-turc Reliant Anadol FW11 de 1977 ainsi que le concept car Tundra développé pour Volvo en 1979[2]. Comme les autres grandes Citroën, elle est équipée de série de quatre freins à disques et de la suspension hydropneumatique à hauteur constante quelle que soit la charge. L'essuie-glace monobalais du pare-brise est l'une des particularités notables de la BX, à l'instar des CX et Visa. Son tableau de bord est inspiré par celui de la CX, avec compteur à rouleaux pour le tachymètre et satellites PRN (Pluie, Route, Nuit) latéraux en lieu et place des commodos classiques. Modèle intermédiaire entre la Citroën GSA et la Citroën CX, la Citroën BX est une berline compacte de 4,23 mètres, nerveuse, avec un habitacle confortable. Les techniciens situent sa consommation moyenne à 6,9 L/100 km, résultat obtenu par l'allègement de la carrosserie et l'emploi de matériaux composites pour les boucliers, le capot, l'enjoliveur de baie de pare-brise, les panneaux de custodes, la trappe à carburant et le volet arrière. La sécurité bénéficie de nombreuses innovations, par exemple le réservoir en thermoplastie polyéthylène placé sous la traverse de la banquette arrière n'explose pas en cas d'accident mais fond lentement.

La BX est présentée le 23 septembre 1982 à 16 heures à Lille, Bordeaux, Toulouse et Marseille, qui étaient les quatre Directions Régionales de Citroën choisies par Georges Falconnet, directeur commercial de la marque, pour lancer lui-même le nouveau modèle. Le soir-même, elle est présentée au public à la Tour Eiffel à Paris. Cachée dans une caisse, elle est dévoilée tard dans la soirée, la caisse qui la renferme s'ouvre aux alentours de minuit. Elle est baptisée par Georges Falconnet, qui coupe le ruban, et la Tour Eiffel s'affiche aux couleurs de Citroën. Le 30 septembre suivant, la BX est présentée et commercialisée au Salon de l'Automobile de Paris[3] 1982, où elle est incontestablement la vedette française.

Dès sa sortie, la BX est dotée de moteurs plus puissants que sa devancière la Citroën GSA. Trois motorisations essence sont disponibles : le "moteur X" de 1 360 cm3 (type XY) hérité des Peugeot 104, Citroën Visa et Talbot Samba, en version 62 et 72 ch, et le tout nouveau "moteur XU" en aluminium de 1 580 cm3 développant 90 ch.

Cinq modèles figurent au catalogue : BX (1 360 cm3 62 ch), BX 14 E, BX 14 RE (1 360 cm3 72 ch), BX 16 RS et BX 16 TRS (1 580 cm3 90 ch). Cette dernière dispose de la condamnation centralisée des portes, des vitres avant électriques, d'un compte-tours électronique à curseur horizontal et se distingue par ses vitres de custode fumées en polycarbonate. Elle peut recevoir en options la direction assistée, des vitres arrière électriques, un pack hi-fi (haut-parleurs supplémentaires dans les custodes et casque d'écoute) et un climatiseur. En septembre 1982, les prix de vente varient entre 48 900 Francs pour la BX et 59 800 Francs pour la BX 16 TRS.

Le nuancier des BX année-modèle 1983 propose onze teintes de carrosseries, dont cinq métallisées vernies optionnelles : Blanc Meije, Beige Colorado, Bleu Lagune, Rouge Vallelunga, Jaune Cédrat, Vert Tuileries, Noir verni, Beige Sloughi métallisé verni, Bleu Argenté métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Gris Neptune métallisé verni.

À son lancement, la Citroën BX est la concurrente des Renault 18, Peugeot 305, Talbot Solara, Audi 100, Ford Sierra, Honda Accord, Opel Ascona et Vokswagen Passat. Contrairement à ses rivales françaises, la BX est la seule à proposer un hayon, jusqu'à l'arrivée de la Renault 21 phase 2 en 1989.

En juillet 1983 (année-modèle 1984), le moteur 1 580 cm3 des BX 16 voit sa puissance augmentée à 94 ch DIN. Un toit ouvrant vitré électrique est désormais proposé en option sur les BX 14 RE, 16 RS et 16 TRS.

Le nuancier des BX année-modèle 1984 propose dix teintes de carrosseries, dont cinq métallisées vernies optionnelles : Blanc Meije, Beige Colorado, Bleu Camargue, Rouge Vallelunga, Rouge Delage, Noir verni, Beige Sloughi métallisé verni, Bleu Romantique métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Gris Neptune métallisé verni.

En septembre 1983, apparition du moteur diesel XUD9 1 905 cm3 65 ch (déjà adopté sur la Talbot Horizon puis sur la Peugeot 305), avec les nouvelles BX 19 D et BX 19 TRD. Leurs niveaux d'équipements sont équivalents à ceux des modèles essence BX 14 E et 16 TRS, seule la BX 19 D reçoit en plus de la BX 14 E des jantes à monte pneumatique Michelin 165/70 R14 avec grands enjoliveurs gris à gélules noires. Les BX 16 RS et 16 TRS troquent leurs pneumatiques Michelin TRX, jugés onéreux et peu efficaces dans les essais de presse automobile, par des Michelin 165/70 R 14. De ce fait, leurs enjoliveurs de roues gris à gélules noires conservent le même dessin mais leur forme devient incurvée au lieu de bombée. Nouvelle option garnissage des sièges en tweed pour les BX 16 TRS et 19 TRD.

En mars 1984, commercialisation des BX Entreprise, berlines utilitaires à deux places assises dépourvues de banquette arrière et à TVA récupérable pour les professionnels : BX 14 E Entreprise, 16 RS Entreprise et 19 D Entreprise. La transformation de ces modèles est sous-traitée chez le carrossier Gruau à Laval.

En juillet 1984 (année-modèle 1985), la planche de bord perd son aspect granuleux pour adopter un revêtement souple bi-tons, combinée à une modification de son dessin avec un décrochement au niveau des commodos et un arrondi sur la partie supérieure. Apparition de la boite de vitesses automatique ZF, proposée en option sur les BX 16 RS et BX 16 TRS. Les BX équipées de la BVA reçoivent un logo noir "automatic" sur le hayon, à la droite de la plaque d'immatriculation. Le climatiseur devient disponible en option sur la BX 19 TRD. L'événement cette année est le lancement de la BX 19 GT, qui dispose du moteur XU9 de 1 905 cm3 105 ch à carburateur double corps, partagé avec la Peugeot 305 GTX. Extérieurement, elle est équipée de bandeaux de protection noirs sur les pare-chocs, d'anti-brouillard à l'avant, de logos adhésifs GT sur le coin inférieur gauche du capot et sur les ailes avant, d'enjoliveurs de roues spécifiques et d'un becquet arrière noir. Son tableau de bord est doté d'un compteur de vitesse et d'un compte-tours à cadrans ronds en lieu et place des compteurs à rouleaux. La direction assistée, la sellerie en tweed et l'ordinateur de bord sont compris dans son équipement de série.

Le nuancier des BX année-modèle 1985 propose douze teintes de carrosseries, dont sept métallisées vernies optionnelles : Beige Impala, Blanc Crémant, Blanc Meije, Rouge Delage, Rouge Vallelunga, Noir verni, Beige Sphinx métallisé verni, Bleu Navy métallisé verni, Bleu Romantique métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Gris Renard métallisé verni, Vert Cali métallisé verni.

Le 19 juillet 1984, la 100 000ème BX sort des chaînes de l'usine Citroën de Rennes-la-Janais, il s'agit d'une BX 16 TRS couleur Gris Perlé métallisé verni.

En janvier 1985, apparition de la BX Leader, série spéciale limitée à 2500 exemplaires dérivée de la BX 14 E (1360 cm3, 62 ch DIN), couleur Gris Perlé métallisé verni avec bas de caisse gris foncé, boucliers gris foncé, pneumatiques Michelin 165/70 R14 avec grands enjoliveurs de roues type BX 19 GT, baguettes de protections latérales, harmonie intérieure grise, sièges garnis de tissu gris à médaillon central écossais gris et rouge et appuis-tête à l'avant.

En mars 1985, la première déclinaison performante de la BX voit le jour : il s'agit de la BX Sport, préparée par Danielson sur la base de la BX 19 GT et commercialisée en série spéciale limitée à 2500 exemplaires. La culasse est dérivée de celle de la Citroën Visa GTI et deux carburateurs viennent prendre place sous le capot. Finalement, ce moteur de 1905 cm3 développe 126 ch. De plus, la présentation exterieure se caractérise par des boucliers spécifiques peints couleur caisse avec spoiler à l'avant et des projecteurs anti-brouillard, une fausse calandre peinte couleur carrosserie, des extensions d'ailes avant, de nouvelles jantes alliage avec pneus Michelin taille basse 1985/60 R14, des logos adhésifs "BX SPORT" sur les portes avant, un carénage latéral des bas de caisse, des extensions d'ailes arrière avec nouvelle découpe des ailes arrière, des custodes pleines, un échappement carré, un aileron spécifique sur le hayon, un logo BX Sport, et la plage de support de la plaque de police noire. son nuancier offre un choix de couleurs limité : Rouge Vallelunga, Gris Perlé métallisé verni et Gris Renard métallisé verni. A l'intérieur, harmonie générale noire et grise avec traitement anti-reflet, des sièges bacquets et des panneaux de portes recouverts du velours à chevrons de la CX 25 GTI TURBO, un volant spécifique à trois branches et le tableau de bord à cadrans ronds de la BX 19 GT, avec en plus un manomètre de pression d'huile. Cette voiture comprend l'équipement de série de la BX 19 GT, avec en plus les vitres teintées avec rideaux pare-soleil sur la tablette arrière, et aucune option n'est possible.

En juillet 1985 (année-modèle 1986), commercialisation du break BX, assemblé chez le carrossier Heuliez à Cerizay, et proposé en trois versions (deux essence et une diesel) : BX break 16 RS, 19 TRS et 19 RD. Les petits enjoliveurs cache-moyeux des BX, BX 14 E et 14 RE deviennent gris au lieu de noirs. La BX 19 GT perd ses logos adhésifs GT sur le capot et les ailes avant, adopte les chevrons de capot noirs et la sellerie en velours à chevrons type BX Sport et l'ordinateur de bord devient optionnel. La BX Sport est intégrée au catalogue, avec deux couleurs supplémentaires : Blanc Meije et Noir verni. Reconduction de la série spéciale limitée BX Leader, sans modification, d'un nouveau tirage à 5000 exemplaires.

Le nuancier des BX année-modèle 1986 propose onze teintes de carrosseries, dont six métallisées vernies optionnelles : Blanc Crémant, Blanc Meije, Bleu Iris, Rouge Delage, Rouge Vallelunga, Noir verni, Beige Sphinx métallisé verni, Bleu Romantique métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Gris Renard métallisé verni, Vert Cali métallisé verni.

En septembre 1985, commercialisation de la BX 19 Digit, série spéciale limitée à 4000 exemplaires dérivée de la BX 19 GT. Cette version à compteurs numériques inclue un ordinateur de bord très complet au bas de la console centrale et un autoradio haut de gamme signé Pioneer à 5 haut parleurs. Elle s'équipe également des quatre vitres électriques et d'une fermeture centralisée par télécommande baptisée "Plip". Extérieurement, elle se différencie par son monogramme "BX 19 Digit" sur le hayon arrière, des pare-chocs sans bandeaux de protection noirs sur les pare-chocs ni anti-brouillard à l'avant, et un nuancier de trois couleurs au choix : Gris Perlé métallisé verni, Gris Renard métallisé verni et Bleu Romantique métallisé verni.

Le 6 septembre 1985, l'usine Citroën de Rennes-la-Janais célèbre la production de sa cinq millionnième voiture depuis son ouverture en 1961, une BX 19 TRD couleur Rouge Vallelunga.

En novembre 1985, Citroën décide de participer au Championnat du monde des rallyes en groupe B avec la BX 4TC. La version BX 4TC Evolution, qui est homologuée le 1er janvier 1986 par la Fédération Internationale du Sport Automobile (FISA), est fabriquée chez Heuliez puis préparée dans les ateliers de Citroën Compétitions à Trappes tout au long de l’année 1985. Elle se veut concurrencer l’Audi Quattro à l'aide de sa transmission intégrale mais trop grosse, pas assez puissante, et ayant pâti d'un manque de moyens financiers pour son développement, elle souffre de problèmes de fiabilité qui font qu'elle sera rapidement abandonnée. Son seul résultat sera une 6e place au Rallye de Suède 1986. Sa puissance s'élevant à 360 ch, elle peut atteindre les 280 km/h et 5,5 secondes lui suffisent pour atteindre les 100 km/h. Seuls 20 exemplaires seront fabriqués. L'homologation en groupe B exige la fabrication et la vente au public de 200 versions routières, dites "clients". Sur les 200 exemplaires de la BX 4TC commercialisée dans le réseau Citroën et destinés au grand public, seuls 86 exemplaires -également construits par Heuliez- trouvèrent preneurs, les exemplaires invendus seront détruits par Citroën. De couleur Blanc Meije avec bandes latérales décoratives bleues et rouges, pourvue d'un kit carrosserie, de jantes en alliage léger type CX 25 GTI TURBO, volant et garnissage des sièges à chevrons type BX Sport, elle est motorisée par un 4 cylindres en ligne (carter en fonte) 2 141 cm3, à turbocompresseur Garrett avec échangeur air/air, injection K Jetronic Bosch, 200 ch DIN à 5 250 tr/min et 10 CV fiscaux. Boîte de vitesses de type Citroën SM à cinq rapports. Performances : 220 km/h et 0 à 100 km/h en 7,6 secondes.

En février 1986, la boite de vitesses automatique est proposée en option sur la BX 19 TRD. Commercialisation des breaks BX 14 E et 19 D, et des dérivés breaks Entreprise (BX break 14 E Entreprise, break 16 S Entreprise et break 19 D Entreprise), dépourvus de banquette arrière et à TVA récupérable pour les professionnels.

En avril 1986, troisième tirage de la série spéciale limitée BX Leader, produite à 5000 exemplaires. Elle est toujours disponible sur base de BX 14 E (essence 1360 cm3 62 ch, 2300 exemplaires), à laquelle s'ajoutent trois nouvelles versions : BX Leader S (essence 1580 cm3 94 ch, 800 exemplaires), BX Leader D (diesel 1905 cm3 65 ch, 1400 exemplaires) et BX Leader S break (essence 1580 cm3, 94 ch, 500 exemplaires). Ces modèles sont toujours disponibles dans la teinte Gris Perlé métallisé, et maintenant en Bleu Romantique métallisé verni.

Face avant de la BX 2e série

Phase 2[modifier | modifier le code]

En juillet 1986 (année-modèle 1987), la BX subit un restylage réalisé par Carl Olsen, designer Citroën à qui l'on doit également la CX Série 2 et l'AX. Parmi les modifications, de nouveaux clignotants cristal dans le prolongement des phares et de nouveaux boucliers avant et arrière, moins anguleux, adoucissent la ligne générale. Les rétroviseurs extérieurs (à réglage manuel ou électrique selon finition) adoptent un nouveau dessin, les ailes avant et arrière sont élargies, ces dernières sont pourvues d'un sabot de protection anti-gravillonnage teinté dans la masse couleur caisse. La planche de bord et le volant monobranche sont nouveaux. Les compteurs à rouleaux "pèse-personne" sont abandonnés au profit de compteurs plus classiques à aiguilles, tout comme les "satellites" qui sont remplacés par des commodos traditionnels. La BX de base reçoit une montre à aiguilles sur le combiné, les BX 14 E et BX 19 D gagnent des baguettes de protections latérales de série et une montre sur le combiné, et la BX 19 D reçoit en plus des enjoliveurs grand diamètre à gélules gris monocolore. Les BX finitions R reçoivent des appuis-tête à l'avant en série. Commercialisation de la BX 16 S, couplant la motorisation 1580 cm3 94 ch à une finition de base. En diesel, lancement de deux nouveaux modèles : la BX D, finition basique équipée du moteur 1 769 cm3 60 ch de la Citroën Visa, et une version intermédiaire, la BX 19 RD (1905 cm3 65 ch). La BX 19 TRS remplace la BX 19 GT, avec la même mécanique (BVA disponible en option) mais avec une présentation plus classique, similaire à celle de la BX 19 TRD. En haut de gamme, la BX 19 GTI succède à la BX Sport. Elle est équipée du moteur 1905 cm3 développant 125 ch, et se pare de chevrons noirs sur le capot, de projecteurs anti-brouillard à l'avant, de baguettes latérales noires avec jonc inox, d'enjoliveurs de roues de grand diamètre spécifiques, de monogrammes GTI sur les custodes, de la plage de support de la plaque de police peinte en noir, d'un aileron arrière style BX Sport et de nouveaux sièges type baquet avec garnissage en velours noir/gris. Elle peut disposer en options des jantes en alliage léger type BX Sport et de l'ABS. Suppression des hauts parleurs dans l'option "pré-équipement radio" et création des options sellerie en cuir noir (sur BX 16 TRS, 19 TRS, 19 TRD et 19 GTI) et ordinateur de bord (sur BX 16 TRS, 19 TRS et 19 GTI). La gamme des BX berlines 1987 comprend désormais 12 versions, résultant de 8 motorisations et 6 niveaux de finition. Les gammes break et Entreprise sont inchangées avec 5 versions break et 6 versions Entreprise.

Le nuancier des BX année-modèle 1987 propose douze teintes de carrosseries, dont sept métallisées vernies optionnelles : Blanc Crémant, Blanc Meije, Bleu Iris, Rouge Delage, Rouge Vallelunga, Noir verni, Bleu Magnétic métallisé verni, Brun Maya métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Gris Renard métallisé verni, Rouge Florentin métallisé verni, Vert Cali métallisé verni (jusqu'au 31 décembre 1986).

En janvier 1987, apparaît la BX 15 RE, avec le moteur 1 580 cm3 de la BX 16 mais développant 80 ch au lieu de 94 ch, avec un carburateur simple corps. Ce nouveau modèle s'intercale dans la gamme entre la BX 14 RE et la BX 16 RS.

Le 16 février 1987, la 1 000 000ème BX, une BX 19 GTI, sort de l'usine Citroën de Rennes-la-Janais. La BX est alors fabriquée à 1200 exemplaires par jour, dont 56% sont exportés.

En mars 1987, nouveau tirage de la série spéciale BX Leader, limitée à 5000 exemplaires, pour la première fois sur BX restylée : BX Leader (3000 exemplaires) et BX Leader D (2000 exemplaires), couleurs Gris Perlé métallisé ou Bleu Romantique métallisé verni.

En juillet 1987 (année-modèle 1988), comme l'ensemble des véhicules de la gamme Citroën, les BX perdent les chevrons sur le monogramme Citroën collé sur le hayon. La BX Sport est retirée du catalogue et les breaks BX adoptent l'appellation BX Evasion. Le moteur diesel 1905 cm de 65 ch DIN voit sa puissance portée à 71 ch DIN. Apparition de la BX GTI 16 Soupapes, disposant du tout nouveau moteur XU9J4 1 905 cm3 à double arbre à cames en tête, 16 soupapes (4 par cylindre) de 160 ch DIN, 10 CV fiscaux. Equipée d'une culasse dérivée de la Peugeot 205 T16, elle peut atteindre 218 km/h et est capable de réaliser le 0 à 100 km/h en 8,6 secondes. C'est la première voiture française de grande série à disposer d'un moteur multisoupape, suivie de très près par la Peugeot 405 Mi16. La suspension est rafermie par rapport aux autres BX mais elle reste confortable, et le freinage dispose de l'antiblocage ABS en série. La BX GTI 16 Soupapes se distingue extérieurement de la BX 19 GTI par ses pare-chocs peints couleur caisse (et non teintés dans la masse couleur caisse) avec lame noire sous le pare-chocs avant, ses élargisseurs de bas de caisse et d'ailes arrières spécifiques, ses sigles "16 Soupapes" sur les panneaux de custodes et le volet arrière, et ses jantes en alliage léger avec pneumatiques hautes performances Michelin 195/60 HR 14 montées en série. A l'intérieur, elle reçoit une harmonie générale noire, des sièges redéssinés pour améliorer leur maintien, avec règlage de soutien latéral pour le conducteur et garnis d'un velours spécifique, un volant sport à trois branches et un pommeau de levier de vitesses type CX 25 GTI TURBO 2.

Le nuancier des BX année-modèle 1988 propose douze teintes de carrosseries, dont sept métallisées vernies optionnelles : Blanc Crémant, Blanc Meije, Bleu Iris, Rouge Delage, Rouge Furio, Noir verni, Bleu Magnétic métallisé verni, Bleu Memphis métallisé verni, Brun Maya métallisé verni, Gris Météore métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Rouge Florentin métallisé verni.

En mars 1988, commercialisation de la BX turbo diesel, disponible en berline et EVASION, versions BX RD TURBO, BX TRD TURBO et BX TRD TURBO EVASION. Le moteur XUD de 1 769 cm3 développant 90 ch à 4300 tr/min et pourvu d'un turbocompresseur avec échangeur air/air, lancé simultanément sur la Peugeot 405, est performant. Plus de 180 km/h en vitesse de pointe, 33,5 secondes au 1000 mètres départ arrêté, la BX devient ainsi la voiture la plus performante de sa catégorie. Economique en carburant, le constructeur assure une autonomie de 1450 km avec un plein (à 90 km/h en vitesse stabilisée) grâce à un réservoir additionnel qui porte la contenance de carburant à 66 L et une consommation ne dépassant jamais 7 L/100 km. Dernier tirage de la série spéciale BX Leader, limitée à 5000 exemplaires : BX Leader (3000 exemplaires) et BX Leader D (2000 exemplaires), couleur Gris Perlé métallisé uniquement. Toujours en mars 1988, le réseau Citroën Eurocasion, le service de véhicules d'occasion de Citroën, propose la BX Sélection. Cette série spéciale concerne des BX d'occasion sélectionnées pour leur excellent état et leur faible kilométrage. Chaque véhicule subit 72 points de contrôle (réglages, remises en état ou échanges standard) et reçoit une finition extérieure spécifique : décors adhésifs "Sélection" sur la carrosserie, enjoliveurs de roues à gélules gris monocolores, bavettes de roues avant et arrière, becquet arrière type BX 19 GT. Eurocasion propose également deux garanties : "Sélection-Eurocasion" (garantie 2 ans sur moteur et boîte de vitesses jusqu'à 65 000 km) et "Assistance-Sélection" (dépannage, remorquage et prêt d'un véhicule de remplacement pendant les 6 premiers mois d'utilisation).

En juillet 1988 (année-modèle 1989), le moteur TU 1360 cm3 associé à une boite de vitesses MA, déjà monté sur les Citroën AX 14 depuis septembre 1986 remplace les moteurs XY sur les BX et BX 14 E/14 RE. Commercialisation de la BX 19 TRI EVASION sur base de la motorisation de la BX 19 GTI mais avec un niveau de finition identique à la 19 TRS, bénéficiant en plus de l'intérieur en velours à chevrons. Faute de succès, la BX 16 S (1580 cm3 94 ch) est retirée du catalogue. La BX 16 TRS reçoit les enjoliveurs de roues des BX 19 TRS, BX 19 TRD et BX TRD TURBO. La boite de vitesses automatique apparaît en option sur les BX 19 GTI et 19 TRI EVASION, tandis qu'elle n'est plus disponible sur la BX 16 RS. La climatisation est proposée en option sur les BX 19 TRD, 19 RD EVASION et GTI 16 Soupapes. Au même moment, afin de célébrer les Jeux Olympiques d'été de 1988, Citroën commercialise la BX Olympique, série spéciale limitée à 1500 exemplaires dérivée de la BX 14 RE. De couleur Blanc Meije, enjoliveurs de roues type BX finitions TR compris, avec chevrons de capot noirs, encadrement des vitres noir mat, filets décoratifs sur la carrosserie et logos "Olympique" sur les portières avant, le hayon, les enjoliveurs de roues et le coin inférieur gauche du pare-brise, elle est motorisée par le nouveau TU de 1360 cm3. Harmonie intérieure noire et sièges avant type BX 19 GTI avec garnissage des sièges et des panneaux de porte en velours à chevrons.

Le nuancier des BX année-modèle 1989 propose onze teintes de carrosseries, dont sept métallisées vernies optionnelles : Blanc Crémant, Blanc Meije, Rouge Delage, Rouge Furio, Noir verni, Bleu Magnétic métallisé verni, Bleu Memphis métallisé verni, Brun Maya métallisé verni, Gris Météore métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Rouge Florentin métallisé verni.

En janvier 1989, présentation des BX 4x4 berline et EVASION disposent d'un différentiel central à verrouillage manuel et d'un différentiel arrière à glissement limité. Plus routières que franchiseuses d'obstacles, ces BX font preuve d'excellentes qualités dynamiques et notamment une tenue de route impressionnante en conditions difficiles (pluie, neige...). Ces BX 4x4 sont dotées d'une décoration adhésive latérale sur la carrosserie avec inscription "4x4" sur les portières avant.

En février 1989, le bas et milieu de gamme BX sont revus : les BX et BX 14 E sont remplacées par la BX 14 TE, la BX 14 RE par la 14 TGE, la 15 RE par la 15 TGE, et la 16 RS par la 16 TGS. Ces nouveaux modèles bénéficient d'un équipement de série plus complet et les BX finition TG adoptent des enjoliveurs de roues type Citroën CX Leader.

En mars 1989, la BX GTI 16 Soupapes est restylée afin d'adopter un style plus agressif : elle gagne des pare-chocs redessinés peints couleur caisse avec spoiler intégré à l'avant et ouïes aux extrêmités pour améliorer le refroidissement des freins, des élargisseurs inférieurs d'ailes avant, de larges baguettes latérales peintes couleur caisse, des extracteurs d'air d'un dessin nouveau sur les custodes, un nouveau becquet arrière, une sortie d'échappement elliptique, des feux arrière fumés et des jantes en alliage léger peintes de couleur Gris Silex. À cette occasion, elle est renommée BX 16 Soupapes et commercialisée en tant que série spéciale limitée à 300 exemplaires, afin de tester son succès auprès de la clientèle.

En avril 1989, commercialisation de la BX Tonic, série spéciale limitée à 3000 exemplaires dérivée de la BX 15 TGE. Elle est de couleur Blanc Meije, enjoliveurs de roues type BX finition TR compris, avec chevrons de capot noirs, triple filet adhésif latéral rouge, gris et noir, logos rouges "Tonic" sur les portes avant et le volet arrière. Harmonie intérieure noire et sièges avant type BX 19 GTI.

En juin 1989, le 100 000ème break BX EVASION sort des chaînes de l'usine Heuliez à Cerizay, il s'agit d'une BX 4x4 EVASION de couleur Rouge Furio.

En juillet 1989 (année-modèle 1990), apparaît la BX 19 GTI 4x4, dotée d'un différentiel arrière de type Torsen et de l'ABS en série. Création de l'option "Pack V.I.P." sur la BX TRD TURBO, qui lui confère l'apparence extérieure et intérieure de la BX 19 GTI : bouclier avant avec anti-brouillard, joncs de pare-chocs chromés, enjoliveurs de roues, custodes dépourvues de vitres, aileron arrière, sièges baquets avec garnissage en velours, vitres teintées avec rideaux pare-soleil sur tablette arrière.

Le nuancier des BX année-modèle 1990 propose douze teintes de carrosseries, dont huit métallisées vernies optionnelles : Blanc Crémant, Blanc Meije, Rouge Delage, Rouge Furio, Noir verni, Bleu Memphis métallisé verni, Bleu Olympe métallisé verni, Brun Castor métallisé verni, Gris Axinite métallisé verni, Gris Météore métallisé verni, Gris Perlé métallisé verni, Rouge Florentin métallisé verni.

En septembre 1989, la BX 16 Soupapes restylée est intégrée au catalogue. Commercialisation de la série spéciale BX Image, limitée à 2500 exemplaires, dérivée de la BX 15 TGE (moteur 1580 cm3 80 ch). Elle est de couleur Gris Silex métallisé verni, pare-chocs peints couleur caisse avec joncs chromés, grille de calande chromée, filet décoratif latéral rouge, baguettes latérales avec jonc chromé, logos adhésifs "Image" rouges sur custodes et hayon, vitres teintées avec rideau pare-soleil arrière, baguettes latérales et un aileron arrière type BX 19 GTI. A l'intérieur, elle reçoit une harmonie générale noire, un volant type BX 16 Soupapes, des sièges type BX 19 GTI et panneaux de portes en veloirs noir à rayures rouges, la fermeture centralisée des portes et les vitres avant électriques.

À la fin de l'année 1989, le réseau Citroën Eurocasion, le service de véhicules d'occasion de Citroën, propose une deuxième édition de la série spéciale BX Sélection. Cette nouvelle série, qui concerne toujours des BX d'occasion sélectionnées pour leur excellent état et leur faible kilométrage, reçoit une finition extérieure spécifique différente de la précédente : décors adhésifs "Sélection" sur la carrosserie, lame de pare-chocs avant, coquilles de portières, enjoliveurs de roues type BX finition TG, aileron arrière type BX 19 GTI, plaque réflectorisante arrière.

Phase 2 bis[modifier | modifier le code]

En novembre 1989, l'ensemble de la gamme BX reçoit de nouveaux feux arrière fumés dans leur partie supérieure (apparus en mars précédent sur la BX 16 Soupapes restylée), de nouveaux enjoliveurs de roues (sauf BX 14 TE et TD) et l'équipement de série des modèles est revu à la hausse, justifiant ainsi de nouvelles appellations : la BX D est remplacée par la BX TD, les BX finitions "R" sont remplacées par les "TG" et les finitions "TR" par les "TZ". Les BX finitions TG sont désormais munies de nouveaux enjoliveurs de roues cruciformes. Les BX finitions TZ reçoivent des pare-chocs bicolores couleur Gris Tornade dans leur partie supérieure et couleur carrosserie dans leur partie inférieure, des baguettes latérales larges type BX 16 Soupapes mais de couleur gris foncé, et de nouveaux enjoliveurs de roues à dépressions opposées. La BX 19 GTI est renommée BX GTI, elle reçoit une lame sous le pare-chocs avant et de nouveaux enjoliveurs de roues à ailettes radiales. Un nouveau modèle apparaît en milieu de gamme, la BX 19 TGS, équipée du moteur essence 1905 cm3 développant 107 ch DIN, tandis que la BX 4x4 devient disponible en version BX 4x4 diesel 1905 cm3 71 ch. Le rétroviseur extérieur droit est généralisé sur l'ensemble des modèles. Les jantes en alliage léger proposées en option sur les BX finitions TG et TZ ont maintenant la partie centrale peinte en noire.

En février 1990, reconduction de la série spéciale BX Image, cette fois-ci produite à 15 000 exemplaires. Sa présentation est inchangée mais elle est désormais disponible sur bases de BX 15 TGE, 16 TGS, 19 TGD et TGD TURBO.

Courant 1990, le réseau Citroën Eurocasion (le service de véhicules d'occasion de Citroën) commercialise la BX Série 2000. Cette série spéciale, qui concerne des BX d'occasion sélectionnées pour leur excellent état et leur faible kilométrage, se caractérise par le montage d'un kit carrosserie spécifique destiné à faciliter la revente des voitures : décors adhésifs "Série 2000", lame de pare-choc avant, coquilles de portières, enjoliveurs de roues type BX Image, becquet arrière type BX GTI et plaque réflectorisante arrière.

En juillet 1990 (année-modèle 1991), trois séries personnalisées sont commercialisées, uniquement durant cette année-modèle, afin de relancer les ventes : BX Calanque, BX Image (auparavant séries limitées, dérivées des BX 15 TGE, 16 TGS, 19 TGD et TGD TURBO, couleur Gris Silex métallisé verni) et BX Millésime.

Définition d'une "série personnalisée" par Citroën (journal interne Citroën) : "Il s'agit d'un concept commercial nouveau qui s'appuie sur les études que la marque a réalisées auprès de la clientèle. Des tendances ont ainsi été dégagées. Par exemple certains clients préfèrent le look, d'autres privilégient l'aspect pratique, la détente ou le sport. Une fois les attentes des clients bien cernées, s'en est suivi une personnalisation des "produits" d'où leur appellation "série personnalisée". A la différence des séries spéciales, elles ne sont pas limitées dans le temps et leur volume s'ajuste à la demande. Le bénéfice est double, car d'une part, la marque prouve qu'elle est en éveil permanent face aux besoins de la clientèle, la plus large possible. D'autre part, les ventes sont relancées. En clair, Citroën ne fait pas que personnaliser ses produits, elle les fait vivre !"

La BX Calanque est dérivée des BX 14 TE (essence 1360 cm3 72 ch) et BX TD (diesel 1769 cm3 60 ch). Disponible en Blanc Meije, Gris Cristal métallisé verni ou Bleu Memphis métallisé verni, cette série personnalisée est équipée d'une boîte de vitesses à 5 rapports, de vitres teintées avec rideaux pare-soleil sur la tablette arrière et d'un essuie-glace/lave-glace arrière. Extérieurement, elle se caractérise par des chevrons noirs type BX GTI sur le capot, une antenne de toit téléscopique noire, un triple filet adhésif bleu et deux tons de gris sur la carrosserie, un logo adhésif "Calanque" sur les portes avant, des enjoliveurs de roues cruciformes type BX finitions TG (peints en blanc sur la carrosserie Blanc Meije) et des logos bleus adhésifs "BX" "CITROËN" sur le volet arrière. Harmonie intérieure noire et revêtement des sièges en tissu "Leader" gris uni à médaillon écossais gris et bleu. Aucune option n'est proposée sur ce modèle.

La BX Millésime est dérivée des BX 16 TGS (essence 1580 cm3 94 ch), 19 TGS (essence 1905 cm3 107 ch), 19 TGD (diesel 1905 cm3 71 ch) et TGD TURBO (diesel turbo 1769 cm3 90 ch). Proposée dans les coloris Gris Dolmen métallisé verni ou Bleu Sidéral métallisé verni, elle se distingue extérieurement par des pare-chocs peints couleur caisse avec joncs chromés, une antenne de toit téléscopique noire, un filet décoratif gris métallisé sur les parties latérales et le volet arrière, des baguettes létérales type BX finitions TZ peintes couleur caisse, des bas de caisse assortis à la couleur de la carrosserie, des logos "Millésime" sur les panneaux de custodes et le volet arrière avec monogramme "CITROËN BX" de type Citroën XM, et un aileron arrière type BX GTI. A l'intérieur, harmonie générale noire, avec sièges type BX GTI en velours "Caspienne", même garnissage pour les panneaux de portes avec bandes de liaison bordeaux, volant sport à trois branches, pommeau de levier de vitesses et ciel de toit gris foncé type BX 16 Soupapes, moquette noire en tuft rasé type Citroën XM. Par rapport aux BX finitions TG de série, l'équipement de la série personnalisée BX Millésime s'enrichit d'une direction assistée, de vitres teintées avec rideaux arrière, de lève-vitres avant électriques avec commande séquentielle côté conducteur, de la condamnation centralisée des portes et du hayon avec PLIP à infrarouge et du rétroviseur extérieur électrique passager. Aucune option n'est proposée sur ce modèle.

Le nuancier des BX année-modèle 1991 (hors séries personnalisées) propose dix teintes de carrosseries, dont sept métallisées vernies optionnelles : Blanc Meije, Rouge Delage, Rouge Furio, Noir verni, Bleu Memphis métallisé verni, Bleu Olympe métallisé verni, Gris Cristal métallisé verni, Gris Dolmen métallisé verni, Gris Météore métallisé verni, Vert Triton métallisé verni.

Le 5 septembre 1990, la 2 000 000ème BX sort des chaînes de l'usine Citroën de Rennes-la-Janais, il s'agit d'une BX TZD TURBO Pack V.I.P. de couleur Gris Silex métallisé verni.

En octobre 1990, commercialisation de la série personnalisée BX Image EVASION, sur base de BX 16 TGS EVASION, 19 TGD EVASION et TGD TURBO EVASION. Elle reprend la présentation et l'équipement de son homologue berline, et comme elle n'est disponible qu'en une teinte, le Gris Silex métallisé verni.

En février 1991, une BX 16 TGS couleur Rouge Delage est la voiture star du film L'Opération Corned Beef, de Jean-Marie Poiré, avec Christian Clavier et Jean Reno.

En juillet 1991 (année-modèle 1992), la gamme est simplifiée par la suppression des BX 16 TGS, BX 19 TGS, BX 19 TGD, BX TGD TURBO, BX TZD TURBO Pack V.I.P. et BX Calanque. La restructuration des BX modèles 1992 se fait autour de l'intégration au catalogue des anciennes séries personnalisées BX Image (berlines et EVASION) et BX Millésime, avec des détails de présentation modifiés, des options (ABS, climatiseur, ceinture arrière centrale) et un nuancier plus varié (ajout du Sable Phénicien métallisé verni sur BX Millésime et de différentes teintes de gris, bleus, vert et blanc sur BX Image). Les BX finitions TZ perdent leurs glaces de custodes fumées pour adopter les custodes pleines peintes couleur caisse des autres modèles. La BX GTI, désormais équipée en série des jantes en alliage léger, reçoit en plus le volant sport des BX 16 Soupapes. Enfin, les équipements sont enrichis sur l'ensemble des modèles (direction assistée de série, antenne de toit noire) et leur insonorisation est renforcée.

Le nuancier des BX année-modèle 1992 propose quatorze teintes de carrosseries, dont neuf métallisées vernies optionnelles : Blanc Meije, Rouge Furio, Rouge Opéra, Bleu Saphir, Graphite Grey, Noir verni, Bleu Memphis métallisé verni, Bleu Sirène métallisé verni, Gris Basalte métallisé verni, Gris Cristal métallisé verni, Gris Dolmen métallisé verni, Gris Gabion métallisé verni, Vert Triton métallisé verni.

En octobre 1991, apparaît la série spéciale BX Ourane, limitée à 1500 exemplaires. Dérivée de la BX TZD TURBO Pack V.I.P., elle se pare d'une présentation extérieure spécifique : jantes en alliage léger type BX GTI, baguettes latérales, grilles de custodes et becquet arrière type BX 16 Soupapes, sigles Ourane sur panneaux de custodes et hayon arrière et monogramme "CITROËN BX" de type Citroën XM. Harmonie intérieure noire et garnissage des sièges en velours uni et à carreaux. Elle est équipée de l'ABS et peut bénéficier en option de la climatisation. Ce modèle n'est proposé qu'en Gris Quartz métallisé verni ou Vert Triton métallisé verni. La BX Ourane sera dans la foulée intégrée au catalogue de la gamme BX.

Au printemps 1992, l'usine Heuliez à Cerisay célèbre la commercialisation en Europe du 160 000ème break BX EVASION, un break BX TZD TURBO EVASION couleur Rouge Opéra.

En juillet 1992 (année-modèle 1993), les BX 14 TE, BX 14 TGE et BX 15 TGE sont supprimées. Lancement des BX Image 1.6i, BX EVASION Image 1.6i, BX Millésime 1.6i et BX Millésime 1.9i BV5 et BVA. Montage en série du climatiseur sur les BX GTI, BX GTI 4x4, BX Ourane et BX 16 Soupapes. Enfin, sur l'ensemble de la gamme, généralisation de l'harmonie intérieure noire, de la ceinture ventrale arrière et du réservoir de carburant de 66 litres.

Le nuancier des BX année-modèle 1993 propose quatorze teintes de carrosseries, dont dix métallisées vernies optionnelles : Blanc Meije, Rouge Furio, Rouge Opéra, Bleu Saphir, Noir verni, Bleu Sidéral métallisé verni, Bleu Sirène métallisé verni, Gris Basalte métallisé verni, Gris Dolmen métallisé verni, Gris Gabion métallisé verni, Gris Quartz métallisé verni, Gris Silex métallisé verni, Sable Phénicien métallisé verni, Vert Triton métallisé verni.

Au 1er janvier 1993, afin de se conformer à la nouvelle loi en vigueur, les BX neuves reçoivent des ampoules de phares avant blanches au lieu de blanches avec globes jaunes, qui étaient en vigueur sur tous les véhicules vendus en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette modification permet d'augmenter l'efficacité de l'éclairage d'environ 25 %. Aussi, pour se conformer aux nouvelles normes européennes, leurs plaques d'immatriculation passent de noires à caractères aluminium ou noires à caractères blancs, à blanches à caractères noirs à l'avant et jaunes à caractères noirs à l'arrière.

En février 1993, commercialisation de la BX EVASION Cottage, série spéciale disponible uniquement en motorisations diesel atmosphérique (1905 cm3 71 ch) ou turbo diesel (1769 cm3 90 ch) et en deux couleurs, Blanc Banquise ou Vert Triton métallisé verni. Reprenant l'idée de la série spécialie limitée Citroën GSA Cottage commercialisée en septembre 1983 (appellation, similitude du garnissage des sièges), elle se caractérise par des barres de toit, des glaces teintées avec rideaux pare-soleil sur la tablette arrière, des enjoliveurs de roues cruciformes type BX Millésime, des baguettes latérales de protection avec jonc chromé, des logos adhésifs blancs "Cottage" sur les portes avant et le volet arrière, un monogramme "CITROËN BX" de type Citroën XM sur le volet arrière et, à l'intérieur, un garnissage des sièges et des panneaux de portes en tissu "Practice". En options, ce modèle peut recevoir les lève-vitres électriques sur les portes avant et verrouillage centralisé des ouvrants, et un climatiseur.

À partir de mars 1993, la BX berline est progressivement remplacée par la nouvelle Citroën Xantia.

En juillet 1993 (année-modèle 1994), la gamme BX est reconduite sans modification par rapport aux modèles 1993, les véhicules étant vendus sur stock ou production en cours. Les BX EVASION Cottage diesel et turbo diesel sont intégrées au catalogue. La fabrication des BX berlines est arrêtée en décembre 1993 ; les breaks BX EVASION suivront en juillet 1994.

Le nuancier des BX année-modèle 1994 propose neuf teintes de carrosseries, dont six métallisées vernies optionnelles : Blanc Banquise, Rouge Furio, Bleu Saphir, Bleu Sidéral métallisé verni, Gris Dolmen métallisé verni, Gris Quartz métallisé verni, Gris Silex métallisé verni, Sable Phénicien métallisé verni, Vert Triton métallisé verni.

Séries spéciales "officieuses"[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, la Citroën BX a également connu, en France, un certain nombre de séries spéciales "officieuses", réalisées à l'initiative d'une Direction Régionale Citroën, d'une succursale ou d'un concessionnaire du réseau Citroën (liste non exhaustive) :

  • BX Liane (1988, Région Nord)
  • BX Opéra (1988)
  • BX Europa (1989)
  • BX Grand Style (15 au 31 janvier 1991, Citroën Bordeaux)
  • BX équipement GPL (15 au 31 janvier 1991, Citroën Bordeaux)
  • BX 14 TE Advantage (1991, série spéciale Département Usine Citroën)
  • BX Esterel (1991)
  • BX Nineties (1992)
  • BX Millésime Occitane (juillet 1992)
  • BX Champs-Elysées (1993)

Motorisations[modifier | modifier le code]

Versions Essence[modifier | modifier le code]

Désignation Motorisation Type moteur Cylindrée (cm³) Puissance (ch) Observations
11 « Moteur X » XW 1 124 55 à 60 Disponible uniquement dans les pays en développement et dans les pays d'Europe où la fiscalité est fonction de la cylindrée (Italie, Grèce, Portugaletc.).
11 « Moteur TU » TU1 K 1 124 55 à 60 Disponible uniquement dans les pays en développement et dans les pays d'Europe où la fiscalité est fonction de la cylindrée (Italie, Grèce, Portugaletc.).
14 « Moteur X » XY (150) 1 360 62 et 72 La version 62 ch n'était disponible qu'en boîte de vitesses manuelle à 4 rapports.
14 « Moteur TU » TU3 A (K1G) 1 360 72
15 « Moteur XU » XU5 1 580 74 à 80 Version « dégonflée » du moteur de la BX 16 (carburateur simple corps).
16 « Moteur XU » XU5 1 580 88 à 95 et 115 BX GTi Export moteur 1.6L 115ch qui équipait la Peugeot 205 GTi, disponible au Portugal et en Grèce (où la fiscalité est en fonction de la cylindrée)
19 « Moteur XU » XU9 1 905 106, 122, 123, 125 ou 160 Les motorisations 125 ch (122 et 123 pour les moteurs catalysés) et 160 ch étaient montées sur les versions GTI. Le moteur 160 ch était doté d'une culasse à 16 soupapes.
4TC 2 141[4] 203 Motorisation dotée d'un turbo ; uniquement sur la BX 4TC.

Versions Diesel[modifier | modifier le code]

Désignation Motorisation Type moteur Cylindrée
(cm³)
Puissance (ch) Observations
17 Diesel « Moteur XUD » XUD7 /K 1 769 60 Moteur de la Citroën Visa et de la Peugeot 205. Disponible avec une boîte de vitesses à 4 ou 5 rapports.
17 Turbo Diesel « Moteur XUD » XUD7 TE 1 769 90 Le moteur précédent avec, en plus, un turbo et un échangeur air/air.
19 Diesel « Moteur XUD » XUD9 A et XUD9 B 1 905 65 et 71 65 ch (XUD9 A) pour la BX phase 1, 71 ch (XUD9 B) pour la phase 2.

Références sportives[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Citroën BX 4TC.

En sport automobile et en dehors de l'expérience en Championnat du monde des rallyes, une version BX Turbo 4x4 a été engagée en rallycross et a remporté le Championnat de France à trois reprises en 1991, 1992 et 1993 avec le pilote Jean-Luc Pailler, ainsi que le Championnat d'Europe de Division 2 en 1993. Cette BX avait une puissance de 600 ch DIN.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Tournage d'une scène du film L'Opération Corned-Beef, avec une Citroën BX 16 TGS Rouge Delage.

Films mettant en scène une Citroën BX :

Pour une liste (non exhaustive) des apparitions d'une BX dans des films ou des séries, voir sur l'Internet Movie Cars Database[5].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

La BX apparaît :

  • sur un jeu de NES : « Rad Racer », dans le troisième circuit ;
  • dans les jeux WRC 2010, WRC 3.
  • Dans BX Tuning the rogue like : Road trip to Villebois Lavalette, bien que non affiliée officiellement au modèle Citroën.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Citromania Magazine n°38, septembre 2012.
  2. « Le concept Volvo Tundra (1979), prémices de la Citroën BX. », sur Curiosités automobiles et voitures de collection (consulté le 3 janvier 2015).
  3. 1982 Présentation officielle de la BX 23 septembre 1982 sur 'http://www.yaronet.com/
  4. Citroën BX 4TC sur L'automobile sportive
  5. « La Citroën BX dans les films et séries télé », sur l'Internet Movie Cars Database (consulté le 5 novembre 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue Technique Automobile no 703, Citroën BX 14 jusqu'à fin de fabrication.
  • Revue Technique Automobile no 702, Citroën BX 15, 16 et 19 jusqu'à fin de fabrication.
  • Revue Technique Automobile no 445, Citroën BX Diesel et TD jusqu'à fin de fabrication.
  • Marie-Claire Lauvray et Vincent Roussel, La Citroën BX de mon Père, Éd. ETAI.
  • Citroën, essai sur 80 ans d'antistratégie (avec R.Greggio), Vuibert, (ISBN 2-7117-7818-5), Paris, 2000[6]. Joël Broustail

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :