Renault Clio I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Renault Clio Williams)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renault Clio.
Renault Clio
Renault Clio I
Renault Clio Phase I

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 19901999 :
Phase I : 19901994
Phase 2 : 19941996
Phase 3 : 19961999
Production 4 016 013 d' exemplaire(s)
Classe Citadine
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la France Flins
Drapeau de la Colombie Envigado
Drapeau de l'Argentine Córdoba
Drapeau de la Slovénie Novo mesto
Moteur et transmission
Énergie Essence, diesel, électrique
Moteur(s) Essence
moteur Cléon-Fonte:
1 108 cm3
1 239 cm3
moteur Energy:
1 171 cm3
1 390 cm3
moteur D:
1 149 cm3
moteur F:
1 721 cm3
1 794 cm3
1 764 cm3
1 998 cm3
Diesel
moteur F: 1 870 cm3
et Electrique
Position du moteur Avant
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 4 ou 5 rapports suivant les modèles
Automatique 3 ou 4 rapports suivant les modèles
Poids et performances
Poids à vide De 790 à 975 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline bicorps 3 portes
Berline bicorps 5 portes
Dimensions
Longueur De 3 709 à 3 716 mm
Largeur De 1 616 à 1 641 mm
Hauteur De 1 365 à 1 395 mm
Chronologie des modèles

La Renault Clio I est une automobile de la marque française Renault qui fut produite de juin 1990 à avril 1999. Elle a remporté le trophée européen de la voiture de l'année en 1991. Elle est la voiture la plus vendue en France de 1991[1] à 1997, la Renault Clio II la remplace en mars 1998.

Historique[modifier | modifier le code]

La Clio est apparue en juin 1990, en version 5 portes pour commencer, puis en version 3 portes en septembre 1990, en remplacement de la dynastie des Renault 5. Elle reprend le châssis de la Super 5 qui est un dérivé des Renault 9 et Renault 11. Les boites de vitesses JB et les « moteurs F » proviennent des Renault 9 et Renault 11, et le moteur « Energy » provient des Renault 19 . Elle connaît deux évolutions intermédiaires, en 1994 (Clio 1 Phase 2) puis 1996 (Clio 1 Phase 3). La Clio sera suivie par une deuxième génération Clio II en 1998, une troisième Clio III en 2005, et une quatrième Clio IV en 2012.

Les bonnes prestations de cette citadine feront sa réputation de petite routière (« Elle en met plein la vie » puis « Elle a tout d'une grande ! » disait la publicité), prestations que les générations suivantes ont encore vu progresser.

Elle fut utilisée par de nombreux services publics français tels que EDF, La Poste, France Télécom et la Gendarmerie, qui parfois l'utilisaient encore en 2010. Le prix d'une telle voiture était en 1990 de 53 000 F (soit ~12 500 actuels).

Elle fut élue « Voiture Européenne de l'année 1991 ».

Les débuts commerciaux sont timides : la voiture tout en rondeur tranche avec le reste du marché, la campagne publicitaire est incomprise du public, certains coloris laissent perplexe et le rapport prix/équipement n'est pas forcément attractif. Mais le confort de conduite, la praticité et le bouche à oreille en ont fait le succès que l'on connait aujourd'hui.

La Clio première génération sera déclinée en quatre modèles sportifs :

  • Clio S ;
  • Clio RSi ;
  • Clio 16S/16 V ;
  • Clio Williams.

Le nom viens de la muse grecque Clio et a été proposé par Pierre Dos, directeur de la communication de l'usine Renault de Cléon en Normandie, alors que l'on cherchait à baptiser le premier modèle, ensuite appelé Clio I.

Gammes[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

Vue arrière

Il existait 4 niveaux de finition :

  • RL (Low : entrée de gamme) ;
  • RN (Normale : milieu de gamme) ;
  • RT (Top : haut de gamme) ;
  • RC (Commerciale).

Viennent s'ajouter des séries spéciales et des versions sportives :

  • Chipie ; base RL
  • Be Bop ; base RL
  • Super Chipie ;
  • Oasis ; base RN
  • Fidji ; base RN
  • Alizé ; base RT (avec principalement l'air conditionné)
  • Night and day ; base RN
  • MTV ; base RT
  • NRJ ; base RN
  • Elle ;
  • Symbol ;
  • Shanghaï ; base RT
  • Olympique ; base RT
  • Aïda ; base RN
  • ICE ;
  • Club Med ;base RN
  • Baccara ; base RT
  • Initiale Paris ; base RT (prend la relève de la version Baccara)
  • Électrique (surtout commercialisée auprès de services publics : La Poste, EDF...)
  • S ;
  • RSi ;
  • 16S/16 V ;
  • Williams.

Quelques séries limitées d'autres pays :

  • Ipanema ;
  • Buenaventura ;
  • Disc ;
  • Duet ;
  • Mecano.

Motorisations[modifier | modifier le code]

À ces différentes versions, viennent se greffer différentes motorisations, principalement à essence :

  • 1.1 « Cléon-Fonte » (49 ch pour 4 CV fiscaux) ;
  • 1.2 « Cléon-Fonte » (55 ch pour 5 CV fiscaux) ;
  • 1.2 « Energy » (1 171 cm3, 60 ch pour 4 ou 5 CV fiscaux) ;
  • 1.2 « moteur D » (1 149 cm3, 60 ch pour 5 CV fiscaux) ;
  • 1.4 « Energy » (75 ch version catalysée / 80 ch version carburateur et injection monopoint non catalysée pour 6 CV avec boîte longue et 7 CV boîte courte ainsi qu'une boîte automatique) ;
  • 1.7 « moteur F » (92 ch pour 7 CV avec boîte longue et 8 CV boîte courte) ;
  • 1.8 « moteur F » (95 ch pour 8 CV fiscaux avec boîtes manuelle et automatique) ;
  • 1.8ie « moteur F » (110 ch pour 9 CV fiscaux) ;
  • 1.8 16v « moteur F » version catalysée (137 ch pour 9 CV fiscaux) ;
  • 1.8 16v « moteur F » (140 ch pour 9 CV fiscaux) ;
  • 2.0 16v « moteur F » (150 ch pour 10 CV fiscaux) ;

ainsi qu'une version Diesel :

  • 1,9D « moteur F » (65 ch pour 6 CV fiscaux), 160 km/h.

Le moteur 1.1 « Cléon-Fonte » (conçu par l'ingénieur René Vuaillat est apparu sur la Renault Floride S et sur la Renault 8) est issu de sa devancière la Supercinq, et le 1.2 « Cléon-Fonte » est issu de la Twingo.

Les moteurs 1.2 « Energy », 1.4 « Energy », 1.7, 1.8, 1.8ie, 1.8 16v et 1.9D proviennent de la Renault 19.

Le « moteur D » (type D7F) 1.2 arrive sur Clio en 1996 pour remplacer le 1.2 « Energy », tout comme sur Twingo I pour remplacer son 1.2 « Cléon-Fonte » puis sur Kangoo et Clio II en 1998, le bloc D7F est toujours utilisé sur Twingo II.

Le 2.0 16v est inauguré sur la Clio Williams.

Afin de satisfaire la règlementation Européenne en matière de pollution, les moteurs essence sont passés à l'injection avec catalyseur à partir de 1993 et les moteurs diesel reçoivent un "pot à oxydation" à partir de 1997.

Évolutions[modifier | modifier le code]

Phase 2 (06/1994 - 08/1996)[modifier | modifier le code]

Phase 2 vue arrière, avec des feux légèrement bombés
  • Amélioration de la sécurité : Caisse renforcée, prétensionneurs de ceinture à l'avant, airbag disponibles (généralement en option)
  • Direction assistée en série à partir de la finition RN
  • Les aiguilles de compteurs deviennent blanches et les boutons de chauffages sont affinés(tout cela provient de la R19)
  • Nouvelle calandre, nouveaux rétroviseurs plus grands (nombre de clients reprochaient des rétroviseurs trop petits sur cette voiture). Rétroviseur droit en série.
  • Baguettes latérales plus larges avec badges la finition et la motorisation.
  • Répétiteurs latéraux de série
  • Nouveaux feux AR.
  • Nouvelle baguette de coffre : les logos « Renault » et « Clio » sont désormais sur le hayon.
  • Nouvelles selleries.
  • Essuie-glace AR de série
  • Nouveau bouchon de réservoir (provenant de la Kangoo).

Phase 3 (1996 - 1999)[modifier | modifier le code]

Phase 3 vue avant

La face avant est totalement revue :

  • la calandre est désormais intégrée au pare-chocs ;
  • les feux AV sont plus ronds et intègrent les clignotants ;
  • antibrouillards arrondis (proviennent de la R19 et de la Laguna).

Par ailleurs :

  • apparition d'un troisième feu stop sur le hayon ;
  • Coussin gonflable de sécurité (airbag) conducteur de série sur RT et Baccara ;
  • nouvelles selleries ;
  • nouveaux volants plus modernes (3 branches en plastique moussé) ;
  • nouveaux pare-chocs ;
  • largeurs de voie avant et arrière différentes des phases 2 et 1 (selon la cylindrée) ;
  • carrosserie plus résistante à la corrosion ;
  • le design des rétroviseurs et leurs supports sont revus, ainsi en cas de pluie il y a moins de trainée sur les vitres lorsque le véhicule est en mouvement.
  • Au remaniement de la gamme (Chipie, Oasis, etc.), les vitres teintées sont de série.

Clio 16S[modifier | modifier le code]

La Clio 16S est sortie en 1991.

Un châssis aiguisé ainsi qu'un « moteur F » à 16 soupapes de 140 ch version non catalysée permit à la Clio de concurrencer très nettement la 205 1,9 l GTI de chez Peugeot. Deux ans plus tard apparut la Clio Williams, évolution dédiée à l'homologation en rallye.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Moteur
Type F7P 720 ou F7P 722 (Catalysé)
Puissance (ch à tr/min) 140 à 6 500
Couple maxi (mkg à tr/min) 16,8 à 4 250
Regime maxi (tr/min) 7 200
Cylindrée (cm3) 1 764
Alésage * Course (mm) 82 x 83,5
Type (cylindres) 4 en ligne
Bloc Fonte
Soupapes par cylindre 4
Arbre(s) à cames Double (en tête)
Entraînement Courroie crantée
Alimentation/Allumage Gestion intégrale Fenix 3 A
Type d'huile Elf Compétition 5W40
Capacité du carter d'huile (L) 4.5, si modif jauge(ots renault) 5lt également phase 2
Transmission
Type Traction
Boîte de vitesses 5
Blocage de différentiel /
Vit. à 1 000 tr/min en - Vit. maxi en (km/h)
1re 8,107 – 55
2e 13,6 – 100
3e 19,0 – 140
4e 25,9 – 180
5e 31,5 – 207
Type d'huile TRANSELF TRJ ou TRX 75W80, capacité 3,4 L
Pneus
Type Michelin Pilot HX
Dimensions Av/Ar 185/55 VR 15
Jantes AV/AR 6,5 J 15 Alu ET 35
Châssis
Suspensions
Avant MacPherson
Arrière Bras tirés 4 barres
Freins AV (diamètre en mm) Disques ventilés (259)
Arrière (diamètre en mm) Disques (238)
Direction Crémaillère assistée
Nombre de tours de volant 2 ¾
Aérodynamique
S (m2) 1,89
SCx (m2) - Cx 0,63 - 0,33
Poids et dimensions
Poids total (kg) 990
Répartition AV/AR 64/36
Longueur - Largeur - Hauteur (m) 3,71 - 1,64 - 1,36
Empattement (m) 2,47
Voies avant – arrière (m) 1,38 - 1,35

Performances[modifier | modifier le code]

Généralités
Poids/Puissance 7,68
Puissance au litre (ch) 79
Couple au litre (mkg) 9,3
Vitesse max (km/h) 207
Accélérations (s)
0 à 100 km/h 8,2
400 mètres DA 15,9
1 000 mètres DA 29,6
Reprises (s)
80 à 120 en 3e 5,3
80 à 120 en 4e 8,8
80 à 120 en 5e 11,8
80 à 150 en 5e 25,6
100 à 140 en 5e 13,3
400 mètres de 40 en 4e 16,5
400 mètres de 40 en 5e 18,6
400 mètres de 50 en 4e 15,9
400 mètres de 50 en 5e 18,1
1 000 mètres de 40 en 4e 33,6
1 000 mètres de 50 en 4e 30,6
1 000 mètres de 50 en 5e 35

Clio Baccara[modifier | modifier le code]

Clio série 2 Baccara de 1994

La Clio Baccara est apparue en 1991, équipée du moteur 1.7 puis 1.8 en boîte manuelle à partir de la phase 2. Elle était considérée à sa sortie comme une des compactes les mieux finies et équipées. De plus ses performances étaient loin d'être ridicules, avec un 0 à 1 000 mètres abattu en un peu moins de 32 secondes.

Motorisations[modifier | modifier le code]

  • De 1991 à 1993 en boîte manuelle : moteur F2N 1.7 à carburateur double corps de 92 ch.
  • De 1991 à 1993 en boîte automatique à 3 rapports : moteur E6J 1.4 à carburateur de 80 ch.
  • Après 01/1993 en boîte manuelle : moteur F3P 1.8 injection monopoint de 95 ch.
  • Après 01/1993 en boîte automatique à 4 rapports : même moteur que la version manuelle dégonflé à 90 ch puis 92.
  • À partir de la phase 3 et de l'Initiale, moteur 1.8 injection mono-point de 95 ch puis 92 pour le dernier millésime.

Aspects intérieur et extérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur de la phase 1 Baccara

La Clio Baccara possède un intérieur nettement plus luxueux que les autres versions de Clio. Elle possède une sellerie en cuir gris, des insert en ronce de noyer autour de l'afficheur de température extérieur, les panneaux de portes (eux aussi gaînés de cuir) et le pommeau du levier de vitesse. Les commandes d'ouverture intérieur des portes sont chromées et elle possède un cache d'auto radio également en ronce de noyer (à partir de la phase 2). Extérieurement, elle se distingue par des jantes 14 pouces et des bas de caisses spécifiques, des baguettes latérales marquées d'un « B » et une peinture nacrée spécifique. Cinq coloris étaient disponibles : vert jade, gris tungstène, bleu-vert atlantide, noir nacré et gris iceberg.

Équipements[modifier | modifier le code]

Jantes spécifiques avec pneus en 165/60 R14 sur 1.7 puis 175/60 R14 sur les 1.8.

En série :

  • antibrouillards ;
  • sellerie cuir ;
  • climatisation ;
  • essuie-glace AR ;
  • autoradio avec lecteur K7 puis lecteur CD à partir de juin 94 ;
  • fermeture centralisée ;
  • alarme ;
  • vitres AV électriques ;
  • direction assistée.

En option :

  • toit ouvrant ;
  • ABS à partir de 1995.

Initiale Paris[modifier | modifier le code]

À partir du millésime 1998 (donc à partir de juillet-août 1997), Renault a été contraint de remplacer le nom « Baccara » par « Initiale Paris ». Il s'agit globalement de la même voiture, mais avec des jantes différentes, et motorisée par la version injection mono-point du 1,8l, en version 92 chevaux DIN (9 chevaux fiscaux).

Clio S[modifier | modifier le code]

Clio S série 1 de 1992

La Clio S est née en 1992, équipé du « moteur Energy » (E6J dans sa première version, puis E7J). La Clio S est, historiquement, la première Clio sportive.

Sa principale caractéristique est d'être équipée d'une boîte courte, lui permettant de se démarquer par sa vivacité (de 0 à 400 mètres en ~18 secondes), réduisant toutefois la vitesse de pointe (172 km/h constructeur).

Motorisations[modifier | modifier le code]

  • De 1991 à 1993 : moteur E6J 1.4l équipé d'un carburateur Weber double corps (version plus performante).
  • Après 01/1993 : moteur E7J 1.4l équipé d'une injection monopoint et d'un catalyseur.

Intérieur[modifier | modifier le code]

La Clio S se démarque par ses sièges baquets, ses jantes « Évolution » et sa sellerie spécifique, son liseré vert sur les baguettes et pare-chocs, son becquet. Elle adopte, de plus, le volant tri-branche des Clio 16S et Clio Williams, un châssis plus ferme avec barres anti-roulis de plus grosses sections avant et arrière, des renforts de porte ainsi qu'un freinage renforcé (disques ventilés à l'avant, servofrein plus gros).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Jantes « Évolution » blanches ou grises, montée de série en 165/60 R14. Possibilité de monter du 185/55 R14 pour améliorer la tenue de route.

En série :

  • anti-brouillards ;
  • becquet ;
  • sièges bacquets ;
  • volant sport ;
  • bavette AV ;
  • fermeture centralisée.

En option :

  • direction assistée ;
  • vitres électriques.

Clio Williams[modifier | modifier le code]

Clio Williams sur le stand de Renault lors des World Series by Renault à Donington Park en 2006

La Clio Williams, est née en 1993 afin de servir de base à l’homologation rallye et pour célébrer les succès de Renault en formule 1. Pour cette homologation, il fallait que Renault produise la Clio avec un « moteur F » de 2 litres de cylindrée. Au départ 5 000 exemplaires numérotés verront le jour, puis grâce à son succès tant sportif que commercial ce seront en tout environ 12 100 véhicules qui seront produits déclinés en deux phases ou en série limitée « Swiss Champion ». Cette série limitée a été créée pour célébrer les succès de Renault en Formule 1 et pour servir de base à l'homologation en rallye et comme le disait fièrement le slogan publicitaire de l'époque, « Vous pouvez rougir de honte, verdir de rage, mais c'est à une Clio que Frank Williams a donné son nom »[2]. Par ailleurs Renault avait besoin de produire plus de 2 500 exemplaires de ce véhicule pour qu'il puisse l'utiliser en compétition[3].

En outre, ce modèle a été utilisée comme voiture de sécurité durant les compétitions de Formule 1 en 1996[4].

Conçue à partir d'une base de Clio 16S, la Clio Williams bénéficie de nombreux équipements additionnels: sièges semi baquet, moquette bleu, manomètre à fond bleu et la plaque numérotée pour l'intérieur; train avant plus large pour le châssis ainsi que des jantes speedline de couleur OR.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Moteur F7R A700

La Renault Clio Williams est équipée d'un « moteur F » (type F7R) 4 cylindres en ligne à 16 soupapes, placé en position transversale avant. Il fonctionne a l'essence, a une cylindrée de 1 998 cm3 et est équipé d'un double arbre à cames en tête.

Moteur
Type F7R A700
Puissance (ch à tr/min) 150 à 6 100
Couple maxi (mkg à tr/min) 18,2 à 4 500
Regime maxi (tr/min) 6 500
Cylindrée (cm3) 1 998
Alésage * Course (mm) 82,7*93
Type (cylindres) 4 en ligne
Bloc Fonte
Soupapes par cylindre 4
Arbre(s) à cames Double (en tête)
Entraînement Courroie crantée
Alimentation/Allumage Gestion Intégrale Fenix 3 A
Type d'huile Elf Compétition 10W40
Capacité du carter d'huile (L) 6
Transmission
Type Traction
Boîte de vitesses 5
Blocage de différentiel /
Vit. à 1 000 tr/min en - Vit. maxi en (km/h)
1re 8,5 – 55
2e 14,2 – 92
3e 20,0 –130
4e 25,7 – 167
5e 33,2 – 217
Type d'huile TRANSELF TRJ ou TRX 75W80, capacité ~3,2 L
Pneus
Type Michelin Pilot HX
Dimensions Av/Ar 185/55 VR 15
Jantes AV/AR 7 J 15 Alu
Châssis
Suspensions
Avant MacPherson
Arrière Bras tirés
Freins AV (diamètre en mm) Disques ventilés (259)
Arrière (diamètre en mm) Disques (238)
Direction Crémaillère assistée
Nombre de tours de volant 2 ¾
Aérodynamique
S (m2) 1,89
SCx (m2) - Cx 0,63 - 0,33
Poids et dimensions
Poids total (kg) 990
Répartition AV/AR 64/36
Longueur - Largeur - Hauteur (m) 3,71 - 1,64 - 1,36
Empattement (m) 2,47
Voies avant – arrière (m) 1,41 - 1,35

Performances[modifier | modifier le code]

Généralités
Poids/Puissance 6,6
Puissance au litre (ch) 75
Couple au litre (mkg) 9,1
Vitesse max (km/h) 216
Accélérations (s)
0 à 100 km/h 7,9
400 mètres DA 15,6
1 000 mètres DA 29,0
Reprises (s)
60 à 90 en 4e 5,9
60 à 90 en 5e 8,4
80 à 120 en 3e 5,9
80 à 120 en 4e 7,8
80 à 120 en 5e 11,5
80 à 150 en 5e 22,9
90 à 120 en 4e 5,8
90 à 120 en 5e 8,7
100 à 140 en 5e 12,2
400 mètres de 40 en 4e 16,5
400 mètres de 40 en 5e 18,6
400 mètres de 50 en 4e 15,9
400 mètres de 50 en 5e 18,1
1 000 mètres de 40 en 4e 30,6
1 000 mètres de 40 en 5e 34,7
1 000 mètres de 50 en 4e 29,9
1 000 mètres de 50 en 5e 34,5

Phase 1[modifier | modifier le code]

La Clio Williams Phase 1 est de fait la version « Collector » de la Clio Williams. Toutes les Williams phase 1 sont numérotées (5 000 exemplaires) et ont servi à homologuer la Clio en championnat de France des Rallyes. Leur cote est en général un peu plus élevée que celle d'une Clio Williams phase 2 mais elles souffrent des défauts de toutes les Clio phase 1, en particulier la corrosion des ailes AR.

Phase 2[modifier | modifier le code]

La phase 2 qui apparaît courant 1994, subit un léger restylage au niveau des feux AR qui désormais ont une forme bombée et de la calandre, les logos (2.0) qui étaient auparavant situés aux côtés des répétiteurs sont désormais sur les nouvelles baguettes de protections latérales plus larges. La motorisation reste inchangée. La plaque numérotée est située sur le tableau de bord et sera seulement disponible sur certains véhicules destinés à l'exportation (Italie).

Phase 3 Swiss Champion (série limitée)[modifier | modifier le code]

Clio Swiss Champion 1995

Ce sont les 500 dernières Williams à avoir été produites. Principales évolutions par rapport à une Williams phase 2 :

  • volant spécifique 3 branches ;
  • réglage de la hauteur des feux AV ;
  • peinture Bleu Méthyl 432 (qui tire sur le violet), comme toutes les dernières Clio 16V / Williams produites fin 1995 pour l'export (appelées Phase 3 ou Williams 3)[5];
  • plaque numérotée spécifique « Swiss Champion » de 1 à 500 ;
  • plage arrière bleue avec HP intégrés ;
  • poste radio-cassette Sony 6 HP avec commande au volant et chargeur CD ;
  • logo « Swiss Champion » sur les ailes AR.

Clio Maxi[modifier | modifier le code]

Clio Maxi

La Clio Maxi est dérivée de la Clio Williams à partir de la réglementation kit-car dédiée au rallye. Elle se différencie de la version groupe A par des voies et ailes plus larges(+7 cm de chaque côté) pour laisser passer les roues de 17 pouces, un aileron aérodynamique à l'arrière, et un moteur plus développé (admission 4 papillons, entre autres). Présentée début 1995, elle commence en Rallye mondiaux au Rallye Monte-Carlo 1995 avec Jean-Ragnotti au volant, elle représente aussi officiellement la marque dans divers championnats nationaux comme en Championnat de France des rallyes aux mains de Philippe Bugalski ou en Belgique avec Bernard Munster. Elle sera remplacée dès l'année suivante par la Renault Maxi Mégane mais reste utilisée par des pilotes privés. Elle possède un moteur de 1 998 cm3 qui développe 270 chevaux, et appartient au Groupe A/7K, celui des Kit-Cars de 2 L de cylindrée. Son poids est de 960 kg. Elle délivre 270 ch de 6900 à 8 400 tr/min, et dispose d’un couple de 247 Nm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle succède à la Peugeot 205
  2. GUIDE DES GTI>RENAULT Sur le site guide-des-gti
  3. Présentation de la Clio Williams Sur le site guide-des-gti
  4. http://www.carmagazine.co.uk/features/top-10s/the-car-top-10-f1-safety-cars/ Jan Conesa Sagrera, « The CAR Top 10: F1 safety cars », Car Magazine, 3 avril 2015
  5. « RENAULT CLIO WILLIAMS (1993-1996) - GUIDE OCCASION », sur www.automobile-sportive.com (consulté le 4 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :